Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

jeudi 23 juin 2016

97 Le Front


INTRODUCTION


Quand vous voyagez aux Indes, vous remarquez un point sur le front entre les sourcils de certaines personnes surtout des femmes. Il s’agit du « bindi » qui est fait pour désigner le chakra du 3ème œil, c'est à dire qu'il sert à attirer l'attention sur la force divine et l'illumination spirituelle de l'individu. Traditionnellement, il symbolise aussi le 3ème œil mystique d'une personne et son rapport avec le principe universel de la création. Il est évident que le bindi pour le chrétien est d’origine diabolique, ésotérique et se retrouve dans bien des spiritualités négatives à travers le monde.
Il se trouve que le front et notamment la partie située entre les sourcils et la main droite sera marquée par l’Ennemi et plus précisément par la marque de la Bête, le chiffre 666 (Apocalypse 13 :16-17 ; 14 :9,11 ; 16 :2 ;19 :20 ; 20 :4b). Beaucoup pensent à juste titre que la micro technologie permettra par l’introduction d’une puce électronique sous la peau de contrôler l’humanité qui ne pourrait « ni acheter ni vendre » sans cet « équipement ». Nous savons que les choses peuvent technologiquement aller très vite et loin notamment pour le contrôle total de la pensée et du corps des individus !
Mais YHWH Elohim a aussi prévu et même opéré ce « marquage » au front qui est aussi une expression désignant la métamorphose (Cf. Ecrit « La métamorphose du corps ») impliquant plus particulièrement les dimensions prophétiques, de sacrificature et royaux.
Si le message biblique se situe au niveau du cœur, des « entrailles », il se situe aussi au niveau du front, de la pensée, de la volonté, d’un caractère bien trempé, de la capacité de gestion, de résistance face à l’adversité pouvant aller jusqu’à braver la Mort pour la vaincre au bout du compte (1 Corinthiens 15 :54-56 ; Apocalypse 12 :11).
Autant l’Ennemi que YHWH Elohim ont compris l’importance capitale de ce marquage au front. L’Eglise des Vainqueurs n’est pas composée de naïfs ou de bisousnours mais bien de prophètes, de sacrificateurs et de rois, des personnes responsables dont la parole puissante sur terre est concrètement accompagnée de Lumière et de Feu divins issus de la marque divine du front, de la pensée, de l’autorité, de la volonté et du corps glorifié. (En grec : Sphragidzo : sceller, marquer d’un sceau, confirmer, certifier, remettre officiellement ; Sphragis : sceau, marque, signe ; en hébreu : CHoWTHaM : sceau, cachet, empreinte, anneau ou bague pour l’application d’un sceau).

  1. Le prophétisme

a)   Front contre front

« Mais la maison d'Israël ne voudra pas t'écouter, parce qu'elle ne veut pas m'écouter ; car toute la maison d'Israël a le cœur dur et le cœur endurci. Voici, j'endurcirai ta face, pour que tu l'opposes à leur face ; j'endurcirai ton front (en hébreu MeTSaCH : front, ce qui est clair, en évidence, sourcils, particulièrement la partie du front qui se trouve entre les sourcils), pour que tu l'opposes à leur front. Comme le diamant plus dur que le roc, je rendrai ton front. Ne les crains pas, quoiqu'ils soient une famille de rebelles. » (Ezéchiel 3 :7-9)
L’évangélisation s’adresse aux non croyants, aux païens. Elle consiste à rendre témoignage de l’Evangile de Jésus-Christ pour la conversion et le salut de quiconque croit.
Elle n’est pas à confondre avec le prophétisme qui s’adresse prioritairement au Peuple de Dieu qui est déjà censé croire en YHWH Elohim. C’était et c’est toujours vrai pour le Peuple d’Israël qui devrait obligatoirement accepter ce qui est pour lui et uniquement pour lui depuis 2000 ans une parole prophétique à savoir l’Evangile de Jésus le Messie qui sera beaucoup plus efficace quand Jésus Glorifié leur apparaîtra Lui-même. C’était et c’est toujours vrai pour l’Eglise actuelle (7 églises de l’Apocalypse) qui devrait obligatoirement accepter la Parole prophétique de l’Eglise des Vainqueurs ou 8ème Eglise.
Le prophète a la mission très désagréable de « rentrer dans le lard » des croyants alors que la réception préalable du message confié est agréable voire merveilleuse car donnée dans la gloire (Ezéchiel 3 : 3+14 ; Apocalypse 10 :8-11).  

b)   Pourquoi la sclérose du Peuple de Dieu ?

Le Peuple de Dieu finit toujours par se scléroser et donc de s’endurcir dans le contexte espace-matière-temps. Ce contexte, particulièrement au niveau temporel, historique, de par ses aspects à la fois cyclique et linéaire (cf. plus loin : ressort) engendre automatiquement et obligatoirement la routine et l’endurcissement.
En effet la longue durée dans la linéarité que nous constatons au niveau de l’Histoire et du temps qui passe (Ecclésiaste 3 :1-8) composée de débuts et de fins placés entre le grand début (Genèse 1 :1) et la grande fin (Apocalypse 20 :11b), oblige le croyant à s’investir pour durer le plus longtemps possible. Pour ce faire, il se fabrique des sécurités, des balises, des limites, des structures, des cadres pour ne pas « dévier » notamment de la soi-disant saine doctrine, du comportement religieux reconnu dans un environnement donné et/ou encore de la Tradition qui deviendra par la force des choses très « humaine » pour ne pas dire négative ou idolâtre au demeurant. Tout est fait pour « durer ». Plus ça dure plus ça s’adapte à l’environnement terrestre alors que l’adaptation devrait se faire au céleste divin, un tout autre environnement.
« Il n’y a rien de nouveau sous le soleil » : L’aspect cyclique de l’Histoire soulevé dans l’Ecclésiaste (Ecclésiaste 1 :5-6+9-10) peut aussi être constaté par les événements qui se sont inlassablement répétés, certes avec des différences, mais structurellement très semblables voire quasi identiques. 
La répétition obligatoirement engendrée par le cyclique oblige le croyant à tourner en rond à terme. Le phénomène est d’autant plus augmenté parce qu’il est enfermé dans les limites imposées par la durée. Tourner en rond dans des limites provoque l’ennui. Pour casser l’ennui, on passe presqu’obligatoirement de façon hypocrite et cachée dans un premier temps, puis plus ouverte voire officielle dans un deuxième temps à la transgression, au péché, à la satisfaction des désirs de la chair, aux fausses doctrines institutionnalisés pour mettre en quelque sorte un peu de piment à ce « menu de vie » devenu tellement insipide.
Un extrême opposé censé parer à cela, consiste à faire croire que l’on peut éviter la désintégration des valeurs bonnes par un légalisme et intégrisme religieux à tout vat pouvant aisément aboutir à diverses formes de dictature idéologiques à caractère religieux ou autres que l’on va tenter d’imposer à ses semblables par des moyens souvent pas très louables.
Les tentatives de retours nostalgiques et romantiques au passé, interprété par soi-même, restent stériles, car ce qui est important c’est le présent, l’aujourd’hui de Dieu. « C'est pourquoi, selon ce que dit le Saint Esprit : Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, N'endurcissez pas vos cœurs » (Hébreux 3 :7-8). 
Tout cela engendre parallèlement la peur de l’inconnu et donc la sclérose et l’endurcissement en tous cas vis-à-vis de Dieu et de Sa Parole qui nous font toujours sortir de nos sécurités ou jeter nos béquilles. Le front religieux est d’ailleurs particulièrement dur ! Jésus en a fait l’amère expérience auprès des Juifs.
Mais le prophète est là pour casser tout cela en devant faire passer la révélation du moment de YHWH Elohim et de Sa Parole auprès de Son Peuple.
Il doit d’abord « ingérer, manger » la gloire de Dieu et Sa Parole et c’est agréable et doux comme le miel. Il doit « faire corps » avec Lui et Son message. C’est ainsi que le front du prophète, ici Ezéchiel (Ezéchiel 2 :8-9 ; 3 :1-15), devint dur tel le diamant pour essayer de casser par la Parole annoncée et les actes prophétiques l’endurcissement du front du Peuple de Dieu. Cette deuxième étape « marteau piqueur » est évidemment très désagréable pour ne pas dire très risquée ! Le « diamant » le plus dur et indestructible est le nom du Père, YHWH et de l’Agneau sur le front entre les deux sourcils (Apocalypse 7 :3 ; 14 :1 ; 22 :4 ; en hébreu : MeTSaCH : front, ce qui est clair, en évidence, sourcils, particulièrement la partie du front qui se trouve entre les sourcils ; en grec : Metopon : front, particulièrement la partie du front qui se trouve entre les sourcils).


c)   Le contenu prophétique

En résumé, il s’agit toujours d’une Parole prônant au bout du compte le retour à la relation personnelle d’amour, de face à face avec YHWH Elohim, Père, Fils et Saint Esprit et pour ce faire d’une exhortation à emprunter jusqu’au bout le chemin adéquat révélé et préconisé par la Parole au cours de l’Histoire pour aller au-delà de l’Histoire dans l’Eternité.

ESCLAVAGE – LIBERATION DE L’ESCLAVAGE EGYPTIEN – DESERT

1.    Pour les Juifs au titre de l’élection et de la formation du Peuple :
1.    Agneau Pascal suivi par la sortie d’Egypte
2.    Passage de la Mer Rouge
3.    Don et réception de la Thora et de la Gloire de YHWH Elohim au Sinaï
4.     Conquête du Pays promis

TERRE PROMISE - LIBERTE

2.    Pour les Juifs installés dans leur Terre promise dotée du Temple à Jérusalem :
1.    Sacrifices sur l’autel du Temple
2.    Cuve d’airain du Temple
3.    Lieu Saint
4.    Saint des Saints

ESCLAVAGE – LIBERATION DE L’ESCLAVAGE ABSOLU - DESERT ET/OU ESPACE MATIERE TEMPS
    
3.    Pour l’Eglise Primitive avant l’Apocalypse :
1.    Repentance, conversion à Jésus-Christ, foi en Son œuvre expiatoire, Sa résurrection et Sa montée au ciel à la droite du Père
2.    Baptême d’eau
3.    Baptême du Saint Esprit et de Feu avec l’exhortation à l’annonce de l’Evangile de par le monde
4.    Sainte Cène avec le pain et le vin – églises installées presque partout dans ce monde dominé par le Prince de ce monde.


TERRE PROMISE CELESTE – LIBERTE DANS LA PERFECTION – SALLE DU TRÔNE

4.    Pour l’Eglise des Vainqueurs ou la 8ème Eglise à partir de l’Apocalypse :
1.     Rencontre avec Jésus-Christ Glorifié (Apocalypse 1 : 10-16)
2.    Baptême de gloire en Jésus-Christ commencement de la métamorphose du corps de gloire en gloire ou transfiguration ou marquage du front avec le nom du Père et de l’Agneau (Apocalypse 1 : 17-18 ; 3 :18 ;7 :3 ; 14 :1)
3.    Montée à la Salle du Trône pour recevoir la connaissance parfaite issue du « face à face » glorieux, esprit, âme et corps glorifié, transfiguré (1 Corinthiens 13 : 8-12 ; Apocalypse 4 :1-2 ; 7 :9b ;11 :12).
4.    Ste Cène de Gloire avec la montée sur le Trône (Apocalypse 3 :20-21) en tant qu’Epouse sans ride ni tache (Ephésiens 5 :27 ; Apocalypse 19 :7-8) de l’Epoux et/ou en tant que sacrificateurs et rois (Apocalypse 5 :10) suivie de l’évangélisation réussie mondiale (Apocalypse 6 :2 et 7 :9), de la reconquête des lieux célestes (Apocalypse 12 :7-11) puis celle de la terre (Apocalypse 19 :14), suivie du règne millénariste aboutissant au nouveau ciel et à la nouvelle terre réunifiés pour l’Eternité (Apocalypse 20 :4ss ; 21 :1 à 22 :5).

d)   Le ressort

Le schéma du ressort nous semble parlant pour comprendre l’Histoire et plus particulièrement l’Histoire du Salut à la fois dans la linéarité et dans le cyclique. Le prophétisme évolue et fait par conséquent avancer l’Histoire du Salut tout en insistant aussi sur l’unicité de YHWH Elohim et de Sa Parole éternelle non soumise au temps ! On comprendra donc plus facilement son fonctionnement par l’exemple du ressort.

Si vous regardez de profil un petit ressort de stylo par exemple vous ne voyez qu’un petit trait un peu épais ou une ligne qui commence et qui se termine. Cela représente l’aspect linéaire de l’Histoire avec un début et une fin.
Les spirales en forme de cercle qu’on y distingue aussi, représentent les répétitions structurelles semblables de la succession des révélations données par Dieu dans l’Histoire du Salut comme nous le devinons dans les 4x4 étapes exposées dans paragraphe précédent.

