Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

jeudi 14 août 2014

56 JOSEPH

RUBRIQUE DE L’EGLISE DES VAINQUEURS : 
56
JOSEPH


INTRODUCTION


L’histoire de Joseph dans la Genèse est très connue. Elle se termine super bien après bien des vicissitudes terribles subies par le fils préféré de Jacob et de Rachel. 
Cette histoire pourrait bien illustrer la problématique de l’Eglise des Vainqueurs. 
Nous suivrons l’histoire de Joseph et certains de ses prédécesseurs pour la mettre en parallèle avec l’histoire de l’église sous certains aspects choisis et nous pourrons constater des similitudes saisissantes !  


Le premier amour

Isaac recherchait l’Eternel : il méditait (Genèse 24 : 63). Le mariage d’Isaac avec Rebecca fut un mariage d’amour (Genèse 24 :64-67) et aussi voulu par Dieu (Genèse 24 :1-61). L’Eternel apparut à Isaac et le bénit notamment  à cause de l’obéissance et la foi d’Abraham son père qui aimait Sarah sa femme (Genèse 26 :2-5). Isaac vécut dans l’abondance (Genèse 26 :13) et il était un homme de paix (Genèse 26 :12-33).
On pourrait faire le parallèle avec la période relativement idéale de l’Eglise primitive (Actes 2 :1 à 3 :26) une église pleine d’amour et de partage marchant sous la conduite du Saint Esprit. Jésus Glorifié reproche dans sa lettre à l’église d’Ephèse représentant aussi l’église primitive la perte « du premier amour » (Apocalypse 2 :4). Nous pouvons mettre l’église « primitive » en parallèle avec les « patriarches » ( Pères premiers, cf. prémices, primeur) : Abraham, Isaac et Jacob. 


Problèmes de partage 

Isaac eut un problème de puits et aussi d’espace et de terre avec les Philistins envieux comme Abraham avec Lot (Genèse 13 :7). Mais cela se termina bien car Isaac s’était éloigné et offrit même un repas de fête et de réconciliation qu’il partagea avec Abimélec roi des Philistins (même racine que « Palestiniens ») et ses responsables les plus proches (Genèse 26 :14-33). Esaü et Jacob, les fils d’Isaac et de Rébecca, eurent aussi petit un problème « commercial » relatif au droit d’aînesse lié à la bénédiction comprenant notamment des privilèges matériels dans le clan. Bref, il y eut des problèmes de partage.
  On pourrait faire le parallèle avec Ananias et Saphira (Actes 5 :1-10)  et le problème de partage entre les chrétiens d’origine hellénique et ceux d’origine hébraïque ( Actes 6 :1-6).  
Toutefois jusqu’à ce moment-là ces difficultés furent globalement surmontées, l’intimité entre Dieu et Ses enfants étant encore passablement forte. 
Il est vrai que les premiers problèmes touchent souvent au « porte-monnaie ».  


Aveuglement par la tradition

Isaac devint aveugle et vieux (Genèse 27 :1). Il n’était plus capable de voir et d’avoir du discernement. Il ne put résister au subterfuge de Rebecca et de Jacob contre Esaü en ce qui concerne le détournement de la bénédiction due au fils aîné assurant la suprématie sur le clan (Genèse 27 :2-45). Cet événement aura des répercussions jusqu’à la fin des temps, nous l’avons démontré dans nos écrits relatifs à Edom (Genèse 36 :1,8,9 ; Edomites descendants d’Esaü – Occident etc.)
Toutefois, Rébecca avait eu la révélation que Jacob dominerait Esaü (Genèse 25 :23b) lequel avait confirmé cela en méprisant plus tard son droit d’aînesse en le vendant à Jacob pour un plat de lentilles (Genèse 25 :29-34) et en se mariant avec des païennes (Genèse 26 :34-35).
Isaac aimait Esaü parce qu’il mangeait du gibier (Genèse 25 :28a). Isaac n’était-il pas au courant de la révélation de Dieu à Rebecca et du mépris du droit d’aînesse de la part d’Esaü ? N’avait-il pas discerné qu’Esaü ne continuerait pas la lignée prévue par Dieu en se mariant avec des païennes ? 
Il est vrai que traditionnellement la bénédiction du droit d’aînesse revenait à l’aîné. Mais Isaac était non seulement devenu physiquement aveugle mais il l’était aussi devenu spirituellement de par la tradition et, il faut le dire, de par son dieu son ventre ( Genèse 27 :4 ; cf. Romains 16 :18 ; Philippiens 3 : 19). Il n’avait ni vu, ni discerné la volonté de Dieu qui avait choisi Jacob à l’encontre de la tradition habituelle. Par là, il porte aussi une part de responsabilité en ayant fait obstacle à la volonté de Dieu. Jacob avait sérieusement à cœur de suivre le chemin de Dieu mais avec Rebecca, il pensait pouvoir « aider » Dieu par la tromperie pour que Son plan s’accomplisse mieux...

On pourrait faire le parallèle avec l’Eglise primitive qui eut rapidement des soucis quand elle dut prendre position par rapport à la foi juive et la loi d’une part et l’Evangile de Jésus-Christ d’autre part devenu aussi valable pour les êtres humains d’origine païenne. 
Pierre eut une vision très claire relative aux animaux impurs qui pouvaient dorénavant être tués et mangés et vit le choix du Saint Esprit qui vint sur les païens au grand étonnement des fidèles circoncis ayant accompagné Pierre (Actes 10 :1-48).
Pourtant le concile de Jérusalem, soi-disant par tolérance et amour pour la diaspora juive, pour ne pas la choquer, conclut à une voie médiane se rapprochant à nouveau un peu de la tradition (Actes 15 : 1-29)
Paul résista à Pierre à Antioche lorsque ce dernier ayant mangé avec les païens, quitta leur table par peur des chrétiens d’origine juive envoyés par Jacques qui allaient arriver de Jérusalem (Galates 2 :11-14). En effet les juifs ne pouvaient manger traditionnellement avec les incirconcis à la même table. 
Mais Paul à son tour sur l’injonction de Jacques et des anciens de l’église de Jérusalem se plia à un rite traditionnel de la loi juive pour « paraître juif ». C’est d’ailleurs ce qui lui fit perdre la liberté (Actes 21 :20-32) et probablement l’expérience du salut du corps et la révélation de l’Apocalypse (cf. écrit : « Le prix de la vocation d’En Haut).
Pourtant, Paul n’a-t-il pas lutté contre les judaïsants légalistes tout au long de ses épîtres ? « Car, si je rebâtis les choses que j’ai détruites, je me constitue moi-même un transgresseur. » (Galates 2 :18).
Le tradition rend aveugle et s’accompagne souvent de biaiseries hypocrites annulant la Parole de Dieu (Marc 7 :5-13).  


Persécutions, conflits, répits, bénédictions, réveils

Jacob dut s’enfuir parce que menacé de mort par Esaü (Genèse 27 :41-45). Il fut sous pression chez Laban et surtout lors de sa rencontre avec Esaü sur le chemin du retour au pays de Canaan. 

L’Eglise fut lourdement persécutée tout au long de son histoire et ceci dès le début (Actes 4 :7ss ; 5 :17ss ; 6 :8ss ; 8 :1ss ; Apocalypse 2 :8ss etc.) 

Mais Jacob avait la bénédiction d’Isaac et celle de Dieu qui se révéla puissamment à lui plusieurs fois pour encore et encore le bénir (Genèse 28 :1-22 ; 32 :1-2 ; 32 :24-30 ; 35 :15). Jacob devint Israël qui signifie « Force de Dieu ».
Chez Laban, il eut beaucoup de fils par Léa qu’il n’aimait pas, qui lui a été « refilée » par tromperie en tant qu’aînée par Laban. Il en eut plus tard par Rachel qu’il aimait et certaines « servantes de service » devant participer à la compétition d’engendrement engagée par les deux sœurs (Genèse 29 :31 à 30 :24). Ces fils furent les ancêtres des différentes tribus d’Israël et leur donnèrent leur nom, excepté Joseph fils de Rachel dont les deux fils Manassé et Ephraïm furent les ancêtres de ces deux tribus du même nom. 

L’Eglise était en pleine croissance, pleine de grâce et de puissance (Actes 2 :41ss ; 4 :32ss ;5 :12ss ; 6 :1+7 etc.)

Joseph fut donc le premier fils de Rachel et c’est d’ailleurs à sa naissance que Jacob choisit de rentrer au pays de Canaan (Genèse 30 :25), c’est à dire de continuer le processus d’accomplissement du plan de Dieu.
Les frères de Joseph, tout en étant dans le plan de Dieu de création du peuple hébreu, ne Le recherchaient pas de tout leur cœur. Ils avaient une attitude très agressive et finalement vengeresse et meurtrière notamment avec Sichem (Genèse 34 :1ss) et évidemment avec Joseph. Ils réagissaient certes à des injustices à savoir le viol de Dina leur sœur par Sichem le fils du roi Hamor et la préférence très ostentatoire accordée à Joseph par Jacob (Genèse 37 :3-4). Joseph, le petit préféré qui n’en faisait pas lourd aux yeux de ses frères, n’était-il pas plus ou moins considéré comme le « petit cafteur » auprès de Jacob ? (Genèse 37 :14). De plus ses deux songes où ses frères devraient se prosterner devant lui n’ont évidemment pas arrangé les choses…(Genèse 37 :5-11).
Ce qui devait arriver, arriva : le massacre de Hamor et des hommes de son peuple (Genèse 34 :25-31) et le projet de faire mourir Joseph qui se transforma par sa vente comme esclave aux Ismaélites. (Genèse 37 :18-30). Les frères de Joseph maculèrent de sang de bouc le bel habit de Joseph pour faire croire à Jacob qu’il aurait été tué par une bête féroce (Genèse 37 :31-35). Joseph aboutit en Egypte comme esclave et fut vendu à Potiphar le chef des gardes de Pharaon (Genèse 37 :36).
Tout allait relativement bien pour Joseph auquel Potiphar confia toute la gestion de sa maison car l’Eternel était avec lui (Genèse 39 :2-6)
Mais la fausse accusation de viol de la femme de Potiphar le fit aboutir en prison (Genèse 39 :7-19).
Là encore Dieu fut avec Joseph qui finit par avoir la responsabilité de tous les prisonniers (Genèse 39 :21-23). A un moment donné, l’échanson et le panetier du Pharaon furent emprisonnés parce qu’ils l’avaient offensé. Ils eurent chacun un songe qui furent, grâce à l’inspiration de Dieu, bien interprétés par Joseph et se réalisèrent effectivement (Genèse 40 :1-23). Joseph recommanda à l’échanson de ne pas l’oublier lorsqu’il sera rétabli dans ses fonctions, mais celui-ci l’oublia durant deux ans….

On pourrait faire le parallèle avec l’histoire de l’Eglise après le début des Actes des Apôtres jusqu’à nos jours.
L’installation de Jacob en Canaan ses nombreux descendants, sa richesse et les bénédictions reçues recouvrent la période de l’histoire de l’église d’environ 33 à 313. Le christianisme s’installe fortement dans l’Empire romain malgré les persécutions et les pressions. Les Apôtres avaient bien travaillé, notamment l’Apôtre Paul ! Les épîtres bibliques montrent les hauts et les bas de l’Eglise post primitive et de celle qui suivit immédiatement comme le montrent la vie à la fois un peu chaotique de Jacob et de ses fils et les bénédictions telle l’échelle céleste (Genèse 28 :11-22) ou encore la lutte nocturne avec Dieu (Genèse 32 :24-32)
Toujours est-il que le christianisme s’installa tellement bien que Constantin en fit une religion reconnue (313 – Edit de Milan) qui évolua en religion d’état et devint progressivement dominatrice dans des traditions et par là persécutrice vis à vis de ceux qui n’étaient pas dans « la ligne » de la tradition. Les frères de Joseph par exemple suivaient une certaine « ligne » traditionnelle mais n’hésitèrent pas au nom de cette ligne de liquider Sichem de façon radicale parce que cela les arrangeaient par rapport à l’honneur de la famille mais surtout dans la récupération du butin. Juda était plutôt hypocrite dans l’histoire avec Tamar (Genèse 38 :11-30).  
La centralisation papiste et hiérarchisée était ainsi dans le cours normal des choses dans la perspective de la politique humaine traditionaliste religieuse, la « ligne » qui porte en elle manipulations et hypocrisies comme ce fut le cas des fils de Jacob.    
Les frères de Joseph représentent non seulement l’église persécutrice et totalitaire après Constantin mais aussi l’ensemble de l’Eglise quelque soit la dénomination jusqu’au début du réveil pentecôtisto-charismatique du 20ème siècle. 
Notons qu’ils reçurent malgré tout la bénédiction de Jacob (Genèse 49 :1ss) !
La Réforme du 16ème siècle avec le retour à la Bible fut une bénédiction énorme. Elle n’était pas dans la « ligne » de la tradition de l’église catholique romaine et cela engendra guerres, persécutions, emprisonnements et conflits mais aussi les réveils qui suivirent. Les réveils, une succession de mouvements prophétiques, n’étaient jamais par définition dans « la ligne » de ceux qui les précédaient. D’où les conflits, les persécutions, les polémiques et les exclusions. Mais en même temps de nombreuses personnes trouvèrent le salut en Jésus-Christ. Retenons encore que les noms des tribus se retrouvent en Apocalypse 7 :4-8 et 21 :12 !!! Cette église avec toutes ses facettes même sombres n’est pas rejetée par Dieu, bien au contraire. Notons que les lettres aux sept églises de l’Apocalypse s’adressent certes aux églises des villes nommées de cette époque mais elles s’adressent aussi aux différentes dénominations qui se sont succédées durant presque 2000 ans (cf. écrit « Eglise des Vainqueurs »).
Joseph esclave et prisonnier, qui faisait des rêves et savait les interpréter avec justesse, est le pentecotisto-charismatique par excellence ! Il « représente » à ce moment-là les églises de cette mouvance désignée par l’église de Laodicée à laquelle s’adresse la dernière lettre aux églises de l’Apocalypse (Apocalypse 3 :14-22). Ses rêves se réalisent. Il pratique en quelque sorte des dons spirituels ! Là où il passe, c’est la bénédiction et l’abondance et c’est même reconnu par les païens ! 
Mais il est toujours esclave et prisonnier. Il semble qu’il soit oublié dans sa prison alors qu’il désire en sortir, même s’il occupe une position de responsabilité dans cette prison. Il est comme l’église pentecôtisto-charismatique, bénie et en pleine expansion dans le monde mais toujours prisonnière de l’espace-matière-temps et par là toujours exposée aux tentations auxquelles elle succombe malheureusement (Apocalypse 3 :14ss lettre à l’Eglise de Laodicée)
Actuellement l’église pentecôtisto-charismatique n’a majoritairement même pas conscience (Apocalypse 3 :17) comme Joseph qu’elle est en prison. Elle ne considère pas l’espace-matière-temps comme une prison. Elle ne croit pas qu’il soit possible d’en sortir par la métamorphose du corps impliquant l’immortalité grâce au sacrifice parfait de Jésus (Apocalypse 3 :18). C’est effectivement humainement impossible mais pour Dieu tout est possible d’autant plus qu’Il l’a promis par Jésus Glorifié et via certains passages des épîtres de Paul et des écrits de Jean, notamment l’Apocalypse (Apocalypse 3 :21) !
L’échanson avait oublié le prisonnier Joseph qui avait en fait très peu de chance de s’en sortir humainement parlant ! L’accusation grave d’avoir tenté de violer la femme Potiphar n’avait pas été levée et ne risquait pas d’être levée car la recherche de la vérité et de l’équité en justice à cette époque n’était pas la panacée du régime en place. 
Ses frères ne savaient même pas s’il était encore vivant et la vérité vis à vis de Jacob concernant la fausse mort de Joseph n’avait pas été rétablie. Donc aucune espérance d’action ou de rachat éventuel possible par Jacob pour obtenir la libération de son fils préféré. Bref, pas d’espoir du côté des hommes, même sensés être les plus proches, pour sortir de là.
Voilà où nous en sommes au début de ce 21ème siècle ! Le très puissant merveilleux réveil pentecôtisto-charismatique a eu lieu et a encore lieu mais presque personne n’a espoir de sortir de la prison excepté « les pieds devant » c’est à dire une fois mort. Humainement parlant, Joseph ne pouvait espérer sortir de la prison de Pharaon que par la mort comme c’était le cas pour tous les prisonniers de l’époque et comme c’est le cas pour nous aujourd’hui. 
Il est pourtant fondé de penser que les deux rêves de sa jeunesse, cette « Révélation – Parole de Dieu » pouvaient être pour lui un cordon d’espoir pour espérer sortir de cette terrible prison avant sa mort, d’autant plus que tout s’était réalisé en ce qui concerne l’échanson et le panetier du Pharaon. En effet pour que ses frères puissent se prosterner devant lui, il fallait qu’il puisse être debout et encore vivant ainsi que dans une position glorieuse le plaçant humainement au-dessus d’eux !!!
De même la Parole de Dieu et particulièrement l’Apocalypse est pour nous ce cordon d’espoir pour sortir par notre apparemment infranchissable porte de la prison espace-matière-temps car pour être ces rois et sacrificateurs qui combattent et finissent par régner sur terre il faut être debout, vivant dans la gloire !
Joseph est comme l’Apôtre Jean : il a une intimité extraordinaire avec son Dieu. Toutefois, il est rejeté comme Jean victime des Diothréphistes (3 Jean :9-11) d’ailleurs un peu semblables à ses frères. Il est victime de l’injustice, persécuté, emprisonné dans la geôle du Pharaon, comme Jean est persécuté, exilé et isolé sur l’île de Patmos « à cause de la Parole de Dieu » (Apocalypse 1 :9)


Passage dans la Salle du Trône.

Comme les frères de Joseph l’ont rejeté, comme Jean a été mis en quarantaine par ses frères chrétiens, l’admission du livre de l’Apocalypse dans le canon biblique n’ayant d’ailleurs eu lieu qu’à la fin du 2ème siècle prouvant cela, Dieu intervient Lui-même miraculeusement.
Pour Joseph, il se sert du Pharaon païen et idolâtre pour l’avertir par rêves et l’explication inspirée de Joseph des sept années d’abondance et des sept années de famine qui allaient avoir lieu. C’est ce qui permettra à Joseph de sortir de prison pour accéder non seulement à la liberté, à la Salle du Trône de Pharaon mais encore au poste de « premier ministre » de l’Egypte avec tous les pouvoirs pour pouvoir régner efficacement. Cette position permettra le « salut » ou la survie esprit, âme et corps non seulement des Egyptiens mais d’autres peuples environnants et plus particulièrement d’Israël-Jacob et de ses fils !!! (Genèse 41 :1-45).
Parallèlement, Jésus, comme Il l’avait annoncé dans les évangiles (Matthieu 16 : 28 ; cf aussi : Marc 9 :1 ; Luc 9 : 27 ; cf. écrit : « Retour ou retours de J-C), revient une première fois pour les Siens auprès de l’Apôtre Jean à Patmos pour lui accorder la Révélation et le métamorphoser pour le libérer de la prison espace-matière-temps. Jean monte par conséquent à la Salle du Trône (Apocalypse 4 :1ss). Il lui est entre autres révélé que l’Eglise des Vainqueurs (Apocalypse 2 :7b etc.) deviendra un « royaume et des sacrificateurs qui règneront sur terre » (Apocalypse 5 :10 ; 20 :4-6). Cela se passera juste avant la Grande Tribulation qui provoquera tellement de misères (Apocalypse 3 :10 ; 6 :2ss)
Comment ne pas penser à la famine avec ses misères qui se préparait en Egypte et dans toute la région ?

Travailler à partir de la Salle du Trône avec efficacité.

Comme Dieu était avec Joseph, il put prendre des responsabilités au sein de la prison. C’est ce que fait tant bien que mal l’Eglise pentecôtisto-charismatique d’aujourd’hui. Mais quand il était auprès de Pharaon muni de la révélation de Dieu et des pleins pouvoirs, il avait les moyens et la possibilité de travailler autrement et efficacement. Il se mit donc au travail pour organiser les réserves en vue des années de famine : « Il quitta Pharaon et parcourut tout le pays d’Egypte… » (Genèse 41 :46). Probablement des millions d’êtres humains furent sauvés d’une mort certaine (Genèse 41 :54-57). Joseph fut lui-même préservé, sauvé de la sécheresse et de la famine et put de surcroît sauver par son action vue l’autorité quasiment plénipotentiaire octroyée par le Pharaon ces millions de personnes. Toutefois, précisons que bien des personnes finalement sauvées durent subir dans un premier temps la terrible réalité de la famine dont son père et ses frères !!!
L’Eglise des Vainqueurs dont fait partie l’Apôtre Jean aussi représentée par Joseph, métamorphosée munie de la révélation du Trône et de la pleine puissance en émanant, couronnée et munie d’un arc « partira en vainqueur et pour vaincre » sur son cheval blanc (Apocalypse 6 :2) pour la mise en place du plus grand réveil de l’Histoire (Apocalypse 7). Elle sera préservée de la Grande Tribulation parce qu’elle aura été métamorphosée, libérée de la prison espace-matière-temps où se passeront tous ces malheurs et pourra de ce fait agir efficacement à partir du Trône de Dieu.
Il y aura les 144 000 (nombre non limitatif) du « reste » des tribus d’Israël et une foule immense que nul ne pouvait dénombrer, de toutes nations, tribus, peuples et de toutes langues (Apocalypse 7 :4-8). Toutes ces personnes se trouveront sur terre (Apocalypse 7 :3), seront issues de la Grande Tribulation (Apocalypse 7 :14b). et se retrouveront tout à coup devant le Trône (Apocalypse 7 :15) pour alors se joindre à l’Eglise des Vainqueurs initiale puisqu’ils auront expérimenté la métamorphose et l’immortalité par le marquage du sceau (Apocalypse 7 : 2-8 ; cf. aussi Apocalypse 14 :1).

La grande réconciliation.

La famine amena évidemment les frères de Joseph en Egypte pour acheter du blé. C’était une question de survie : sept années de famine en cours, tôt ou tard irrémédiablement fatales !!!
Ils se prosternèrent devant lui (Genèse 42 :6). C’est ainsi que se réalisèrent les deux rêves de la jeunesse de Joseph. Dans sa sagesse, il engagera tout un processus de réconciliation face à ses frères en testant leur cœur sans faire de concession (Genèse 42 :7ss). Il fallait absolument une sain respect et la REPENTANCE réelle (Genèse 42 :21-22 +36 ; 43 :14+18 ; 44 :33-34 ; 45 :3-5)  sans laquelle rien n’est possible. Cela aboutit à la réconciliation véritable dans les larmes (Genèse 45 :1,2,14,15 ; cf. aussi 43 :30-31) et à l’arrivée de l’ensemble du clan d’Israël en Egypte où il put se multiplier et devenir le peuple hébreu (Genèse 42 :7 à 46 :7)
 La position et les victoires en découlant de l’Eglise initiale des Vainqueurs passée par la repentance (Apocalypse 2 : 5,16,22 ; 3 :3,19), amènera aussi une foule innombrable de personnes au Seigneur dans le contexte de la Grande Tribulation, de catastrophes telles que les gens se cacheront dans des grottes et demanderont aux montagnes et aux rochers de tomber sur eux face à la colère de l’Agneau (Apocalypse 6 :15-16)
Mais ce réveil piloté à partir du ciel engendrera la réconciliation finale entre les Juifs et les chrétiens et les chrétiens entre eux qui tous auront lavé leur robe dans le Sang de l’Agneau (Apocalypse 7 :14c) c’est à dire qui auront reconnu le sacrifice de Jésus et se seront alors repentis de leurs péchés. L’unité dans la gloire du Trône sera réelle (Jean 17 :21-24 ; Apocalypse 12 :1) et sera en quelque sorte scellée dans les larmes (Apocalypse 7 :17c) comme dans l’histoire de Joseph. 


CONCLUSION

Joseph signifie « Dieu ajoutera ». Jésus Glorifié, lorsqu’il fit écrire à Jean les lettres aux sept églises puis le reste du livre de l’Apocalypse, voulait et veut toujours ajouter la bénédiction de la métamorphose du corps pour nous sortir de la prison espace-matière-temps. Il veut que allions dans la Salle du Trône et que nous entrions comme Joseph dans notre position de responsabilité en vue de sauver un maximum de gens avant et surtout durant la Grande Tribulation qui est à la porte. En effet, la mondialisation actuelle et ses techniques de communication et de guerre de destruction massive qui n’existaient pas auparavant, rend la Grande Tribulation devant toucher tous les hommes sur terre (Apocalypse 3 :10b ; 6 :3ss), de plus en plus probable. 
Plus que jamais, doit résonner l’appel de Jésus Glorifié : « Que celui qui a des oreilles, qu’il entende ce que l’Esprit dit aux églises » (Apocalypse 3 :22).

En Jésus,


Martin BUSCH

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire