Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

vendredi 1 juillet 2016

98 Elie


 INTRODUCTION


Elie, le prophète, est monté au ciel dans un tourbillon et dans un chariot de feu attelé à des chevaux de feu (2 Rois 2 :11) et n’est par conséquent pas décédé.
De ce fait, Elie est devenu un sujet abordé par le prophète Malachie, les érudits juifs en général, par Jésus avec Ses disciples, un peu dans certaines épîtres et l’Apocalypse. Elie de par son ministère et surtout de par son immortalité a en quelque sorte été un prototype d’une typologie de ministères ou de groupes prophétiques qui sont considérés par la Bible comme devant être précurseurs du Messie.
C’est à ce titre que nous faisons le joint avec l’Eglise des Vainqueurs en passant par Jean-Baptiste et l’Apôtre Jean. Pour démontrer tout cela, il nous a paru nécessaire de procéder à un certain nombre d’identifications indispensables pour bien préciser les choses et ainsi mieux les comprendre.  

1.    Identité d’Elie

ELiYaHoU HaTiCHBi est la transcription à partir de l’hébreu dans nos lettres et se traduit par « Elie le Tischbite ».
ELiYaHOU en hébreu, se comprend de la façon suivante :
ELi signifie mon Dieu, mon El, mon Elohim le « i » étant l’adjectif possessif (Cf. Paroles de Jésus sur la croix en hébreu - araméen : « Eli, Eli, lama sabachtani = Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Matthieu 27 :46 ; Marc 15 :34).
YaHOU est une forme hébraïque de YHWH.
« Mon Elohim est YHWH » (« Mon Dieu est l’Eternel ») est la signification du nom de ce prophète exceptionnel dont nous pouvons découvrir l’histoire en 1 Rois 17 à 2 Rois 2.
ELiYaHoU, Mon Elohim est YHWH est un message fondamental en lui-même, d’autant plus qu’il va s’opposer à Baal.
Au-delà de l’action et des paroles c’est l’être, l’identité du prophète qui fait du combat contre Baal une lutte viscérale tout comme ce sera le cas de l’Eglise des Vainqueurs ou 8ème Eglise.
Comme cette 8ème Eglise est l’Epouse de Christ, au-delà de l’action et des paroles, elle portera avant tout le nom de son divin Mari de par son union et unité avec Lui tout comme ELiYaHoU, mon « Elohim est YHWH » porte le nom de son Dieu. La notion identitaire est absolument fondamentale pour qu’une victoire contre l’Ennemi soit possible. Autrement dit le message et l’action d’un ministère prophétique de type Elie doit venir des « trippes », du plus profond de soi-même. Il est indispensable de s’identifier, de « faire corps » avec ce ministère.
HaTiCHBi se traduit par « le Tischbite » qui signifie « l’étranger ». On peut aussi penser qu’Elie était originaire de Tischbé en Galaad où il s’était établi mais n’y était pas né d’après le texte hébreu de 1 Rois 17 :1, c’est à dire qu’il venait de l’étranger. Ainsi apparut l’expression consacrée « Elie, l’étranger parmi les étrangers en Galaad ».
Galaad est une région montagneuse située à une vingtaine de kilomètres au sud-est du lac de Tibériade dans l’actuelle Jordanie. Ce territoire appartenait alors aux descendants de Manassé, fils de Joseph et grand-père de Galaad.

Le Tischbite, l’étranger est un aspect très important. En effet quand on vient d’ailleurs, on n’a pas de préjugés ni d’intérêts propres locaux à préserver. Cela donne une liberté d’expression et d’action beaucoup plus grande puisqu’on n’a rien à perdre là où l’on prophétise. Cela permet un détachement salutaire et nécessaire beaucoup plus facile tant au niveau des biens que des personnes et finalement par rapport à soi-même.
Jésus n’a-t-Il pas dit : « Un prophète n'est méprisé que dans sa patrie et dans sa maison. » (Matthieu 13 :57).

2.    Elie et des ministères type d’Elie doivent identifier Baal, l’Ennemi

a)    Baal un générique, un contenant

BaHaL signifie seigneur, prince, dieu et est un générique pour désigner le divin tout comme Elohim (« Mais vous, vous m’avez abandonné pour servir d’autres élohim [dieux] ; aussi ne vous viendrai-je plus en aide » Juges 10 :13) ou encore theoi et kurioi (en grec : « En effet bien que ce soient de prétendus theoi [dieux] soit dans le ciel, soit sur la terre, comme il existe réellement plusieurs dieux et plusieurs kurioi [seigneurs]… » 1 Corinthiens 8 :5).
Ce générique est une sorte de « contenant » où l’on met en général une identité, un nom pour une identification plus spécifique du dieu.
Ainsi il existe par exemple un Baal Marcodès, dieu des danses sacrées ; Baal Shamen, dieu du ciel ; Baal Bek, dieu solaire, Baal Péor, dieu de la brèche etc… Chaque région avait son Baal ou Elohim local et y mettait un nom, une identité spécifique liés à sa fonction et son domaine de « compétences ».

b)    Beelzébuth

Beelzébuth ou Baalzébuth (ou Beelzéboul) est identifié par Jésus comme étant Satan (Luc 11 :18).
Il se nomme ainsi par usurpation car Beelzébuth signifie prince des princes (Zébuth, Zéboul comme Baal signifie : prince, maître, dieu ; plus tard par polémique contre le Beelzébuth : mouches, fumier donc cela donna seigneur des mouches), seigneur des seigneurs, dieu des dieux, le Baal des Zébuth [Zéboul]. En réalité il n’est que le chef des démons. Il était adoré à Ekron et fut combattu de front par Elie (2 Rois 1 :2ss).
Baalzébuth est une tentative d’identification mensongère en vue de s’accaparer des attributs réservés à YHWH Elohim et à Jésus comme Seigneur des seigneurs par exemple.

c)    Baal de Houbal

Il se trouve qu’il y avait aussi le Baal de Houbal, idole de pierres semi-précieuse qui était placée sur le toit de la Kaaba (pierre noire) à la Mecque pour représenter la divinité majeure du polythéisme arabe dominant alors sur 360 idoles dont les statues étaient placées tout autour avant l’arrivée de l’Islam.
« Hou » est l’article « les » en nabatéen et « Bal » est « Baals ». Baal de Houbal signifie donc le Baal des Baals, le dieu des dieux. Il s’apparente pour ne pas dire est identique à Baalzébuth.
La statue du dieu des dieux ainsi que les 360 statues des dieux furent détruites par Mahomet et ses troupes pour ne laisser que la pierre noire qui deviendra le lieu le plus sacré de l’Islam. Du fait que la pierre noire (cf. noirceur, ténèbres) n’ait non seulement pas été remplacée mais est considérée de surcroît comme étant le lieu le plus sacré de l’Islam, c’est logiquement toujours l’ancienne divinité majeure du polythéisme arabe Baal de Houbal qui y reste vénérée même sans la statue ! La pierre noire est en quelque sorte le fondement, le socle de l’ancienne divinité, la partie immergée de l’iceberg à savoir la plus grande et celle qui est indubitablement identificatrice qui est restée. Il aurait donc fallu ôter ce socle, cette base fondamentale obligatoirement identificatrice et au final ne pas retenir d’endroit du tout pour pouvoir avoir une chance de se réclamer du vrai Dieu Créateur et Souverain. Mais cela ne fut pas le cas et c’est justement très grave.
Allah (= le dieu) vient à la fois de Baal et/ou d’Elohim. Quand on dit Allah est Dieu c’est comme si on disait dieu est dieu ou le générique est le générique ou encore le contenant est le contenant sans qu’il y ait de nom, d’identité à l’intérieur. On peut comparer cela à un verre vide enchâssé dans un autre verre vide, l’ensemble ne contenant que du vide, du néant, du tohubohu. Quand on sait qui a mis en place le vide, le néant et le tohubohu … ! Il ne peut donc que s’agir de Baal de Houbal, prince des idoles, qui est finalement, malgré la destruction de sa statue et celles de ses démons-idoles, resté le seul dieu à la Mecque mais caché pour mieux tromper ses adeptes.
En réalité c’est Satan (= adversaire, accusateur), le Diable (=celui qui divise, désunit, détruit), le père du mensonge qui s’est simplement dissimulé au niveau de ce qu’on a laissé en place à savoir la partie immergée de l’iceberg, le socle identificateur originel et les ténèbres symbolisées par la noirceur de la pierre (cf. par exemple le drapeau noir de l’E.I.), pour recevoir à lui seul l’adoration. D’ailleurs il n’aime pas que des démons soient trop adorés et lui fasse concurrence. Il faut évidemment savoir à ce sujet que le royaume des ténèbres, à l’image de son chef, est une dictature absolue et est obligatoirement de ce fait divisé par les jalousies et des rivalités dévorant ses protagonistes donc voué à terme à la destruction. De toute manière, en attendant cela l’a bien arrangé et il l’a bien rendu aux fils d’Ismaël vu l’expansion énorme de leur religion. Statue ou pas à son effigie, le fondement et le socle de son identité, la pierre noire, est bel et bien resté en place et ce qui lui importe, c’est qu’il soit adoré plusieurs fois par jour par des milliards de personnes sous une identité usurpée, volée au vrai Dieu, ce qui malheureusement le renforce considérablement dans sa puissance spirituelle !
Ainsi Lucifer, le chérubin déchu, le chef des démons est, en tant que principal esprit méchant, adoré dans le culte de Baal de Houbal devenu Allah, même si à Palmyre les adorateurs extrémistes d’Allah ont récemment détruit un temple dédié à Baal, même si à la Mecque, ils croient lapider Satan dans leur rituel durant leur pèlerinage et même si dans la sourate 37/125 du Coran, le culte de Baal est décrié. C’est ce qui s’appelle diviser, mentir et tromper en se cachant et en se « voilant » pour mieux régner… ! Nous sommes carrément à l’opposé de l’Apocalypse qui signifie dévoilement de ce qui était caché ou révélation !
Vu que la pierre noire est restée, la nature spirituelle négative de Baal de Houbal est aussi restée et elle est sans aucun doute identique dans la noirceur ou les ténèbres entre autres, à celle du dieu adoré de nos jours qui s’avère être de plus en plus chaque jour l’Ennemi de YHWH Elohim et de ses adorateurs à savoir les Juifs et les Chrétiens authentiques.
De toute façon, on reconnaît l’arbre à ses fruits : la dictature politico-religieuse islamique notamment extrémiste est absolue, car un renégat qui abandonne cette religion, est mis au ban de la famille et de la société où elle règne. Il risque fort d’être condamné à mort et par la suite assassiné où qu’il se trouve. Pas un seul état musulman est démocratique et pratique la tolérance religieuse dans une laïcité et une démocratie sereines car dès l’instant où un état musulman domine une terre, cette terre, y compris ses habitants et tout ce qui s’y trouve, doivent être en quelque sorte « purifiés » puis réservés, mis à part, consacrés à Allah pour toujours. Cette notion de terre d’Islam à vocation mondiale ne laisse aucun espace démocratique réel avec la séparation des pouvoirs, les libertés fondamentales individuelles et collectives. C’est pourquoi les non musulmans habitant ces terres sont automatiquement des citoyens de seconde zone et s’ils ne sont pas assassinés, ils doivent en tous cas s’acquitter d’une taxe supplémentaire et subir des discriminations diverses. La femme n’y est pas l’égal de l’homme et doit lui être totalement soumise. Elle subit des discriminations diverses notamment en ce qui concerne la liberté de déplacement et bien d’autres libertés selon les pays concernés.
Quand on considère les extrémismes de ce culte avec la polygamie, la mise en esclavage des femmes qui deviennent femmes-objets achetées et vendues, voilées d’ailleurs souvent en noir, dominées par les hommes, souvent violées et juste bonnes à procréer et à s’occuper des tâches ménagères dans des conditions inacceptables, l’application extrême de la Charia (Loi islamique) avec les flagellations, les amputations, les meurtres – sacrifices par égorgement, décapitation, crucifixions, exécutions par balles ou autres, attentats des insoumis et des« mécréants », l’intolérance meurtrière visant à condamner à mort jusqu’en Occident tout opposant ou contradicteur considéré comme blasphémateur et finalement l’état constant de guerre conquérante et dominatrice plus ou moins larvée depuis les origines avec Mahomet, alors d’emblée chef de guerre, jusqu’à aujourd’hui, nous reconnaissons le vrai visage de celui qui est adoré dans ce culte. Ainsi l’affirmation qui consiste à dire qu’Allah et YHWH Elohim seraient le même Dieu est terrible et tellement trompeuse. Même certaines églises dites traditionnelles sont tombées dans le panneau. Par contre les adorateurs de ce Baal de Houbal alias Allah n’y sont pas tombés et traitent « de chiens, de porcs, de singes etc… » les mécréants et particulièrement celles et ceux qui se réclament de YHWH Elohim à savoir les Juifs et les Chrétiens qu’ils ne manquent pas d’oppresser et d’assassiner dès qu’ils en ont l’occasion !
Le ministère typologique d’Elie d’aujourd’hui, comme Elie le fit en son temps par rapport à Baal, est clairement appelé à discerner puis à dénoncer le subterfuge opéré par Baal de Houbal devenu Allah ayant toujours le même socle et la même base.     

d)    Jézabeel

Jézabeel (Signification : « Baal est l’époux » puis plus tard signifia « impudique »), princesse de Tyr et de Sidon très autoritaire, sans scrupules, fille d’Ethbaal Ier (Signification : « avec Baal »), femme du roi d’Israël (Royaume du Nord) Achab (1 Rois 16 :30-32), adoratrice invétérée de Baal et ennemie mortelle d’Elie fait partie idéologiquement et spirituellement de la lignée des descendants d’Esaü - Edom qui sont devenus l’Occident romain, puis romain catholique totalitaire du Moyen-Age puis actuellement l’Occident laïciste (de moins en moins laïque serein, démocratique et tolérant au sein duquel nous sommes très reconnaissants de vivre envers et malgré tout) de plus en plus totalitaire : gare aux soi-disant amalgames, aux soi-disant racismes confondus avec des analyses critiques considérées pour des raisons de réalisme politique  inspiré par la peur de l’islamisme, comme des incitations à la haine et aux …phobies ! Ainsi on laisse se développer un islam de plus en plus influent et radical mais incompatible avec les valeurs positives, laïques, démocratiques et tolérantes de notre société occidentale.
En même temps cet Occident devenant de plus en plus laïciste est moralement permissif en contradiction des principes bibliques notamment dans le cadre de la loi (avortements, mariages homo, divorces facilités, culture démonisée etc…). Quand on communique ce que dit la Bible sur ces sujets-là de façon très claire et publique, on risque le procès et la condamnation pour incitation à la haine, au racisme par ce qui est considéré comme homophobie, islamophobie ou autres …phobies alors qu’il n’en est rien en réalité. On doit pouvoir critiquer, remettre en cause au niveau des idées et des croyances sans insulter et rejeter les êtres humains en tant que tels dans un pays où la liberté d’expression est doit être un droit fondamental. D’ailleurs d’après la Parole de Dieu, tout être humain quel qu’il soit, est non seulement à respecter mais encore à aimer en tant que tel, parce que créé et aimé de YHWH Elohim. C’est très difficile mais c’est indispensable pour la liberté dont l’amour vrai est l’unique fondement. Mais comme dit, cela ne doit pas empêcher l’analyse critique et la dénonciation du péché et de doctrines opposées à la Bible, bien au contraire. L’amour et la vérité ne sont pas incompatibles, encore une fois bien au contraire.
L’évangélisation chrétienne en lieux et place publics, considérée comme du prosélytisme clivant donc dangereux pour le maintien de l’ordre, peut être de ce fait attaquable et condamnable. Nous sommes clairement dans le laïcisme et de moins en moins dans la laïcité. Sachons à ce sujet que la séparation des pouvoirs et la devise de la République sont inspirés de la Trinité (Père : pouvoir législatif - Egalité ; Fils : pouvoir judiciaire - Liberté ; Saint Esprit : pouvoir exécutif - Fraternité). La laïcité est à la base une idée du protestantisme français proche de la Bible qui fut persécuté (cf. guerres de religion, St Barthélémy, révocation de l’Edit de Nantes etc.) et qui fut évidemment repris plus tard par d’autres courants de pensée à l’époque de la Révolution. Mais le laïcisme actuel est dû au rejet du Dieu de la Bible de la part de la société actuelle. Quand on met le Seigneur Jésus à la porte, le Diable, Baal rentre par la fenêtre. L’espace neutre n’existe pas.
Jézabeel avait instauré une véritable dictature en Israël avec des persécutions meurtrières pour celles et ceux qui n’adhéraient pas au culte de Baal non seulement contre Elie mais aussi contre les prophètes de YHWH Elohim (1 Rois 18 :3-4 ; 19 :2-3).
Comme « par hasard » la typologie de Jézabeel revient en Apocalypse 2 :20-24 dans la lettre à l’Eglise de Thyatire que nous avons identifiée à l’Eglise catholique romaine à l’origine de l’Occident romain où l’impudicité, la prostitution, l’idolâtrie, la corruption, le faux prophétisme ont contaminé cette église et la civilisation qui en découla (cf. mariologie, cultes des saints, dépravation sexuelle et morale du clergé, symbole phallique des églises-bâtiments avec la tour et la nef comme d’ailleurs les mosquées avec leur nef et minarets, faux prophétisme au nom de la Tradition, dictature meurtrière papale avec les guerres de religion, l’Inquisition, la St Barthélémy, monarchies absolues de droit divin catholique romain, Eglise à l’origine de la civilisation occidentale laïciste où en plus le scientisme, les sectes, l’ésotérisme, les sociétés secrètes multiples, la Franc Maçonnerie, les Illuminatis et le Satanisme etc. minent la société ).
Sachons que le communisme, une horrible caricature inversée issue du marxiste athée de la vie communautaire et de partage du christianisme primitif et le nazisme, une horrible caricature inversée du prophétisme messianique judéo-chrétien ainsi que leurs héritiers actuels à savoir les dérives extrémistes d’extrême gauche ou d’extrême droite. Ce sont des émanations directes de l’Occident dont l’ancêtre est Esaü, Edom et Amalek via les Nabatéens et Rome, ici représentées par Jézabeel, une société voire des églises dont « Baal est l’époux » où l’on commence à bénir les mariages homosexuels et où l’avortement n’est pas décrié par exemple ! 
Le ministère typologique d’Elie d’aujourd’hui, comme Elie le fit en son temps par rapport à Baal, est clairement appelé à discerner puis à dénoncer les dérives à la fois laïcistes dictatoriales et permissives d’une société Jézabeel, mariée à Baal.

e)    Le culte de Baal à l’origine

Le culte de Baal se pratiquait dans des sanctuaires placés sur des hauts lieux, des collines ou montagnes pour dominer spirituellement « en hauteur » de façon démoniaque un secteur géographique. A l’intérieur se trouvait la statue du dieu quelquefois avec celle de la déesse Astarté et à l’extérieur des colonnes de pierre, symboles phalliques du dieu avec des autels à encens. La prostitution sacrée mâle et femelle, les sacrifices d’enfants (Jérémie 19 :5) et humains en général se pratiquaient alors. Incantations répétitives, prières démoniaques, musiques aux paroles d’adoration des Baals, danses, gesticulations obscènes, cris, automutilations, incisions, tatouages, transes, excitations, sacrifices, boissons enivrantes, orgies meublaient ce genre de kermesse diabolique dédiée à Baal. Certains rapprochent voire identifient ce culte à celui du veau d’or au désert et des deux veaux d’or en Israël notamment en ce qui concerne les danses obscènes, l’impudicité pratiquée alors et à celui de Moloch pour les sacrifices d’enfants. Nous retrouvons bien des aspects des pratiques des adorateurs de Baal durant les périodes qui ont suivi jusqu’à nos jours !
Elie discerna et dénonça clairement et de la façon la plus frontale la domination de Baal, de ses prophètes, d’Achab et de Jézabeel dans le Royaume du Nord, Israël.

3.    Confrontations et révélateurs

a)    YHWH Elohim et ELiYaHoU à Sa suite connaissaient leur Ennemi

Face à Baal, nous avons fort heureusement le générique, le contenant Elohim mais avec un nom, une identité, un contenu qui s’appelle « Celui qui est », YHWH, et Son serviteur, Son prophète de Feu ELiYaHoU, « mon Elohim est YHWH » uni à son Dieu à commencer par son identité et nom ! Il s’agit d’un combat frontal titanesque sans merci et Elie avait bien identifié puis combattu son Ennemi.
Les ministères typologiques d’Elie sont aussi appelés à bien identifier leur Ennemi qui n’a absolument pas changé et qu’il faut dénoncer et combattre. Dans cette confrontation des révélateurs sont d’une grande utilité. 

b)    Les révélateurs qui débusquent Baalzébuth

-       Position vis-à-vis d’Israël, de sa terre et du Temple, premier révélateur.

Les adeptes de Baalzébuth détestent les Juifs, le Peuple élu de Dieu et font par conséquent clairement bloc contre l’Etat d’Israël notamment par rapport à la restitution de l’ensemble des territoires du Pays promis par Dieu et le projet de construction du 3ème Temple sur le Mont Sion, sujet extrêmement sensible. La position pour ou contre l’Etat d’Israël dans sa terre promise dotée du Temple est un révélateur flagrant indiscutable bibliquement parlant pour savoir qui est de Baalzéboul et qui est de YHWH Elohim – génération Elie.
Les adversaires de la génération prophétique Elie touchent en effet à la prunelle des yeux de YHWH ZeBaoTH (YHWH des Armées ; Zacharie 2 :8) ce qui a eu, a et aura des conséquences terribles parce qu’ils subiront le coup réflexe de défense puis d’attaque destructrice en pareil cas. Achab et Jézabeel en firent clairement les frais (1 Rois 21 :17-27). Déjà une partie du Proche Orient, des parties de l’Afrique musulmane sont à feu et à sang avec des conséquences meurtrières terribles et d’insécurité en Occident laïciste permissive accompagnées d’une immigration islamique massive totalement ingérable.

-       Mariage de raison entre l’Islam et l’Occident, un mélange fragile « fer-argile », deuxième révélateur.
 
L’Islam conquérant oppresseur et l’Occident laïciste, athée-agnostique, capitaliste dominateur non régulé contraire à la règle d’égalité de 2 Corinthiens 8 :13-15 (aussi répandu en Orient, en Afrique via l’influence chinoise, le reste du monde) feront à terme un mélange et mariage de raison fragile et implosif « fer-argile des pieds de la statue de Babylone-Babel » parce qu’il n’y a ni politiquement, ni humainement, ni spirituellement le choix.
Pourquoi parlons-nous de ces deux entités ? Tout simplement parce que nous y retrouvons leur matrice originelle biblique d’opposition à YHWH Elohim et ses serviteurs reconnus et dénoncés tant par les Juifs que par les Chrétiens en Ismaël et en Esaü-Edom. C’est très important, car la possibilité de retrouver les matrices originelles bibliques, permet une identification mieux ciblée et surtout plus vraie et authentique. Trouvez les racines, les fondements, les origines, les identités originelles et vous approcherez mieux la réalité de fond notamment actuelle. Cela permet de mieux aller à la racine. Aussi longtemps qu’une racine est en terre, elle peut générer des repousses et bonjour les dégâts !
 Baalzéboul tient les héritiers actuels d’Ismaël et d’Esaü-Edom dans son étau et les manipule de plus en plus pour arriver à ses fins. Ils constitueront par conséquent les pieds de fer et d’argile de la statue vue par le prophète Daniel à Babylone. Ce mélange-mariage de fer et d’argile fragile implosif, est un autre révélateur des Ennemis jurés de YHWH Elohim et de Ses adorateurs. Ce mélange implosif mènera à une situation mondiale politique, économique, sociétale catastrophique totalement ingérable. Là il s’agit de la Grande Tribulation (Apocalypse 6 :3 à 12 :12). Cette situation sera tellement grave que la solution provisoire de consolidation, voire de déminage sera proposée par l’Anti[é]-Christ comme recours ultime de séduction qui prendra ainsi en tant que faux messie sauveur (Apocalypse 13 :3-4 puis 12-18) le pouvoir mondial et unira ensuite toutes ses forces contre l’Eglise authentique de Jésus-Christ non montée. Là il s’agit du règne de l’imitation trinitaire ou de l’Anti[é]-Christ (Apocalypse 12 :13 à 20 :3).
Ces pieds représentent aussi la dernière bête citée par le prophète Daniel.
Petit rappel relatif à la statue et à la vision des bêtes du prophète Daniel :
-       Tête d’or – lion = Babylone (625-538 av. J-C)
-       Poitrine et bras d’argent – ours = Mèdes et Perses (539-330 av. J-C)
-       Ventre et cuisses d’airain - léopard = Macédoine et Grèce (avec Alexandre le Grand 334-323 av. J-C).
-       Jambes de fer – animal terrible dix cornes = Rome à l’ouest et à l’est (70 av. J-C jusqu’en 313 après J-C :  Edit de Milan ; Constantin qui institua le christianisme romain d’état).
-       Pieds de fer et d’argile – dernière corne de l’animal terrible avec des yeux d’homme et une bouche qui parlait avec arrogance qui fit la guerre aux saints et l’emporta sur eux (Daniel 7 :8+20-21 ; Apocalypse 11 :7 ; 13 :7) = christianisme romain – Occident laïciste (fer - Esaü - Jézabeel) et Islam (argile – Ismaël – Baal de Houbal) (313 - ???).

c)    La confrontation décisive

« Tu regardais, lorsqu'une pierre se détacha sans le secours d'aucune main, frappa les pieds de fer et d'argile de la statue, et les mit en pièces. Alors le fer, l'argile, l'airain, l'argent et l'or, furent brisés ensemble et devinrent comme la balle qui s'échappe d'une aire en été ; le vent les emporta, et nulle trace n'en fut retrouvée. Mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne et remplit toute la terre. » (Daniel 2 :34-35 Segond).
« Tu as vu le fer mêlé avec l'argile, parce qu'ils se mêleront par des alliances humaines ; mais ils ne seront point unis l'un à l'autre, de même que le fer ne s'allie point avec l'argile. Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit et qui ne passera point sous la domination d'un autre peuple ; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement. C'est ce qu'indique la pierre que tu as vue se détacher de la montagne sans le secours d'aucune main et qui a brisé le fer, l'airain, l'argile, l'argent et l'or. » (Daniel 2 :43-45 Segond).

-       Eglise des Vainqueurs et pierre de la montagne

Nous sommes directement projetés dans une des définitions de la future 8ème  Eglise ou Eglise des Vainqueurs montée qui forme un royaume et des sacrificateurs (Apocalypse 5 :10) qui, à partir du ciel (cf. ici montagne, lieu élevé, se trouvant justement en-haut), combattront, vaincront (Apocalypse 6 :2 ; 12 :11 ; 17 :14 ; 19 :14) comme la pierre qui détruira les pieds de la statue et règneront sur la terre entière comme la pierre qui deviendra elle-même une montagne et remplira toute la terre (Apocalypse 20 :4a ; Millénium).
Là encore, insistons sur le fait que la pierre vient d’en haut, de la montagne pour avoir de l’élan et de la force et ainsi peut avoir la possibilité de détruire effectivement les pieds de la statue de fer et d’argile de Nabuchodonosor, roi de Babylone, ville qui deviendra dans l’Apocalypse, la grande prostituée, la ville aux 7 collines (Rome – Occident Apocalypse 17 :9) qui revient en force dans le règne de l’Anti[é]-Christ (Apocalypse 17 et 18). Elle était la capitale mondiale (Apocalypse 17 :18) et la tête de pont en vue de la reconquête des lieux célestes par Dragon. La tête de pont ressemble à la tour de Babel mais est ici composée de péchés assemblés, collés, cimentées tels des briques (Apocalypse 18 :5 : ici verbe kollao :  coller, cimenter ).

-       Eglise des Deux Témoins une partie de Eglise des Vainqueurs

Si la pierre n’était venue d’en-haut, elle n’aurait pas eu l’élan, la force et l’efficacité nécessaires. De même l’Eglise des Vainqueurs doit combattre, vaincre et régner à partir du ciel, d’En-Haut, sinon elle n’aura pas assez d’élan et de force pour détruire efficacement la statue puis remplir ses missions.
  Où se situe Elie le Tischbite au niveau typologique dans l’Apocalypse ? Elie aura été un prophète sur terre sans concession face à Achab et Jézabeel dont la fin ne sera pas très glorieuse (1 Rois 21 :17ss). Il aura été d’une efficacité foudroyante face à un Ennemi et des complices qui ne lui auront fait aucun cadeau et pour cause ! Mais il vivra aussi des moments très dangereux, de découragements pour ne pas dire de ras le bol (1 Rois 19 :1-4) malgré les manifestations extraordinaires de son ministère. En effet, il se trouvait encore « en-bas » où la victoire définitive n’est simplement pas possible. Le comportement de Jézabeel, des rois idolâtres qui ont succédé à Achab l’ont amplement prouvé. C’est pourquoi une Eglise qui croit qu’elle peut ou doit rester dans l’espace-matière-temps ou au bas de la montagne ne peut tout simplement pas vaincre. C’est totalement inenvisageable et impossible !
La preuve nous l’avons encore au niveau du ministère du groupe typologique d’Elie dans l’Apocalypse.
Il s’agit du dernier groupe de « montés » qui formera en partie l’Eglise des Vainqueurs à savoir l’Eglise des Deux Témoins (cf. écrit « L’Eglise des deux Témoins » Apocalypse 11 :1ss) où la typologie d’Elie est clairement à identifier aux côtés de celle de Moïse. Cette église aura subi toute la Grande Tribulation sur terre. Elle exercera pendant 1260 jours (Apocalypse 11 :3 = 42 mois= 3 ans et demi) un ministère terrestre prophétique et de témoignage de Feu, de jugement et de puissance comme Elie (1 Rois 18 :1 : trois ans de famine suite à la sécheresse – 899 à – 897 ; après c’est plus long car Elie est monté en - 892). Le résultat ne sera pas des plus probants puisqu’à leur martyre les habitants de la terre se réjouiront et se feront même des cadeaux à cette occasion-là, preuve qu’ils ne seront malheureusement pas convaincus (Apocalypse 11 :10).
Elle subira l’épreuve pour ne pas dire la défaite ou l’échec du martyre lors d’une bataille contre la Bête (Apocalypse 11 :7-10) mais bénéficiera de la résurrection du corps sur terre aux yeux du monde entier et pourra de ce fait répondre à l’appel céleste de la montée trois jours et demi après (Apocalypse 11 :11-12). Ce n’est qu’après cet événement et le tremblement de terre que des survivants rendront gloire au Dieu du ciel (Apocalypse 11 :13) !
La montée doit donc être l’objectif prioritaire pour pouvoir passer aux combats fondamentalement décisifs victorieux dont le premier aura logiquement lieu très vite après en Apocalypse 12 avec l’éjection du Dragon du ciel pour le précipiter sur terre à sa grande fureur.
Elie est aussi monté et nous verrons l’importance de cette montée !

d)    Jean Baptiste un type d’Elie précurseur du Messie lors de sa première venue sur terre.

« Voici, je vous enverrai Elie, le prophète, avant que le jour de l’Eternel arrive, ce jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères à leurs enfants et le cœur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit. » (Malachie 4 :5-6 ; Segond).
« …il marchera devant Dieu avec l'esprit et la puissance d'Élie, pour ramener les cœurs des pères vers les enfants, et les rebelles à la sagesse des justes, afin de préparer au Seigneur un peuple bien disposé » (Luc 1 :17 ; Segond ; paroles de l’ange à Zacharie, père de Jean-Baptiste).
« …un prophète ? Oui, vous dis-je, et plus qu'un prophète. Car c'est celui dont il est écrit : Voici, j'envoie mon messager devant ta face, Pour préparer ton chemin devant toi. … Car tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu'à Jean ; et, si vous voulez le comprendre, c'est lui qui est l'Élie qui devait venir. » (Matthieu 11 :9-14 ; Segond).
« Les disciples lui firent cette question : Pourquoi donc les scribes disent-ils qu'Élie doit venir premièrement ? Il répondit : Il est vrai qu'Élie doit venir, et rétablir toutes choses. Mais je vous dis qu'Élie est déjà venu, qu'ils ne l'ont pas reconnu, et qu'ils l'ont traité comme ils ont voulu. De même le Fils de l'homme souffrira de leur part. Les disciples comprirent alors qu'il leur parlait de Jean-Baptiste. » (Matthieu 17 :10-13 ; Segond).            
« Voici le témoignage de Jean, lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des sacrificateurs et des Lévites, pour lui demander : Toi, qui es-tu ? Il déclara, et ne le nia point, il déclara qu'il n'était pas le Christ. Et ils lui demandèrent : Quoi donc ? es-tu Élie ? Et il dit : Je ne le suis point. Es-tu le prophète ? Et il répondit : Non. Ils lui dirent alors : Qui es-tu ? Afin que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu de toi-même ? Moi, dit-il, je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit Ésaïe, le prophète. » (Jean 1 :19-23 ; Segond).

-       Jean-Baptiste et Elie sur terre

Jean-Baptiste était-il Elie réincarné ou pas ? En fait il était une typologie du ministère d’Elie en tant que précurseur du Messie lors de Sa première venue qui devait lui préparer le chemin. Il n’était pas une réincarnation d’Elie, sachant que la doctrine de la réincarnation n’est pas biblique. En plus Jean-Baptiste était l’Elie et non pas Elie qui devait revenir d’après Matthieu 11 :14. Cela signifie qu’il ne s’agit pas d’Elie mais d’un type de ministère comme Elie : l’Elie.
Jésus parle du rétablissement de toutes choses. En fait ni Elie, ni Jean-Baptiste n’ont rétabli grand-chose à leur époque. Ils ont remis certaines choses en place de façon tonitruante et très courageuse tant Elie pour le peuple d’Israël notamment au Carmel (1 Rois 18 :21-40) que Jean-Baptiste lors de ses prédications très directes, les baptêmes d’eau de repentance et la parole adressée à Hérode (Hérode l’Edomite – Iduméen le collabo des Romains ; cf. Jézabeel, Occident romain) relative à son adultère qui finit tout de même par lui coûter sa tête (Marc 6 :14-29). Jean-Baptiste lui-même au fond de sa prison comme Elie au désert (1 Rois 19 :3-14) doutait de son propre ministère et par extension de celui de Jésus en tant que Messie vu la question qu’il lui avait fait parvenir par ses disciples : « Es-tu celui qui devait venir ou devons-nous en attendre un autre ? » (Matthieu 11 :1-13).

-       Un problème de réalisation et de finalisation

Quelque part il y a un problème de réalisation et de finalisation dans cette préparation de l’arrivée du Messie au niveau de Jean-Baptiste, notamment en ce qui concerne « un peuple bien disposé, le rétablissement de toutes choses, l’aplanissement du chemin du Seigneur ».
Soyons honnêtes quand on constate, comme Jésus le fit pour Jean-Baptiste, que l’opposition du Peuple d’Israël s’est malheureusement maintenue (Matthieu 17 :12-13 ; Marc 9 :13). Jésus a clairement dit à propos de Jean-Baptiste « qu’ils ne l’ont pas reconnu et qu’ils l’ont traité comme ils l’ont voulu ». Autrement dit, ils auraient pu faire autrement et l’accueillir comme précurseur du Messie, mais ils ne le firent pas. C’est pourquoi le chemin terrestre parcouru par Jésus n’était pas ce qu’on pourrait appeler une promenade de santé, un chemin aplani. Par la suite la continuation d’un monde de péchés mit en évidence ce problème de réalisation et de finalisation, monde de péchés infectant même l’Eglise des débuts, car il suffit de lire les épîtres ! Bref nous sommes loin du rétablissement de toutes choses. Donc il y eut problème.
            Quelle est la solution à ce problème de réalisation et de finalisation effectives réussies d’un ministère prophétique de type Elie ?

-       La solution

            Nous avons une première indication :
« Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et il les conduisit seuls à l'écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré (métamorphoo = métamorphosé) devant eux ; ses vêtements devinrent resplendissants, et d'une telle blancheur qu'il n'est pas de foulon sur la terre qui puisse blanchir ainsi. 4 Élie et Moïse leur apparurent, s'entretenant avec Jésus… Une nuée vint les couvrir, et de la nuée sortit une voix : Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! Aussitôt les disciples regardèrent tout autour, et ils ne virent que Jésus seul avec eux. Comme ils descendaient de la montagne, Jésus leur recommanda de ne dire à personne ce qu'ils avaient vu, jusqu'à ce que le Fils de l'homme fût ressuscité des morts. Ils retinrent cette parole, se demandant entre eux ce que c'est que ressusciter des morts. Les disciples lui firent cette question : Pourquoi les scribes disent-ils qu'il faut qu'Élie vienne premièrement ? Il leur répondit : Élie viendra premièrement, et rétablira toutes choses. » (Marc 9 :2-12).
Elie ne subira pas la réincarnation, ouf, sinon pauvre de lui, il a assez souffert ! L’épisode Jean-Baptiste nous l’aura prouvé. Par contre il apparaît glorieux lors de la transfiguration ou métamorphose de Jésus. Là il s’agit du véritable Elie présent dans la nuée et non pas d’une typologie du ministère d’Elie.
Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie qu’Elie, le « monté » ayant bénéficié de l’immortalité, pouvait réapparaître en gloire sur terre aux trois disciples pour que la véritable gloire et nature de Jésus leur soit révélée et que s’ouvre la route du 3ème ciel vers la terre et inversement !  Nous ne traiterons pas ici le cas de Moïse qui à notre avis est relativement semblable à celui d’Elie (cf. 2 Corinthiens 3 :6-18).
Cette gloire de Jésus ainsi révélée est la démonstration que le chemin à préparer, à aplanir par le ministère de type Elie est d’ouvrir en Jésus le Chemin la possibilité de circuler réellement et constamment en aller-retours entre le 3ème ciel et la terre (espace-matière-temps) après avoir commencé à dégager l’obstacle du 2ème ciel siège de l’Ennemi !!! Voilà le but de ce ministère prophétique !!! Il devrait en fait être le but de TOUT ministère prophétique qui est par nature un ministère de « percée » d’abord « verticalement » 3ème ciel - terre puis « horizontalement » à travers et de par le monde !
Quand on parle d’Elie, on pense surtout au Carmel et c’est important car cela fait partie intégrante de l’ensemble mais la finalité, le but fut sa montée au ciel et son retour sur terre dans la nuée lors de la transfiguration de Jésus pour vraiment préparer, dégager le chemin au Seigneur en commençant à ouvrir les yeux puis le cœur et l’intelligence de Pierre, Jacques et Jean ! Cela rejoint évidemment aussi l’échelle de Jacob et l’ensemble des expériences de gloire des prophètes dont Esaïe et Ezéchiel et évidemment l’Eglise des Vainqueurs ou 8ème Eglise !
Ainsi une fois que cette « circulation sera ouverte ou le chemin aplani », il sera possible de « rétablir toutes choses » et pas avant ni autrement ! L’exaucement de la demande du Notre Père « Que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » ne peut être possible que par cette libre-circulation ciel-terre ! Une fois qu’on a compris cela, tout paraît tellement évident !
Le problème est comment y arriver. Elie a réussi à son niveau alors que Jésus n’avait pas encore « tout accompli » sur la croix ! Raison de plus d’y arriver par la grâce en Jésus-Christ ! Encore faut-il se mettre dans le bon angle de la perspective de la grâce. Comprendre le ministère d’Elie va nous y aider.

4.    YHWH est vivant !

« Élie, le Thischbite, l'un des habitants de Galaad, dit à Achab : HaÏ - YHWH (Vivant, vive Yahvé), Elohim Israël, je me tiens devant Lui ! Il n'y aura ces années-ci ni rosée ni pluie, si ce n’est à ma parole. » (1 Rois 17 :1).

a)    Le Royaume d’Israël et l’Eglise de Thyatire

Le culte de Baal verrouillait le Royaume du Nord, d’Israël. Achab le roi était sous la coupe de Jézabeel. Les prophètes de YHWH Elohim étaient massacrés et il n’y avait plus qu’un petit reste de fidèles qui n’avait pas plié le genou devant Baal (Romains 11 :1-5). Quelle misère qui ressemble étrangement à celle de notre époque comme nous l’avons vu plus haut.
Cela eut comme conséquence la mise en place d’une société où l’on dit « YHWH Elohim peut ’êtes ben qu’oui peut ‘êtes ben qu’non, en tous cas Il n’agit pas, ne se manifeste pas, ne parle pas, donc on n’en tient plus compte ». Il se situe tellement loin au ciel peut-être parmi d’autres éventuels dieux d’un autre âge, Il semble si éloigné de nos préoccupations et aspirations les plus concrètes et basiques. Existe-t-Il vraiment ?  
Nous, ce qui nous intéresse c’est de nous amuser, de bouger, d’avoir des animations, des sensations, du spectacle, d’assouvir nos passions, de nous lâcher et défouler, bref de libérer nos instincts même les plus bas, notamment par les orgies - bouffes, la prostitution même « sacrée » et les sacrifices sanguinolents pour assouvir la soif de sang dû à la haine et à la vengeance. Cela ressemble à s’y méprendre étrangement au culte de Baal. Puisque Baal répond à tous ces appétits, il est aussi par extension et logiquement celui qui permet la vie, les affaires et les récoltes abondantes. Tyr et Sidon, où Baal était vénéré, étaient des villes très riches par leur commerce en Méditerranée. Baal s’occupait bien des affaires du pays d’origine de Jézabeel « notre reine », haut lieu de ce culte. Alors pourquoi Israël n’en profiterait-il pas par le biais de ce culte ?
L’Eglise de Thyatire (Apocalypse 2 :18-23) à assimiler à l’Eglise catholique romaine (cf. Ecrits « Eglise des Vainqueurs ») tombée dans la religion et les rites s’est justement adonnée à un faux prophétisme, à l’idolâtrie en mangeant les viandes sacrifiées aux idoles (cf. aussi eucharistie, mariologie, culte des saints), des orgies païennes (Cf. kermesses à l’origine) et par sa complicité-prostitution avec le monde et ses dirigeants. La prostitution avec Jézabeel y est clairement évoquée par Jésus-Christ Glorifié. De là vint effectivement notre Occident avec tous ses travers décrits plus hauts.
Où est YHWH Elohim ? Est-Il encore vivant ?
Le ministère typologique d’Elie consiste à proclamer : « oui, Il est vraiment vivant », et à manifester comme Elie, le Feu, la Gloire, le miracle divin tant pour les bénédictions que pour les jugements ! 

b)    Elie se tenait devant YHWH Elohim comme l’Apôtre Jean à Patmos.

La relation d’Elie avec YHWH Elohim est fondamentale.
HaMaDeTiJ  LePHaNaÏN est la transcription de l’hébreu du texte original. En fait Elie [HaMaD] se trouvait, était dans une attitude d’attente, se présentait, s’attendait à, était serviteur de YHWH Elohim. Où ? [Le PHaNa] devant la face, la présence, en face de, en présence de YHWH Elohim.
C’était la base du ministère d’Elie. Il avait une relation vivante, directe avec YHWH Elohim vraiment très vivant ! C’était le préalable de tout le ministère d’Elie qui a abouti au final à la montée en passant par le Carmel et tous les prodiges de son ministère ! C’était tout sauf une relation religieuse, cérémonielle rituelle qui ne peut être que vide et vide de sens.
Elie conversait avec Dieu c’est-à-dire quand il Lui parlait, il recevait une ou des réponses.
La relation est la condition de possibilité de l’existence (Cf. Ecrit « La Preuve Ontologique »). Le « Je suis Celui qui suis » (YHWH) génère par nature, fondamentalement la relation sinon Il n’est pas. L’Ennemi est dans le vide (tohubohu), la nuit, la noirceur, la division, la séparation et la mort tandis que YHWH est dans la relation, ce qui nécessite obligatoirement le Feu, la Lumière, la Clarté, la Transparence, la Vie, l’Amour et l’Unité. Le nom d’ELiYaHoU « YHWH est mon Dieu » est l’émanation, l’expression même de cette relation absolument indispensable et fondamentale. Tous les hommes de Dieu et notamment l’Apôtre Jean sur l’île de Patmos étaient dans ce type de relation avec Dieu. A ce stade nous retiendrons entre autres la position d’attente signifiée par HaMaD. Dans ce type de relation, on attend quelque chose de l’autre et là du Tout Autre. Pour Elie la fin de l’attente fut un ordre d’aller voir Achab au risque de sa vie et lui transmettre la Parole de Dieu et pour Jean, condamné à mourir sur l’île déserte de Patmos ce sera d’écrire aux responsables (anges, envoyés, apôtres) des différentes églises des lettres puis de transmettre l’ensemble du texte de l’Apocalypse contenant son témoignage qui nous fort heureusement parvenu.
Le ministère typologique d’Elie consiste, suite à une relation de proximité avec Dieu, à obéir à Ses ordres.


c)    La parole d’Elie à Achab et les lettres aux sept églises

« HaÏ YHWH, Eloheï Israël ! » : Vive YHWH, le Dieu d’Israël, il y aura une sécheresse totale ! Cette parole d’Elie tranche, c’est moins que l’on puisse dire, avec l’ambiance du moment baignée par le culte insipide et nauséabond de Baal tel une eau polluée et stagnante ! Elle est adressée directement au roi d’Israël ! Bref, Elie n’y va pas par quatre chemins, c’est direct !
Autrement dit : vous vous demandez où est YHWH Elohim, s’Il est encore vivant, s’il agit encore, s’il faut encore compter avec Lui… ? Eh bien YHWH est vivant et Il est le Dieu d’Israël ! Et pour prouver cela, l’économie d’Israël sera mise parterre par une sécheresse totale parce que le Peuple croit que son abondance vient de Baal comme ce serait soi-disant le cas pour Tyr et Sidon. Boum !
Baal fut d’ailleurs totalement incapable d’arrêter la sécheresse, ni de se manifester au Carmel.
            Jésus-Christ Glorifié à travers l’Apôtre Jean n’y va pas non plus par quatre chemins ! Autrement dit, vous les églises, vous vous installez dans votre petit ron ron évangélique terrestre espace-matière-temps où Baal commence déjà à vous infecter par une tiédeur imbuvable. Alors écoutez ce que l’Esprit vous dit et repentez-vous pour monter à la Salle du Trône et enfin faire correctement le boulot que je vous demande de faire dans la Gloire et à partir de la Gloire ! Boum !
Comme l’Eglise n’a pas écouté, cela n’a pas fait 3 ans environ de sécheresse mais bien 2000 ans ! Certes il y eut et il y a des miracles dans l’Eglise tels les pains apportés par les corbeaux à Elie près du torrent de Kerith, puis ceux de l’huile dans le pot de la veuve de Sarepta et la résurrection de son fils (1 Rois 17). C’est merveilleux mais c’était et c’est toujours la sécheresse. Ce sera d’ailleurs toujours la sécheresse aussi longtemps que nous nous trouverons dans le désert de l’espace-matière-temps malgré les prodiges et miracles que nous pouvons expérimenter !
Le ministère typologique d’Elie consiste à communiquer direct et refuser d’y aller par quatre chemins.

d)    Le Peuple d’Israël au Carmel et l’Eglise de Laodicée

L’événement exceptionnel très connu du Carmel relaté en 1 Rois 18 démontre une fois de plus qui est le Dieu vivant. Au verset 27 entre autres nous voyons la foi et la confiance d’Elie qui fait même de l’humour, c’est peu dire : « Sur le midi, Elie les railla, disant : "Criez plus fort, puisque c'est un dieu, quelque affaire l'occupe, une expédition, un voyage… Peut-être dort-il, il s'éveillera… ». Nous connaissons la suite où YHWH Elohim manifesta sa Gloire par le Feu qui consuma l’autel d’Elie devant tout le peuple qui cria ensuite « YHWH est Elohim, l’Eternel est Dieu ».
Le Peuple d’Israël face à Jézabeel, face à Baal, face à Dieu et Ses prophètes était tiède, versatile. Elie ne leur a-t-il pas dit : « Jusques à quand clocherez-vous des deux côtés ? Si l'Éternel est Dieu, allez après lui ; si c'est Baal, allez après lui ! Le peuple ne lui répondit rien. » (1 Rois 18 :21).
            La tiède Eglise de Laodicée était largement installée dans ses fausses certitudes terrestres tout en croyant avoir le « Plein Evangile » et risquait fort de se faire vomir de la bouche de Jésus : « Parce que tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi (merci Baal… !), et je n'ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu, je te conseille d'acheter de moi de l'or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies. Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j'aime. Aie donc du zèle, et repens-toi. » (Apocalypse 3 : 17-19).
            Les promesses de Jésus Glorifié en cas de repentance et de recherche de la métamorphose du corps par le revêtement glorieux sont merveilleuses et garantissent une relation plus que vivante : partager avec Lui la Ste Cène de gloire et s’assoir sur le Trône avec Lui, c’est-à-dire ouvrir le chemin terre – ciel et inversement et préparer ce chemin pour l’arrivée glorieuse du Messie !
Le ministère typologique d’Elie consiste à manifester la gloire et la puissance de Dieu et refuser le compromis de la tiédeur misérabiliste insupportable à Dieu.

e)    Le Prophète Elie monta et l’Apôtre Jean monta : le chemin s’ouvre !

Elie, le prophète, est monté au ciel dans un tourbillon et dans un chariot de feu attelé à des chevaux de feu (2 Rois 2 :11). Le but ultime du ministère prophétique fut atteint à savoir ouvrir, aplanir le chemin ciel – terre et inversement. Tout prophétisme visant à ouvrir et à préparer ce chemin-là est précurseur du Messie !
L’Apôtre Jean monta (Apocalypse 4 :1) et fut non seulement le premier membre de l’Eglise des Vainqueurs, la 8ème Eglise mais fut aussi le premier précurseur du Messie après Son Ascension !
Le ministère typologique d’Elie consiste à monter pour ouvrir, aplanir le chemin et par là être précurseur du Messie.


f)     Eglise des Vainqueurs initiale, Eglise du Réveil mondial, Eglise des deux Témoins, Eglise enlevée : précurseurs du Messie.

L’Eglise des Vainqueurs initiale qui partira en vainqueur et pour vaincre à partir du ciel ramènera le cœur des pères à leurs enfants et le cœur des enfants à leurs pères en étant les instruments du réveil le plus important de l’Histoire décrit en Apocalypse 7 dont les pères-Israël seront réconciliés avec les enfants-nations. En plus le chemin ciel-terre sera de plus en plus ouvert et on pourra y circuler de mieux en mieux !
L’Eglise du réveil mondial d’Apocalypse 7, qui aura subi la première partie de la Grande Tribulation, complètera merveilleusement et grandement les effectifs.
L’Eglise des Deux Témoins, qui aura subi l’ensemble de la Grande Tribulation, manifestera encore une fois sur terre le ministère de Feu typologique d’Elie, montera après avoir été ressuscitée tout cela aux yeux du monde entier ! En cela elle sera aussi précurseur du Messie dans la typologie très spécifique du ministère d’Elie
L’Eglise enlevée est le fils du divin Epoux et de l’Epouse glorifiée montée (Apocalypse 12 :5). Il porte non seulement le nom de son Père mais porte encore dans son corps glorifié Sa génétique complète et parfaite !
Cet ensemble est l’Eglise des Vainqueurs complète tant au niveau de ses effectifs qu’au niveau de sa nature esprit, âme et corps. Elle préparera et finalisera le chemin, mission spécifique du ministère typologique d’Elie, pour que Jésus-Christ Glorifié puisse conquérir la terre et y exercer en tant que Messie la royauté davidique de 1000 ans promise depuis si longtemps par les prophètes !

Conclusion

Le décryptage du ministère d’Elie est une des clés principales pour la « montée » et la mission de précurseur par l’ouverture du chemin au Messie.
En effet le message et la finalité exprimées par Jésus-Christ Glorifié n’est pas la montée pour la montée mais bien la préparation, l’ouverture, l’aplanissement du chemin ciel – terre (espace-matière-temps) et inversement ce qui Lui permettra de conquérir la terre et d’y instaurer le Millénium.
Ouvrir le chemin du cœur, de l’âme entre autres des pères vers leurs enfants et des enfants vers leur père.
Ouvrir le chemin de l’Esprit par les manifestations de Feu et de Gloire célestes comme Elie.
Ouvrir le chemin du corps par la métamorphose totale, génétique parfaite, la montée comme Elie et l’enlèvement.
Ouvrir le chemin au modèle et exemple absolu, le Roi des rois, le Seigneur des Seigneur « à Celui qui monte un cheval blanc dont le nom est Fidèle, Véritable, qui juge et combat avec justice, dont les yeux sont une flamme ardente, couronné de nombreux diadèmes, portant un nom qu’il est le Seul à connaître, revêtu d’un manteau trempé de sang, Parole de Dieu ! » (Apocalypse 19 :11-13).
                                              

                                                                                             En Lui, Martin BUSCH

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire