Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

N°3 Eglise des vainqueurs (volume 3)

Martin BUSCH
Docteur en Théologie

SIÉGER SUR LE TRONE AVEC CHRIST, LA FIN DU PROCÈS : LA CLE D’INTERPRETATION DE L’APOCALYPSE

INTRODUCTION :

Une histoire étrange nous est racontée dans le livre de Job où nous est relatée une conversation entre Dieu et Satan. Ce dernier comme accusateur, comme celui qui soupçonne le mal et veut  la destruction des êtres humains, met Dieu au défi par rapport à l’intégrité de Job. Dieu permettra une mise à l’épreuve terrible de Job qui restera fidèle dans ses propos et son attitude envers Dieu malgré les souffrances atroces infligées. (Job 1 et 2 et suivants). Il se trouve qu’en Apocalypse 12 : 10 nous lisons : « Et j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait : maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu et l’autorité de son Christ ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères,  celui qui les accusaient devant notre Dieu jour et nuit. »


1. La réalité juridique de l’être humain depuis la chute :

Depuis la chute, c’est à dire le péché qui a entraîné la déchéance spirituelle, psychique et physique de l’être humain, le Serpent, le Diable, Satan accuse les hommes constamment devant le trône de Dieu pour les tenter et les faire pécher, souffrir et finalement les faire aboutir en enfer hors de la présence de Dieu. Les différents modes de mise en pratique et de vécu des alliances de l’Ancien Testament puis celles du Nouveau Testament ne trouvant leur légitimité que dans le sacrifice parfait de Jésus-Christ (cf. Hébreux 10) ont un premier but : la justification, le rachat du péché, autrement dit un « non lieu juridique ». Jésus a pris la place des pécheurs qui croient en Lui (Romains 3 : 25-28) et a subit les conséquences du péché (Romains 6 :10) par les souffrances de la croix pour qu’ils puissent être sauvés de la malédiction et de l’enfer.
Jésus est monté au ciel à l’Ascension et Il siège effectivement à la « droite de Dieu » (Marc 16 :19). On pourrait alors dire que tout est fini, qu’il n’y a plus de problème. En effet le prix est  payé, la justification (Romains 8 :34) est effective, Christ règne en gloire et tous ceux qui se confient en Lui sont sauvés pour l’éternité notamment après leur mort : « Tout est accompli » (Jean 19 :30). En effet tout est accompli juridiquement.


2. La réalité du vécu de l’Église après tous ces événements :

Si le vécu et les expériences de l’Église dans les Actes des Apôtres et de très nombreux témoins à travers l’Histoire de l’Église furent exceptionnels à bien des égards (réveils, miracles, fidélité jusqu’à la mort, délivrances, « montées au ciel », œuvres d’aide et de secours aux déshérités et aux persécutés, missions, évangélisations, enseignements, églises nombreuses et puissantes etc.), il y eut et il y a toujours une triste réalité aussi dans l’Église dès Actes 5 avec Ananias et Saphira mais aussi dans les épîtres jusqu’à nos jours. Bref l’Église ressemble étrangement au peuple d’Israël et les chrétiens quant aux épreuves, aux méfaits accomplis ont pu être pires que les païens (1 Corinthiens 5 :1 par exemple). Les massacres de Juifs par exemple au nom du Christ notamment au Moyen Age, l’Inquisition, les persécutions diverses et nombreuses, les maladies, les guerres dites chrétiennes et même les scandales quant au mariage et à l’amour fraternel défectueux dans les églises dites bibliques et réveillées ne plaident pas pour un « tout est accompli » mais plutôt pour un « accompli partiel » ! Pourtant Jésus a dit « Tout est accompli ! » (Jean 19 : 30).


3. La réalité de ce qui se passe dans les lieux célestes après l’Ascension jusqu’à aujourd’hui

Romains 8 : 33-39 rend compte du paradoxe du « Tout est accompli » et de « L’accompli partiel » ou du « Déjà » et du « Pas encore » : « Qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui justifie ! Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, Il est ressuscité, il est à la droite de Dieu et Il intercède pour nous ! Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation ou l’angoisse ou la persécution ou la faim ou la nudité ou le péril ou l’épée ? selon qu’il est écrit : c’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que Vainqueurs par celui qui nous a aimé. »
1 Jean 2 : 1 : « Mes petits enfants, je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. »
Dans cette réalité paradoxale de l’Histoire (avec un grand « H ») du « Tout est accompli » et de « L’accompli partiel » ou du « Déjà » et du « Pas encore » nous nous rendons compte que Jésus intercède et qu’Il est notre avocat. Il le fait dans les lieux célestes devant le trône de Dieu ! C’est tout de même étonnant !
Éphésiens 6 : 12 nous dit : « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde des ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. »
Il en résulte que non seulement Jésus après être monté au ciel, assis à la droite du Père continue le combat mais que nous aussi en tant que chrétiens nous avons à mener le combat non pas dans les lieux de la chair et du sang mais dans les lieux célestes.
Si nous reprenons Apocalypse 12 cité plus  haut, l’Ennemi est nommé « l’accusateur des frères », c’est à dire qu’il continue à accuser les « frères » (en Christ) devant Dieu après la croix, la résurrection, l’ascension et la pentecôte !!! Les « frères » en Christ n’ont existé en tant que tels qu’après ces événements !!!
Il apparaît clairement que si l’accusation subsiste et a subsisté depuis la chute (Genèse 3), l’intercession et la défense de notre bien-aimé Intercesseur et Avocat s’exerce aussi depuis l’Ascension en faveur des croyants, de ceux qui confessent leurs péchés (1 Jean 1: 9). Le procès est toujours en cours et il y a des condamnations qui tombent ! Il suffit de lire l’histoire d’Ananias et de Saphira où la sentence fut radicale !
Apocalypse 12 : 11 démontre aussi le combat des chrétiens toujours en cours entre l’Ascension, la Pentecôte d’une part et aujourd’hui d’autre part : « Ils (frères du v.10) l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort ».
1 Corinthiens 5 : 4-5 nous donne un éclairage intéressant : « Au nom du Seigneur Jésus, vous et mon esprit étant assemblés avec la puissance de notre Seigneur Jésus, qu’un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus. » L’Église peut intervenir dans ce procès dans une certaine direction tout en étant appelée à l’intercession pour le salut du plus grand nombre (Éphésiens 6 : 19) notamment aussi dans le cadre de l’Église en vue de la guérison physique et du pardon (Jacques 5 :14 -16).   
Il reste toutefois un problème : Jésus a dit « TOUT est accompli », Il n’a pas dit « Tout s’accomplira ». C’est pourquoi il nous faut impérativement trouver la réponse et la solution car la volonté de Dieu se situe dans ce que Jésus a dit.


4. Le nécessaire passage de la réalité terrestre à la réalité céleste

Dieu veut qui nous puissions aller dans les lieux célestes. Il est clair que nous louvoyons, perdons des batailles, sommes tenus dans l’échec parce qu’on ne sait pas, qu’on ne sens pas, qu’on ne voit pas, qu’on n’entend et qu’on ne comprend pas. Les dons spirituels et les ministères se transforment trop souvent en dons psychiques et au management seulement d’apparence spirituelle. Il faut réellement passer à la réalité céleste.  
Dieu veut que nous puissions chercher puis affectionner les choses « d’en haut » (Colossiens 3 : 1-2). Quand on cherche on finit par trouver et on ne peut aimer ou « s’affectionner » que de ce qu’on a découvert. Mais il est évident qu’il est nécessaire d’aller là où on doit être. 
Jésus nous donne l’exemple : « En vérité, en vérité, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement…car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci… » Jean 5 : 19 – 20.
Actuellement certains jouent « à la devinette évangélique » ou alors règlent leurs comptes avec des frères et sœurs de l’Assemblée à coup de prophéties « psychiques » certes d’apparence biblique et spirituelle.
 Cela vient du fait que seul un salut à deux pieds est prêché et compris (pour l’âme et l’esprit) alors que la Bible enseigne clairement le salut de l’être humain dans son ensemble y compris celui du corps (cf. tabouret à trois pieds qui tient). L’être humain dans son entier et notamment le corps doit être sauvé en étant métamorphosé (transfiguré, transformé) de gloire en gloire 2 Corinthiens 3 : 18. Nous sommes appelés à voir, à contempler la gloire pour être transformés et pour pouvoir passer de la réalité terrestre à la réalité céleste. Paul fut aussi ravi au troisième ciel (2 Corinthiens 12 : 2ss). Jean passa aussi dans le ciel en Apocalypse 4 : 1 après avoir été visité par Jésus glorieux avant (Apocalypse 1 :10 – 18). Il fut transformé à ce moment-là pour pouvoir passer dans la salle du trône et voir Dieu. Dans notre corps périssable nous ne pouvons vivre et voir Dieu (Exode 33 :20). Il faut donc faire ce que recommande Paul en Romains 12 : 1 : « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable (logique) ». Le culte qui plaît à Dieu est le sacrifice du corps, c’est à dire qu’il soit « consumé » par le feu du St Esprit et la « ferveur d’esprit » (Romains 12 : 11b) pour laisser place à un « corps brûlant » semblable à celui de Jésus : « Tel il est, tel nous sommes dans ce monde » (1 Jean 17a). Comment Jésus est-Il actuellement ? La réponse se trouve dans Apocalypse 1 : 13-16. (Flamme de feu, airain ardent, fournaise, soleil lorsqu’il brille dans sa force). Nous sommes appelés à être comme Lui DANS CE MONDE !

Le contexte de ces textes implique certes les aspects psychiques, comportementaux (âme) et évidemment spirituels (esprit) mais aussi l’aspect physique (corps). Certes le corps tel qu’il est ne peut voir le Royaume de Dieu, mais métamorphosé, transfiguré (comme Jésus, Elie ou Hénoch et d’autres d’après Hébreux 11 : 11,12, 35 ; 1 Corinthiens 15 : 51ss cf. exégèse de ce texte dans le livre «L’Église de Vainqueurs » et le texte « Nouveau mode de mise en pratique et de vécu de l’Alliance biblique »). Notre foi ne doit pas simplement être orientée pour la guérison du corps (ce qui est déjà merveilleux et cela fait du bien), mais pour sa métamorphose, sa transformation, sa transfiguration en vue de la « montée » (Apocalypse 4 : 1b) et seulement plus tard en vue de l’enlèvement (Apocalypse 12 : 5b ; 1Thessaloniciens 4 :16 – 17).
Jésus est venu sur cette terre pour mourir et ressusciter et Il est revenu glorieux pour les siens pour les baptiser dans le feu et  la gloire et leur donner le repas de gloire par une Ste Cène de gloire (Apocalypse 1 : 17ss et 3 : 20 cf. le texte « Nouveau mode de mise en pratique et de vécu de l’Alliance biblique »).
C’est en fait l’explication du texte d’Éphésiens 4 : 8-10 et 14. : «… C’est pourquoi il est dit : Étant monté en haut, il a emmené des captifs et il a fait des dons aux hommes. Or que signifie : Il est monté, sinon qu’Il est aussi descendu dans les régions inférieures de la terre ? Celui qui est descendu, c’est le même qui monté au-dessus de tous les cieux afin de remplir toutes choses. … jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’hommes fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ… ».
 Si quelqu’un me trouve quelqu’un à la mesure de la stature parfaite de Christ, qu’il me donne son adresse….
 Pour être à la mesure de la stature parfaite de Christ il faut que le corps soit transfiguré dans le but de vraiment connaître Christ. Nous sommes des captifs prisonniers du temps, de l’espace et de la matière (ou de ce qu’on pourrait appeler le « hors paradis » où nous avons été chassés en Adam) et Jésus veut nous emmener dans les lieux célestes pour que nous puissions justement faire correctement le travail sur cette terre et vraiment relever les défis prévus par une Église de Vainqueurs qui vaincra (Apocalypse 3 :21 ; 6 : 2 et 12 : 11).
D’ailleurs comment peut-on parler de quelque chose que l’on ne connaît pas ? La Bible est la référence absolue mais comment bien l’interpréter et la comprendre si on ne connaît pas son auteur et les lieux célestes où nous sommes appelés à combattre de surcroît ? Comment parler des choses spirituelles et célestes si on ne les connaît pas, si on n’y a pas été ? Le rôle du St Esprit est de nous amener à Jésus-Christ glorifié ! C’est le premier message de ce  merveilleux livre l’Apocalypse qui veut être à la fois la révélation de la personne de Jésus-Christ glorifié et de Son message pour passer de la réalité terrestre à la réalité céleste : passage indispensable pour être dans Sa volonté parfaite et parvenir à la mesure de la stature parfaite de Christ.


