Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

jeudi 13 juillet 2017

114 LA REPETITION GENERALE




INTRODUCTION

Le déroulement dans ses grandes étapes de la 2ème Guerre Mondiale semble nous démontrer qu’il s’agit d’une « répétition générale » du « spectacle de désolation et d’épreuves » qui sont devant nous. 
Quelques éléments fondamentaux nous font penser que la 2ème Guerre Mondiale pourrait être une sorte de répétition générale de la Grande Tribulation suivie du Règne de l’Anti(é)-Christ. La Shoah, le nazisme et le stalinisme révélateurs des côtés très sombres de l’Occident et le rôle des islamiques face aux juifs déjà à cette époque, nous font aussi penser à une répétition générale.

  1. Esprit de Munich 

Nous connaissons l’esprit de Munich de 1938 où les alliés, pour préserver une soi-disant paix qui ne durera qu’une année, conclurent un accord avec Adolf Hitler pour tenter d’éviter la guerre. Evidemment Hitler le rompit en envahissant la Pologne le 1er septembre 1939, ligne jaune à ne pas franchir  pour les alliés, et la 2ème Guerre Mondiale s’enclencha. 
Certaines études d’historiens semblent démontrer que si les alliés avaient tout de suite attaqué en 1938, ils auraient pu gagner assez rapidement la guerre, car Hitler était moins bien préparé à ce moment-là et il utilisait ses troupes à l’Est. De plus le pacte germano-soviétique n’était pas encore signé d’où le risque de la prise en étau à la fois par l’Est et par l’Ouest. 
La « drôle de guerre » de septembre 1939 jusqu’au 10 mai 1940 où les alliés ne firent que se positionner derrière la ligne Maginot sans attaquer, donna encore davantage d’atouts à l’ennemi qui eut encore le temps de transférer une grande partie de ses troupes vers l’ouest après avoir écrasé des « petits pays » de l’Est, sachant que l’URSS stalinienne n’allait pas bouger vu le pacte germano-soviétique conclut le 23 août 1939 et vu que Hitler et Staline s’était « partagé le monde » à ce moment-là. De plus l’URSS livrait durant cette période de nombreuses marchandises aux nazis et une bonne partie de ses productions énergétiques. 
Bref l’unité diabolique dictatoriale du 20ème siècle existait à cette époque et menaçait très largement le monde libre.
Quoiqu’il en soit et sans entrer dans les détails, si nous osons un premier parallèle avec l’Église face à l’Ennemi de toujours, le Diable, une grande partie de l’Eglise fut, est et reste toujours dans l’esprit de Munich. Elle sait que « Hitler-Diable » n’est certes pas un gentil et qu’il est capable de mettre l’enfer sur terre. Elle essaye pourtant de ménager la chèvre et le chou et remet le combat à plus tard par des compromissions de toutes sortes, car en réalité elle sent plus ou moins au fond d’elle même qu’elle n’est vraiment pas en capacité de combattre. En effet le vrai combat de reconquête commence par se situer dans les lieux célestes (Éphésiens 6 :12) et comme elle n’y est pas et qu’elle n’a pas revêtu l’armure glorieuse de Feu adéquate… il y a de quoi se poser nombre de questions. 
Il faut donc gagner du temps…alors qu’en réalité le temps joue contre l’Église comme il a joué contre les alliés au début de la 2ème Guerre Mondiale ! 
L’histoire de la 2ème Guerre Mondiale démontre que l’effet escompté par l’esprit de Munich était un leurre de l’Ennemi pour mieux berner les alliés. 
Aujourd’hui (2017) les persécutions à l’encontre  des Juifs et des Chrétiens dans les pays déjà contrôlés par l’Ennemi, nous font penser méthodes dictatoriales nazies et aux camps de concentrations qui existaient déjà avant la guerre dans les années 30 en Allemagne. Pensons à la nuit de cristal en 1938 contre les Juifs !!! Pensons à Dietrich Bonhoeffer assassiné par les nazis et à Corrie Ten Boom, chrétiens remarquables, persécutés par les nazis. 
L’Église allemande, à part l’Église dite « confessante » (Bekennende Kirche), n’était pas très critique à l’égard du pouvoir nazi. Luther n’avait pas eu des propos particulièrement tendres à l’égard des Juifs en son temps ! Le catholicisme aussi portait en lui depuis des siècles un antisémitisme meurtrier.   
L’esprit de Munich actuel rend l’Église actuelle très molle notamment par rapport à la dénonciation et l’aide portée à celles et ceux qui se font massacrer pour leur foi en Jésus-Christ dans les zones contrôlées par l’Ennemi. 
De même les Juifs se font  agresser voire assassiner simplement parce qu’ils sont Juifs…même chez nous en France ! Là encore, il n’y a que des cris d’offraie mais par contre une critique et des mesures mondiales quasi généralisées contre l’État d’Israël sont constamment à l’ordre du jour. Pourtant ce dernier ne cherche qu’à se défendre du mieux qu’il peut contre les agressions radicales internes comme externes. Il suffit de voir une carte de la région pour se rendre compte de la précarité territoriale de ce petit pays entouré de toutes parts de pays musulmans beaucoup plus étendus défavorables voire ennemis! 
Toutefois le fait de posséder un territoire, une défense et des services modernes et efficaces permet à Israël de se protéger et de tenter de protéger les Juifs à travers le monde tout en leur offrant la possibilité de l’Aliyah. Israël est moins dans l’esprit de Munich actuellement mais cela lui est lourdement reproché.
L’Église est par contre impuissante et se réfugie dans ce qu’elle croit être ses retranchements de non agression et de compromission avec l’Ennemi, comme ceux qui conclurent les accords de Munich. 
Il y a quelques siècles l’esprit des Croisades et de l’Inquisition à partir d’états soi-disant chrétiens, se voulait conquérant et sans compromissions mais faire des croisades et exercer un pouvoir répressif ecclésiastique revient  ni plus ni moins à employer des méthodes semblables à celles de toutes les dictatures de ce bas monde ! 
Alors quelle est la solution ? 
Une première réponse : ne pas rester dans l’esprit des accords de Munich car l’Ennemi est le Père du mensonge et profitera de la première occasion pour nous berner une fois de plus et par la même occasion avancer ses pions. On ne négocie pas avec l’Ennemi car la négociation avec lui aboutit inévitablement au compromis toujours dévastateur pour nous, ce qui est inacceptable !!!
Une seconde réponse : monter réellement dans les lieux célestes, notre Royaume, pour être en capacité de combattre efficacement et victorieusement l’Ennemi à partir là. 
Aujourd’hui encore, nous avons une certaine liberté, mais le laïcisme (à ne pas confondre avec la laïcité) accompagné d’une tolérance inadmissible face à des portions de territoires de notre pays d’ores et déjà islamisées pour ne pas dire radicalisées, est d’emblée un premier coup de canif à cet accord « munichois » de non-agression. Que nous le voulions ou non, après le « Munich actuel » et la « drôle de guerre actuelle » viendra une « l’invasion » sournoise suivi d’une oppression atroce, effet d’une « occupation » dictatoriale à la clé. La fécondité à marche forcée des femmes musulmanes ne vise que le « Grand Remplacement » à terme dans nos pays. Dès qu’ils seront en majorité, la tolérance partira progressivement en fumée. Les formes seront probablement différentes des dictatures du 20ème siècle, mais les atrocités pires envers les chrétiens authentiques et les Juifs. Nous en avons des signes précurseurs évidents. Bref la Répétition Générale que fut la 2ème Guerre Mondiale provoquée par les idéologies dictatoriales, principalement le nazisme, ne s’en trouve que davantage illustrée.  
  
  1. L’invasion, l’occupation et la résistance

L’occupation de 1940-45 ressemble en moins grave aux phénomènes oppressifs de la Grande Tribulation et du Règne de l’Anti(é)-Christ à venir. Notons-le et ne pratiquons pas la politique de l’autruche comme le firent les Juifs à l’époque de Jérémie les avertissant contre les Babyloniens. 
Hitler utilisa au début de la guerre des formes de combats beaucoup plus modernes que les alliés. Il avait la maîtrise des airs notamment avec les stukas et fit preuve d’une mobilité très rapide de combat basée sur les chars (Blitzkrieg) protégeant les fantassins et en évitant la ligne Maginot en passant par les Ardennes. Les alliés prônaient encore plus ou moins une guerre statique de tranchées issue de la 1ère Guerre Mondiale certes améliorée mais déjà inefficace.
L’Église des Vainqueurs combattant à partir des lieux célestes (maîtrise des airs) pouvant se déplacer sans limitation (ubiquité) sur terre et au ciel (mobilité), puisqu’elle ne sera plus liée aux lois de l’espace-matière-temps, sera seule capable de se battre efficacement l’Ennemi qui lui, combat actuellement lui aussi à partir des lieux spirituels célestes négatifs. Cela lui donne une supériorité indiscutable de puissance de feu évidente. Il suffit d’ouvrir les pages du journal pour s’en rendre compte. Nous allons directement vers Sodome et Gomorrhe notamment au niveau éthique. Le mouvement s’accélère dangereusement.
L’Église restée sur terre malgré des mesures statiques pour essayer de durer, style « ligne Maginot », est déjà partiellement et sera obligatoirement battue : elle subit et subira de plus en plus l’occupation et ses conséquences. 
La seule option sera alors la « résistance ». L’Église n’aura d’autre choix que de résister, mot que grava d’ailleurs en son temps l’héroïque Marie Durand dans la Tour de Constance. Aussi héroïque que fut la résistance, elle n’aurait jamais pu venir à bout seule de la machine oppressive nazie.
De même les « résistants » chrétiens restés sur terre durant la Grande Tribulation et le Règne de l’Anti(é)-Christ seront vaincus. Par contre les chrétiens « montés », c'est-à-dire venant de l’extérieur (3ème ciel, Salle du Trône, lieux célestes) des territoires occupés par l’Ennemi (Espace –matière-temps), vaincront avec Jésus-Christ Glorifié. 
Comme les chrétiens, là encore les Juifs seront à nouveau massacrés dès la Grande Tribulation comme durant la Shoah et seuls les rescapés nommés en Apocalypse 7 s’étant convertis à Jésus, monteront devant le Trône avec les chrétiens issus de toutes les nations.
Résister durant l’occupation signifiait risquer de se faire emprisonner, torturer, assassiner. C’est très exactement ce qui est au programme de l’Ennemi durant la  Grande Tribulation et le Règne de l’Anti(é)-Christ de façon très amplifiée. Rien de nouveau sous le soleil !
La résistance et le martyr seront certes récompensés durant le règne du Christ durant le Millénium mais les textes de l’Apocalypse annoncent que même si les résistants-martyrs-héros restés sur terre aideront dans le combat contre l’Ennemi, ils seront malgré tout vaincus. Le plan de Dieu d’après le texte de l’Apocalypse n’est pas que les chrétiens restent sur terre mais montent métamorphosés dans la Salle du Trône pour dégager l’Ennemi des lieux célestes dans un premier temps puis le dégager de la terre dans un deuxième temps !
La Gestapo fit en effet un travail horriblement efficace et réussit à éliminer nombre de résistants tout en essayant même de les faire passer pour des terroristes aux yeux de l’opinion publique française ! 
Seules les armées alliées, venant de l’extérieur des territoires occupés, ayant la maîtrise de l’air et des moyens supérieurs en matériel et en hommes auront obtenu la victoire finale. 
C’est très exactement ce type d’armée-là, à savoir l’Église des Vainqueurs, qui devra obligatoirement être mise en place. Il apparaît clairement une fois de plus que la 2ème Guerre Mondiale était une Répétition Générale de ce qui est devant nous.

  1. Deux raisons de la défaite de « Hitler-Diable »

La première raison c’est la division. Satan est le diviseur, c’est dans sa nature. Hitler le diabolique, alors qu’il avait fait un accord avec le non moins diabolique Staline (Cf. dictature du prolétariat ou plutôt de la nomenklatura, guerre froide et goulags) qui faisait partie avec lui du camp dictatorial ennemi, l’attaqua le 22 juin 1941. L’histoire nous prouvera que ce fut son erreur majeure que de provoquer la division d’avec Staline, car après la bataille de Stalingrad qu’il perdit, il se trouva très affaibli et pris réellement en étau à partir de l’Est comme de l’Ouest.
Ismaël (Islam) et Ésaü (Edom : Occident au sens très large englobant les toutes les puissances non islamiques) les deux puissances « originelles » anti-Israël et anti-YHWH (fer et argile de la statue de Daniel) ont signé et signeront certes un ou des accords de non-agression mais se diviseront et se combattront. Notons qu’Hitler (nazisme émanation terrible occidentale, Esaü-Edom) voulait simplement au début expulser la « vermine juive » de son pays, mais c’est le Grand Mufti de Jérusalem (Islam, Ismaël) qui lui donna l’idée de l’extermination radicale des Juifs. Il voulait absolument empêcher l’Aliyah des Juifs en Terre promise. Nous retrouvons là le schéma originel Ismaël-Ésaü qui se mit déjà en place sous forme de répétition générale. 
La seconde raison réside dans le changement de méthodes de combats des alliés qui eurent  progressivement après la bataille d’Angleterre (aérienne juillet 40 à mai 41), l’entrée en guerre des américains et des russes (1941), la maîtrise des airs et la supériorité du matériel et des hommes. 1945 sera l’année de la victoire des alliés.
Il est absolument nécessaire que l’Église et les Juifs messianiques passent de la guerre de tranchées et de la résistance à la maîtrise de l’air à la supériorité du matériel et des hommes à partir du ciel ! 
Apocalypse 12 illustre ce tournant majeur : l’Église préalablement montée sera glorieuse et épouse de Jésus-Christ, mère entrain d’accoucher de la nouvelle génération-Église des Vainqueurs qui éjectera le Dragon des lieux célestes. C’est pourquoi le Dragon voudra dévorer cet enfant mâle dès le départ, car il sait qu’il sera la génération enlevée qui le vaincra dans les lieux célestes puis sur terre. Cet enfant-nouvelle génération-Église des Vainqueurs mènera les nations avec un bâton de fer (autorité) sur terre durant le Millénium. 
C’est pourquoi le Dragon sera furieux quand il aura d’abord été éjecté des lieux célestes car il perdra la plus grande partie de sa puissance, vu qu’il sera dorénavant emprisonné dans l’espace-matière-temps et qu’il aura justement « peu de temps ». Aujourd’hui c’est nous qui y sommes emprisonnés alors que lui est dans les lieux célestes avec accès à la Salle du Trône, demain ce sera l’inverse ! Cette nouvelle donne le mènera directement à sa défaite sur terre et à la victoire de Christ et de Ses armées. Le début du Millénium marquera la victoire de Christ, de Son Épouse et des Anges sur terre même s’il y aura encore un autre combat final suivi de l’éternité.
  
  1. La Shoah et la création de l’Etat d’Israël marqueurs prophétiques sûrs de la Répétition Générale 

La volonté d’extermination du Peuple élu par les précurseurs originels bibliques Esaü Edom et Ismaël, ennemis héréditaires de YHWH et donc de Son Peuple se retrouve dans la Répétition Générale de la 2ème Guerre Mondiale. 
La Shoah est une Répétition Générale d’horreur de la Grande Tribulation et du Règne de l’Anti(é)-Christ. 
La création de l’État d’Israël sur sa Terre Promise est la Répétition Générale de la montée du Peuple de YHWH ayant lavé sa robe dans le Sang de l’Agneau dans sa « Terre promise céleste ».
Ainsi nous remarquons qu’Israël est l’indicateur prophétique sûr pour le peuple de YHWH issu des nations ! Depuis qu’Israël est sur sa terre, et ce sera d’autant plus vrai quand le Temple sera reconstruit, il sera de plus en plus ce merveilleux indicateur prophétique. Il se trouve, sans vouloir jouer dangereusement avec les chiffres soi-disant prophétiques, que 2018 moins 1948 égal 70 !!! Simplement ouvrons nos capacités de perceptions spirituelles dans la prière et le jeûne en vue de la métamorphose du corps !

Conclusion

Si nous reprenons le contenu de nos propos, nous sommes dans l’esprit de Munich où nous pensons pouvoir négocier avec l’Ennemi car en fait nous n’avons pas trop le choix, à moins de passer à la dimension céleste par la montée. Bref nous en sommes juste avant ce que préfigurait la 2ème Guerre Mondiale à savoir la Grande Tribulation et le Règne de l’Anti(é)-Christ. 
Nous sommes dans une période où la majorité des chrétiens n’a pas la vision d’un combat à partir des lieux célestes, à part quelques exceptions près. En cas de coup dur seule la résistance ou pire, la collaboration peuvent être envisagées, mais à quel prix, sacrifices ou au contraire compromissions, avec quelle efficacité ? Le combat est totalement inégal et perdu d’avance car pour l’instant l’Ennemi a la maîtrise des airs et la mobilité et nous, nous sommes « statiques », coincés dans l’espace-matière-temps.  
De Gaulle dans les années 30 s’était opposé à son état major parce qu’il prônait les méthodes de combat beaucoup plus modernes, notamment avec la guerre de mouvement des chars. Il n’a pas été écouté et le résultat ne s’est pas fait attendre. Ce fut la « débâcle » !
Quand Pétain collaborait avec les nazis après la défaite de 40, De Gaulle appelait au combat mais avec les moyens appropriés. 
L’Église, face à l’Ennemi, doit accepter la nouvelle donne de la montée pour pouvoir combattre efficacement. C’est de l’amour que de vouloir être efficace pour la victoire afin que les menaces et les horreurs allant crescendo cessent !
Voilà où nous en sommes ! 


Un adage dit que « l’être humain est un animal qui n’apprend rien des événements du passé ».
Pourtant l’Histoire, les enseignements bibliques et même ceux de la 2ème Guerre Mondiale, une Répétition Générale terrible, nous illustrent ce qu’aujourd’hui nous devrions apprendre, comprendre, accepter et surtout vivre.  


En Lui, Martin BUSCH 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire