Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

N°5 Eglise des Vainqueurs (volume 4) Eglise des vainqueurs: page pratique


Martin Busch
Docteur en Théologie


4 EGLISE DES VAINQUEURS : PAGE PRATIQUE


INTRODUCTION :

La « Page Pratique » vient en général après les « Pages dites fondamentales ». Il est évidemment indispensable d’avoir compris les fondements pour s’engager dans l’aspect pratique. Une partie de l’Eglise actuelle est « au bord du Jourdain et s’apprête à passer le fleuve pour entrer dans le Pays Promis et commencer la conquête ». Autrement dit, l’Eglise des Actes des Apôtres et des Epîtres s’apprête à passer dans le Pays Promis céleste non pas par l’enlèvement qui aura lieu plus tard, mais par la métamorphose du corps pour passer dans la Salle du Trône et procéder à la conquête du deuxième ciel.
La question qui se pose : comment faire ?
Sachant que la métamorphose pour aller dans la Salle du Trône, ne peut s’opérer QUE par le St Esprit et par pure GRACE, il faut que le chrétien non seulement ACCEPTE le cadeau de Dieu mais encore le DESIRE  ardemment dans l’AMOUR qu’il Lui porte ! Il est aussi évident que pour comprendre le texte qui suit, il faut avoir lu les écrits précédents concernant l’Eglise des Vainqueurs.
Nous reprendrons à partir du grec quelques VERBES situés près des passages principaux relatifs aux aspects de l’Eglise des Vainqueurs qui pourront aider le chrétien à démontrer qu’il accepte et désire ardemment passer à la « Terre Promise » ou à « l’Eglise des Vainqueurs » via la métamorphose du corps.


1. Chercher par la persévérance à bien faire.

« …réservant la vie éternelle à ceux qui, par la persévérance à bien faire, cherchent  l’honneur, la gloire et l’immortalité » Romains 2 :7
Romains 2 :7 est un passage clé relatif à l’immortalité. Passer à l’Eglise des Vainqueurs est dans un premier temps une recherche. C’est l’attitude de celui ou celle qui cherche la « perle de grand prix », qui la trouve et qui vend tout ce qu’il a pour pouvoir l’acheter. (cf. Matthieu 13 :44-46)
Il s’agit d’une recherche active et persévérante du Royaume de Dieu. Le Royaume de Dieu n’est accessible que par la Nouvelle Naissance (à ne pas confondre avec la conversion) ou la métamorphose du corps (gloire, immortalité, incorruptibilité) en vue du passage dans la Salle du Trône (ou le Royaume de Dieu). Les paraboles du trésor ou de la perle appellent à mettre tout en jeu pour obtenir ce qui est recherché. Le verbe grec dzètéo (chercher, désirer, aspirer à, chercher à rencontrer, à connaître, aller à la recherche de, chercher à obtenir avec zèle) est une expression très forte exprimant ici la recherche de l’honneur, de la gloire et de l’immortalité.
L’expression « …avec persévérance dans l’œuvre bonne » (kat upomonèn ergou agatou) montre qu’il ne faut pas se relâcher et rester dans la bonté au niveau des actions. Une recherche dans un mauvais état d’esprit ne peut aboutir. Upomonè outre la persévérance, signifie aussi la patience, l’endurance et la résistance. Il s’agit d’une course de fond qui d’ailleurs aboutit à un changement de fond radical allant jusqu’aux racines de notre nature terrestre à savoir la transfiguration du corps.


2. Offrir son corps en sacrifice, ne pas se conformer au siècle présent et être métamorphosé.

« Je vous exhorte donc frères par les compassions de Dieu à offrir vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce sera votre culte logique et ne vous conformez pas à cette ère, mais soyez métamorphosés par le renouvellement de votre connaissance. » Romains 12 :1,2

Offrir son corps en sacrifice est ici une expression spécifique utilisée pour les sacrifices d’animaux. (En grec le verbe paristèmi = mettre à disposition, faire comparaître en justice, montrer, faire voir : l’animal sacrifié « comparaît en justice » prend sur lui le péché à la place du pécheur et est condamné à être sacrifié et brûlé pour rétablir la justice devant Dieu). Il ne s’agit surtout pas du suicide ni de l’usure du corps du chrétien pour le Royaume. En effet, en Jésus notre nature physique pécheresse, notre corps ont été crucifiés.
Si nos membres, notre corps sont porteurs de la loi du péché et de la mort (Romains 7 : 22-24), soit ils doivent mourir, ce qui se passe pratiquement toujours, soit ils doivent être métamorphosés « brûlés » ou transfigurés par le feu divin glorieux.
Les sacrifices devaient être brûlés par le feu sur l’autel. Notre corps doit être immergé ou baptisé de feu divin ce qui sera un culte logique (logikè latreian) ou raisonnable. Il est en effet logique que le corps du chrétien soit métamorphosé (et ne meure pas) puisque Jésus a vaincu la mort.
Offrir son corps au feu du St Esprit et du Corps glorifié de Jésus, c’est à dire avoir un corps métamorphosé ou transfiguré est logiquement un sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu ! Autrement dit le corps ne « brûle » plus par le feu ou l’énergie ou la lumière terrestre mais par le feu, l’énergie, la substance, la lumière céleste du St Esprit (baptême du St Esprit et de feu) et du Corps glorifié de Jésus. Ce feu céleste ne détruit pas le corps terrestre mais le transforme, le transfigure et le métamorphose.
Le culte « logique » (personnel et collectif ici) qui plaît à Dieu doit impérativement être orienté vers l’obtention de la métamorphose du corps. Le but du culte doit viser à la « délocalisation » dans le ciel, la Salle du Trône. Avoir les yeux physiques ouverts pour voir réellement les réalités célestes, voir Jésus, Le voir bénir, guérir, libérer, parler, avoir des conversations avec Jésus, voir et ressentir le feu céleste, voir le nuage de gloire, voir les anges, entendre leurs chants et chanter avec eux, manger des aliments célestes, sentir les parfums célestes, ressentir le feu céleste sur le corps, ressentir le vent céleste, une fraîcheur agréable, expérimenter la métamorphose du corps pour être saisis par le St Esprit, la « main de Dieu », pour être transportés soit dans les lieux célestes, soit à un autre endroit de la terre, recevoir le baptême de gloire et la Ste Cène de gloire et enfin louer et adorer en esprit et surtout en vérité (c’est à dire dans les réalités célestes) etc… voilà un culte logique et raisonnable !  Souvent ces manifestations sont précédées par des enseignements relatifs à ces réalités. 
L’acte de foi approprié personnel et secret concernant le corps sera le jeûne qui signifiera la foi et la volonté du chrétien d’abandonner l’énergie, la substance, la nourriture terrestres pour rechercher à la place celles issues du céleste !
Ainsi, par ce biais n’étant plus lié aux systèmes et à l’espace/matière/temps (ère, siècle), notre corps métamorphosé devient capable de ne plus se conformer (verbe grec : susmatidzomai = se former selon, d’après, être soumis à) réellement et en vérité  à cette ère ou siècle présent (aionai) ou aux systèmes liés à l’espace/matière/temps pour aller dans le Royaume, la Salle du Trône, le Céleste.
Non seulement le corps peut en sortir mais il doit en sortir d’après notre texte puisqu’il s’agit ici d’une exhortation forte !
Notre corps sera ainsi un sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu ! Il ne sera plus porteur de la mort mais vivant, il ne sera plus porteur de la loi du péché mais saint et par là sera agréable à Dieu.
Il pourra être ainsi montré (paristèmi = montrer, démontrer, faire paraître, prouver, inspirer, exciter, produire, représenter) voire révélé à la création qui attend la « révélation des fils et des filles de Dieu ».
Se conformer au siècle présent est mis en opposition (grec alla = mais) avec l’expression utilisée ici : « soyez métamorphosés » (verbe grec métamorphoo = métamorphoser, transformé, transfiguré), ce qui n’est apparemment ici pas une option.
Etre métamorphosé est identique au fait d’offrir nos corps en sacrifice. La métamorphose est un changement de morphologie et ne peut concerner l’homme intérieur (âme, esprit). Il s’agit de la forme extérieure, de la morphologie de notre être, donc du corps. Celui-ci ne doit plus être conforme au siècle présent.
L’homme intérieur au niveau de sa connaissance, de sa compréhension peut et doit être renouvelé (grec : anakainosis = renouvellement, rétablissement [à ne pas confondre avec métamorphose] ; nous = connaissance, intelligence ; -nosis et nous sont de la même racine signifiant la connaissance et ne concernent que l’homme intérieur).
La connaissance et la compréhension doivent être renouvelées et rétablies selon la Révélation (ou Apocalypse) de Dieu pour ouvrir la porte à la foi en vue de la métamorphose du corps. Tous mes écrits sur l’Eglise des Vainqueurs consistent à encourager au renouvellement de l’intelligence et de la compréhension des textes bibliques dont évidemment l’Apocalypse. En général, on ne peut obtenir que ce en quoi on croit préalablement. Pour croire il faut avoir compris et reçu préalablement en révélation le plan de Dieu concernant l’Eglise des Vainqueurs.
Le renouvellement de l’intelligence est ici un moyen en vue d’une foi réorientée et renouvelée suivie de la métamorphose du corps.
La compréhension de l’Eglise des Vainqueurs permet l’interprétation de l’Apocalypse en suivant en toute simplicité le texte de façon chronologique (cf. écrit « La Mission de l’Eglise des Vainqueurs »). Le baptême de feu et de gloire par Jésus glorifié et la Ste Cène de feu et de gloire avec et en Jésus glorifié venant prendre la Cène avec nous en vue de la métamorphose du corps conditionnant l’appartenance à l’Eglise des Vainqueurs, seront la nouvelle donne pour l’Alliance Chrétienne dans sa pratique et son vécu. Le Baptême d’eau et la Ste Cène avec le pain et le vin sont abrogés sachant toutefois que la croix et la résurrection de Jésus-Christ restent et resteront absolument fondamentaux et incontournables. (cf. écrit « Nouveau mode de vécu et de mise en pratique de l’Alliance Biblique».)
En fait, Jésus s’est « dérangé » pour révéler à l’Apôtre Jean les nouvelles dimensions qu’Il aurait voulu voir vécues par Son Eglise. L’Apocalypse ou la Révélation propose de nouvelles dimensions fondamentales instituées sur l’initiative souveraine de Jésus-Christ glorifié. Il faut donc comprendre que l’interprétation des écrits du Nouveau Testament rédigés avant l’Apocalypse change notoirement (cf. écrit « La Révélation »). Au même titre que les chrétiens ont eu une nouvelle interprétation de l’Ancien Testament comparée à celle des Juifs, l’Eglise des Vainqueurs fondée sur l’intervention souveraine de Jésus-Christ glorifié auprès de Jean aura une nouvelle interprétation des textes qui précèdent l’Apocalypse ! C’est cela le renouvellement de l’intelligence qui est finalement une démarche prophétique et qui permettra de discerner quelle est la volonté de Dieu, celle qui est bonne, agréable et parfaite. En effet, nous serons, métamorphosés, rassemblés dans la Salle du Trône, bénéficiaires de la Révélation du Dieu de gloire, donc évidemment du contenu clair de Sa volonté !    


3. Se tourner vers le Seigneur.

« Lorsqu’on se tourne vers le Seigneur, le voile est ôté » 2 Corinthiens 3 :16     

Si le voile existe soit sur le visage, soit cachant le Saint des Saints, on ne voit pas. Si le voile est ôté on voit le Saint des Saints, la gloire de Dieu et bien plus : on y entre, on y est baigné. Le verset 18 parle de la  métamorphose de gloire en gloire par le St Esprit et est un passage fondamental relatif à l’enseignement de la métamorphose du chrétien voulant faire partie de l’Eglise des Vainqueurs.
Le verbe grec épistrépho est en général traduit  à juste titre par « se tourner vers » mais d’autres nuances significatives pourraient être retenues :
« Diriger ses regards vers » montre que le voile n’est pas obligatoirement collé sur le visage mais si l’intelligence est renouvelée le voile est déchiré et la vue sur le Seigneur est possible.
« Se diriger vers », « aller et venir » démontrent une relation d’un autre type à savoir un va et viens Dieu dans la Salle du Trône - terre tel que préconisé par l’Apocalypse pour l’Eglise des Vainqueurs pour laquelle le voile est réellement ôté.
« Rendre attentif », « Ramener dans la bonne voie » va encore dans le même sens. Comment être attentif au Seigneur, comment être sur la bonne voie si le voile est sur les yeux ? Seule la révélation du Dieu de gloire dans Sa plénitude, uniquement possible dans la Salle du Trône, peut nous faire marcher sur la bonne voie. Ici avec notre intelligence limitée, nous louvoyons et nous nous perdons souvent malgré le texte biblique encore abordé avec tellement d’interprétations suivies de tellement de doctrines. 
Notre corps terrestre corrompu est en réalité le voile ! Sinon pourquoi aurait-il besoin d’être  « sacrifié », « déchiré » ou métamorphosé ? Le verset 18 qui suit parlant de la métamorphose de gloire en gloire démontre évidemment encore une fois cette interprétation.
Ouvrir les yeux, regarder, être attentif aux manifestations visibles par les yeux physiques transformés est un début et un acte de foi pour entrer dans les nouvelles dimensions c’est à dire la bonne voie.


4. Lire, entendre, garder, se repentir, se sanctifier et aimer, vaincre, écrire.

« Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie et qui gardent les choses qui y sont écrites » Apocalypse 1 :3
« Repens-toi…celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux églises : à celui qui vaincra… » Apocalypse 2 :5+7
« Josué dit au peuple : Sanctifiez-vous, car demain l’Eternel fera des prodiges au milieu de vous. » Josué 3 :5
« Écris donc ce que tu as vu, ce qui est et ce qui doit arriver ensuite » Apocalypse 1 :19

Anaginosko signifie lire mais aussi reconnaître, accepter, distinguer, comprendre. Ici on est appelé à lire, reconnaître, distinguer, accepter, entendre et enfin garder pour bénéficier de ce bonheur (« Heureux… » - béatitude). C’est en fait la démarche concrète pour le renouvellement de l’intelligence qui rend heureux. Cette démarche est précédée de la repentance c’est à dire la métanoia (cf. méta – nous, noia = changement, retournement de connaissance). Par la repentance, il faut laisser ce qui est ancien et entrer dans ce qui est nouveau. Il faut changer d’avis et de comportement.
Le verbe tèréo est traduit par « garder » mais le dictionnaire propose aussi « conserver, défendre, observer ». La prophétie de la Révélation, si elle est non seulement gardée mais aussi défendue, observée, vécue, conservée, rend heureux. Si cette prophétie ne fait que l’effet d’un feu de paille, alors le bonheur n’est pas au rendez-vous. Elle doit être l’objet d’un combat persévérant, d’une surveillance sans faille pour qu’elle ne nous soit pas volée ! Il est toujours plus confortable et sécurisant, pour maintes raisons, de marcher sur le chemin large et reconnu par tous mais le chemin étroit de l’explorateur, du prophète, de l’inconnu mais de la liberté est beaucoup moins confortable…. L’apprentissage de la liberté  et de la responsabilité est insécurisant et déstabilisant ! Ce n’est pas pour rien qu’il est écrit en 2 Corinthiens 3 :17 « Or le Seigneur c’est l’Esprit ; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté » et « comme par hasard » tout de suite après, en 2 Corinthiens 3 : 18 il est écrit : « …nous sommes métamorphosés en la même image de gloire en gloire par le Seigneur l’Esprit. » La métamorphose nous rend libres mais nous mène sur des chemins nouveaux.
Nous sommes appelés à vaincre pour bénéficier des promesses qui sont en fait liées au devenir de l’Eglise des Vainqueurs et notamment la liberté ! La victoire consiste à prendre et à dominer la forteresse de l’espace/matière/temps avec ses limitations et ses prisons liées à la chute et au péché (cf. écrit « La Création intermédiaire »).
Cela commence par la démarche concrète pour le renouvellement de l’intelligence dont nous avons parlé plus haut. Ensuite avant de « passer le Jourdain pour le Pays promis » (=lieux célestes pour nous), il faut se sanctifier, c’est à dire abandonner le péché, se « mettre à part » pour Dieu. Dans le cadre de la sanctification, de la « mise à part pour Dieu » nous dirons : comme Dieu est amour, seul l’amour pour Lui et pour notre prochain est et restera la voie par excellence (Colossiens 3 :14 : « Mais par-dessus toutes ces choses, revêtez l’amour qui est le lien de la perfection »). Devenir comme Lui par la métamorphose pour le rejoindre dans la Salle du Trône doit toujours être motivé par l’amour, car sans l’amour nous ne sommes rien c’est à dire nous n’existons pas donc rien n’est possible. L’amour met en nous un désir incompressible de voir le Seigneur d’être près de Lui « en vrai », en réalité !

Il fallait aussi que Jean écrive, fixe par écrit : cela a permis après de longs siècles d’ignorance face à l’Apocalypse, de découvrir l’identité de l’Eglise des Vainqueurs et ses missions, clé de l’interprétation du dernier livre de la Bible.
Aujourd’hui nous aussi, nous écrivons pour que le message ne se perde pas. Nous voulons comme l’Apôtre Jean recevoir les paroles de Jésus-Christ glorifié et vivre les dimensions et les bénédictions qu’Il a instituées Lui-même. Nous voulons par nos écrits considérer avec respect et déférence l’initiative de Jésus-Christ glorifié qui est apparu à Jean non pour faire de la figuration ou faire faire de la figuration, mais bien pour transmettre un message puissant pour Son Eglise qui doit absolument passer aujourd’hui.


Conclusion

Réellement en Jésus tout devient possible. L’immensité de Son sacrifice sur la croix et l’immensité de Sa résurrection implique l’immensité des bénédictions et des grâces qui en résultent. Pour cela ait lieu, il est nécessaire et indispensable d’entrer dans Sa Révélation pour entrer dans Son plan. L’impossible du point de vue humain est digne du possible de Dieu.

En Jésus-Christ,
                                                                                         Martin BUSCH






3 DIEU DANS L’APOCALYPSE

INTRODUCTION :

Comme nous  l’avons écrit dans des écrits précédents, l’Apocalypse est entre autres une invitation à faire partie de l’Eglise des Vainqueurs composée de chrétiens bénéficiant de la métamorphose du corps pour accéder à la Salle du Trône et y recevoir la Révélation de Dieu, notamment de Jésus-Christ (1 : 1), dans toute Sa gloire et par là être rendus capables d’évoluer à la fois dans les lieux célestes et sur terre pour mener les combats et accomplir le travail qui auraient dû être menés et accomplis depuis presque 2000 ans !
L’important à ce jour et pour l’éternité c’est Dieu, seul digne d’être loué, adoré et magnifié. Notre amour veut se porter d’abord et avant tout vers Lui. Nous ne nous lasserons jamais de Sa présence et c’est auprès de Lui qu’est le bonheur absolu.
Qui est-Il, comment est-Il, comment se présente-t-Il dans l’Apocalypse ?


1. La Trinité :

La Trinité apparaît clairement dès le début de l’Apocalypse (1 : 4)
« Grâce et paix vous soient données
de la part de Celui qui est, qui était et qui vient (Père)
de la part des sept Esprits qui sont devant Son trône (St Esprit)
de la part de Jésus-Christ le témoin (en grec martus = martyr, croix) (Fils)
Les trois sont mis au même niveau parce qu’ils peuvent chacun donner la grâce et la paix et pour donner la grâce et la paix, il faut obligatoirement être Dieu.

La Trinité apparaît clairement dans la Salle du Trône : 
« L’Etant assis sur le trône » est le Père (Apocalypse 4 : 3)
« Les sept lampes de feu brûlant devant le trône qui sont les sept Esprits de Dieu» sont le St Esprit  dans la plénitude de Sa manifestation de feu, de gloire et de puissance (Apocalypse 4 : 5).
« L’Agneau au milieu du trône » est le Fils (Apocalypse 5 : 6b).

Dieu en tant que tel, reçoit la louange et l’adoration des anciens, des animaux et plus tard de la foule. Il est le seul digne à pouvoir en bénéficier. 

Ce qui suit est largement extrait de mon écrit intitulé la « Preuve Ontologique ». Nous pensons qu’il est nécessaire de redonner une explication quant à la Trinité qui est souvent peu comprise même dans les milieux chrétiens. 
La Trinité qui consiste à dire que Dieu est un et « tripersonnel », permet à la fois l’osmose et la différence fondamentale toutes deux nécessaires à la relation et donc à l’existence « autosuffisante » de Dieu.

Dieu, trois personnes fondamentalement différentes : Le Père est fondamentalement différent d’avec le Fils car le Père n’est pas le Fils et inversement ou parce qu’un père comme géniteur de son fils ne peut être son fils et inversement. L’Esprit Saint n’est ni Père ni Fils et inversement. Il ne correspond par son essence qu’à l’indéfinissable, à l’insaisissable, au « souffle » parce qu’Il doit nécessairement être AUTRE que le Père, Celui qui engendre et le Fils, Celui qui est engendré. La relation dans l’aspect de la différence fondamentale ou de non confusion, nécessite la notion de vis-à-vis. On pourrait alors se dire pourquoi TROIS personnes fondamentalement différentes ? La notion de vis-à-vis fait penser à DEUX personnes se faisant face. Pour exister sans avoir besoin de la Création, Dieu doit pouvoir se penser et se dire ou s’exprimer (Parole, Verbe) Lui-même c’est à dire qu’Il doit être à la fois sujet pensant et/ou parlant et objet pensé et/ou exprimé. En temps que sujet et objet nous obtenons DEUX personnes nécessaires qui doivent être fondamentalement différentes. Mais il est impossible pour la personne pensante sujet (1) de penser, de prendre pour objet et d’identifier une seconde personne (2) sans pouvoir la comparer avec une tierce personne (3). La comparaison est la condition de possibilité de l’identification et donc de l’identité, de l’Etre et de l’existence. Par conséquent Dieu doit être trois personnes pour qu’Il puisse se suffire à Lui-même en s’identifiant Lui-même et/ou ETRE et/ou exister. L’homme est à l’image de Dieu à savoir l’esprit qui correspond au St Esprit, l’âme qui correspond au Père et le corps qui correspond à Jésus-Christ. En même temps il est un comme Dieu est aussi un.
Dieu un : Comme nous l’avons vu plus haut, l’osmose totale est nécessaire à l’existence. Dieu doit par conséquent être un sans restriction aucune. Par ailleurs, Dieu, pour qu’Il soit Dieu, doit nécessairement être omnipotent et omniscient parce que ces qualités ne sont attribuables qu’au Tout Autre par défaut vu qu’au niveau des sciences dites « exactes » que des sciences dites « humaines », l’acquisition de la connaissance absolue s’avère inatteignable. L’omnipotence et l’omniscience de Dieu nécessitent aussi une unité totale, une osmose totale, une unicité totale dans ce qu’Il est. En effet si la toute puissance, l’omnipotence et l’omniscience sont partagées, réparties et divisées d’une façon ou d’une autre entre les trois personnes, il y a interdépendance, dépendance donc partialité et finalement imperfection en Dieu. Nous aboutirions à une espèce de jeu de pouvoirs entre trois dieux comme c’est le cas dans le polythéisme, le panthéon des très nombreuses divinités païennes. La capacité d’identification réciproque totale et parfaite (=Amour) de la part des trois personnes et entre les trois personnes nécessite bien entendu l’omnipotence et l’omniscience des trois personnes sans restriction aucune pour chacune d’elle. Cette omnipotence, cette omniscience et cette perfection sans restriction impliquent nécessairement l’unicité, l’osmose et l’unité absolues sans restriction aucune par et pour une identification parfaite et totale pour « ETRE ». Chacune des trois personnes peut non seulement identifier une des deux autres personnes mais peut et doit s’identifier à l’une d’entre elles (cf. « ..avant qu’Abraham fût, je suis (=Yahvé je suis celui qui suis Exode 3 : 14) » Jean 8 : 58. Jésus-Christ a préexisté à Son incarnation. « Moi et le Père nous sommes un » Jean 10 : 30 « Celui qui m’a vu a vu le Père » Jean 14 : 9  : Jésus s’identifie au Père ; « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection (amour, cœur, être) » Matthieu 3 : 17 : Le Père s’identifie au Fils ; « Il vous donnera un autre Consolateur…l’Esprit de vérité…je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous » Jean 14 : 16-18 le Fils s’identifie au St Esprit ; « …au point que tu mentes au St Esprit….Ce n’est pas à des  hommes que tu as menti, mais à Dieu » Actes 5 : 3-4 « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » 1 Corinthiens 3 : 16 : Le St Esprit est Dieu ; « L’Esprit de votre Père qui parlera en vous » Matthieu 10 :20 : Le St Esprit est identifié au Père et inversement ; «…et à l’assistance de l’Esprit de Jésus-Christ » Philippiens 1 : 19 : Le St Esprit est identifié à Jésus-Christ et inversement.
En fait s’identifier parfaitement et totalement à l’autre est une manière d’être Amour parfait. (« Dieu est amour » 1 Jean 4 : 8).
Matthieu 28 : 19b parle du baptême d’eau au nom du Père, du Fils et du St Esprit.

Par conséquent Dieu, pour qu’Il soit Dieu, ne peut ETRE qu’à la fois TROIS personnes et UN.

Cet excursus, qui doit obligatoirement être replacé dans son contexte argumentaire très large de la relation comme condition de possibilité de l’existence de l’écrit « La Preuve Ontologique », nous semblait malgré tout indispensable pour aborder le sujet de notre propos : Dieu dans l’Apocalypse.

Comme nous l’avons par ailleurs souligné dans l’écrit « La Révélation », Dieu S’est successivement révélé à travers l’Histoire comme Père dans l’Ancien Testament, comme Fils dans les Evangiles et comme St Esprit dans les Actes suivis des Epîtres.
Le Dieu Trinitaire veut se révéler à l’Eglise métamorphosée ou l’Eglise des Vainqueurs dans l’Apocalypse dans Sa gloire et notamment dans Sa plénitude ou globalité à savoir Père Fils et St Esprit.
L’Eglise ne peut recevoir cette Révélation de gloire et de plénitude que « hors » des limitations de l’espace/matière /temps puisque Dieu pour être Dieu doit aussi être le « Tout Autre » (cf. écrit « La Preuve Ontologique ») et Se révéler comme tel à Son Eglise dans un « environnement tout autre».
Il a fait des incursions glorieuses et merveilleuses dans les limitations de l’espace/matière/temps pour nous sauver des conséquences du péché et de la chute « hors » du paradis ou du ciel, à savoir nous sauver et nous extraire par la métamorphose des limitations de mort dont notre corps et la création sont marqués (cf. écrit « La Création Intermédiaire »). Si Dieu S’est révélé dans l’espace/matière/temps, principalement par Son incarnation en Jésus-Christ, Il veut aussi se révéler en tant que Tout Autre « Tout Différent » de l’espace/matière/temps : il faut donc que le chrétien puisse l’y rencontrer le corps métamorphosé, le corps terrestre mortel n’étant à ce moment-là plus une entrave à cette révélation ou apocalypse.
Les choses étant ainsi comprises, il apparaît clairement qu’il est absolument impossible de pouvoir recevoir la révélation de Dieu le Tout Autre, c’est à dire la Révélation ou l’Apocalypse par excellence, dans les conditions terrestres et de limitations espace/matière/temps. Il est donc indispensable de pouvoir sortir de l’espace/matière/temps pour rencontrer Dieu de la façon qu’Il nous le propose dans l’Apocalypse. Le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ implique un salut total c’est à dire aussi le salut du corps ou la métamorphose. Jésus glorifié attend l’Eglise des Vainqueurs !

2. Dieu : le Tout Autre et le Créateur de l’espace/matière/temps et Celui qui est dans l’espace/matière/temps.

Alpha et Oméga : ici il s’agit de la première lettre et de la dernière lettre de l’alphabet grec et correspond à l’expression « Je suis le premier et le dernier ». D’autres expressions en rapport sont utilisées : « Celui qui est, qui était et qui vient » ou encore « Vivant - Il règnera - pour les siècles des siècles » (cf. Apocalypse 1 : 4, 5 ; 1 : 17 ; 2 : 28 ; 4 : 8, 10 ; 11 : 15 ; 16 : 5 ; 21 : 6 ; 22 : 13).

Ces expressions sont attribuées au Père comme au Fils.
Qu’est-ce qui permet à Dieu d’affirmer qu’Il est au commencement de l’Histoire (espace/matière/temps) et à la fin ? (Alpha et Oméga ; premier et dernier).
Qu’est-ce qui permet à Dieu d’affirmer qu’Il est dans l’Histoire sur toute sa durée ? (est, était, vient).
Qu’est-ce qui permet à Dieu d’affirmer qu’Il est vivant et qu’Il règnera pour les ères des ères ou les siècles des siècles ?
Les expressions utilisées sont de nature et de substance espace/matière/temps et expriment une réalité à l’intérieur de l’espace/matière/temps à savoir le début et la fin (alpha et oméga), la durée du temps (est, était, vient) ou les siècles des siècles ou ères des ères (à la fois temps et éternité).
Toute langue écrite ou parlée, tout mot, toute pensée, toute action, tout événement naturel ou autre ont besoin d’être à l’intérieur de l’espace/matière/temps pour exister ne fut-ce qu’un clin d’œil, d’où la difficulté de compréhension du livre de l’Apocalypse qui utilise des mots, des paroles liées à l’espace/matière/temps pour signifier des réalités différentes ou autres ou encore célestes.

A) Dieu affirme être le « premier et le dernier », autrement dit, Il était là au premier instant et sera là au dernier instant.
Il est donc de cette manière à « l’intérieur » de l’espace/matière/temps mais pour pouvoir aussi être là au début et à la fin, il faut aussi Sa présence toute différente, toute autre qui ne soit pas à l’intérieur de l’espace/matière/temps sinon Il ne peut pas être le premier, ce serait le temps qui serait premier !!! De même, il ne pourrait être le dernier, ce serait aussi le temps qui serait dernier. Autrement dit, ce serait le temps ou plus exactement l’espace/matière/temps qui serait Dieu et nous tomberions alors dans le matérialisme dialectique.
En outre, on ne peut pas parler de présence préalable ou d’un avant ou alors d’un après, concepts se situant dans les catégories de l’espace/matière/temps, mais d’une présence totalement différente et toute autre. Dieu est donc à la fois à l’intérieur de l’espace/matière/temps  (Incarnation, Christ vrai Homme, par exemple) et différent ou Tout Autre (Christ vrai Dieu, par exemple) par rapport à l’espace/matière/temps. Il ne peut être le premier et le dernier uniquement qu’en étant le Tout Autre.
Si ce n’était pas le cas, il faudrait alors au minimum un « instant du début » à savoir le temps que Dieu existe, donc Il aurait un commencement APRES le début du temps, donc ne serait pas le premier et aussi une finalisation DANS le temps, donc ne serait pas le dernier. Ce serait le temps ou l’espace/matière/temps qui serait Dieu ! Nous tomberions dans le matérialisme où la matière était, est  et vient. Les explications des expressions suivantes abonderont dans le même sens.

B) Dieu affirme être « Celui qui est, qui était et qui vient » autrement dit, Il est là tout au long du temps lequel a eu un commencement et aura obligatoirement une fin, car il est composé d’une infinité de débuts et de fins tant au niveau de l’infiniment petit que de l’infiniment grand que de ce qu’il y a entre les deux.
Nous ne pouvons que constater que si Dieu est présent tout au long du temps, il faut qu’Il soit certes non seulement à l’intérieur de ce temps car Il est, était et vient, mais aussi Tout Autre ou Tout Différent car s’Il est présent tout au long du temps dans sa globalité (premier instant et dernier instant et entre les deux) il faut qu’Il soit totalement différent du temps. Ainsi Il n’a pas de début ni de fin : Il est !
En effet Dieu est, était et vient et il est nécessaire qu’Il soit aussi Tout Autre ou Tout Différent.
Il ne pourrait être en effet le Créateur (4 : 11 ; 14 : 7) de l’espace/matière/temps s’Il n’est Lui-même que dans l’espace/matière/temps. L’homme dans sa chute a empoisonné la création à savoir l’espace/matière/temps qui est devenu une prison terrible pour l’être humain (cf. écrit « La création intermédiaire »).
En Apocalypse 1 : 4 (1 : 8 ; 16 : 5 « est, était), Il part du présent pour englober le passé et l’avenir. (est, était, vient – Remarquons toutefois qu’en Apocalypse 4 : 8c la logique normale et connue du temps est respectée, passé, présent, avenir : « était, est, vient »). En 1 : 8, le texte ajoute le « Tout Puissant » (en grec : pantocrator). Il est justement Tout Puissant parce qu’Il est Tout Autre et transcende le temps ou l’espace/matière/temps tout en étant dedans.
Dieu est tout simplement. Il EST prioritairement. En effet ce qui est passé n’est plus et ce qui vient n’est pas encore. Seul le présent est ! La réalité est dans le présent. (Cf. Aujourd’hui si vous entendez Sa voix…). Nous retrouvons le fameux « Je suis Celui qui est » (« Je suis ») d’Exode 3 : 14 dont la contraction hébraïque est Yahvé.
Dieu est : à la fois parce qu’Il est, était et vient et à la fois Tout Autre.
Le temps par la vitesse notamment, n’est que dans la relativité de l’espace et de la matière. Le présent du temps n’existe par ailleurs que dans la relativité par rapport au passé et à l’avenir. Le temps est donc relatif. (cf. « …devant le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans sont comme un  jour » 2 Pierre 2 : 8). C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre les passages de la fin du 1er siècle : « ce qui doit arriver bientôt » (1 :1) ou « le temps est  proche » (1 : 3c) ou encore « oui, je viens bientôt, Amen ! Viens Seigneur Jésus … » (22 : 20) et d’autres passages de l’Apocalypse, car aujourd’hui presque 2000 ans se sont écoulés depuis la période du Christ et des Apôtres !
Dieu au contraire ne change pas et n’est pas relatif, Il est : Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement !  (Hébreux 13 : 8). Nous vivons le présent toujours soit par rapport au passé, soit par rapport à l’avenir ou les deux en même temps alors que Dieu nous veut d’abord et prioritairement dans le présent puisqu’Il est. C’est la seule réalité et véritablement passer dans le « Je suis »  (cf. Jean 8 :58) c’est aussi passer dans l’éternité. Là le temps ne « passe plus », donc plus de péchés, de vieillissement, plus de maladie, plus de mort. Jésus, qui nous aime, nous a délivrés de nos péchés par Son sang (1 : 5b). Son sacrifice et Sa justification nous permettent d’entrer dans le présent de Dieu à savoir au ciel dès à présent ! La chute et le péché ont provoqué le temps-prison, cette captivité dans laquelle Jésus est entrée pour nous en délivrer par grâce (grec : karis) ou don gratuit (22 : 21) où tout mérite est exclu.

C) Dieu affirme être vivant « aux siècles des siècles » ou « pour les ères des ères ».
L’expression « Je suis vivant pour les ères des ères » (en grec : dzon eimi eis tous aionas ton aionon) montre tout d’abord qu’il y a simplement des siècles (ou ères) à savoir le temps. Mais ici il s’agit de l’expression « les siècles des siècles ». A première vue cela ne veut rien dire. En fait il s’agit d’une expression de type temporelle certes, pour exprimer l’éternité. L’éternité, ce n’est pas les siècles tout court mais les siècles des siècles.
De plus, il est intéressant de savoir que le terme grec « aion » signifie à la fois le temps tout entier et l’éternité ! Dieu est vivant, Il règne à la fois dans les dimensions de l’espace/matière/temps et dans la réalité toute autre de l’éternité.


3. Dieu : Aspects, caractéristiques et rôle dans le livre de l’Apocalypse.

Etre assis sur le trône, c’est régner parce qu’on est roi et que l’on dispose de la toute puissance et de tout le pouvoir.
Le Père, le Fils sont assis sur le trône (3 : 21b ; 4 : 2 ; 5 : 6 ; 7 : 17 ; 20 : 11 etc.). Le St Esprit est sur le trône et devant le trône.

A) Le Seigneur le St Esprit
Le St Esprit (sept Esprits signifie la plénitude de la manifestation du St Esprit) est devant le trône (1 : 4c ; 4 :5) sous l’aspect des sept lampes mais est aussi uni à Jésus-Christ (3 : 1), à l’Agneau (5 : 6c) sous l’aspect des sept cornes (plénitude (7) de puissance (cornes)) et des sept yeux (plénitude (7) de connaissance, de vision et de discernement) car « L’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu » (1 Corinthiens 2 : 10), ce qui n’est pas rien… ! Avec l ‘Agneau, Il est donc sur le trône !

Les voix, les éclairs et les tonnerres : la Parole, le Feu et la Puissance sortent du trône. Si nous considérons Zacharie 4 : 6 « Ce n’est ni par la puissance, ni par la force, mais c’est par Mon Esprit, dit l’Eternel des Armées », alors nous comprenons mieux que l’Esprit de Dieu imprègne, sonde, inspire, se manifeste dans la toute puissance du Feu de Bénédiction, de Sainteté et de Jugement divins et éclaire, c’est à dire chasse les ténèbres : « Sept lampes brûlant devant le trône ».L’Esprit de Dieu est à la fois sur le Trône (Tout Autre) et à la fois dans l’espace/matière/temps puisqu’Il a été envoyé par « toute la terre » (5 : 6c).
Le St Esprit est « répandu » parmi les croyants (Actes 2 : 33 ; 10 : 45). Il est Dieu et en quelque sorte « le pouvoir exécutif » de Dieu. (Romains 15 : 18,19 par exemple).

En union avec Jésus-Christ, Il est le grand communicateur aux sept églises pour la formation de l’Eglise des Vainqueurs : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux églises ». Il est Celui qui métamorphose les membres de l’Eglise des Vainqueurs (2 Corinthiens 3 : 18 ; Apocalypse 1 : 10 ; 4 : 2 cf. écrit « la Métamorphose ») et qui ressuscite les deux témoins à Jérusalem (« Souffle de Vie » : 11 : 11).
« Le témoignage de Jésus est l’Esprit de prophétie » (19 : 10 ; cf. aussi 1 : 3). Les traductions souvent mettent un « e » minuscule à esprit alors que la désignation du St Esprit avec un « E » majuscule nous paraît ici opportune. Le rôle principal du St Esprit est, par la Parole prophétique, non seulement de témoigner de Jésus mais d’être le témoignage de Jésus ou de montrer Jésus. La dimension prophétique (prophéro = porter en avant, montrer) du St Esprit est de révéler Jésus-Christ glorifié. Pour ce faire, il faut que le chrétien soit métamorphosé par le St Esprit.
Le « titre du livre de l’Apocalypse » est en fait « Révélation de Jésus-Christ » (grec : apocalupsis Ièsou Kristou – 1 : 1a).
L’essence fondamentale prophétique du St Esprit, consiste à être centré sur Jésus-Christ glorifié notamment sous les aspects, les caractéristiques et le rôle décrits dans le livre de la Révélation.

B) Le Seigneur Jésus-Christ
Jésus-Christ est d’abord présenté comme le martyr (le témoin : « o martus »), le fidèle (o pistos ; cf. pistis : la foi) c’est à dire Celui qui a accepté de  mourir fidèlement sur la croix puis comme le premier né d’entre les morts qui est une référence à Sa résurrection et enfin comme le prince ou souverain (o arkon) des rois de la terre qui est une référence à Sa glorification qui trouvera sa visibilité terrestre universelle lors de son retour en gloire (1 : 7 ; 19 : 11ss) et lors du millénium (20 : 4c).
Il est Celui qui nous aime et son amour s’est manifesté lorsqu’Il a versé Son sang pour nous délier de nos péchés (1 : 5). Ce thème est repris par l’Agneau sur le trône en 5 : 6ss. Le thème de l’Agneau Pascal sacrifié lors de la sortie d’Egypte est en effet repris entre autres dans la Salle du Trône. Jésus-Christ est ici Dieu qui s’est incarné dans l’espace/matière/temps pour venir se sacrifier pour nous. C’est le fondement de la Révélation de Jésus-Christ qui est largement étayé dans les Evangiles, les Actes et les Epîtres.
Le texte de l’Apocalypse, s’il présente le fondement comme incontournable, et le reprend à juste titre, nous encourage à ne pas en rester là.

En effet la suite est édifiante à ce sujet. Jésus-Christ glorifié se révèle à Jean. C’est ni plus ni moins la réalisation des paroles de Jésus : « Je vous le dis en vérité, quelques uns de ceux qui sont ici ne mourront point qu’ils n’aient vu le Fils de l’homme venir dans son règne ». (Matthieu 16 : 28 ; cf. aussi : Marc 9 : 1 ; Luc 9 : 27). En fait il ne s’agit pas dans ce cas de l’Ascension, ni de Son retour en vue de l’enlèvement (1 Thessaloniciens 4 : 16-17), ni du retour « avec les nuées » visible de « toutes les tribus de la terre » (Apocalypse 1 : 7 et Apocalypse 19 :11ss pour le millénium). Le retour de Jésus glorieux pour Jean et pour l’église est à considérer comme un retour différent qui correspond à celui que Jésus indiquait dans les évangiles.

Jésus S’est dérangé, est revenu pour Jean (1 : 11-20) puis veut dès maintenant revenir pour les siens pour les baptiser dans Sa gloire en tant que Seigneur glorifié, comme Il l’a fait pour Jean, et pour prendre avec eux le « souper » ou la Ste Cène de gloire (3 : 20).

Pour Jean, cela a « sérieusement » commencé par une puissante voix telle une trompette. La trompette est souvent associée à une théophanie et à une manifestation de puissance de Dieu sur terre (Exode19 : 16 et Hébreux 12 : 19).
Cette voix fit appel à la vue de Jean et à la fixation par écrit du message et de ce qu’on allait lui faire voir (1 : 11).
Jésus est le Chef de l’Eglise et des ministères (7 étoiles : ministères, envoyés ou apôtres, et 7 chandeliers d’or : églises semblables ou identiques des chandeliers du St Esprit ; 1 : 12, 16, 20 ; 4 : 5).
La robe (endeduménon poderes = étant vêtu jusqu’aux pieds) de Jésus fait référence au revêtement de gloire mais aussi à la robe sacerdotale du Grand Prêtre qui pouvait aller dans le Lieu très Saint. Jésus est notre Souverain Sacrificateur (Hébreux 2 : 17 ; 3 : 1 ; 4 : 14, 15 ; 5 : 6, 7 etc.).
La ceinture d’or était portée à la fois par les Souverains Sacrificateurs et les rois. La prêtrise et la royauté de Jésus sont clairement soulignées. La ceinture était mise pour tenir l’habit pour la marche et le combat.
La tête et les cheveux étaient blancs comme la laine blanche et la neige. En Daniel 7 : 9, il est question de l’Ancien des jours avec une description semblable. Cet aspect démontre que Jésus a existé « avant les jours » donc est le Tout Autre par rapport à l’espace/matière/temps, le « Je suis », autrement dit Jésus est Dieu. Il est plus que l’espace/matière/temps (cf. paragraphes plus haut).
Les yeux comme une flamme de feu (2 : 18 ; 19 : 12) ne peuvent qu’être mis en parallèle avec Daniel 10 : 6. Les yeux et la flamme de feu font penser aux sept yeux et au feu du St Esprit : Vision parfaite, connaissance absolue, feu de puissance, de jugement, de purification, de bénédiction et de métamorphose. Nous pouvons constater une fois de plus, l’unité de Jésus et du St Esprit. Là où est Jésus, là est le St Esprit.
Les pieds semblables à de l’airain en fusion dans une fournaise (cf. Daniel 10 : 6) : Le terme grec kalkolibanon peu commun peut signifier or, airain, bronze, cuivre ou alors selon certains un alliage d’or et d’argent avec incrustations de cristaux et de pierreries. Le corps glorieux de Jésus est du métal précieux et des minéraux épurés en fusion !
La voix semblable à une voix d’eaux multiples est à rapprocher à la même voix semblable à une trompette quelques versets plus tôt. La transmission, la communication bref la Parole de Dieu sont hyper puissantes, impressionnantes d’autorité dans les lieux célestes. Cela n’a plus rien à voir avec une voix humaine ! Les chutes d’eau font un bruit qui couvre tous les autres bruits alentours. L’autorité et la puissance de la Parole de Jésus dépassent tout entendement. Le rapprochement avec la voix, le tonnerre et la Parole du St Esprit qui se manifestent au niveau du Trône (4 : 5) peut se faire.
Jésus est le Chef de l’Eglise et des ministères (7 étoiles : ministères, envoyés ou apôtres [anges] et 7 chandeliers d’or : églises semblables à celles du St Esprit ; 1 : 12, 16, 20 ; 4 : 5).
L’épée acérée à deux tranchants dans la bouche de Jésus peut être associée à la Parole et à l’Esprit comme en Ephésiens 6 : 17. Jésus est Parole faite chair (Jean 1 : 14) conçu du St Esprit (Matthieu 1 : 18).
D’ailleurs Jésus, sous les différents aspects décrits ici et repris en introduction à chaque lettre aux églises, parle la Parole de Dieu en association avec l’Esprit (2 : 7 : « ce que l ‘Esprit dit aux églises »  qui parle par là même aux églises.
Plus loin le glaive de la bouche de Jésus (grec : romphaia = épée longue de jugement) sera utilisé comme jugement en cas de non repentance des méchants, de ceux qui mangent des viandes sacrifiées aux idoles et des Nicolaïtes faisant partie de l’église d’Ephèse  (2 : 12, 16). Vers la fin du livre (19 : 15) il s’agit carrément du jugement des nations. Jésus est Juge. « Le Père ne juge personne, mais Il a remis tout jugement au Fils… » (cf. 22 : 12 ; Jean 5 : 22).
Le visage comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force est à rapprocher incontestablement avec Matthieu 17 : 2 : « Il fut métamorphosé (métamorphoo = transfigurer, transformer) devant eux ; son visage resplendit comme le soleil et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière ». Jésus est métamorphosé. La métamorphose, la transfiguration, la transformation de Jésus mais aussi celle de Jean puis des chrétiens de l’Eglise des Vainqueurs, est au centre de la manifestation de Jésus-Christ glorifié parce qu’il s’agit du visage, de la face. Son corps glorifié,  notamment son visage qui est resplendissant tourné vers Jean, n’ont plus rien à voir avec Son corps terrestre. C’est l’Eternel qui tourne réellement Sa face vers Jean : quelle bénédiction ! (cf. Nombres 6 : 26 entre autres  très nombreux passages relatifs à la Face de Dieu qui peut aussi se « tourner contre » en guise de jugement : Ezéchiel 14 : 8 ; 15 : 7 par ex.).
Jésus dans Sa souveraineté et Sa gloire institue le baptême de feu et de gloire avec Jean en vue de la métamorphose. Jean tombe comme mort et Jésus le relève avec Sa main droite. Nous nous trouvons en présence d’un texte de type baptismal évident par la mise en parallèle dans le texte du vécu de Jean avec l’évocation ici de la mort et de la résurrection de Jésus (cf. Romains 6 : 3, 4).
Jésus dans Sa souveraineté et Sa gloire institue la Ste Cène de feu et de gloire en vue de la métamorphose : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je prendrai la Cène (souperai - cf. dernier souper) avec lui et lui avec moi. » (3 :20) Nous nous trouvons en présence d’un texte de type eucharistique évident. (cf. écrit « Le nouveau mode de pratique et de vécu de l’Alliance Biblique » et écrit « La Métamorphose » pour de plus amples explications).
A ce titre Jésus est l’Etoile brillante du matin (22 : 16) c’est à dire l’objet et le cœur de la Parole prophétique (2 Pierre 1 : 19 ; Apocalypse 2 : 28) ou du prophétisme qui fait avancer l’Eglise dans la Révélation. Jésus glorifié est l’Etoile qui annonce un jour nouveau, une ère nouvelle à la fois pour l’Eglise appelée à devenir l’Eglise des Vainqueurs et pour le monde où les événements se succéderont pour aboutir à la fin.
Les attributs « Je suis le premier et le dernier et le Vivant, Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin»  sont clairement des attributs du Père (1 : 8 ; 22 : 12 ; cf. aussi Esaïe 44 : 6 ; 48 : 12 ; Josué 3 : 10 ; 1 Samuel 17 : 36 ; Psaume 42 : 2 etc. et paragraphes plus haut). Il est le « Vivant pour les siècles des siècles », comme nous l’avons vu plus haut, démontre que Jésus est Dieu. Là où est Jésus, là est le Père et là où est le Père, là est Jésus.
« …je fus mort et voici je suis vivant pour les siècles des siècles et je tiens les clés de la mort et de l’Hadès » avec 1 Pierre 3 : 19 et 4 : 6 montrent que Jésus est allé dans le séjour des morts, qu’Il a vaincu la mort pour toujours et qu’Il tient les clés du séjour des morts.
Il est Celui qui a la clé de David celui qui ouvre et personne ne fermera, celui qui ferme et personne n’ouvrira (3 : 7). En Esaïe 22 : 22 au-delà d’une situation historique locale (Schebna – Eliakim), nous pouvons y voir un passage messianique de par sa similitude avec Apocalypse 3 : 7 : « Je mettrai sur ton épaule la clé de la maison de David : quand il ouvrira, nul ne fermera ; quand il fermera, nul n’ouvrira ».
Posséder la clé de David, c’est être de la lignée de David, être le Lion de Juda (5 : 5 ; 22 : 16 : rejeton, postérité de David ; 22 : 16) donc faire partie du peuple juif porteur de la lignée élue instrument du plan rédempteur de Dieu : nous y trouvons par là la prêtrise avec l’accès au Saint des Saints (cf. plus haut références à l’Epître aux Hébreux). Il se tient d’ailleurs sur la montagne de Sion, lieu du Temple et du Saint des Saints, avec les 144 000 (14 : 1). C’est aussi posséder le pouvoir royal (Roi David – Lion de Juda) donc l’autorité et la puissance.
Par ce fait, Il tient les clés de la mort et du séjour des morts (1 :18). Il tient aussi les « clés » de la porte du ciel. C’est Lui qui dit à Jean : « monte ici » (4 : 1c). Il a donc vaincu la Mort parce qu’Il tient les clés de la Mort et de l’Hadès et il tient aussi les clés du ciel : Il nous en ouvre la porte et nous commande de la passer comme ce fut le cas pour Jean ! Il est la Porte du ciel (Jean 10 : 7, 9).

L’allusion à Sa mort et à Sa résurrection fait référence à Son passage sur terre, Son incarnation qui est aussi décrite par l’expression « le principe [premier] de la création de Dieu » (3 : 14). On peut mettre ce passage en relation avec Proverbes 8 : 22 où la Sagesse qui est Jésus-Christ, (5 : 12 ; 7 : 12) a été créée comme la première des œuvres de l’Eternel. Colossiens 1 :15 parle du « premier-né de toute la création ».
« A Celui qui est assis sur le trône et à l’Agneau soient la louange, l’honneur, la gloire et la force aux siècles des siècles…5 : 13 ; cachez-nous devant la face de Celui qui est assis sur le trône et devant la colère de l’Agneau…6 : 16 ;  Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône et à l’Agneau…7 : 10 ; l’Agneau qui est au milieu du trône 7 : 17 ; l’Agneau les vaincra parce qu’Il est Seigneur des seigneurs et le Roi des rois…17 : 14 ; le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la ville… 22 : 3 ; cf. 3 : 21 ; 14 : 14 » sont des passages qui présentent le Seigneur Jésus-Christ (l’Agneau) comme étant Dieu et devant recevoir l’adoration due à Dieu.

La thématique de l’Agneau sur le Trône (5 : 6) fait référence en même temps à la croix (Agneau pascal sacrifié lors de la sortie d’Egypte) et à Sa glorification suprême (sur le Trône).
L’Agneau seul est digne de recevoir de la main du Père le livre aux sept sceaux qu’Il peut briser pour ouvrir ce livre (ou plutôt rouleau). Ce livre permet à la fois la libération de l’action de l’Eglise des Vainqueurs (= cavalier vainqueur pour vaincre sur le cheval blanc 6 : 2 et fruits du ministère de l’Eglise des Vainqueurs : 144 000 + foule issus de la grande tribulation 7 : 17 ; cf. 19 : 14 : « les armées du ciel suivaient sur des chevaux blancs ») et aussi le déroulement de la grande tribulation sur les nations (6 : 3ss). Il reçoit l’adoration des animaux et des 24 anciens munis chacun d’une harpe et de coupe d’or remplies de parfums qui sont les prières des saints. Les paroles du cantique nouveau reviennent au fondement du sacrifice sur la croix qui lui confère la dignité suprême (5 : 9). Le rachat de ceux qui ont accepté toutes les bénédictions de Son sacrifice implique que ceux-ci soient des sacrificateurs ou prêtres et forment un royaume de « rois » qui règnent sur terre. C’est l’Eglise des Vainqueurs couronnée qui chevauche un cheval blanc qui part en vainqueur et pour vaincre et par là qui décoche avec son arc les flèches qui touchent victorieusement au but dans le 2ème ciel, lieu céleste de l’Ennemi, de la Mort et des démons.
Toute la foule issue de la grande tribulation et fruit du ministère de l’Eglise des Vainqueurs initiale (144000 + foule immense issue des nations à ne pas confondre avec l’ensemble des sauvés cf. écrit « Mission de l’Eglise des Vainqueurs ») se tiennent devant le Trône (7 : 14-17) où se trouvent le Père et l’Agneau qui est aussi appelé le berger. Le Psaume 23 : 1, 2 qui dit « L’Eternel [Père] est mon berger …il me conduit près des eaux paisibles…maison de l’Eternel…» est à rapprocher avec ce passage. Quel bien-être dans la Salle du Trône !
L’Agneau est digne de recevoir puissance, richesse, sagesse, force, honneur, gloire, adoration, louange (5 : 12, 13) car Il a donné Son sang. Il est le Saint (3 : 7). Il est l’Amen, (3 : 7 ; 3 : 14 ; 19 : 11 ; Esaïe 65 : 16 : Dieu « amen » [en hébreu] traduit par « de vérité » ; Jean 3 : 3 amen, amen = en vérité en vérité…) le Véritable (alètinos, cf. alèteia = vérité 3 : 7 ; 19 : 11). Il est le contraire du mensonge.

Le Fidèle et le Véritable apparaît en Apocalypse 19 : 11 sur un cheval blanc. On y retrouve des caractéristiques de l’apparition de Jésus glorifié à Jean.
Là, Il porte de nombreux diadèmes ce qui signifie qu’Il est Roi des rois et Seigneur des Seigneurs (19 : 16), c’est à dire qu’Il porte les divers diadèmes lui attribuant la royauté suprême sur tous les royaumes. Il mènera paître les nations avec une verge de fer (19 : 15b) comme Il en a reçu le pouvoir du Père (2 : 27 ; cf. millénium 20 : 4).
 Le nom inscrit qu’Il est seul à connaître démontre encore qu’Il est Tout Autre. Son nom inconnu ou Son identité inviolable, secrète du Tout Autre est le secret de Sa victoire et de Sa supériorité divines. Il est par ce biais invulnérable et donc Dieu. Il ne peut être mis dans un cadre quelconque. Son manteau est trempé de sang fait référence à son sang versé qui Lui permet de passer à l’exécution du jugement des impies par la Parole de Dieu, glaive acéré sortant de Sa bouche frappant les nations et l’Ennemi (19 :15-21). Une autre apparition précédente du Fils de l’homme siégeant sur une nuée, une couronne d’or sur la tête et une faucille tranchante à la main (14 : 14ss) décrit l’exécution du jugement qui  finira par aboutir au jugement et à la chute de Babylone (18 : 8c ; 19 : 1, 2).
Enfin Jésus est l’époux et fêtera les noces avec l’Eglise Son épouse (19 : 7-9 ; 21 : 2). C’est l’amour qui subsiste à toujours (1 Corinthiens 13 : 13). La fête des noces commencera !

C) Le Seigneur le Père
Jésus le Vainqueur S’est assis avec Son Père sur Son Trône (3 : 21). Le Père est donc assis sur le Trône.
Il est ce « Quelqu’un » qui siégeait (et qui siège d’ailleurs toujours) sur le Trône quand Jean est « monté » dans la salle du Trône (4 : 3).
Il avait l’aspect d’une pierre de jaspe et de sardoine et tout autour du Trône un arc-en-ciel semblable à de l’émeraude
Nous retrouvons la jaspe en Apocalypse 21 : 11 où la Jérusalem céleste brillait de la gloire même de Dieu. Les matériaux et les assises des remparts de la ville étaient de jaspe.
Nous retrouvons ces pierres avec d’autres sur le pectoral du Grand-Prêtre en Exode 28 : 13ss et 39 : 13 et en Ezéchiel 28 : 13 dans la parure du roi de Tyr (ou de l’Ennemi avant sa chute). En Ezéchiel 1 : 26 le trône est une pierre de saphir.
La pierre de jaspe peut avoir différentes couleurs vives dont le rouge, le vert, le cuivre, le violet et le jaune. Elle peut être translucide. La pierre de sardoine est de couleur brune et rouge. Enfin l’émeraude est verte.
(Nous proposons diverses explications et associations dans le livre « l’Eglise des Vainqueurs 2 » sur le chandelier relatives aux pierres précieuses apparaissant dans la Bible).
La pierre de jaspe fait référence à l’amour (bien-aimé, bienheureux, sécurisé). Dieu le Père est amour (1 Jean 4 : 8). Nous retrouvons là l’identité merveilleuse du Père qui a « tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique… » (Jean 3 : 16). L’amour du Père désigne cette proximité du Papa qui aime Ses enfants. L’amour ne peut se penser, se décrire et se cerner même si 1 Corinthiens 13 en est une approche merveilleuse. La racine hébraïque (Yashepheh) de jaspe signifie « polir ». Le polissage de la pierre par analogie nous fait penser à la perfection (de la pierre taillée) qui est indispensable pour faire paraître l’Amour parfait qui bannit la crainte (sécurisation 1 Jean 4 : 18). Le Père est parfait.
La pierre de sardoine fait référence à l’Immortalité, la Fécondité, la Descendance, la Force et aussi l’Humiliation.
L’Immortalité du Père en tant que Tout  Autre Créateur est non seulement une évidence mais une nécessité, sinon Il ne serait pas Dieu ni l’Alpha et l’Oméga, ni Celui qui est, qui était et qui vient, ni le Tout-Puissant (1 : 8 ; cf. explications plus haut).
La Fécondité et la Descendance du Père sont indispensables pour avoir un Fils, sinon on n’est pas Père. Les fruits et la descendance dans le Fils sont incommensurables au niveau de l’Eglise à travers les siècles !
L’Humiliation du Père s’est faite dans un premier temps lorsque Son Fils a dû quitter la gloire céleste pour prendre notre condition humaine avec tous ses aléas et surtout au moment des souffrances injustes liées à la crucifixion.
La Force et la Puissance du Père sont sa toute-puissance notamment celle exercée en tant que Créateur (4 : 11b ; 14 : 7).

La pierre d’émeraude fait référence à l’Alliance, à la Parole, à la Connaissance, à l’Enseignement et à la Prêtrise.
L’Arc-en-ciel autour du trône avec une brillance vert émeraude n’est pas l’identité du Père à proprement parler, mais émane de Lui. L’Alliance (cf. Noé – arc-en-ciel, puis alliances avec Abraham, Moïse et surtout en Jésus-Christ) toujours scellée par la Parole (=contrat et aussi le sang du sacrifice) ouvre la porte à la connaissance, à l’enseignement et à la prêtrise (5 : 10 ; 20 : 6b) c’est à dire au salut (7 : 10), à la gloire ou l’accès réel au Trône et à la présence réelle du Père (cf. écrit : Eglise des Vainqueurs).

Les paroles de l’adoration soulignent la sainteté, la justice, la gloire, l’honneur, la royauté, l’éternité et la toute puissance du Père Créateur et aussi de l’Agneau (4 : 8-11 ; 15 : 3, 4 etc.).

Il tient le déroulement de l’Histoire dans son entier et des événements dans Sa main droite à savoir le rouleau scellé (5 :1) qui ne peut être déroulé que par l’Agneau seul digne d’en briser les sceaux. Le Père est le Maître de l’Histoire (espace/matière/temps). Il est le seul à connaître le jour et l’heure de la fin (Matthieu 24 : 36 ; Marc 13 : 32).
En effet, au moment où le Père Juge siège sur le grand Trône blanc, la terre et le ciel (espace/matière/temps) s’enfuirent de devant Sa face sans laisser de traces (20 : 11) le juste jugement dernier se met en place.

Conclusion

Le Père et l’Agneau sur le Trône sont très souvent associés (3 : 21 ; 5 : 13 ; 6 : 16 ; 7 : 10 ; 7 : 17 ; 14 : 4 ; 21 : 22 ; 22 : 1 ; 22 : 3) Comme le St Esprit est présent sous la forme des 7 cornes et des 7 yeux (5 :6b) sur l’Agneau qui siège sur le Trône, nous retrouvons la Trinité dont nous avons parlée en début de texte.
Le Seigneur Dieu, Père, Fils et St Esprit doit impérativement être au centre de nos désirs et de nos préoccupations. Nous Le découvrons dans la plénitude de Sa gloire. L’accès à la Salle du Trône et avant tout à Dieu, nous est ouverte par l’œuvre salvatrice du Christ (Fondement) par le Baptême de gloire et la Ste Cène de gloire (métamorphose- nouvelle forme et vécu d’Alliance).
Jésus-Christ était connu comme homme et comme ressuscité. Mais Il n’était pas encore assez connu comme glorifié et comme Dieu.
L’accès nous est ouvert pour Le découvrir et le connaître réellement et vraiment.
Aujourd’hui nous n’avons que les prémices du St Esprit (Romains 8 : 23). Devant Dieu révélé dans l’Apocalypse, nous pouvons recevoir toute la plénitude (plèroma) du St Esprit (7 Esprits de Dieu ; NB : En Ephésiens 3 : 19 la plénitude est encore à recevoir).

Nous découvrons le Père dans Sa gloire qui paraissait jusqu’alors si inaccessible. Son Amour paternel est si proche et si merveilleux !
Nous découvrons Jésus-Christ glorieux et vainqueur qui reste et veut rester proche des Siens. Il introduit et institue une nouvelle ère qui permet l’accès au Trône dans la gloire par la métamorphose ou transfiguration (Baptême de feu et de gloire et Ste Cène de Feu et de gloire) sans passer par la Mort. Il nous veut dès à présent dans Son Amour et Sa gloire !
Nous découvrons le St Esprit dans Sa plénitude et Sa gloire qui veut nous révéler Jésus-Christ glorieux en nous métamorphosant ! Cette découverte est la Révélation réelle par excellence (1 : 1).Le St Esprit est à présent répandu sur terre, c’est Lui qui le fait maintenant !!!

Qu’un élan d’amour envers Lui nous entraîne dans Sa réalité. Il ne demande que ça !

En Lui,


                                                                                                                 Martin BUSCH





2 LA REVELATION


INTRODUCTION :

Généralement on parle de révélation quand on a compris, saisi quelque chose que l’on n’avait pas compris auparavant. Ce n’est évidemment pas faux, mais la révélation ne concerne pas uniquement les domaines de la parole, de la compréhension et de la pensée.
La révélation (Apocalupsis) est un dévoilement de ce qui était auparavant caché. Quand quelque chose était caché et ne l’est plus à présent, c’est qu’on peut aussi le voir. La révélation permet d’avoir la vision de la chose précédemment cachée. En fait les cinq sens peuvent ainsi être sollicités à savoir la vue, le toucher, le goût, l’odorat et l’ouïe. Autrement dit l’être humain dans son entier, intérieur comme extérieur, est concerné par la révélation.


1. Parole, compréhension, pensée et Révélation

« La révélation de tes paroles éclaire, elle donne de l’intelligence aux simples… » Psaume 119 :130
Il ne suffit pas simplement d’entendre les Paroles du Seigneur, il faut que ces Paroles soient éclairées par la révélation ! La révélation donne en outre l’intelligence aux simples, elle rend la Parole de Dieu accessible à tous !
La révélation est le vecteur divin pour une compréhension juste puis pour une pensée juste qui alors peut se construire et s’installer. La révélation est l’action spécifique indispensable de l’Esprit de Dieu au niveau de notre esprit pour rendre la Parole compréhensible et ainsi forger la pensée au niveau de notre âme. C’est ainsi que fonctionnent les dons spirituels (pneumatikoi) liés à la Parole et les ministères de la Parole particulièrement le ministère du prophète. L’authenticité du prophète est garantie par la Révélation.
Le faux prophète est soit inspiré par ses propres pensées, soit par le père du mensonge ou un esprit de mensonge. La Parole de Dieu écrite, la Bible, la position centrale de Jésus-Christ, l’état de sanctification et d’obéissance de celui ou celle qui apporte un message, son amour, le don de discernement mais aussi la Révélation servent à « lever des lièvres » révélant mensonges et inspirations propres.


2. Histoire et Révélation

a)     La chute
La chute a entraîné le temps et/ou l’histoire. Avant la chute régnaient l’éternité, l’immortalité et la gloire. Après la chute régnaient le début et la fin, les cycles naissance – mort, les saisons et l’évolution. Les lois naturelles terriblement dures de l’espace/matière/temps nous sont imposées et contiennent limitations, péchés, souffrances, maladies, vieillissement et mort. Dieu S’est progressivement « caché » mais en même temps a enclenché un processus de Révélation et par là de restauration dans le cadre de l’Histoire pour sauver l’être humain malgré la chute.

b)    D’Israël à Jésus-Christ
A travers une lignée bien précise d’hommes et de femmes qui lui étaient suffisamment fidèles, Dieu le Père a formé le Peuple d’Israël. Adam et Eve, Abel, Hénoch, Noé, Abraham, Isaac, Rebecca, Jacob, Léa, Rachel, Joseph furent des figures majeures dans ce processus de base de formation d’un peuple élu, choisi de Dieu. Il accorda à chacun Sa Révélation pour qu’ils puissent servir le dessein de restauration aboutissant à Jésus-Christ en passant  entre autres par Moïse, Josué, David, les prophètes Joseph et Marie, tous des figures majeures du Peuple d’Israël. La Révélation de la Loi avec Moïse pour mettre en évidence le péché (Romains 5 :13ss) entraînant la mort qu’il fallait combattre mais aussi la Révélation de l’Amour de Dieu pour Son Peuple et la Révélation des dimensions célestes à travers les prophètes visaient à accueillir Dieu Lui-même devenu homme en Jésus-Christ : La Révélation, la Prophétie par excellence, le cœur, le commencement et l’aboutissement de toute Révélation (cf. 2 Pierre 1 :16-21 et bien d’autres passages).

c)     De Jésus-Christ à l’Eglise des Actes et des Epîtres
Jésus-Christ par Son incarnation est la Révélation corporelle, tangible et parfaite de Dieu sur terre. Sa perfection a permis le sacrifice parfait de substitution de la croix, Sa résurrection et Sa glorification.
Son ministère sur terre consistait à révéler à Ses disciples tout d’abord, qui Il était et pourquoi Il était venu. Son passage historique sur terre dans la condition humaine, dans l’espace/matière/temps, monde de limitations, de corruption, de péchés, de souffrances consistait à prendre tout cela sur Lui à la croix, à devenir péché pour nous sauver (1Corinthiens 5 :21). Ici le summum de la Révélation est passé de la Parole (Loi et Prophètes) à la chair (Corps terrestre de Jésus ; Jean 1 :14), c’est à dire à une réalité beaucoup plus existentielle. Avant, Dieu était davantage « caché » et Il se révélait au Peuple d’Israël par la Loi, certains Juges, certains rois et les Prophètes. En Jésus-Christ, Dieu s’est vraiment« dévoilé » et il était possible de Le connaître et de Le voir avec Son corps terrestre. 
 « Jésus lui dit : il y a si longtemps que je suis avec vous et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu : montre-nous le Père ? » Jean 14 :9.
Cette Parole était une Parole « osée », c’est le moins que l’on puisse dire, mais tellement forte et vraie ! Elle confirme la Parole suivante : « Jésus leur dit : en vérité, en vérité, je vous dis, avant qu’Abraham fût, je suis ». Là Jésus se proclame Yahvé (cf. :« Je suis celui qui suis » Exode 3 :14, le nom sous lequel Dieu S’est présenté à Moïse).Jésus le « Je suis » s’est abaissé, a pris notre nature corporelle terrestre dans Son corps de chair et l’a crucifiée sur la croix. En fait les disciples ont commencé à comprendre et à croire ces choses par la Révélation de Jésus-Christ ressuscité (Jean 20 :8, 18ss et surtout 28-31) et par Ses Paroles. (« Thomas lui (à Jésus) répondit : Mon Seigneur et mon Dieu ! »)
La Révélation de Jésus-Christ Dieu, maintenant ressuscité qui a payé par Son sang notre délivrance de notre condition humaine vouée à la première mort et à la seconde  mort c’est à dire à la condamnation éternelle en enfer, voilà la Révélation majeure pour les disciples à ce moment-là. Son Sacrifice remplace les sacrifices du Temple.
Toutefois Jésus a aussi voulu les préparer à la Révélation suivante à savoir la Personne du St Esprit et à Sa Réception (Jean 14 : 16,26 ; 15 :26 ; 16 :7,13 ; 20 :22 ; Actes 1 :4-8).

d)    De l’Église des Actes et des Epîtres à l’Apocalypse
La venue du St Esprit, Sa réception et Son baptême expérimentés par les disciples à la Pentecôte est évidemment la Révélation de Dieu le St Esprit. Il demeure avec les croyants, les enseigne en toutes choses, les conduit dans toute la vérité. Les ministères donnés à l’Eglise, les dons spirituels (Romains 12 : 6ss ; Ephésiens 4 :11 ; 1 Corinthiens 12), les fruits de l’Esprit et/ou la marche selon l’Esprit (Galates 5 :22-25) sont les manifestations liées à la Révélation du St Esprit pour l’Eglise des Actes des Apôtres. Les chrétiens revêtus et remplis du St Esprit forment le Corps du Christ qui est l’Eglise. Dans leur chair ou corps terrestre lié à l’espace/matière/temps, habités par le St Esprit, revêtus de Son onction, ils ont formé l’Eglise de Jésus-Christ depuis presque 2000 ans et répandu l’Evangile à travers le monde. Ils ont célébrés baptêmes d’eau et Ste Cènes ou Eucharisties avec le pain et le vin. Ils ont expérimenté et expérimentent guérisons, miracles, onction du St Esprit, moments de communion et de gloire. Des églises et des ministères puissants et nombreux se sont manifestés et se manifestent à travers le monde. Mais cela ne correspond qu’aux prémices de l’Esprit ! (Romains 8 :23)
Pourtant divisions, dénominations, scandales, guerres, péchés de toutes sortes ont malheureusement abondé et continuent d’abonder ! 
Pourquoi ? 
Parce que comme l’Apôtre Paul, « nous aussi qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps » (Romains 8 : 23). Un peu avant il écrit : « Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur ; mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de mon entendement et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres. Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ? » (Romains 7 : 22-24).
Pourtant le ministère de Paul au comportement exemplaire était confirmé par les miracles et des prodiges (Romains 15 : 18-19) ! 
Où est le problème ?
Le problème s’est situé et se situe toujours encore au niveau de notre corps, de nos membres où se trouve la loi du péché ! Le fait que seul l’homme intérieur soit « transformé », sachant que notre corps mortel et captif bénéficie malgré tout de guérisons. Mais la loi du péché, de la mort par voie de conséquence, même chez Paul, est dans nos membres ! D’où la première mort de la quasi totalité des chrétiens. La mort nous « débarrasse » de notre corps, de nos membres pour passer au ciel si nous sommes convertis à Jésus-Christ. La mort serait-elle  un moyen pour passer au ciel ? Serait-elle une alliée ? En réalité la mort est une ennemie et elle est destinée à l’étang de feu. (1 Corinthiens 15 :26 : Apocalypse 20 :14). 
En fait le problème est notre « corps de cette mort » comme dit Paul. Pour en être délivré, il ne faut surtout pas faire appel à la mort, pour ne pas dire au suicide. La solution est le St Esprit qui nous transforme, métamorphose de gloire en gloire en la même image que le Seigneur (2 Corinthiens 3 :18) ! Notons qu’il est question ici « d’image », donc il ne peut s’agir que du corps car l’esprit et l’âme de l’homme n’ont pas d’image (grec : eikonos cf. icône)
Cette solution n’a malheureusement ni été comprise, ni acceptée par l’Eglise dans son ensemble. Elle est restée bloquée et captive dans cette ère de révélation ou de dispensation. Aussi longtemps que l’Eglise reste bloquée dans une situation où elle n’a que les prémices de l’Esprit et où la loi du péché est toujours dans les membres ou le corps physique elle ne peut avancer.

e)    L’Apocalypse ou la Révélation
A la fin du 1er siècle Jésus en gloire S’est déplacé en personne pour rencontrer l’Apôtre Jean pour instituer une nouvelle ère de révélation ou de dispensation. Dieu S’est en effet successivement révélé depuis la chute à savoir en la Personne du Père durant la période de l’Ancien Testament, puis en la Personne du Fils durant la période des évangiles et enfin en la Personne du St Esprit durant la période des Actes et des Epîtres. On pourrait alors dire que Dieu S’est révélé dans Sa globalité Père, Fils et St Esprit. Certes, Il S’est révélé dans Sa globalité par Ses intrusions glorieuses dans le cadre de l’espace/matière/temps qui ont donné les degrés de révélations évoqués plus haut au cours de l’Histoire du Salut.
Mais que manque-t-il ?
Il manque la révélation des Fils et des Filles de Dieu conditionnée à  l’adoption et à la rédemption du corps (Romains 8 : 19-23). En effet la création gémit, nous, nous gémissons en nous-mêmes et l’Esprit Saint gémit, soupire et intercède (Romains 8 : 26). Il y a un problème !
Il manque la Révélation de Dieu Père, Fils et St Esprit dans sa « globalité glorieuse ». Elle ne peut se faire que hors de l’espace/matière/temps, hors des limitations et systèmes c’est à dire dans les lieux célestes.

Dieu se révèle à la Salle du Trône, où Jean a eu accès, comme Père sur le Trône, l’Esprit sous forme des sept lampes ardentes qui sont les sept (plénitude et non seulement prémices) Esprits de Dieu et l’Agneau au milieu du Trône. Cela ne peut se faire QUE hors de l’espace/matière/temps. Cette révélation de Dieu dans Sa vraie plénitude de la Salle du Trône est indispensable car elle forme et équipe l’Eglise des Vainqueurs comme il se doit. Elle est l’aboutissement du salut de l’homme esprit, âme et corps.
Pour ce faire, il faut impérativement que le corps physique terrestre qui ne peut accéder aux lieux célestes en tant que tel, soit métamorphosé, glorifié, revête l’immortalité et/ou l’incorruptibilité. Si ce corps du chrétien est transfiguré pour accéder à la Salle du Trône alors il pourra faire correctement le travail et deviendra cette Eglise des Vainqueurs que Jésus veut absolument former. Si le chrétien passe par la mort pour aller dans le ciel, il ne peut aller ni dans le deuxième ciel pour vaincre l’ennemi, ni revenir sur terre pour jouer le rôle de l’Église des Vainqueurs. En effet il est écrit : « Tu as fait pour notre Dieu un royaume et des sacrificateurs (les sacrificateurs/prêtres selon Dieu sont au Royaume c’est à dire au ciel devant le trône) et ils régneront sur terre (pour régner sur terre il faut y être ; cf. révélation des fils de Dieu attendue par la création) » Apocalypse 5 :10.
Apocalypse 12 :11 parle des frères qui ont vaincu le Dragon d’où la nécessité de pouvoir évoluer au deuxième ciel aussi dans des lieux célestes (cf. Éphésiens 6 :12 aussi Apocalypse 6 : 2). Pour combattre et évoluer dans le deuxième ciel, encore une fois, il faut y être.


CONCLUSION :

La révélation du Père sur le Trône, des Sept Esprits de Dieu et de l’Agneau sur le Trône ou de Jésus-Christ glorifié est indispensable au salut du chrétien esprit, âme et corps et à la formation de l’Eglise des Vainqueurs. Il n’y a pas d’autre chemin. Le baptême de gloire et la Ste Cène de gloire sont indispensables pour la métamorphose ou le salut du corps qui reste encore à expérimenter. Il n’y a pas le choix si nous voulons aller plus loin dans la révélation de plénitude à la fois de Dieu et des fils de Dieu. Ceci ne peut se faire que dans les lieux célestes, dans la Salle du Trône !  Entrons dans la gloire sans mourir mais en étant métamorphosés !
En Jésus glorifié, votre

                                                                                                     Martin BUSCH



1 LA CREATION EN SITUATION INTERMEDIAIRE


INTRODUCTION :

Généralement la nature est considérée comme un idéal, une sorte de perfection en soi. Elle est quasiment « divinisée » par certains. La question qui se pose : la nature, l’univers, la Création est-ce une réalité qui correspond à la Création parfaite originelle ? Le corps de l’homme tel que nous le connaissons aujourd’hui était-il comme celui d’Adam et d’Ève ? Si ce n’est pas le cas quelle fut la réponse de Dieu en Jésus-Christ par rapport au salut issu de la croix et de la résurrection ?


1. Création originelle et création après la chute

La Création, quand elle fut créée par Dieu, était parfaite. La perfection de cette création peut être constatée en Genèse 1 :3,4 : « Dieu dit : que la lumière soit et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne »
Le soleil (v.16) ne fut créé que par la suite après l’herbe et les arbres (v.11,12). La lumière divine véritable préalable à toute vie permettait par conséquent à l’herbe et aux arbres de pousser. Sans lumière pas de vie et notamment pas de vie végétale. Toute cette nature ainsi que l’homme et la femme créés étaient bons ou parfaits c’est à dire dans la lumière divine. En Apocalypse 22 : 5 après la disparition du premier ciel et de la première terre (Apocalypse 21 :1) seule la lumière de Dieu illuminera « le nouveau ciel ».
La chute ou la désobéissance de l’homme entraîna la poussière liée à la malédiction du sol, la souffrance du travail, de l’enfantement et de la mort. Le fait que l’homme ait mangé de l’arbre de la connaissance du bien et du mal c’est à dire qu’il a voulu se mettre à la place de Dieu en décidant de ce qui est bien et de ce qui est mal, a entraîné l’atténuation voire la disparition de la lumière divine et l’introduction de la mort (« Je regarde la terre, et voici, elle est informe et vide ; les cieux et leur lumière a disparu » Jérémie 4 :23). Cette dernière commença tout de suite à « officier » quand Dieu revêtit l’homme et la femme des habits de peau [d’animal – par déduction puisqu’il n’y avait que des animaux en-dehors du couple humain]. La nudité était apparue à cause de la disparition du revêtement de lumière ou de gloire, d’où la honte. Cette lumière originelle sur le corps de l’homme disparut ou du moins faiblit : il eut peur, honte et il alla se cacher de devant Dieu et du être revêtu de «matière - peau » issue de la mort ou de la « fin » de vie d’un animal à la place d’un revêtement de lumière originelle ou divine. Adam et Eve étaient en effet avant la chute, des êtres glorieux et puissants imprégnés, habillés de la lumière divine capables de dominer et de nommer les animaux, d’assujettir la terre (Genèse 1 :26 ; 2 :19-20) ! Actuellement l’homme ne domine, ni ne gère correctement ni les animaux, ni la terre. Il est entrain de détruire et d’ouvrir la voie à la mort… La chute préalable de l’homme (souffrance du travail, de l’enfantement et de la mort) a entraîné la chute de la création (mort des animaux, malédiction du sol)
La matière telle que nous la connaissons, issue de la mort, de la notion de fin de vie implique évidemment aussi un début c’est à dire le temps ou l’Histoire. Enfin la séparation d’avec Dieu et de l’arbre de vie par le fait que l’homme fût chassé du jardin d’Eden implique une notion d’espace, de distance ou de distanciation ou encore de « vide » (Genèse 3 :10-24). 
C’est ainsi que les notions de base espace – matière – temps tels que nous les subissons aujourd’hui nous placent directement dans la situation de la création déchue en situation intermédiaire ! En fait, il s’agit de la nature, de l’univers tel que nous les observons. La création originelle n’était pas polluée par la malédiction du sol et la mort introduites par la chute. L’homme comme « gérant » de la création a failli. La création originelle était « paradisiaque » imprégnée par la lumière, le feu divin. Elle était illimitée, sans oppression, sans catastrophes. Après la chute la création « gérée par l’homme » est assujettie à l’espace, matière, temps : quelle prison ! Elle est assujettie aux rythmes des saisons, des cycles, des systèmes en tous genres, de débuts et de fin. La création actuelle est belle et en même temps redoutable quand les éléments naturels se déchaînent et tuent comme les tremblements de terre par exemple.
De même l’homme est capable de réaliser de belles choses, d’avoir des comportements qui engendrent la vie et le mieux vivre et il est capable du pire. C’est pourquoi la création déchue est en situation intermédiaire avec du bon et du mauvais pour, malgré tout, laisser la place à un processus de salut dans le cadre de la durée, de l’Histoire. Il en est de même du corps de l’homme, partie matérielle, tangible, visible de l’être humain faisant partie intégrante de la création, en situation intermédiaire, déchue, avec un superbe fonctionnement hyper compliqué d’une part tout en étant d’autre part malheureusement aussi soumis à la maladie, à la vieillesse et à la mort.


2. La réponse de Dieu en Jésus-Christ

A) La substance divine

« Jésus leur parla encore disant : « Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie… » (Jean 8 :12)
« …c’est que Dieu est lumière et qu’il n’y a point en lui de ténèbres » (1 Jean 1 : 5)
Ici il s’agit de la lumière céleste de la vie originelle qui manque depuis la chute à la Création passée en « situation intermédiaire de corruption » et surtout qui manque au corps de l’homme lui aussi toujours en « situation intermédiaire de corruption » comme nous l’avons décrit plus haut.
Le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ permet un retour à la lumière originelle qui élimine les ténèbres. Ces ténèbres ont mis la création et le corps de l’homme en situation intermédiaire de corruption, revêtu de la peau de mort au lieu du revêtement de la lumière de vie. Mais par la lumière de Dieu nous voyons la lumière : « Par ta lumière, nous voyons la lumière » (Psaume 36 : 9). Par Jésus-Christ la lumière, nous voyons réellement la lumière, nous y avons réellement accès !

Tout a été créé par Lui, pour Lui et en Lui (Colossiens 1 :16). Jésus-Christ aujourd’hui à nouveau corps glorieux de feu, de lumière et de gloire contient toutes choses qui sont dans les cieux et sur la terre. Cette lumière céleste est Jésus-Christ. Elle est la vie.
Jésus est avant toutes choses et toutes choses subsistent en Lui (Colossiens 1 :17).
« Dieu…nous a parlé par le Fils…par lequel il a fait les mondes (tous aionas = univers et lieux célestes) lui qui étant le resplendissement (grec : apaugasma = éclat, rayonnement ; cf. lumière) de sa gloire et l’empreinte (grec : karaktèr = expression, empreinte, caractère) de sa substance (grec : upostasis = substance, essence, être)  portant l’univers (grec : panta = la totalité, la globalité) par sa parole… » (Hébreux 1 :2-3)
En fait en Genèse 1 il y avait l’Esprit qui planait (Puissance), la Parole (Dieu dit) et la Lumière en résultant (…la Lumière fut). La puissance, la fréquence du son de la voix de Dieu, de Sa Parole provoquent la lumière, l’énergie, une sorte d’explosion (cf. big bang).
Genèse 1, Jean 1, Éphésiens 1, Colossiens 1 et Hébreux 1 et d’autres sont des textes extraordinaires qui se rejoignent. Ils traduisent l’immensité extraordinaire, cosmologique, totale et globale du salut parfait en Jésus-Christ. Jésus est l’éclat de la gloire du Père et la caractéristique ou la composition « tangible céleste » de Sa substance divine pour un retour à la Création originelle. Voilà le « pain venu du ciel » que nous sommes invités à manger !
Ce processus de re-création est d’abord le resplendissement, le rayonnement de sa gloire. Le St Esprit plane au-dessus du « néant et du vide » des êtres humains. La foi salvatrice vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole du Christ (Romains 10 :17). La Lumière - Jésus-Christ rayonne et imprègne la création et le corps humain en situation intermédiaire, corrompue, de compromis. Par là elle donne le CARACTERE DE LA SUBSTANCE DIVINE.  Autrement dit, il y a là très exactement le processus inverse alors provoqué par la chute. La lumière de vie est redonnée à la création intermédiaire en Jésus-Christ pour qu’elle redevienne création originelle ou paradisiaque. Cela commence par la rédemption du corps des croyants car la création attend d’abord la révélation des Fils de Dieu, c’est à dire des croyants dont le corps possède le caractère, les données, l’essence de la substance divine !
« Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise à la vanité, non de son gré, mais à cause de celui (=l’être humain par sa vanité de vouloir remplacer Dieu) qui l’y a soumise, avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Or nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement. Et ce n’est pas elle seulement ; mais nous aussi qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps » Romains 8 :19-23
«… il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils…ceux qu’il a justifiés, il les aussi glorifiés… » Romains 8 :29-30.
Actuellement nous qui avons les prémices de l’Esprit, nous soupirons en nous-mêmes, nous avons l’Esprit qui intercède pour nous, nous avons le salut intérieur, la justification, le droit juridique d’aller au ciel après la mort. Mais nous attendons le salut de notre CORPS dès ici-bas ! La rédemption de notre corps fait que nous devenons visiblement aux yeux de tous des fils de Dieu, c’est à dire révélés en tant qu’êtres glorieux caractérisés par la substance divine pour qu’en tant que gestionnaires de la création souffrante ou intermédiaire, nous l’affranchissions de la servitude de la corruption. Dieu avait confié à Adam et à Eve la gestion de la création (dominer, donner le nom aux animaux etc…) et il ne lui a pas retiré cette gestion. Mais cette gestion devint pénible à cause du travail rendu pénible, de la malédiction du sol, de la mort parce que la lumière de la vie et de la gloire étaient retirés. La création intermédiaire est soumise à la servitude de la corruption c’est à dire qu’elle est soumise à la mort ou encore à l’espace – matière – temps. Seule la gloire des enfants de Dieu rend libre !!! Cette gloire, cette lumière nous libèrent des contraintes de l’espace – matière – temps parce que nous avons un corps transformé, métamorphosé, portant les caractéristiques de la substance divine. Le retour de la Lumière divine nous accorde la liberté réelle c’est à dire physique pour nous-mêmes afin que nous puissions gérer selon le plan initial de Dieu la création et la faire passer de la situation « intermédiaire de corruption » à la situation correspondant à la création parfaite originelle. Là où Adam a failli, Jésus a réussi non seulement en ce qui concerne la réception des prémices de l’Esprit mais en ce qui concerne la rédemption totale rétablissant le croyant dans la position d’Adam avant la chute !
La position qui convient est celle de réellement se positionner CORPORELLEMENT EN Christ par lequel Dieu a parlé. Nous avons été créés EN Lui, DANS la Lumière initiale. Nous subsistons EN Lui !
Il est un passage que l’on avait de la peine à interpréter : « Que personne ne vous juge au sujet du manger et du boire ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune ou des sabbats : c’était l’ombre des choses à venir, MAIS LE CORPS (grec : soma) EST EN CHRIST » (Colossiens 2 : 17).
Paul parle de la « prison religieuse ». Quelle est la solution à la prison religieuse ? Le corps du croyant qui est réellement en Christ ! Certaines traductions traduisent par « réalité » ???. En fait le corps du croyant métamorphosé en Christ comme nous l’avons décrit plus haut est tout simplement la solution !!!
Nous sommes en effet prédestinés à être semblables à l’image du Fils. Après la justification (prémices de l’Esprit, salut intérieur) vient la glorification c’est à dire la caractérisation par la SUBSTANCE de Dieu de notre corps dorénavant réellement situé EN Christ . Et la mort dans tout ça ?

B) L’immortalité

L’immortalité concerne aussi notre corps généralement caractérisé de mortel. S’il est question de rédemption de notre corps, si Jésus a tout accompli alors notre corps doit devenir immortel ! S’il est vrai que seul Dieu possède l’immortalité et habite une lumière inaccessible que nul homme n’a vu et ne peut voir (1 Timothée 6 : 16 : verset écrit avant l’Apocalypse), il est aussi vrai qu’EN Jésus-Christ dans le nouveau mode de pratique et de vécu de l’Alliance (cf. écrit du même titre) institué par le Seigneur Lui-même dans le livre de l’Apocalypse, nous avons accès à ces réalités, jusqu’alors inaccessibles, par la volonté du Père et du Fils et par l’œuvre et l’action du St Esprit ! Il est capital de comprendre que Jésus dans Sa souveraineté a introduit un nouveau mode de pratique et de vécu de l’Alliance. Cela vise à enlever tout obstacle au retour au paradis, au ciel dont la mort qui une ennemie et non une alliée pour aller au ciel. Elle ne doit pas être un passage obligé pour aller au ciel. Si nous sommes réellement plongés, baptisés dans la substance du corps glorieux de Jésus, si nous mangeons réellement la substance de Son corps glorieux et si nous buvons réellement la substance de Son sang glorieux, à savoir le feu et la lumière célestes, alors la mort et ce qui y mène (vieillissement, maladie) sont caduques. 
« … notre Sauveur Jésus-Christ qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Évangile » 2 Timothée 1 :10
L’Évangile au rabais reconnaît certes la destruction de la mort mais après qu’elle ait tout de même rempli son office c’est à dire provoqué le décès du croyant (première mort) qui alors va au ciel et ne connaîtra plus la mort (seconde mort).
Si Jésus a détruit la mort, Il a mis en évidence l’immortalité c’est à dire qu’il n’y a ni de première mort, ni de seconde mort. C’est possible à condition que l’on passe dans le nouveau mode de pratique et de vécu de l’Alliance, que l’on y croie, que l’on vive dans la sanctification et que l’on recherche l’immortalité : « …réservant la vie éternelle à ceux qui, par la persévérance à bien faire, cherchent la gloire, l’honneur et l’immortalité ».
La gloire (grec : doxa) est la réception du feu, de la lumière, de la métamorphose (cf. écrit sur la métamorphose – changement de morphologie ; écrit Église des Vainqueurs n°2) de la caractérisation de notre corps par la substance divine comme nous l’avons décrit plus haut.
L’honneur (grec timè : honneur, dignité, révérence, réputation) résulte de la gloire. Si nous sommes semblables au Fils, si nous sommes métamorphosés de gloire en gloire nous serons honorés parce que nous serons révélés à la création comme Fils de Dieu et présents dans la Salle du Trône assis sur le Trône avec et en Jésus-Christ.
L’immortalité (ici en grec : aphtarsia = incorruptibilité ; grec : atanasia = immortalité 1Cor.15 : 54) ou l’incorruptibilité signifiant la même chose est le résultat de fait donc une vraie Bonne Nouvelle (Évangile).

C) Le nouveau statut

« …vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière… » (1 Pierre 2 : 9)
« …tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu et ils régneront sur la terre… » (Apocalypse 5 : 12).
Pour avoir ce nouveau statut il faut évidemment sortir de la CAPTIVITE espace-matière-temps.
Paul écrit clairement : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?….Ainsi donc moi-même je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu et je suis par la chair esclave de la loi du péché » Romains 7 : 24-25.
 Ici il ne s’agit pas du mépris à la grecque du corps mais d’une prise de conscience qu’il manque le salut du corps. En Romains 8 il dit clairement qu’il n’y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont EN Jésus-Christ ! Le chapitre 8 est une confession de foi en vue de la rédemption du corps par l’Esprit ! Mais Paul reconnaît toutefois qu’il n’a que les prémices de l’Esprit (v.23).
Qu’a fait Jésus ? Par Lui il n’y a qu’un seul CORPS (Éphésiens 4 : 4). Il est monté en haut, il a emmené les captifs (Éphésiens 4 : 8). Captifs de quoi ? Captifs de la captivité de Paul et de la majorité d’entre nous. Captifs de la création en situation intermédiaire de corruption.
La délivrance nous donne le nouveau statut ou la nouvelle position EN Christ.
De quoi s’agit-il ?
Une race élue (grec : genos eklektos ; cf. des gènes éclectiques) fait de nous des personnes au corps transformé, métamorphosé avec des gènes célestes de la lumière originelle !!!
Un sacerdoce royal (grec : basileion ierateuma = rois, prêtres ou sacrificateurs) fait de nous à la fois les rois et des prêtres qui avons l’autorité et le pouvoir pour régner notamment sur la terre (rois ; cf. trône) et le rôle de vecteur, de ministère pour annoncer et amener les hommes des ténèbres à la lumière (prêtres), bref la totale comme Jésus !
Une nation sainte (grec : ethnos agios cf. ethnie sainte) qui est en FAMILLE dans la sainteté, c’est à dire justifiée et liée par le sang (= feu, lumière, gloire divins).
Tout cela parce que nous avons été acquis par le sang précieux versé sur Golgotha et que nous pouvons manger les ingrédients de gloire et de feu du Corps de notre Seigneur Jésus-Christ ! Nous avons la possibilité de passer par le nouveau mode de pratique et de vécu de l’Alliance au statut de l’Église des Vainqueurs !


3. Passage de la création en situation intermédiaire à la création nouvelle et éternelle

La fin de la création intermédiaire est annoncée en 2 Pierre 3 :7-13 : « …les cieux et la terre d’à présent sont  réservés pour le feu au jour du  jugement…en ce jour-là , le ciel (univers intermédiaire) disparaîtra dans un fracas effrayant, les éléments embrasés se dissoudront…nous attendons selon la promesse des cieux nouveaux et une terre nouvelle où la justice habite. » et en Apocalypse 20 :11 : « …Alors je vis un grand trône blanc  et celui qui y siégeait : devant sa face la terre et le ciel s’enfuirent et il fut pas trouvé de place pour eux ».
Cette création « intermédiaire » est jugée et condamnée parce que corrompue et ce malgré le règne du Christ et des élus durant le Millénium (Apocalypse 20 : 1-7) ! Elle est remplacée par le nouveau ciel et la nouvelle terre (Apocalypse 21 : 1 « Alors je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre car le premier ciel et la première terre ont disparu et la mer n’est plus. »
Le passage entre la création en situation intermédiaire, corrompue et la création nouvelle et éternelle aboutit à ce qui est relaté dans ces versets cités. Ce passage est décrit dans le livre de l’Apocalypse où le but majeur de Dieu est d’équiper l’Église en Église des Vainqueurs, ceux qui entendent ce que l’Esprit dit aux églises, dans le but de la faire participer aux combats finaux, combats qui aboutissent non seulement à vaincre l’Ennemi dans les lieux célestes (Éphésiens 6 :12 ; Apocalypse 6 :2 ; 12 : 7ss ; 19 :11ss) mais aussi de façon corollaire et primordiale d’amener le maximum de personnes au salut en Jésus-Christ (Apocalypse 7 : 4ss ; 11 : 13c ; cf. écrit La Mission de l’Église des Vainqueurs).
Pour que ce combat, pour lequel le Seigneur nous attend, puisse avoir lieu, il faut que le croyant dans son intégralité à savoir esprit, âme et corps, puisse être équipé, revêtu du feu et de la lumière originelle, caractérisé par la substance divine, posséder les gènes « choisis ou éclectiques  », divins, afin d’être totalement et réellement uni à Jésus-Christ. Il faut qu’il soit physiquement de la même nature que Jésus-Christ par opposition à la nature en situation intermédiaire. Il faut qu’il soit couronné, vainqueur pour vaincre, pour être en capacité d’engager un combat victorieux ! Le Feu et la Lumière de Dieu sont à la fois jugement pour la création intermédiaire et corrompue ou ténèbres et à la fois bénédiction pour le corps du croyant par la métamorphose qu’ils provoquent.

CONCLUSION :

La destruction de la mort, la délivrance de la captivité de notre corps de mort, la caractérisation de notre corps par la substance divine, la glorification sont juridiquement accomplies sur la croix donc nous y avons droit.
Au nom de la liberté et de l’amour de Dieu, l’application de ce droit, sa réalisation concrète ne peuvent se faire que par la foi, la persévérance et la recherche à bien faire de l’être humain qui doit obligatoirement désirer ardemment ces bénédictions et ces responsabilités réelles et effectives ! Passons au salut total en Jésus-Christ !


                                                                                                     Martin BUSCH