5. Vers la fin du procès et au-delà du procès

Jésus nous dit en Apocalypse 3 : 21 : « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. »
Paul nous dit en Colossiens 3 : 1-2 « Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Affectionnez- vous aux choses d’en haut et non à celles qui sont sur la terre. »
En Éphésiens 2 : 6, il nous dit encore : « …nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés) ; il nous a ressuscités ensemble et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes en Jésus-Christ…. » (cf. Hébreux 1 : 3 ; Éphésiens 1 : 20).
Si nous sommes assis en Jésus-Christ dans les lieux célestes et de surcroît sur le trône, pourquoi encore le procès ? La réponse fusera immédiatement, c’est parce que ce n’est que « l’homme intérieur » ou l’esprit et l’âme qui y sont. Tout est intérieur et d’une certaine façon imperceptible même très imperceptible puisque  nous devons faire face à une situation réelle souvent désastreuse de l’Église même au niveau de « l’être intérieur » comme nous l’avons brièvement abordé plus haut. L’homme intérieur de nombre de chrétiens est dans un état désastreux. Il ne peut pas se trouver assis sur le trône en Christ en l’état actuel même s’il ne s’agit que de l’être intérieur. C’est pourquoi le procès continue : l’Église continue à souffrir dans sa médiocrité. Elle persiste à fonctionner dans le rationalisme et adapte par là sa théologie et sa morale aux réalités terrestres et matérielles alors qu’elle est appelée à parler du céleste à travers la révélation par le St Esprit de la personne de Jésus-Christ glorifié et du message de Jésus-Christ à Son Église et au monde. C’est pourquoi elle donna naissance à des systèmes religieux se réduisant à des idéologies religieuses et humanistes malheureusement souvent aliénantes et par là non libératrices. 


Quel est le chemin vers la fin du procès ?

1. Faire l’expérience de Jésus-Christ glorifié et du baptême de gloire en vue de la métamorphose de l’esprit, de l’âme et du corps (cf. livre «L’Église de Vainqueurs » et le texte « Nouveau mode de mise en pratique et de vécu de l’Alliance biblique »).
2. Faire l’expérience de la Ste Cène de gloire en vue de la métamorphose de l’esprit, de l’âme et du corps (livre «L’Église de Vainqueurs » et le texte « Nouveau mode de mise en pratique et de vécu de l’Alliance biblique »).
3. Monter au ciel en tant qu’être métamorphosé et avoir accès à la salle du trône (Apocalypse 4 : 1ss soit hors du corps, mais de préférence avec le corps – 2 Corinthiens 12 : 2-3).
4. Découvrir la salle du trône, son environnement et tous les êtres s’y trouvant (Apocalypse 4 : 1ss).
5. Découvrir l’Agneau glorifié dans le ciel et « Celui qui est assis sur le trône » pour L’adorer (Apocalypse 5 : 1ss).
6. Être avec tous les frères et sœurs en Christ uniquement de l’Église des Vainqueurs le cavalier vainqueur sur le cheval blanc (qui n’est pas un être de séduction par analogie aux autres chevaux qui suivent, mais l’Église des Vainqueurs) par lequel le Seigneur veut encore provoquer un réveil d’une puissance comme il n’y en a jamais eue auparavant avant une série de jugements terribles que l’on peut appeler la grande tribulation. (Apocalypse 6 : 1ss)
7. Assister à partir du ciel comme Jean au « marquage » sur le front du sceau des serviteurs de Dieu encore sur terre qui  n’ont pas fait partie de l’Église des Vainqueurs initiale, serviteurs issus des juifs ayant reconnu en Jésus leur Messie et la foule de chrétiens issus de cette grande tribulation ayant blanchi leur robe dans le sang de l’Agneau (Apocalypse 7 : 1ss).
8. Assister à la continuation des jugements sur la terre (Apocalypse 8 – 10)
9. Assister à l’action des deux témoins sur terre : les deux oliviers et les deux chandeliers représentent les juifs reconnaissant en Jésus leur Messie d’une part et les chrétiens issus des nations (ministères prophétiques typologiques de Moïse et d’Elie) d’autre part qui sont toujours encore restés sur terre. Ils seront tués par la bête mais seront enlevés après leur résurrection spectaculaire (Apocalypse 11 : 1ss).
10. Être la femme glorieuse apparaissant dans le ciel en tant qu’Église des Vainqueurs (Apocalypse 12 : 1).
11. Donner naissance en tant qu’Église des Vainqueurs (femme glorieuse) à ce fils qui doit paître les nations avec une verge de fer et être enlevé (Apocalypse 2 : 26-27 ; 12 : 1-5 et aussi Apocalypse 11 : 15a et 1 Corinthiens 15 : 52 où sonne la dernière trompette). Il faut  savoir que la femme glorieuse a aussi donné naissance à des chrétiens ne faisant pas partie de l’Église de Vainqueurs restés sur terre auxquels le Dragon fera la guerre une fois précipité sur la terre : les « restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus. » 
12. Assister à la fin du procès avec l’expulsion de Satan du ciel par l’Archange Michel et ses anges.
13. Rester en tant qu’Église des Vainqueurs à la fois au ciel (fils) et sur terre (femme protégée au désert) préservée des attaques de Satan (Apocalypse 12 : 13-16).
14. Assister aux jugements suivants et aussi à l’extermination totale des chrétiens (convertis ultérieurement éventuellement) par le Dragon et les Bêtes, ne faisant pas partie de l’Église des Vainqueurs et encore restés sur terre sans salut du corps. (Apocalypse 13 : 7,15 et Apocalypse 13 – 19). 
Les  jugements avant l’apparition de la femme et l’action de l’Archange Michel ont abouti à l’expulsion de l’Accusateur des lieux célestes et à la fin du procès dans le ciel. 
Les jugements et les tribulations après ces événements ont abouti à l’expulsion de Satan de la terre et à son emprisonnement par un ange pour mille ans. Le Dragon, la première Bête et la seconde Bête en Apocalypse 13 sont une sorte d’imitation de la Trinité. Le Dragon imite Dieu le Père, la première Bête blessée d’une blessure mortelle mais guérie et vivante imite Dieu le Fils (Croix et Résurrection) et la deuxième Bête dotée de cornes (puissance avec prodiges à la vue des hommes – cf. aussi faux prophète Apoc.19 : 20) imite Dieu le St Esprit. Cette imitation exerce une dictature totale sans pareille (marque sur la main droite ou sur le front) avec évidemment l’exécution des restes de la postérité de la femme, c’est à dire des chrétiens restés sur terre ne faisant pas partie de l’Église des Vainqueurs. La partie issue des juifs de cette église persécutée, exécutée et restée sur terre apparaît avec l’Agneau sur la montagne de Sion (Apocalypse 14 : 1ss). Ils étaient en même temps devant le trône à chanter un cantique nouveau.
Une dernière évangélisation avec l’annonce du jugement par un ange est mise en œuvre (Apocalypse 14 : 6). Dieu veut donner un maximum de chances aux hommes pour qu’ils se convertissent.
Il ne reste plus qu’une solution pour les chrétiens sur terre : se convertir, rester fidèle au Seigneur et mourir martyr : « Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur ! » (Apocalypse 14 : 13a). Après vient la série de jugements avec la chute de Babylone. (Apocalypse 15 – 18) avec des moments de louanges dans le ciel devant le trône. Enfin vient la bataille victorieuse de Jésus-Christ sur le cheval blanc (Apocalypse 19 : 11ss) aboutissant à l’emprisonnement du Dragon par un ange pour mille ans. Ce règne de mille ans est dirigé par Jésus et par les martyrs ayant part à la première résurrection et ceux qui n’avaient pas adoré la Bête. L’Église des Vainqueurs de par sa position décrite plus haut, n’a pas adoré la Bête, ni reçu les marques de celle-ci, ni connu la mort, fait évidemment partie de cet ensemble. Les mille ans de règne de Jésus dont nous avons de nombreuses allusions dans l’Ancien Testament, sont une occasion supplémentaire donnée aux hommes de se donner à Dieu et de faire la différence d’avec le règne du Dragon et des Bêtes. Malheureusement de nombreux hommes délaisseront de nouveau le Seigneur au moment où le Dragon sera de nouveau relâché pour se mettre du mauvais côté, perdre la bataille finale être jugés et être jetés dans l’étang de feu. (Apocalypse 20). Enfin vient le nouveau ciel et la nouvelle terre décrits en Apocalypse 21 et 22.
          

6. Identifier l’Église sous ses différents aspects dans le livre de l’Apocalypse

Dans le livre «L’Église de Vainqueurs » et le texte « Nouveau mode de mise en pratique et de vécu de l’Alliance biblique » nous avons montré que l’Église des Vainqueurs (« A celui qui vaincra ») était issue des grands différents courants dénominationnels ayant surgi au cours de l’Histoire de l’Église. Ceux qui feront partie de cette église seront ceux, issus de ces courants, qui auront un esprit de repentance et recevront les exhortations de Jésus glorifié en vue de vaincre. Cette Église des Vainqueurs expérimentera le salut du corps en plus du salut de l’âme et de l’esprit par le Baptême de gloire et la Ste Cène de gloire donnés par le Seigneur Jésus-Christ Lui-même. Jésus glorifié a institué cela en vue de la métamorphose (transformation, transfiguration) du corps, en vue de l’immortalité pour passer au ciel et particulièrement à la salle du trône par le St Esprit et avec Lui-même qui nous ouvre la porte du ciel dès maintenant. Cela permettra de faire correctement le travail qu’Il nous demande.
En même temps les dénominations chrétiennes actuelles ainsi que le judaïsme continueront à exister en tant que tels avec bien entendu l’une ou l’autre évolution.
Dans le livre de l’Apocalypse, l’Église des Vainqueurs est l’Église qui assiste du ciel aux événements et agit sur terre. Elle agit à travers l’évangélisation victorieuse avant les grandes épreuves, jugements et tribulations (cavalier sur le cheval blanc Apocalypse 6 : 2) et enfin en apparition en tant que femme glorieuse entrain d’accoucher de l’Église des Vainqueurs siégeant avec Jésus sur le trône (Apocalypse 3 : 21 ; 12 : 1ss). Dans l’ensemble l’interprétation qui consisterait à identifier cette femme à Marie est rejetée par la majorité des commentateurs. En effet Marie n’était pas dans une position particulièrement glorieuse à Noël. L’enfant est directement monté au ciel sans mourir et ne reflète pas les caractéristiques de Jésus qui est d’ores et déjà sur le trône et glorifié (Apocalypse 5). Marie n’a pas « enfanté » les autres chrétiens restés sur terre (Apocalypse 12 : 17).
D’autres identifient la femme à Israël qui aurait enfanté l’Église. Le peuple juif en tant que tel ne peut être revêtu d’une telle gloire que seuls ceux qui sont EN Jésus-Christ peuvent recevoir.  Ici il ne s’agit pas de retourner en arrière mais bien de relater un événement majeur de l’expulsion de l’Accusateur de devant le trône de Dieu et de la fin du procès à l’encontre des « frères ». La femme est dans le ciel (comme Jean, précurseur de l’Église des Vainqueurs) et sur la terre mais totalement protégée (Apocalypse 12 : 13-16). Peut-on dire que le peuple juif fut protégé durant l’histoire ? Il fut certes protégé de l’extermination totale, mais pas des persécutions et d’exterminations partielles.
Les deux témoins représentant l’Église avec les chrétiens issus des nations païennes et les juifs ayant accepté Jésus comme leur Messie sont l’Église restée sur terre mais dotée d’une puissance divine très grande. Ils sont toutefois vaincus par la Bête qui monte de l’abîme. Ils ne font donc pas partie de l’Église des Vainqueurs parce qu’ils finissent par être vaincus.
Nous retrouvons aussi cette Église au ciel devant le trône représentée (non pas identifiée à) par les 24 anciens (vieillards selon certaines traductions) qui représentent les juifs pieux morts avant la croix et la résurrection ainsi que les juifs ayant accepté Jésus comme leur Messie ultérieurement et les chrétiens morts ne faisant pas partie de l’Église des Vainqueurs. Le chiffre 24 fait en réalité référence aux douze tribus d’Israël et aux douze apôtres. L’identification aux patriarches ayant donné leur  nom aux douze tribus et aux douze apôtres pourraient être retenue. En tous cas ils représentent les deux entités de l’Église au même titre que les deux témoins mais sont là en tant qu’individus (cf. Apocalypse 7 : 13 où Jean converse avec l’un des anciens). Certes Jean comme apôtre devrait se trouver parmi ces anciens. Ce qui pose un problème. Faut-il alors penser aux 24 classes sacerdotales juives ? La question reste ouverte.
La même Église se retrouve en Apocalypse 7 avec les 144 000 (multiple de 12) des différentes tribus des « fils d’Israël » et la foule de chrétiens issus de la grande tribulation ne faisant pas partie de l’Église des Vainqueurs puisque martyrisés. L’Église issue des juifs ayant accepté Jésus comme leur Messie se retrouve encore en Apocalypse 14 : 1ss.
En Apocalypse 19 :14 les armées qui sont dans le ciel englobent la partie de l’Église dont nous avons parlé plus haut et l’Église des Vainqueurs. Celle-ci se retrouve aussi dans le temple de Dieu qui doit être mesuré par Jean (cf. Apocalypse 11 : 1 « ceux qui y adorent »).


Conclusion :

Identifier l’Église des Vainqueurs est une première étape. En faire partie est un appel de Jésus-Christ glorifié à l’ensemble des chrétiens de toutes dénominations pour chercher et combattre. Les promesses à celui qui se repent et qui vaincra ouvrent des possibilités inimaginables sachant que le summum de toutes les promesses est contenu dans Apocalypse 3 : 21 : « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. »
 L’enfant né de la femme glorieuse est enlevé et s’assoit avec Jésus sur le trône. Le procès contre les « frères » est terminé à ce moment-là. L’Église des Vainqueurs est allée jusqu’au bout et avec les anges « ont vaincu l’Accusateur à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. » (cf. Apocalypse 12 : 11).
Ils étaient revêtus du sang de l’Agneau (actuellement feu divin), ils ont apporté une parole de leur témoignage (ce qu’ils ont vu et vécu dans les lieux célestes et surtout le témoignage de Jésus glorifié), ils ont risqué leur vie mais l’Ennemi n’a pas pu les toucher.
Pour comprendre l’enseignement dans sa globalité, il est indispensable de lire le livre « L’Église de Vainqueurs » et le texte « Nouveau mode de mise en pratique et de vécu de l’Alliance biblique ».
Notre foi et notre enseignement doivent être réorientés selon la Révélation (=Apocalypse) de la part de Jésus-Christ et de la personne de Jésus-Christ glorifié. Le salut du corps pour une métamorphose via le Baptême de gloire et la Ste Cène de gloire permettant d’aller dans la salle du trône, devient indispensable. Que le Seigneur nous fasse grâce !■