Si par contre vous regardez seulement avec un œil ouvert d’en-haut ce petit ressort placé à la verticale dans l’axe, vous ne voyez plus qu’un petit cercle. Vous ne voyez plus l’aspect linéaire mais simplement UN seul cercle. C’est la perspective du cercle unique, uni mettant l’accent sur l’unicité et l’indissociabilité de l’ensemble. Pourtant en-dessous les cercles disposés en spirale sont toujours présents avec la même dimension et le même espacement ! 
De plus il est possible de resserrer puis de desserrer le ressort mais quoi qu’il en soit, il ne reste sous cette perspective « verticale » qu’un seul cercle. Tout est un, indivisible et l’aspect linéaire est apparemment effacé plus exactement invisible à l’œil nu.
Vue sous ces deux perspectives, l’Histoire et à fortiori l’Histoire du Salut correspond au fameux verset « un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour » (2 Pierre 3 :8 ; Psaume 90 :4).
Autrement dit, le Seigneur, le Maître du temps et de l’Histoire peut se permettre de resserrer ou de desserrer l’Histoire tel un ressort, comme Il l’entend. Mais les cercles en spirale du petit ressort subsistent, restent mais sont rapprochés pour ne pas dire « confondus » presque soudés de telle sorte qu’on ne peut les distinguer les uns des autres : c’est le « un jour », la primauté de la perspective du cercle unique, la « compression de l’Histoire » qui montre son unicité, son unité et son indissociabilité. Mais dès que l’on desserre le ressort et qu’on le regarde à nouveau de profil, on revient aux « mille ans », la primauté de la perspective du linéaire, la spirale est à nouveau desserrée. Ainsi on pourra peut-être mieux comprendre le fonctionnement du prophétisme dont les paroles, l’interprétation et l’intégration dans le contexte historique et le contexte « intemporel céleste » paraissent souvent délicates parce qu’il intègre ce mécanisme du ressort. 

e)   Les quatre étapes majeures linéaires, successives

L’aspect linéaire du déroulement de l’Histoire du Salut est incontestable au titre de la succession dans le temps des étapes citées plus haut. Le passage de l’une à l’autre fut et reste un processus prophétique. Le Seigneur à chaque fois a envoyé Ses serviteurs et prophètes pour annoncer et faire admettre au Peuple de Dieu la nouvelle « économie » ou « dispensation ». Chaque dispensation provoque un dépassement de la précédente pour finalement aboutir dans les lieux célestes et la Salle du Trône où l’on arrive au but ultime, au retour réel et effectif à la « maison du Père ». Dans chaque étape majeure, il y a bien entendu des étapes intermédiaires.

Pour Israël nous voyons par exemple le vécu de la sortie d’Egypte, du passage de la Mer Rouge, du Sinaï et de la conquête de la Terre promise, c’est la PREMIERE ETAPE.

 Cette première étape se retrouve plus tard de façon structurellement semblable dans le culte du Temple. C’est la DEUXIEME ETAPE instituée par YHWH Elohim à titre de souvenir, de mémoire, d’anamnèse pour en quelque sorte pédagogiquement faire « revivre » ces événements dans le déroulé du culte du Temple (Sacrifices, Cuve d’airain, Lieu Saint, Saint des Saints) dans la Terre promise à Jérusalem en vue de mieux forger l’identité du Peuple d’Israël de génération en génération. Cela devait permettre une approche personnelle et collective de YHWH Elohim ayant opéré tous ces prodiges des origines de la formation du Peuple.
Combien de prophètes ont souffert voire payé de leur vie pour ramener le Peuple d’Israël à ces fondamentaux de la Torah !
Ce furent : front prophétique de diamant contre front rebelle, face prophétique contre face rebelle. Infidélités, idolâtries, péchés, injustices ayant engendré les exils avec leurs horreurs subies furent affrontées « de front » par les prophètes. Ils prophétisèrent, prêchèrent pour que le Peuple abandonne ses péchés et ses idolâtries, pour le ramener au Pays (=Aliyah), au respect de la Torah et au rétablissement du vrai culte à YHWH Elohim au Temple de Jérusalem.
  
La TROISIEME ETAPE majeure décrite plus haut fut introduite par Jésus-Christ devenu Fils de l’homme marqué du sceau de Son Père céleste (Jean 6 :27). Quelles oppositions et quels combats sur un « front » terrible face aux pharisiens ayant débouché sur l’assassinat de la croix ! « Personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres » a dit Jésus ! (Luc 5 :37) Quelle vérité d’époque et toujours d’actualité !
Elle fut continuée par les apôtres dont le fameux ordre divin donné à Pierre « tue et mange » des animaux impurs d’après la Torah ! Quel choc ! (Actes 10 :13 ;11 :7). Le même choc fut encaissé lorsqu’il s’agissait de comprendre que l’Evangile était aussi pour les non juifs (Actes 10 :44-48 ; 11 :1-3 ; 15 :1-5 ; Galates 2 :7-21)
Tous les écrits de Paul où il oppose la Loi, la circoncision, les sacrifices d’animaux et autres rites juifs du Temple et autres à la foi et la grâce basées sur le sacrifice et la résurrection de Jésus-Christ nous démontrent l’intensité des « combats prophétiques » !
L’Epître aux Hébreux, la bien nommée, nous démontre clairement du début à la fin le bien-fondé de la nouvelle étape prophétique du salut en Jésus-Christ, Victime expiatoire sans défaut, Sacrificateur parfait selon l’ordre de Melchisédek, comparée à l’Ancienne Alliance ou Ancien Testament (Cf. 2 Corinthiens 3 :14).
La rupture fut telle qu’elle se perdit dans des exagérations coupables aux conséquences anti-bibliques et terribles. Les Juifs furent à tort considérés comme rejetés par Dieu et comme des instruments du Diable par l’Eglise d’où les persécutions innommables ultérieures ! Le Peuple élu de Dieu serait à présent l’Eglise et uniquement l’Eglise (Cf. 1 Pierre 2 :9-10). C’est ce qui a donné naissance à la théologie d’exclusion par le remplacement qui ne connaît et ne considère que l’aspect linéaire de l’Histoire du Salut sans en considérer l’aspect cyclique. Cette théologie de l’exclusion est une fausse doctrine qui eut, entre autres, comme conséquences les persécutions des Juifs à travers les siècles et particulièrement la Shoah. L’aspect cyclique dont nous parlerons plus tard est en effet partiellement démontré par le retour des Juifs dans leur Terre, la reconstruction du 3ème Temple et leur compréhension profonde et exceptionnelle de la Torah. L’antisémitisme et l’antisionisme actuel à travers le monde ne font que démontrer l’antagonisme provoqué par l’Ennemi comprenant que la réalisation du plan de YHWH Elohim relatif à Israël, le mènera à terme dans l’étang de feu.

Nonobstant les sacrifices juifs furent alors remplacés par le Sacrifice de Jésus, le passage de la Mer Rouge et le bain rituel du Grand Prêtre dans la cuve d’airain par le baptême d’eau, les événements glorieux du Sinaï par le baptême du Saint Esprit et de Feu et la conquête de la Terre promise par l’établissement de millions d’églises à travers le monde célébrant la Sainte Cène avec le pain et le vin comme action de grâce ou eucharistie, anamnèse, signe de communion et en mémoire de Jésus-Christ et de Son œuvre.

La QUATRIEME ETAPE majeure décrite plus haut fut introduite et instituée par Jésus-Christ Glorifié Lui-même dès 92-94 environ par Sa Révélation (=Apocalypse) ! (Cf. Ecrit « Nouveau mode de mise en pratique de l’Alliance Biblique ? »).
C’est là que se situe le processus prophétique d’aujourd’hui depuis presque 2000 ans, en conformité avec le message de dévoilement de Jésus-Christ Glorifié à travers l’Apôtre Jean.
On passe d’une dispensation située dans l’espace-matière-temps à celle menant dans les lieux célestes pour une période à cheval entre les deux.
Elle précède et conditionne l’aboutissement de l’Histoire du Salut. Elle est décrite étape après étape dans une chronologie qui nous semble d’une évidence limpide apparaissant dans l’Apocalypse (ou Révélation ou Dévoilement).
L’Apôtre et prophète Jean dut avoir le front dur tel le diamant, car son ministère fut très largement combattu par l’Eglise de la fin du premier siècle (3 Jean v.9). Par voie de conséquence l’Apocalypse ne fut acceptée dans le canon du Nouveau Testament que très tardivement (Fin du 2ème siècle). Enfin l’Histoire de l’Eglise nous a amplement prouvé que les lettres aux 7 églises puis le reste du livre furent d’abord rejetés et durent ensuite faire face à l’incompréhension puis à une sorte d’oubli en passant par des interprétations symboliques déconnectées de la réalité divine mise à portée de main. Quel gâchis alors que Jésus-Christ Glorifié voulait faire passer l’Eglise immédiatement à l’époque dans la vraie réalité céleste et paradisiaque : c’était tout sauf des symboles, des images ou encore des représentations !
Allons par conséquent à la réalité céleste du « face à face » qui nous est de ce fait autorisée et ouverte ! Mieux, elle nous est ordonnée par Jésus-Christ Glorifié Lui-même de la façon la plus sérieuse et pressante !
Ainsi la conversion est remplacée par la rencontre glorieuse avec Jésus-Christ Glorifié, le baptême d’eau par le baptême de gloire avec la métamorphose du corps à la clé, le baptême de Saint Esprit et de Feu par la montée à la Salle du Trône, la vie d’Eglise sur terre par la vie d’Eglise-Epouse glorifiée, montée sur le Trône avec Jésus-Christ procédant à la reconquête des lieux célestes et de la terre en passant par une évangélisation réussie à partir du ciel.
Au même titre que la circoncision juive et les sacrifices par exemple n’étaient plus d’actualité pour l’Eglise Primitive, le baptême d’eau, le baptême du Saint Esprit et la vie d’Eglise sur terre de l’Eglise actuelle doivent être remplacés par les réalités de gloire de cette quatrième étape.
Certains chrétiens choqués diront peut-être, comme les Juifs d’ailleurs à juste titre par rapport à l’Eglise qui les a persécutés : « Si on n’enseigne plus et si on ne pratique plus les paroles et commandements centraux pour nous, de surcroît clairement ordonnés par Dieu Lui-même, alors c’est notre désintégration totale notamment celle de notre identité et de notre communauté puisque nous serions dans la désobéissance notoire par rapport à Dieu et à ce qui est écrit dans la Bible ! »
De nombreux chrétiens prônent par exemple le retour à l’Eglise primitive des Actes des Apôtres, à une nouvelle « Réformation » ou « Réveil » ou « Retour aux sources, à la formation initiale » mais qui seront irrémédiablement voués à la sclérose, puisque toujours encore enfermés dans l’espace-matière-temps, l’Histoire de l’Eglise nous l’ayant de surcroît amplement prouvé à maintes reprises. Cette sclérose malheureusement se mettra insidieusement en place malgré les fruits, les signes et prodiges merveilleux qui accompagnent ces réveils, comme ce fut le cas pour l’Eglise primitive.
La seule solution c’est de sortir de l’Histoire pour changer l’Histoire ! Cela signifie un « retour à la source paradisiaque dans la Salle du Trône ».  A partir de là, nous sommes appelés à rentrer à nouveau dans l’espace-matière-temps et y agir efficacement dotés des moyens nécessaires divins permettant de « partir en vainqueur pour vaincre », de la connaissance et de l’amour issus du face à face pour transformer la situation terrestre désastreuse ! Voilà le message pressant de Jésus-Christ Glorifié !
Au vu de tout cela, comprenons qu’aux yeux de Dieu tout ce qui était bon hier ne l’est plus aujourd’hui sinon nous serions obligés par exemple de devenir préalablement juifs et nous faire circoncire pour pouvoir ensuite devenir chrétiens dans un second temps. Le concile de Jérusalem donna une réponse claire à ce sujet (Actes 15 :5ss). Entrer dans la quatrième étape ne signifie pas qu’il faut passer préalablement par les étapes précédentes !
Le Seigneur Jésus-Christ marque très fortement la césure relative à l’institution de la quatrième étape de l’Eglise des Vainqueurs : « Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange (c’est-à-dire l’Angelos, l’Apôtre, l’Envoyé Jean) pour vous témoigner (marturéo : témoigner, cf. martyr) de cela à propos des églisesMoi (Jean) je témoigne (marturéo)  à celui écoutant les paroles de la prophétie de ce livre (= livre de l’Apocalypse) : si quelqu’un y ajoute, Dieu ajoutera sur lui les plaies ayant été décrites dans ce livre (= livre de l’Apocalypse) et si quelqu’un retranche (apsairéo : enlever, ôter, retrancher) des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre (xulos : bois, arbre) de la vie et de la ville sainte ayant été écrits dans ce livre. » (Apocalypse 22 :16+18-19 ; trad. litt.).
Quand nous considérons les diverses interprétations de l’Apocalypse, nous nous rendons compte qu’elles ne peuvent en général pas respecter la chronologie proposée parce que les éléments prophétiques cités plus haut dans la quatrième étape n’ont pas été acceptés ou compris. Ces interprétations veulent en outre ramener la compréhension de ce livre aux dimensions de la dispensation ou étape précédente de l’Eglise primitive des Actes et des Epîtres ou de la dénomination du commentateur biblique, alors qu’en réalité il s’agit d’une nouvelle dispensation qui doit dépasser la troisième étape ! Ces interprétations retranchent ou ajoutent tour à tour aux paroles de la prophétie de l’Apocalypse qui résultent avant tout d’un témoignage c’est-à-dire d’un vécu où Jean a vu, senti, goûté, touché, entendu avec les cinq sens de son corps glorifié ! Un témoin relate le plus objectivement possible de faits, d’événements réels et concrets dans une chronologie la plus fidèle possible. Il ne se lance pas dans des images, des représentations ou des symboles qui résultent davantage d’interprétations et de ressentis subjectifs. C’est pourquoi l’Apocalypse ne peut être mise en salade où l’on mélange tout !
Ainsi par exemple on se hasarde dans des explications imagées, symboliques pour ne pas dire fantaisistes : dans ce cas on ajoute plein de choses aux paroles du texte. Malheureusement combien de « plaies » sont déjà tombées durant des siècles et tombent toujours encore sur les chrétiens aujourd’hui parce qu’ils ne sont tout simplement pas à l’abri de la Salle du Trône !  
Souvent, on identifie la Grande Tribulation au Règne de l’Anti[é]-Christ, autrement dit on retranche des paroles de ce livre puisqu’on réduit à un événement ce qui est décrit comme deux événements. Il en est de même pour ceux qui « oublient » la montée en l’assimilant à l’enlèvement. La part à l’Arbre de Vie, à savoir la métamorphose impliquant l’immortalité, la première promesse de Jésus-Christ Glorifié à l’Eglise d’Ephèse en vue de la montée est retranchée. La montée à la Ville Sainte où se trouve la Salle du Trône est tout autant retranchée parce qu’elle devient impossible si notre corps charnel terrestre n’est pas transfiguré, transformé, métamorphosé. Et on pourrait multiplier les exemples…
Il est donc capital de simplement accepter le texte tel qu’il est par la dispensation nouvellement instituée par le Seigneur Jésus-Christ Glorifié. Cela nous permet de bénéficier de Ses promesses dont l’immortalité ou l’Arbre de Vie et la montée à la salle du Trône de la Ville Sainte en découlant pour ne pas avoir à subir les plaies et les jugements qui y sont énoncés. En effet si nous restons dans l’espace-matière-temps, si nous ne montons pas, on subira obligatoirement ces choses. Il s’agit en effet de « garder la Parole de Christ et de ce livre » pour être préservé de la Grande Tribulation - Epreuve » qui touchera tous les habitants de la terre (Apocalypse 3 :10). 
 Si nous voulons retourner à la position initiale promise par Dieu d’Adam et d’Eve au Paradis et dans les lieux célestes, nous ne devons pas rester dans la dispensation du « pédagogue » terrestre d’Israël (Cf. Galates 3 :24-25) puis celle de l’Eglise primitive et/ou charismatique actuelle mais bien passer à celle de la réalité céleste, à savoir la position de la nouvelle Eve auprès du nouvel Adam !
En fait la quasi-désintégration par la défaite viendra si nous restons dans l’espace-matière-temps où nous devrons alors subir la Grande Tribulation puis le Règne de l’Anti[é]-Christ (Apocalypse 3 :10 ; 6 :9 ; 7 :14-17 ; 11 :7 ; 12 :17 ; 13 :7+10). C’est écrit !

Tout cela représente une rupture inimaginable car il est question d’entrer dans une position charnellement totalement impossible qui se situe hors de l’espace-matière-temps et même de ses relativités spatio-temporelles apparemment démontrées par la science. L’argumentaire des apôtres relatif au passage du judaïsme au christianisme primitif charismatique ressemble structurellement à celui de Jésus Glorifié, de Jean et du nôtre à leur suite pour le passage des églises terrestres à l’Eglise des Vainqueurs ou 8ème Eglise, sachant que la croix et la résurrection sont, restent et resteront toujours la base de tout (Apocalypse 1 :5b-6 ; 5 :6b+9-10).
Ne regardons pas en arrière mais portons les regards vers l’avant ! « Quiconque met la main à la charrue, et regarde en arrière, n'est pas propre au royaume de Dieu. » (Luc 9 :62). Si nous avons compris que le Royaume de Dieu est proche ou encore s’est approché et que ne sommes pas encore dedans, (Luc 10 :9+11) parce que nous devons le rechercher (Matthieu 6 :33) alors nous savons ce qu’il nous reste à faire et d’abord à croire pour VRAIMENT y entrer !
En résumé, il s’agit du retour réel à la Salle du Trône par la montée suivie d’une relation personnelle d’amour réellement vécue de face à face avec notre Epoux avec l’immortalité à la clé, but ultime et fin du processus prophétique et au-delà charismatique (Cf. 1 Corinthiens 13 :8).
 
f)     Les quatre réalités cycliques dans un cercle compressé par-là indivisibles, unes et interdépendantes

Nous commençons à comprendre la relativité du temps et de l’Histoire pour pouvoir affirmer à la fois les longues successions et ruptures prophétiques sur des millénaires (=mille ans, spirale vue de profil, trait, ligne) et à la fois l’unité de temps dans l’instant (=un jour, un cercle, ressort resserré) pour ne pas dire l’identité indissociable par rapport à ce qu’ont vécu les Hébreux devenant le Peuple élu puis célébrant le culte du Temple sur sa Terre, l’Eglise primitive suivie de toutes les dénominations successives et finalement l’Eglise des Vainqueurs ou la 8ème Eglise.
YHWH Elohim, le Maître de l’Histoire englobant le cyclique et le linéaire « l’un jour » et les « mille ans démontre une fois de plus Sa divinité. En effet c’est le même Dieu YHWH Elohim, Père, Fils et Saint Esprit qui est clairement à l’origine de ces quatre étapes prophétiques successives différentes mais aussi structurellement identifiables l’une à l’autre donc unies, unes, indissociables, rapprochées, compressées. Sa divinité implique qu’Il est hors du temps, supérieur à lui (implique l’aspect cyclique compressé) et dans le temps (implique l’aspect linéaire de début et de fin) sinon c’est le temps, le dieu Chronos, qui Lui serait obligatoirement supérieur !
Le cyclique compressé insiste sur la similitude structurelle et temporelle pour souligner l’unité, l’indissociabilité et l’interdépendance entre les 4x4 étapes.
Le Peuple d’Israël dans sa Terre avec le culte du Temple n’aurait d’ailleurs pas pu exister sans la sortie d’Egypte, le passage de la Mer Rouge, le Sinaï et la conquête. Cela paraît être une évidence pour tout le monde.
L’Eglise primitive suivie de la succession des mouvements dénominationnels principaux de l’Eglise (= 7 sept églises de l’Apocalypse) n’aurait pas pu exister sans le Peuple d’Israël. Cela paraît être une évidence pour tout le monde.
De même l’Eglise des Vainqueurs existera issue des églises telles que nous les connaissons (Cf. écrits « Eglise des Vainqueurs » pour leur identification). Cela sera une évidence pour tout monde, mais ne l’est pas encore aujourd’hui puisque nous sommes dans la phase prophétique par rapport à la formation de l’Eglise des Vainqueurs.
La spécificité de la spirale est qu’elle relie de façon indissociable tous les cercles du premier du début au dernier de la fin, tous de la même dimension mais chaque fois à un autre niveau ou étape. 
Notons à ce titre que la croix et la résurrection ont un effet rétroactif (Hébreux 11 :13b ; 1 Pierre 3 :19) et un effet de projection dans le futur jusque dans l’éternité, donc pour celles et ceux qui ont cru depuis, croient aujourd’hui et croiront demain. C’est la base de tout. Cela n’est possible qu’à partir d’une spirale reliant le début à la fin tout en offrant une possibilité de compression qui permet d’englober le tout dans l’instant à savoir un seul et unique cercle « soudé ».
Jésus-Christ Glorifié s’adresse d’ailleurs à ces églises et c’est d’elles que sortiront individuellement celles et ceux qui se repentiront et écouteront ce que « l’Esprit dit aux églises » pour ensuite former la 8ème Eglise ou l’Eglise des Vainqueurs bénéficiant des promesses énoncées.
Ces églises subsisteront sur terre parallèlement à cette Eglise des Vainqueurs durant la Grande Tribulation et le règne de l’Anti[é]-Christ puisqu’elles y sont mentionnées (Apocalypse 6 :9-11 ; 12 :17) mais elles devront souffrir atrocement (Apocalypse 6 :9-11 ; 13 :7-10). Les églises dénominationelles terrestres actuelles (Cf. Apocalypse 12 :17 ; 13 :10) resteront toujours plus ou moins lieu de salut par Jésus-Christ mais en passant malheureusement par la persécution et la première mort, répétons-le ! 
L’annonce du message prophétique aux églises terrestres actuelles concernant la 8ème Eglise qui montera dans sa Terre promise céleste est à mettre en unité, en indivisibilité et en interdépendance avec Israël aujourd’hui à nouveau miraculeusement « monté » dans sa Terre promise terrestre. Cela démontre, on ne peut plus clairement, qu’Israël est et restera toujours le Peuple élu de Dieu avec ses missions spécifiques mais reste et restera toujours en même temps appelé prophétiquement à laver son vêtement dans le Sang de l’Agneau (Apocalypse 7 : 4-8+14 ; 14 :1-5), précisons-le ! Ainsi au titre de la dimension cyclique, d’unité et d’indissociabilité, dans la compression de l’Histoire du Salut, il ne peut y avoir de place pour la terrible théologie d’exclusion d’Israël par le remplacement.
En effet, l’élection du Peuple d’Israël est plus que jamais valable dans l’aujourd’hui, l’instant de Dieu et Paul se charge de nous le rappeler en Romains 11. En plus l’Etat d’Israël devant s’étendre sur l’ensemble de la Terre Promise, l’Aliyah miraculeuse depuis 1948 aujourd’hui encore inachevée (Esaïe 43 :5 ; Jérémie 16 :15 ;24 :6 ;29 :14 ;30 :3 ; 33 :7 ,11 ; 50 :19 ; Ezéchiel 20 :42 ; 34 :13 ; 36 :24 ;37 :21 ; Zacharie 8 :8 etc…), la reconstruction incontournable concrète du troisième Temple (Zacharie 6 :12-13 ; Malachie 3 :1+6 ; 2 Thessaloniciens 2 :4 ; Apocalypse 11 :1) se réaliseront tôt ou tard d’après les textes bibliques. Par exemple les textes messianiques des psaumes et des prophètes annonçant le règne du Messie à Jérusalem sont foison et ne sont pas encore réalisés : donc à venir. Les prophètes tout en prophétisant principalement par rapport à l’exil à Babylone, étaient projetés en même temps par l’Esprit Saint dans des périodes paradisiaques et de restaurations exceptionnelles comme si elles allaient avoir lieu tout de suite dans l’instant. Elles furent et sont humainement inimaginables et elles doivent obligatoirement concrètement encore se réaliser (Cf. Esaïe 11,54,55 ; Psaume 110 parmi bien d’autres textes). Pourtant ces textes sont de l’Ancienne Alliance ! C’est pourquoi Israël est et restera toujours dans l’actualité de Dieu et par conséquent aussi dans celle du monde. Israël ne pourra jamais être remplacé et est d’ailleurs irremplaçable ! C’est là que nous pouvons saisir ce cercle unique « compressé, soudé » de l’indissociabilité, de l’unité et de l’interdépendance.
Le rôle du Peuple élu comme prémices, de Jérusalem, du Temple dans l’Apocalypse est d’une évidence limpide (Apocalypse 3 : 12 ; 7 :4-8 ; 11 :1-2 ; 14 :1-5 ; 20 :9 ; 21 :12-14).
Voici encore la dimension cyclique resserrée en un seul cercle, une et indivisible : Israël, l’Eglise terrestre dénominationnelle et l’Eglise des Vainqueurs ne sont plus qu’un. Elle porte en elle l’Eternité, l’aujourd’hui du Dieu « un », le « jour un ». Elle se réalisera et se comprendra donc de plus en plus nettement quand l’Eglise des Vainqueurs se sera formée dans cette réconciliation (apokatalasso : réconcilier complètement, se réconcilier, unifier, revenir à un état d’harmonie comme dans le passé, donner le change, retourner en faveur) d’un cycle ou cercle en Jésus entre tous les éléments de la création, entre les juifs et les chrétiens (Cf. Ephésiens 2 :20 ; Colossiens 1 :20) pour accéder à terme à un aboutissement merveilleux dans le Millénium (Apocalypse 20 :4a) comportant les nombreuses réalisations concrètes des prophéties annoncées par les prophètes de l’Ancien Testament, puis dans l’Eternité. La période à cheval entre l’Eternité et l’Histoire de l’Eglise des Vainqueurs que nous appelons de nos vœux, accentuera cet aspect fondamental d’unicité du cercle parce qu’il sera mieux compris et vécu dans l’accentuation de l’Eternité.

g)   Le prophétisme d’aujourd’hui

Il devrait être très semblable à celui de l’Apôtre Jean et du texte de l’Apocalypse. Entre temps l’Eglise a perdu presque 2000 ans avec ce que nous savons au niveau de ce qui s’est passé durant ces siècles. Nous avons donc en plus du texte de l’Apocalypse le recul de 2000 années d’Histoire de l’Eglise pour finalement comprendre qu’en fait il n’y a pas d’autre issue possible. Aussi longtemps que nous n’entrerons pas dans les dimensions préconisées par ce prophétisme de gloire johannique, l’Eglise tournera en rond dans sa prison et ses limitations espace-matière-temps. Considérons ce qu’est devenue la merveilleuse église primitive des Actes : l’église catholique romaine avec toutes ses idolâtries !  Si nous devions louper le coche aujourd’hui, 2000 ans après, nous ne serions pas mieux lotis que les générations des premiers siècles et l’évolution ecclésiale ne serait pas meilleure pour ne pas dire pire !
Pour être franc, il s’agit de tenir un discours prophétique qui prône le passage de la troisième étape à la quatrième décrites plus haut. Les remplacements de la conversion par la rencontre de Jésus-Christ Glorifié, du baptême d’eau par le baptême de gloire, de la Sainte Cène avec le pain et le vin par la Ste Cène de gloire, de la vie d’église terrestre par celle de la 8ème Eglise à partir du Trône, de la mortalité par l’immortalité etc… oups ! Quel programme de « oufs » !
Ainsi il est inutile de dire qu’il faut invoquer le Seigneur pour qu’il mette Son diamant, Sa marque, Son sceau, Son Nom sur notre front pour nous rendre capables de prôner la folie de l’humainement impossible mais toutefois totalement indispensable car le but est le retour au Pays promis céleste pour le face à face avec Lui. Le but du prophétisme est sa fin et la fin de l’Histoire dans le face à face et la connaissance parfaite. Comme Israël dut et doit monter au Pays promis, de même l’Eglise aurait dû et devra monter au Pays promis céleste tôt ou tard avec ou sans nous, mais elle montera ! C’est écrit !
            Le texte biblique, nous l’avons vu, place le prophétisme à la fois dans la linéarité de successions des révélations avec des ruptures souvent violentes à la clé et à la fois dans le cyclique ou cercle d’unité resserré, réconcilié impliquant l’intemporalité divine englobant l’ensemble de l’Histoire en un seul jour voire un seul instant ou encore clin d’œil. Les deux concepts paradoxaux sont indispensables pour arriver à l’aboutissement éternel et la victoire finale. C’est ce paradoxe que nous discernons dans tous les textes prophétiques portant à la fois sur l’actualité du moment où la prophétie fut exprimée et englobant à la fois les millénaires d’Histoire pour rentrer dans l’instant, l’aujourd’hui ou encore le jour de YHWH Elohim.
Cela rend le message réceptionné « doux comme le miel » (Ezéchiel 3 :3 ; Apocalypse 10 : 10a correspond à l’instant divin de révélation merveilleux) mais sa diffusion et prédication indigeste avec des remontées gastriques brûlantes (Ezéchiel 3 :14 ; Apocalypse 10 : 10b correspond à la difficile diffusion du message dans le cadre linéaire de l’Histoire auprès du Peuple de Dieu et au-delà des nations).
Les détracteurs de ce message prophétique ne manqueront pas de mettre en avant ces paradoxes voire contradictions pour provoquer les remontées gastriques très très acides pour le prophète et tenter d’aboutir à ses funérailles, même de 1ère classe avec fleurs et couronnes s’il le fallait.
            Le changement fondamental n’est pas de mettre en place une nouvelle dénomination mais bien d’exhorter à sortir de l’espace-matière-temps. Là, à la Salle du Trône, nous serons rendus capables par le marquage du front au diamant du Nom du Père et de l’Agneau, d’aborder efficacement les vrais problèmes à résoudre dans ledit espace-matière-temps dans lequel il faudra retourner correctement équipés. Ce ne sera possible qu’à partir des lieux célestes et plus particulièrement du Trône ! 
            Seul ce sceau divin sur le front nous donnera la volonté, l’intelligence, les pensées, les paroles, la niaque du vrai prophète voire Apôtre ou Envoyé pour aller jusqu’au bout.

  1. La sacrificature

« Tu feras une plaque d’or pur, et tu y graveras, comme on grave un cachet : Sainteté à YHWH. Tu l’attacheras avec un cordon bleu sur la tiare, sur le devant de la tiare. Elle sera sur le front d’Aaron ; et Aaron sera chargé des iniquités commises par les enfants d’Israël en faisant toutes leurs saintes offrandes ; elle sera constamment sur son front devant l’Eternel, pour qu’il leur soit favorable. » (Exode 28 : 36-38).
            L’Eglise des Vainqueurs exercera les fonctions de sacrificateurs (Apocalypse 5 :10). On pourra se poser la question qu’est-ce que cela peut signifier alors que Jésus, le Grand Sacrificateur parfait a tout accompli en ayant pris toutes nos iniquités sur Lui ?
           
a)   Le sacrifice du corps

« Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte logique. » (Romains 12 :1).
            Il ne s’agit pas d’un attentat-suicide, comme certains qui se font exploser pour tuer ou « sacrifier » un maximum de mécréants à leur dieu Allah. Il ne s’agit pas davantage d’user son corps terrestre jusqu’à en mourir d’épuisement dans l’exercice d’un ministère. Il s’agit simplement de le faire brûler dans le Feu divin du Saint Esprit comme sacrifice VIVANT et non pas mort, précisons-le, pour qu’il soit transfiguré, métamorphosé et rendu encore plus vivant !  Parce que le corps de Jésus sur la croix a pris sur Lui notre chair imprégnant alors mortellement notre corps, celui-ci est ainsi délivré de la chair et est sauvé ! Ainsi en même temps on devient saint et agréable à Dieu. Il est aussi clair de ce fait que ce sacrifice du corps est indissociable de la sainteté intérieure de l’âme et de l’esprit. Il s’agit clairement d’un sceau « pur » identitaire qui porte la gravure indélébile sur l’or pur du NOM de YHWH Elohim et de Sa Sainteté : la marque de la sacrificature comme ce fut le cas d’Aaron. L’entrée au Saint des Saints et/ou la montée sur le Trône de YHWH Elohim ne peut se faire que dans la Sainteté parfaite où chair et péché sont totalement éradiqués par le Sang de Jésus, c’est à dire le Feu de Son Corps Glorieux, la victime expiatoire parfaite.

b)   Le ministère des Sacrificateurs de l’Eglise des Vainqueurs

Le Grand Sacrificateur pouvait entrer dans le Saint des Saints un fois par an pour le service d’expiation du Peuple par l’aspersion du sang. L’Eglise des Vainqueurs, peuple de sacrificateurs, pourra de même entrer dans le Saint des Saints ou la Salle du Trône.
            Le Grand Sacrificateur revenait vers le Peuple pour exercer son ministère auprès de lui. De même l’Eglise des Vainqueurs - Sacrificateurs retournera sur terre à partir du Saint des Saints pour exercer son ministère auprès des nations. Toutefois le rythme annuel du Grand Sacrificateur sera multiplié à l’infini dans des aller-retours incessants Salle du Trône – terre pour accomplir les missions ordonnées.
            Il s’agira de délivrer les hommes des influences et possessions démoniaques de l’Ennemi par le Sang de l’Agneau. A partir de là une évangélisation de puissance pourra s’effectuer pour que les foules, à commencer par les Juifs, soient elles-mêmes marquées du sceau de Dieu ou métamorphosées et passer devant le Trône pour grossir les rangs de l’Eglise initiale des Vainqueurs (cf. Apocalypse 6 :2 ; 7). Ils commenceront par faire une rencontre avec Jésus Glorifié et seront invités par la suite « sous sa tente » (Apocalypse 7 :13-17).
            Bien entendu l’action de grâce ou la louange, l’adoration de Dieu dans les lieux célestes font partie de façon primordiale du service sacrificiel ! (Psaume 50 :14+23 ; 116 :17 ; Apocalypse 5 :8-14 ; 11 :15-19 ;14 :3 ; 19 :1-8). Le « sacrifice de louange » et d’adoration devant le Trône et dans les lieux célestes sont toujours déclencheurs et marqueurs de l’action de Dieu dans les lieux célestes et sur terre.
            Voilà un culte logique, raisonnable uniquement possible dans la gloire, un « sacrifice » qui soit agréable à Dieu ! L’Eglise des Vainqueurs dotée de la marque du Sacrificateur sur le front, attirera la faveur de Dieu sur les nations qui se repentiront en très grande masse et blanchiront leur vêtement dans le sang de l’Agneau (Apocalypse 7 : 9+14). Elle sera aussi en responsabilité durant le Millénium en tant que Sacrificateurs de Dieu et de Christ pour exercer son ministère (Apocalypse 20 :6b).

  1. Le règne

« Le vainqueur, celui qui garde jusqu’à la fin mes œuvres, je lui donnerai autorité sur les nations, et il les mènera paître avec un bâton de fer. » (Apocalypse 2 :26-27).
« …tu fis d’eux pour notre Dieu un royaume et des sacrificateurs et ils règneront sur la terre. » (Apocalypse 5 :10).
« Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu'à ce que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. » (Apocalypse 7 :3)
« Je regardai, et voici, l'agneau se tenait sur la montagne de Sion, et avec lui cent quarante-quatre mille personnes, qui avaient son nom et le nom de son Père écrits sur leurs fronts. » (Apocalypse 14 :1)
« Elle mit au monde un fils, un enfant mâle ; c’est lui qui doit mener paître toutes les nations avec un bâton de fer » (Apocalypse 12 :5a-b).
« Ils (ennemis) combattront l’Agneau et l’Agneau les vaincra, car Il est Seigneur des seigneurs et Roi des rois et AVEC Lui les appelés, les élus et les fidèles vaincront aussi. » (Apocalypse 17 :14).
« …et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans. » (Apocalypse 20 :4).
« …ses serviteurs le serviront et verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts Et ils régneront aux siècles des siècles. » (Apocalypse 22 : 3+5).

Le Vainqueur de la 8ème église sera celui et celle qui aura été marqué au front par le sceau comportant le nom du Père et de l’Agneau. C’est la marque de la métamorphose permettant de se tenir devant le Trône (Apocalypse 7 :1-4+9c+14b) mais aussi la marque de la royauté qui est la même que celle de la sacrificature énoncée plus haut.

a)   Combattre avant de régner

Le roi (vainqueur) passe au combat avec et suite au Roi (Jésus) des rois (Vainqueurs) pour vaincre. Cela lui permettra de régner et de mener les nations avec un bâton-sceptre (droiture incorruptibilité) de fer (autorité, inflexibilité notamment dans l’amour et l’obéissance à Dieu).
Le combat commence au moment de la Grande Tribulation (Apocalypse 6 :2) où la 8ème Eglise couronnée s’élance sur son cheval blanc en vainqueur pour vaincre !
La première grande victoire de la 8ème Eglise sera le réveil mondial d’Apocalypse 7, la seconde l’éjection du Dragon des lieux célestes et la dernière l’éjection du Dragon de la terre suivie du Millénium.

b)   Le règne

Le règne s’exercera alors durant le Millénium sous l’autorité du Roi (Jésus) des rois (Vainqueurs), le Seigneur (Jésus) des seigneurs (Vainqueurs) à partir de Jérusalem au Temple.
Mais malheur aux vaincus précédemment marqués au front par la marque de la Bête. Leur destinée sera souffrances, tourments, maladies, colère de Dieu, manque de repos, mort et pour l’éternité l’étang de feu et de soufre (Apocalypse 13 :16-18 ; 14 :9+11 ; 16 :2 ; 19 :20 ; 20 :15 cf. aussi Ezéchiel 9 :1-11).
Le marquage du front par YHWH Elohim désigne entre autres la volonté inflexible, un caractère bien trempé, la capacité de gestion, de résistance face à l’adversité pouvant aller jusqu’à braver la Mort. Ce sont des qualités certes prophétiques, de sacrificature mais aussi royales. Elles correspondent au bâton-sceptre (droiture) de fer (autorité, inflexibilité, solidité) qui permet de régner et de prendre des responsabilités, de savoir trancher, prendre des décisions de la bonne manière. Il faut savoir que le Millénium n’est pas encore le ciel sur terre mais une terre dirigée par Christ, l’Eglise des Vainqueurs et les Martyrs ressuscités. En effet la terre durant le Millénium restera encore dans l’espace-matière-temps (mille ans) mais sera en connexion beaucoup plus ouverte qu’avant avec la Salle du Trône connectée de façon tangible et visible au 3ème Temple terrestre de Jérusalem, Jésus Glorifié Roi des rois y trônant et l’Eglise des Vainqueurs – Martyrs ressuscités régnant avec Lui. Ces derniers ne seront pas limités par l’espace-matière-temps et pourront se déplacer instantanément d’un endroit à l’autre de la terre et monter au ciel sans retenue aucune. Cet ensemble constituera le gouvernement mondial merveilleux et glorieux sur une terre qui n’est pas le ciel mais où règne beaucoup de bonheur et où par exemple le loup couchera avec l’agneau !
Certes le Dragon sera enchaîné durant cette période bénie, mais les hommes et les femmes non métamorphosés encore mortels vivant sur terre, resteront dotés de leur libre-arbitre et pourront toujours et encore se révolter contre Dieu.
La preuve du libre arbitre des humains à la fin du Millénium apparaîtra quand Satan, à nouveau libéré après les mille ans, pourra séduire des êtres humains qui malheureusement se décideront pour lui et constitueront son armée. Il affrontera avec elle pour la dernière fois Christ et les saints mais un Feu du ciel dévorera son armée et il sera précipité dans l’étang de soufre et de feu pour l’éternité (Apocalypse 20 :7-10).
Enfin il est question du règne dans l’éternité mais là, à la différence du Millénium, il y aura un nouveau ciel et une nouvelle terre totalement réunifiés et purifiés de toute sorte de mal et de ses effets (Apocalypse 21 à 22 :5). Dieu sera tout en tous (1 Corinthiens 15 :28).    
             
Conclusion

Le marquage du sceau de Dieu sur notre front entre les deux sourcils doit renouveler notre intelligence, nos pensées, notre âme pour comprendre quelle est la volonté de YHWH Elohim, autrement dit la dimension prophétique.
Le marquage du sceau de Dieu sur notre front entre les deux sourcils doit renouveler notre esprit animé de la Plénitude du Saint Esprit qui ne se manifeste dans sa totalité que dans la Salle du Trône (Apocalypse 4 :5 ; 5 :6c) pour une louange, une adoration, un service parfaits, autrement dit la dimension sacrificielle.
Le marquage du sceau de Dieu sur notre front entre les deux sourcils doit nous donner un corps métamorphosé ayant mangé à l’Arbre de Vie pour pouvoir monter à la Cité Sainte et monter sur le Trône avec Jésus, prendre nos responsabilités de régnants autrement dit la dimension royale.
Les trois sont interdépendants, uns et nécessitent pour ce faire une quatrième dimension à savoir l’environnement de YHWH Elohim, Père, Fils et Saint Esprit, des anges, le troisième ciel pour maintenant, le Millénium après l’éjection de l’Ennemi des cieux et de la terre et au final le nouveau ciel et la nouvelle terre après le jugement dernier.
Bref c’est le retour à la case départ d’Adam et d’Eve mais avec la réussite à la clé pour l’Eternité grâce au Nouvel Adam parfait suivi de la Nouvelle Eve graciée !
                                              

                                                                                             En Lui, Martin BUSCH

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire