Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

vendredi 31 janvier 2014

204 LE PARDON EST POUR CEUX QUI NE LE MERITENT PAS

204 LE PARDON EST POUR CEUX QUI NE LE MERITENT PAS


Matthieu 18 :21

24 Alors Pierre s’approcha de Jésus et lui demanda : - Seigneur, si mon frère se rend coupable à mon égard, combien de fois devrai-je lui pardonner ? Irai-je jusqu’à sept fois ?

Pierre a demandé au Seigneur combien de fois il devrait pardonner son frère. La réponse que le Seigneur lui a donnée a été  simple. Jusqu’à soixante-dix sept fois sept fois 
(Matthieu 18 :22) en d’autres termes, tout le temps !

« Mais, pasteur Prince, il ne mérite pas mon pardon. »

Vous non plus ne méritiez pas le pardon de Dieu.

Il n’y a pas une seule personne vivante ou morte qui n’ait pas enfreint tous les 10 commandements de Dieu. Il n’y a pas de pécheur partiel ou de grand pécheur. Chacun d’entre nous étions de grands pécheurs, quand Jésus nous a sauvés. Et quand nous réaliserons  que nous sommes beaucoup pardonnés, nous aimerons beaucoup. (Luc 7 :47)

« Pasteur Prince, comment pouvez-vous dire que j’ai enfreint tous les commandements de Dieu ? Je n’ai jamais commis l’adultère. »

Mon ami, Jésus a dit « Si vous convoitez une femme dans votre cœur, vous avez déjà commis l’adultère avec elle » (Matthieu 5 :28). C’est le standard de Dieu. L’homme regarde à l’extérieur, mais Dieu regarde à l’intérieur, au cœur. De plus, si vous enfreignez un seul des commandements, vous êtes coupable de tous. (Jacques 2 :10). Donc tout le monde a enfreint tous les commandements de Dieu. Nous  sommes tous de  grands pécheurs.

Maintenant, vous n’êtes plus pécheur, si vous avez reçu Christ comme votre sauveur. Vous êtes une nouvelle création. Mais vous étiez un grand pécheur et Dieu vous a pardonné votre immense dette au travers de la mort de Son fils.

Donc si quelqu’un vous a fait du mal, dites-vous ceci : « Je ne méritais pas le pardon de Dieu, mais Il m’a pardonné au travers de Christ. Donc je pardonne aussi cette personne. » 
Si vous dites quelque chose comme : « Il ne le mérite pas. » Cela n’au aucun sens.
Le pardon n’est pas pour les gens qui le méritent. S’ils méritent quoique ce soit, c’est un châtiment. Mais le pardon veut dire que vous donnez la grâce – la faveur imméritée – comme Dieu vous a donné une faveur imméritée.

Bien Aimé, si vous choisissez de garder de l’amertume, c’est vous qui souffrez, et personne  d’autre. Vous  perdez votre paix, et peut-être aussi votre santé. Cela ne vaut simplement pas la peine. Dieu vous dit : « Laisse aller, pardonne leur leurs dettes, tout comme je t’ai pardonné. »




Pasteur Joseph Prince

203 LE SEIGNEUR AVEC VOUS SIGNIFIE LA REUSSITE

203 LE SEIGNEUR AVEC VOUS SIGNIFIE LA REUSSITE



Genèse 39 :2

2 L’Eternel fut avec Joseph, et la prospérité l’accompagna…


Il se peut que vous n’ayez pas de qualification, pas de place importante, pas de fortune, rien dans le monde naturel. Mais quand le Seigneur est avec vous, vous avez tout, parce que le Seigneur va faire en sorte que vous réussissiez.

Joseph n’avait rien, quand Potiphar son maître égyptien, l’a acheté  au marché des esclaves. Cependant, même là, il est dit de lui : « L’Eternel fut avec lui, et la prospérité l’accompagna… »

Joseph, l’esclave, un homme qui prospérait ? Il n’était rien, il n’avait rien, pas même une chemise sur le dos. Personne n’aurait parié sur lui. Il n’avait pas de famille près de lui, ni aucun ami vers qui il pouvait se tourner. Tout ce qu’il avait, c’était la présence du Seigneur. Mais c’était précisément à cause de cela qu’il réussissait partout où il se trouvait. Finalement, il est devenu l’homme le plus puissant d’Egypte, juste après Pharaon, qui l’a établi sur le pays d’Egypte. La puissance, l’autorité et les richesses ont été données à Joseph (Genèse 41 :40-44), tout cela parce que le Seigneur était avec lui.

Un étudiant de l’université du premier cycle, membre de notre église, a expérimenté cette réussite, en ce qui concerne ses examens, pour la même raison. Alors qu’il était le premier à admettre qu’il n’était qu’un étudiant moyen, il a réussi son examen du premier coup. Il a passé toutes les épreuves du premier coup, quand il s’est assis pour passer  le Singapore-Cambridge General Certificate of  Education (niveau avancé), simplement parce qu’il a cru qu’il réussirait parce que le Seigneur était avec lui !

Une autre personne de notre église, qui venait juste de réussir son diplôme universitaire, a cru que parce que le Seigneur était avec elle, elle réussirait dans le monde du travail. Bien qu’elle n’ait aucune expérience, et soit confrontée à un marché du travail plutôt sombre, elle a réussi à obtenir son premier emploi en peu de temps, avec un salaire au-delà de ce qu’elle espérait. Puis, même si la maison mère avait donné l’ordre de geler les salaires des employés, elle a reçu une augmentation, ainsi qu’une bourse de la part de l’entreprise, pour faire une formation professionnelle.

Bien-aimé, peu importe si vous n’êtes personne, si vous n’avez rien dans le naturel. Quand le Seigneur est avec vous, vous avez tout, parce qu’Il vous donne la puissance pour réussir, prospérer et vivre une vie abondante. En effet, vous jouissez de Sa faveur, de Sa bonté et de Sa grâce !

Pasteur Joseph Prince


mercredi 29 janvier 2014

202 ATTENDEZ-VOUS A CE QUE DE BONNES CHOSES VOUS ARRIVENT

202 ATTENDEZ-VOUS A CE QUE DE BONNES CHOSES VOUS ARRIVENT


Ephésiens 6 :17

17 Prenez aussi le casque du salut…

Quand le téléphone sonne à des heures inhabituelles, la plupart des gens pensent : « Oh, ça doit être une mauvaise nouvelle. » Ils ne pensent pas : « Je me demande quelle est cette bonne nouvelle, qui ne peut attendre jusqu’au matin ! »

Quand on nous dit : « Le patron veut te voir », instinctivement nous pensons : « Oh, ce n’est pas bon signe ! » Mais comment pouvons-nous savoir qu’il ne va nous parler d’une promotion ?

Nos têtes sont tournées vers le négatif. Alors pour garder nos têtes des pensées négatives, nous devons mettre « le casque du salut », qui est « l’espérance du salut ». (1 Thessaloniciens 5 :8)

Si vous passez en ce moment par une épreuve, mettre comme un casque l’espérance du salut, signifie que vous êtes dans une attente confiante que de bonnes choses arrivent pour vous. Cela signifie que vous choisissez de croire que, ce par quoi vous passez n’est que temporaire, parce que Dieu vous voit comme en étant sorti. Cela signifie que vous croyez que cette période difficile va se terminer par votre salut – votre préservation, votre complétude, votre bien-être, votre santé et votre prospérité !

Il se peut que vous ne sachiez pas ce qui va se passer cette semaine. Mais il y a une chose que vous pouvez faire. C’est mettre le casque de l’espérance du salut, et vous dire que vous allez avoir une semaine fantastique !

« Eh bien vous savez, Pasteur Prince, on ne sait jamais à quoi s’attendre. On entend tellement de mauvaises nouvelles ces jours-ci – une nouvelle épidémie de grippe, une autre entreprise qui licencie ses employés…J’espère vraiment que je ne vais pas être le prochain à être licencié. Mais je ne peux pas en être sûr. Je croise les doigts. »

Non, mon ami, l’espérance de la Bible, ce n’est pas « J’espère que ! » mais « Je sais que ! » Vous pouvez attendre avec confiance que quelque chose de bien vous arrive, parce que vous n’êtes pas comme les gens du monde. Vous êtes un enfant du Dieu vivant. Vous avez un Sauveur qui veille sur vous. Il y a plus d’anges qui ont pour mission de veiller sur vous, qu’il n’y a de démons contre vous. Et Celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. (1 Jean 4 :4) Vous avez toutes les raisons d’attendre avec confiance que de bonnes choses vous arrivent !




Pasteur Joseph Prince

42 R L'HOMME NOUVEAU


INTRODUCTION

« …ayant aboli la loi et ses commandements avec ses observances, afin de créer (ktidzo = fonder, bâtir, instituer, créer, produire, accomplir, faire) en lui-même des deux (juifs et païens) un seul homme nouveau. »  (Ephésiens 2 : 15).
« … de vous débarrasser du vieil homme, se corrompant selon les convoitises de la tromperie, d’être renouvelés au niveau l’esprit de votre intelligence et revêtir l’homme nouveau créé selon Dieu dans la justice et la sainteté de la vérité. » (Ephésiens 4 :22-24).
« … ne vous mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme avec ses pratiques et ayant revêtu l’homme nouveau se renouvelant en vue de la connaissance selon l’image de celui qui l’a créé. » (Colossiens 3 :9-10).  

Martin Luther dans sa conception sacramentelle du baptême d’eau a écrit dans son langage coloré que « le vieil homme est noyé dans l’eau du baptême mais le « vieux bougre » sait rudement bien nager… »
Cette contradiction pleine d’humour décrit pourtant bien une terrible réalité schizophrénique qui perdure dans l’Eglise. Elle apparaît aussi dans nos textes où les lecteurs de l’Apôtre Paul sont toujours encore invités à se débarrasser du péché, de l’imperfection, des haines et divisions tout en étant appelés à être l’homme nouveau, à être assis dans les lieux célestes. C’est tout de même étonnant ! 
Qu’est-ce que l’homme nouveau ? 

  1. L’homme nouveau, une création de Dieu

L’homme nouveau est à considérer par rapport au vieil homme, à l’homme ancien. Il s’agit avant tout dans nos textes d’une fondation nouvelle, d’un nouveau « bâtiment », d’une création nouvelle, d’une institution nouvelle qui succède au vieil homme, à la vieille masure. Dieu rase l’ancien et construit du neuf. En général quand on rase l’ancien, on construit du neuf sur le même terrain. Là ce n’est pas du tout le cas : la construction, la création nouvelle ne se situe plus sur le même terrain dans les limites de l’espace-matière-temps ni de celles de la loi, des commandements avec ses observances mais EN Jésus-Christ glorifié qui n’est pas limité parce que glorieux. Bref cette construction nouvelle est la glorification du corps.
De quoi a l’air cette nouvelle création ? Elle est à l’image du Créateur c’est à dire elle est de puissance, de feu, de lumière et de gloire. Elle est créée selon Dieu. Cela n’a plus rien à voir avec notre corps humain mortel en déchéance. Rappelons que l’esprit et l’âme, ne pouvant correspondre à aucune représentation, ne peuvent donc être mis en corrélation avec l’image. Ce n’est possible qu’avec le corps !

  1. L’homme nouveau, un revêtement

L’homme nouveau est un revêtement de gloire et par là désigne prioritairement le corps. Peut-on habiller l’âme ou l’esprit ? On peut toujours essayer….
Les textes font clairement la distinction entre le vieil homme ou le corps corruptible ou la chair d’une part et ses mauvaises pratiques d’autre part. Le vieil homme se corrompt selon les convoitises de la tromperie mais n’est pas ces convoitises. 
Au même titre le renouvellement au niveau de l’esprit de l’intelligence n’est pas l’homme nouveau. Mais ce renouvellement de l’esprit de l’intelligence nous permet de comprendre puis d’accepter et finalement de revêtir concrètement l’homme nouveau créé selon Dieu. Bien entendu dans l’homme nouveau, l’être intérieur est inclus et est inséparable de l’être extérieur ou corps puisqu’il est question « d’homme » donc de la totalité de l’être humain. Toutefois nos textes désignant les notions d’image, de revêtement mettent indiscutablement en valeur le côté « corporel » visible, tangible de l’homme nouveau. 
A quoi sert le revêtement ? A ne pas être nu et donc à ne pas être dans la honte. Dieu n’apparaît pas nu dans la Bible. Comme l’homme nouveau est créé à l’image de Dieu, il ne peut être nu mais revêtu de gloire comme le Seigneur.
    
  1. L’homme nouveau selon Dieu : justice, sainteté de la vérité, connaissance.

L’homme nouveau ne peut être créé sans la justice. Cette justice nous a été procurée par la croix où le salaire du péché, la mort, a été totalement payé. La mort est donc caduque. Seule l’immortalité sied à l’homme nouveau.

L’homme nouveau ne peut être créé sans la sainteté de la vérité. Nous avons vu dans l’introduction la contradiction terrible entre ce que nous devrions être en tant que chrétien et ce que nous sommes en réalité. 
Pourtant, la sainteté de la vérité doit absolument être respectée. La vérité est sainte. Il faut arrêter de se mentir à soi-même et à Dieu et de mentir aux autres. L’homme nouveau est une nouvelle création notamment de notre corps en Christ, dans la gloire. Le salut offert EN Jésus-Christ désigne aussi le corps. Notre être intérieur, notre intelligence ou âme, notre esprit doit absolument être renouvelé pour croire cela et chercher à l’expérimenter. 
Le soi-disant réalisme matérialiste n’est qu’une convoitise et une tromperie ! Les faits et la réalité de notre état physique et de l’état de notre environnement lié au réalisme matérialiste sont effectivement terriblement têtus mais notre foi et notre amour doivent l’être encore davantage. 
Considérons sans tromperie notre état intérieur pas très brillant ! Tout est intrinsèquement lié. Si le vieil homme n’est pas transformé au niveau du corps en homme nouveau, l’âme et l’esprit ne sont pas capables de vivre dans la sainteté. L’inverse est d’ailleurs tout aussi vrai. 
L’unité et l’harmonie esprit, âme et corps ne doivent pas être remises en cause et ne peuvent se réaliser qu’avec la création de l’homme nouveau. 
Nous avons 2000 ans de recul sans compter les textes bibliques pour constater tout cela. Alors soyons vrais, vivons la sainteté de la vérité. 

L’homme nouveau créé selon Dieu se renouvelle, se métamorphose de gloire en gloire en vue de la connaissance de Dieu. C’est une réalité d’éternité donc sans fin. Connaître quelqu’un, c’est pouvoir le fréquenter directement, vivre avec lui sans intermédiaires. Connaître Dieu c’est exactement la même chose mais il faut obligatoirement être créé homme nouveau esprit, âme et corps EN Christ pour que soit possible « que nous soyons assis dans les lieux célestes » ! (Ephésiens 2 :6)

  1. L’homme nouveau se fait dans la réconciliation avec Israël

 « Mais maintenant en Christ Jésus, vous qui étiez loin autrefois (païens – nations), vous êtes devenus proches par le sang de Christ. Car il est notre paix, ayant fait des deux (juifs et païens) un seul, ayant détruit la haine et le mur mitoyen de la séparation par sa chair…Il crée un seul homme nouveau… Il réconcilie les uns et les autres (juifs et païens) en un seul corps avec Dieu par la croix » (Ephésiens 2 :13-16)
Remarquons d’emblée qu’il est question ici de la chair de Jésus et du corps de l’homme nouveau, ce qui ne fait que confirmer notre propos qui précède à propos de l’insistance sur la corporéité et la tangibilité de cette création nouvelle. Si Jésus a souffert sur la croix l’enfer au niveau de son être intérieur, Il l’a aussi souffert concrètement au niveau de Son corps, de Sa chair.
  La réconciliation se traduit toujours par des réalités concrètes, visibles, tangibles. Il faut donc, pour commencer, que concrètement, visiblement Israël soit un peuple sur sa terre. C’est la condition de possibilité de l’existence d’une identité juive dans sa plénitude et de son identification en tant que peuple bénéficiant toujours de l’élection. A partir de là, cette entité concrète donc identifiable, pourra être réconciliée avec une autre entité concrète qui se définit simplement par défaut comme n’étant pas Israël, à savoir les nations. De plus, après 2000 ans d’histoire des divisions de l’Eglise composée des chrétiens issus des nations païennes, cette réconciliation s’appliquera aussi face à ces haines séculaires.
Evidemment l’acceptation sincère par tous les concernés, juifs ou païens, de l’œuvre expiatoire de Jésus sur la croix, vrai Dieu et vrai Homme, est un préalable absolu. 
Ensuite pourra avoir lieu la création de l’homme nouveau EN Christ comme décrit plus haut. L’homme nouveau sera alors assis dans les lieux célestes esprit, âme et corps unis. Personnellement, je ne me suis jamais assis avec mon âme et mon esprit : je ne sais pas comment ça marche. Mais avec mon corps physique je sais et avec mon corps glorifié je saurai bien évidemment. 
Nombreux sont ceux qui fanfaronnent qu’ils sont assis dans les lieux célestes, moi je ne sais pas comment ils font !!!
Renonçons aux convoitises de la tromperie et considérons la sainteté de la vérité ! 

CONCLUSION

La création de l’homme nouveau c’est ni plus ni moins celle de l’Eglise des Vainqueurs où se concrétise réellement et effectivement l’exaucement de la prière de Jésus : « Que tous soient un comme toi , Père, tu es en moi et que je suis en toi, qu’ils soient en nous eux aussi afin que le monde croie que tu m’as envoyé et moi je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée pour qu’ils soient un comme nous sommes un moi en eux comme toi en moi pour qu’ils parviennent à l’unité parfaite… » (Jean 17 :21ss)

En Lui, 

         Martin BUSCH

vendredi 24 janvier 2014

41 R LE REGARD ET LA FACE DE DIEU


INTRODUCTION

« …Ses serviteurs lui rendront un culte, ils verront sa face et son nom sera sur leurs fronts. » (Apocalypse 22 : 3-4).

Voici le seul culte valable selon Dieu c’est à dire un culte sans intermédiaire rendu à Dieu par ses serviteurs. Le premier commandement n’est-il pas : « Je suis l’Eternel ton Dieu…tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face » (Exode 20 :2-3 cf. aussi Nombres 6 :22-27).
Qu’est-ce que l’idolâtrie au fond ? C’est avoir des intermédiaires, des écrans, des voiles, des murs, des divinités, des représentations tant célestes, que terrestres ou maritimes (Exode 20 :4), des symboles, des images, des gestuelles, des personnes, des codes, des systèmes de pensée religieux, des rituels, des habitudes et des styles religieux. 
Certes le Seigneur, tant dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau Testament a ordonné des formes cultuelles et des ministères qui sont malheureusement devenus des intermédiaires et des sortes de « passages obligés » voire des superstitions pour rendre un culte au Seigneur alors qu’ils étaient uniquement des poteaux indicateurs à visée pédagogique pour justement essayer d’éradiquer tout ce qui pourrait se glisser entre le regard et la face de Dieu d’une part et Ses enfants d’autre part. 
Actuellement nous sommes dans la création dite intermédiaire c’est à dire polluée par la chute d’Adam et d’Eve. Les portes de la prison espace-matière-temps se sont refermées sur la condition humaine. Ainsi dans une prison pour avoir des relations avec « l’extérieur », il faut obligatoirement des intermédiaires tels des visiteurs, famille, aumôniers, avocats, gardiens, travailleurs sociaux, courriers, certains médias etc.
C’est pourquoi Dieu Lui-même par Jésus-Christ Dieu et Homme le seul Médiateur et par le Saint Esprit, est venu auprès des hommes pour créer les conditions de la mise en place de cette relation directe sans intermédiaire à savoir purement et simplement la libération ou la sortie de cette prison espace-matière-temps. 

  1. Notre corps de chair mortel intermédiaire fondamental

« …l’homme et la femme se cachèrent loin de la face de l’Eternel Dieu au milieu des arbres du jardin…j’ai eu peur parce que je suis nu…l’Eternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau et il les en revêtit » (Genèse 3 :8,10,21)

Dès que le péché est intervenu, l’homme et la femme ont fui la face, le regard de Dieu. Ils ont eu peur à cause de leur nudité désintégrante, autodestructrice, mortelle. L’arbre de la connaissance du bien et du mal leur a donné la connaissance que c’était mal de ne plus avoir le corps revêtu de gloire et de feu divins. Ils étaient à l’origine à l’image de Dieu et Dieu dans les textes bibliques n’apparaît pas nu mais est enveloppé de Feu, de Lumière et de Gloire. Par conséquent les représentations d’Adam et d’Eve nus dans le Paradis avant la chute sont absolument fausses. Ils étaient en effet des êtres vivants à l’image de Dieu en quelque sorte enveloppés de Feu, de Lumière et de Gloire dont le corps de glaise ou de poussière avait bénéficié par insufflation divine (Genèse 2 :7). Leur corps était glorieusement environné et ils pouvaient approcher Dieu sans problème, Le regarder face à face et supporter Son regard sans problème. Ils n’avaient pas honte de leur « nudité » (Genèse 2 :25) car leur corps était de Gloire, de Lumière et de Feu à l’image de Dieu.
Dès qu’ils ont péché cette gloire à l’image de Dieu leur conférant l’immortalité a disparu et leur corps était d’une nudité provoquant la honte liée aux effets immédiats du péché. Il en était de même avec les animaux qui par extension ont perdu la gloire céleste. Un ou plusieurs animaux ont d’emblée dû verser leur sang en guise d’expiation provisoire donc dans la durée, sacrifiés par Dieu pour remplacer l’habit d’éternité initial de gloire par une peau morte c’est à dire notre chair actuelle imprégnée par la mort. L’être humain était en effet devenu mortel (Genèse 2 :17 ; 3 :19) par l’habit de chair morte ayant remplacé l’habit de gloire. 
Par le sang versé expiatoire d’animal, Dieu a institué l’Histoire, la durée avec ses conflits puisqu’Il parle de « postérité qui écrasera la tête du serpent » (Genèse 3 :15). L’Histoire ouvrira la possibilité d’un délai pour ceux qui le désirent, de retrouver le chemin de retour à l’état originel de gloire suite à une victoire définitive sur le Serpent.  
L’espace et la matière subissent la « malédiction dite du sol » c’est à dire un état de création intermédiaire terne en sursis avec toutes ses conséquences (Genèse 3 :17) par opposition à la magnifique lumière céleste, la belle végétation, à l’or et aux pierres précieuses originels du Paradis (Genèse 2 :9-12) que l’on retrouve d’ailleurs dans les lieux célestes décrits dans l’Apocalypse. 
La souffrance et la mort déterminent à présent la création non pas originelle mais « intermédiaire » faite de temps, d’espaces et de matières. 
Rappelons encore une fois que tout n’est pas fini, car Dieu a mis en place une situation intermédiaire pour donner une occasion de salut pour le retour de l’être humain dans le Paradis. 
La situation intermédiaire espace-matière-temps a uniquement une valeur pédagogique et de délai dans une durée délimitée mais le Seigneur Dieu veut absolument dès maintenant nous en sortir puisqu’Il est venu en personne nous rencontrer pour nous en extraire, nous, les « captifs » (Ephésiens 4 :8ss).
Notre corps, revêtu d’une peau d’animal mort, fait actuellement partie intégrante de l’espace-matière-temps donc est en situation intermédiaire. Si on ne sort pas de cette situation c’est la mort du corps assurée au bout d’un processus de vieillissement qui durera plus ou moins longtemps. 
Notre corps de mort est irrémédiablement un écran, un voile, un mur donc aussi une idole située entre nous et la face ou le regard de Dieu. Nous n’avons même pas le choix en l’état. La preuve : nous passons en effet le plus clair de notre temps à subvenir aux besoins de notre corps charnel et à celui de notre famille. Nous subissons la malédiction du sol, la « sueur coule de notre front » pour survivre. On court constamment après l’argent, le bien-être, la santé d’une façon ou d’une autre. 
Notre corps en l’état intermédiaire devient obligatoirement un dieu devant la face de l’Eternel car dans notre emploi du temps il a la première place même si on clame haut et fort en tant que croyant que c’est Dieu qui a la première place. 
Certains essayent de lutter par l’ascétisme quelquefois lié au social et à l’humanitaire pour réduire au minimum l’influence du corps intermédiaire. Mais cette discipline de fer fait que ces personnes soient malgré tout omnibulées par leur corps intermédiaire justement à cause d’une gestion rigoureuse et prenante tant alimentaire que de jeûne, d’isolement méditatif ou encore de vie parmi les déshérités pour leur venir en aide. Si ces personnes ne sont pas omnibulées par leur corps dans ce style de vie, elles peuvent aussi passer à un mépris du corps, à sa négation, ce qui n’est pas préférable. Dans les deux cas le corps est et reste malgré tout une espèce de voile intermédiaire d’une façon ou d’une autre entre ces personnes et Dieu.
D’autres, dans cette lutte, enseignent la richesse matérielle et l’abondance offertes par Dieu via une vie de foi et des actes de foi. Malheureusement certains excès et scandales financiers souvent liés en plus à l’impudicité, à l’adultère et aussi aux excès de table et autres de certains ministères de cette mouvance ont eu lieu et ont malheureusement encore lieu. Cela démontre que le corps intermédiaire et son environnement de richesse et d’abondance sont alors devenus des dieux devant la face de l’Eternel.     
Sachant que ces enseignements ont une base biblique réelle et incontestable (Marc 2 :20 ; 2 Corinthiens 9 :7 etc…) car Dieu n’est pas un père fouettard et veut notre bien-être y compris pour notre corps intermédiaire, ils ne peuvent devenir une fin en soi. Ils peuvent être pratiqués sans leurs dérives uniquement dans l’amour et la foi pour travailler à la libération du corps intermédiaire de sa peau de malédiction et de mort ou de chair et le détrôner de sa première place de dieu que nous mettons, que nous le voulions ou non, devant la face de l’Eternel. De toute manière nous avons avant tout besoin de toute la grâce et du miracle de Dieu.

Il faut donc impérativement que : 
  • la rédemption et le salut de notre corps intervienne (Romains 8 :23)
  • nous offrions notre corps de chair en sacrifice vivant, saint et agréable, le Feu divin le « brûlant » ou le métamorphosant en corps de gloire, ce qui sera de notre part un culte logique ! (Romains 12 :1-2)
  • le souffle de Dieu, le St Esprit métamorphose, transfigure, transforme notre corps de gloire en gloire à l’image de Dieu (2 Corinthiens 3 :18) et que par là nous retrouvions le vêtement de feu, de lumière et de gloire qu’Adam et Eve avaient perdu !

Nous pourrons alors supporter le regard de Dieu et nous tenir devant Sa Face devant le Trône sous Son regard pour un culte sans intermédiaire qui Lui sera réellement agréable ! 
Notre corps intermédiaire ne sera plus un dieu devant Sa Face puisqu’il n’est justement plus intermédiaire ! Notre corps glorifié nous permettra de nous tenir sans intermédiaire devant la Face de Dieu et supporter son regard ! Il n’y a plus besoin de se mettre un « cataplasme » avec une ceinture cousue de feuilles de figuier, de se cacher derrière les arbres, d’avoir peur ou encore d’accuser l’autre (Genèse 3 :7-13)
L’idolâtrie, définie comme mettre des intermédiaires entre nous et Dieu pour finir par s’arrêter aux dits intermédiaires mettant Dieu tout à fait de côté au bout du compte, est une fuite pour éviter le saint regard du Seigneur. On parle souvent du Dieu caché, mystérieux mais en réalité c’est d’abord l’homme qui se cache loin de la Face et du Regard de Dieu. Dieu ne désire pas Se cacher, au contraire, Il cherche et appelle l’homme à Lui (Genèse 3 :8-9).    

  1. L’homme en fuite devant la face et le regard de Dieu 

Caïn, par exemple, pouvait parler très directement avec Dieu malgré son meurtre. Le texte dit très clairement après que le péché ait eu lieu « je serai caché loin de ta face…Caïn s’éloigna de la face de l’Eternel » (Genèse 4 : 14+16). Caïn avait pourtant été prévenu par Dieu pour éviter le pire ! (Genèse 4 :7)
Agar, parce qu’elle a méprisé Sara (Genèse 16 : 4), fut chassée loin d’Abraham, de la promesse et finalement du pays de la promesse (Genèse 15 :18-21). Effectivement les descendants d’Ismaël s’installèrent en Arabie hors du regard de l’Eternel. Le regard de Dieu s’était pourtant posé sur elle (Genèse 16 :13) mais la suite des événements a montré qu’en-dehors de la « zone » de la promesse dont le Pays promis en particulier, elle et ses descendants ont incarné, incarnent et incarneront l’esclavage, l’humiliation, la servitude et l’asservissement notamment de la femme (Galates 4 :25). Le regard de Dieu l’a certes sauvée dans l’immédiat dans le désert mais en même temps l’a « écrasée » dans l’asservissement elle et ses descendants qui sont de ce fait par réaction toujours dans la révolte et le soulèvement (Genèse 16 :12) tout en désirant à leur tour soumettre et asservir. Il y a là en quelque sorte un complexe d’infériorité et de supériorité constant. Pourquoi le regard de Dieu l’a-t-elle « écrasée » ? Parce qu’elle ne s’est pas vraiment repentie et a persévéré dans le mépris. Elle s’est certes humiliée et soumise pour sa survie devant Sara mais elle ne s’est pas vraiment repentie et son état d’esprit s’est d’ailleurs transmis à Ismaël (Genèse 21 :9). Le résultat dans la suite des siècles fut qu’un faux dieu oppressif et de conflits, « l’ange de lumière trompeur et menteur » devint un écran voire un mur épais érigé par ses descendants pour en réalité essayer de se « protéger » du saint regard du Dieu d’Israël, le seul vrai Dieu : d’où la haine viscérale contre Israël dans le Pays de la promesse où s’est posé, se pose et se posera le saint regard bénissant de Yahvé. Cette haine vise aussi par extension les chrétiens authentiques aimant Israël d’où les persécutions dans les pays islamiques. Nous y retrouvons aussi le mépris et l’écrasement de la femme.

Lot lui aussi s’éloigna de Canaan loin du pays de la promesse, de la face et du regard de Dieu pour aller à Sodome contrairement à Abraham (Genèse 13 :8-12). La plaine du Jourdain de la région de Sodome était verdoyante, l’abondance et la richesse à la clé, mais ce sont devenus des « intermédiaires », des idoles devant la face de Dieu et Lot a d’ailleurs failli y laisser sa peau. Les descendants de Lot furent d’ailleurs des ennemis redoutables pour Israël. 

Quels problèmes quand Israël refusa d’aller à la conquête du Pays promis par peur (Nombres 13-14) comme Adam et Eve qui se cachèrent parce qu’ils avaient peur.
Par leur révolte, ils fuyaient le regard et la face de Dieu en voulant fuir le Pays promis et retourner dans l’esclavage égyptien. Ils mettaient leur corps intermédiaire et ses besoins comme idoles entre Dieu et eux (Nombres 14 :2-4) comme ils l’avaient fait précédemment avec leurs murmures avant la manne, les cailles et l’eau. Quand finalement ils essayèrent d’aller à la conquête sans Dieu, ils furent battus (Nombres 14 : 39-45). La mort du corps intermédiaire de cette génération rebelle fut décrétée (Nombres 14 :22-23) Caleb et Josué exceptés. Dieu parle aussi de mépris de la part du peuple (Nombre 14 :11). Nous retrouvons là le même péché de mépris commis par Agar et Ismaël.

Chronologiquement plus tôt, Esaü est un cas intéressant pour notre propos. Nous constatons qu’Esaü aurait dû être proche à tous points de vue de son frère jumeau Jacob. Mais il vendit son droit d’aînesse pour un plat de lentilles (Genèse 25 :30-33) soi-disant parce qu’il pensait mourir ou perdre son corps de chair (Genèse 25 :32) !!! Son corps charnel devint « intermédiaire », une idole entre lui et la face et le regard de Dieu lié au droit d’aînesse et à la bénédiction y afférant. Quand il réclama la bénédiction à Isaac, il voulait faire semblant d’y tenir alors qu’au fond il n’y tenait que pour des raisons égocentriques simplement pour être le chef et était donc prêt à tuer Jacob. Il pleurait devant Isaac mais ne se repentit pas (Genèse 27 :41ss)
Il a méprisé la promesse, la lignée (Genèse 25 :34) et il l’a perdue. Il a répondu aux désirs du corps de sa chair son idole et a encore transgressé la voie de Dieu en se mariant avec des filles de Héthiens ne craignant pas Dieu. Cela créa l’amertume pour ses parents Isaac et Rebecca (Genèse 26 :34-35)
Par la suite, Isaac devint aveugle (Genèse 27 :1) probablement dans tous les sens du terme parce qu’il n’a pas tenu compte des attitudes d’Esaü. L’aveugle s’est donc fait « rouler dans la farine » par Jacob et Rebecca. Son corps de chair avait envie d’un bon plat pour lui condition de possibilité du don de la bénédiction liée au droit d’aînesse ! Son corps de chair même diminué était devenu intermédiaire entre lui et la face et le regard de Dieu. On connaît la suite dramatique de l’histoire…
Jacob eut la bénédiction liée au droit d’aînesse à laquelle il tenait absolument, reçut les promesses, ne se maria pas avec des « étrangères » et finit par s’installer au Pays promis devant la face et le regard de Dieu malgré son exil préalable chez Laban. Il vécut le « direct » de Dieu avec l’échelle céleste à Bethel (ou maison de Dieu - Genèse 28 :16) et son combat avec Dieu où il L’a vu face à face (Genèse 32 :32) et où il a été vainqueur (Genèse 32 :28) malgré ses biaiseries précédentes. 
Esaü au contraire s’installa au pays de Séïr (Genèse 33 :16) et fonda le peuple appelé Edom (=roux) en référence au plat de lentilles rouges (Genèse 25 :30) loin de la face et du regard de Dieu, hors du Pays de la promesse. 
Edom (cf. Pétra) fut souvent en conflit avec Israël et condamné par les prophètes (cf. Abdias par ex.). Quand Babylone prit Jérusalem en - 586, des sources disent que les Edomites furent des alliés des Babyloniens. On les soupçonne d’avoir brûlé le Temple. 
Bien plus tard Hérode 1er le Grand d’origine iduméenne ou édomite, faux juif malgré sa reconstruction du Temple, allié de Rome retira le pouvoir politique aux prêtres et se distingua par sa cruauté. Il oppressa et combattit les Juifs et assassina même des membres de sa famille proche. Il voulut éliminer Jésus et pour ce faire, fit tuer les petits garçons de Bethléem et environs. La caractéristique d’Esaü-Edom jumeau de Jacob est de vouloir faire semblant d’être proche des juifs et des vrais chrétiens pour pouvoir encore mieux les dominer et les éliminer. L’attitude d’Hérode, quand les mages vinrent à Jérusalem s’enquérir de Jésus, est typique d’Edom : alors qu’il voulait Le tuer, il leur dit hypocritement : « Allez et prenez des informations exactes sur le petit enfant ; quand vous l’aurez trouvé, faites-le moi savoir, afin que j’aille aussi moi-même l’adorer » (Matthieu 2 :8). Hérode l’édomite voulait faire semblant et était un opportuniste né.  Allié des Romains, il menait une sorte de politique machiavélique avant l’heure. Sa vraie source était l’empereur et Rome et non pas Jérusalem car il voulait manipuler pour mieux contrôler et en réalité mettre un maximum d’écrans entre sa nature hypocrite, pécheresse, meurtrière et Dieu. 
Il se trouve que de la même manière le centre de gravité du christianisme passa progressivement de Jérusalem à Rome à partir du 4ème siècle avec l’empereur Constantin. C’était en fait une vraie catastrophe. 
Le christianisme authentique fut « édomisé » récupéré, mis à la sauce et à la culture romaine pour à terme mieux l’éliminer par la sclérose, l’idolâtrie, la religiosité, le faux-semblant et l’antisémitisme. 
Que produisit le christianisme romain qui lui aussi faisait semblant comme Esaü, Edom, Hérode ?  Il produisit l’Occident romain.  
L’Occident romain avec sa fausse culture soi-disant judéo-chrétienne fait semblant d’être proche des Juifs et des vrais chrétiens pour mieux les éliminer à la première occasion. L’Occident romain produisit la persécution des Juifs, le papisme, l’orthodoxie et ses idolâtries, les croisades, l’inquisition, les persécutions des chrétiens authentiques, le marxisme, le nazisme, le capitalisme, la laïcité à outrance finalement persécutrice, l’agnosticisme, l’athéisme, le « technologisme » le tout mélangé aux infinis et divers courants de pensée contribuant à éradiquer au bout du compte le Dieu de la Bible, Israël et l’Eglise authentique de Jésus-Christ. L’Occident romain, Edom, évolue vers une société de plus en plus contrôlée, manipulée, oppressive et formatée loin de la face et du regard de Dieu qui de concert avec Ismaël se tourne contre Israël dans sa Terre et Jérusalem et contre les chrétiens authentiques. 
Les orientalismes dont l’emblème principal est le Dragon, évoluent vers l’Occident romain notamment dans le domaine du capitalisme après avoir précédemment évolué vers le marxisme. Le Bouddhisme est une religion athée c’est à dire une philosophie aux teintes religieuses mais qui nie Dieu. Nous retrouvons de ce fait en extrême Orient de nombreuses valeurs de l’Occident romain.
En Apocalypse 17 : 9 nous lisons : « …les sept têtes [de la bête] sont les sept montagnes où réside la femme… ». Il se trouve que Rome est comme par hasard la ville aux sept montagnes ou collines !!! Il se trouve aussi qu’Apocalypse 17 parle d’aspects du règne de l’imitation trinitaire du Dragon de 3 ans et demi !!!
Les pieds de la statue de Daniel (Daniel 2) faits de fer (Occident romain) et de glaise (Ismaël - Islam) ainsi que la dernière corne de l’animal terrible (Daniel 7) de sa vision semble certainement correspondre à cet « Occident romain » et à « Ismaël ». La pierre qui frappera les pieds d’argile sera l’Eglise des Vainqueurs et l’Armée des Anges (cf. Daniel 7 :13+22 ; Apocalypse 6 :2 ; 7 ; 12 : 5+11 ; 19 :14). Par conséquent il vaut mieux d’emblée faire partie de l’Eglise des Vainqueurs car les chrétiens restés sur terre seront malheureusement vaincus durant ces 3 ans et demi (Daniel 7 :21 ; Apocalypse 11 :7 ; 13 :7)
Petit rappel relatif à la statue et à la vision de Daniel :
Tête d’or – lion = Babylone (625-538 av. J-C)
Poitrine et bras d’argent – ours = Mèdes et Perses (539-330 av. J-C)
Ventre et cuisses d’airain - léopard = Macédoine et Grèce (avec Alexandre le Grand 334-323 av. J-C)
Jambes de fer – animal terrible dix cornes = Rome à l’ouest et à l’est (70 av. J-C jusqu’en 313 après J-C -  Edit de Milan – Constantin qui institua le christianisme romain).
Pieds de fer et d’argile – dernière corne de l’animal terrible avec des yeux d’homme et une bouche qui parlait avec arrogance qui fit la guerre aux saints et l’emporta sur eux (Daniel 7 :8+20-21 ; Apocalypse 11 :7 ; 13 :7 = christianisme romain – Occident (fer) et l’Islam (argile) : 313 - ???).
Nabuchodonosor eut un contact direct avec Celui qu’il appelle « le Dieu des cieux » (Daniel 2 :46-47). Par son rêve Dieu tourna Sa face vers lui. Malheureusement il fit fabriquer une idole, un écran, un intermédiaire avec cette statue pour glorifier son ego et par là se dérober de devant la face et le regard de Dieu contrairement à Shadrac, Méschac et Abed Nego (Daniel 3 :12ss). Il fut d’ailleurs radicalement remis en place… (Daniel 4 :32-37)
  1. Toutes les religions sont fausses

Israël est une nation, un peuple visible, tangible choisi, élu par Dieu sur une terre visible, tangible promise et attribuée par Dieu en vue d’une relation directe. Avant le Tabernacle et le Temple, Dieu avait déjà le désir de s’approcher et de se révéler à Son peuple aussi directement et glorieusement que possible (Exode 13 :21 ; 19 etc…). 
C’est aussi en son sein et sur la terre d’Israël que de façon visible, tangible, historique que Dieu est venu en Jésus-Christ pour un face à face réel et constant avec Son peuple d’abord puis avec tous les êtres humains. « Celui qui m’a vu a vu le Père » (Jean 14 :9)
Nous y voyons cette constante recherche du regard de Dieu pour un face à face sans intermédiaire fût-il religieux, imagé, symbolique ou autre. 

C’est pourquoi Jésus glorifié est revenu vers Jean pour ordonner une voie et éradiquer la religion en instituant le baptême de gloire et la Ste Cène de gloire en vue de la métamorphose et la montée à la Salle du Trône devant la face et le regard de Dieu.
Les reproches à certaines des 7 églises de l’Apocalypse qui avaient déjà placé des « intermédiaires » religieux et comportementaux démontrent déjà d’idolâtries, d’hypocrisies et de religiosités évidentes. Le premier amour était déjà passé et pour cause ! Loin des yeux, loin du cœur ! Loin de la face de Dieu et de Son regard loin du premier amour pour Lui !
Dieu a fait des choix relatifs à Israël et à sa terre, à Jérusalem la capitale. Cette terre et sa capitale joueront encore un rôle évident notamment durant le millénium (Apocalypse 20 : 9)
L’importante thématique de « l’homme nouveau » où Jésus-Christ réconcilie les incirconcis et les circoncis, parle d’un acte de création EN Lui-même (Ephésiens 2 :15). Là encore nous sommes en plein « direct » avec le regard et la face de Dieu. Quand les Juifs messianiques et les chrétiens seront réconciliés et créés EN Jésus pour devenir l’homme nouveau l’Eglise des Vainqueurs sera en place. Rien ne se fera sans Israël. La terre promise céleste est liée à la terre promise terrestre avec le peuple juif l’habitant réellement et entièrement. Comme l’Eglise Primitive a démarré à partir de Jérusalem et de la Terre promise, l’Eglise des Vainqueurs y démarrera aussi.
Pourtant nous avons vu que notre corps intermédiaire ne nous laisse pourtant pas le choix. Il est lui-même un objet religieux et engendre par là des prolongations et des outils religieux qui finalement par la force des choses sont tous des intermédiaires donc des idoles entre nous et la face de Dieu. La religion possède des racines identitaires dans notre être intermédiaire corporel. 
La religion par ses moyens intermédiaires religieux est par essence idolâtre et doit donc être éradiquée.
La religion juive en l’état est caduque et fausse puisqu’il n’y a plus de Temple donc plus de sacrifices, donc plus de rédemption si on se tient à ses prescriptions expiatoires. 
La religion chrétienne en l’état est caduque et fausse puisque Jésus Glorifié est venu l’éradiquer par le baptême de gloire et la Ste Cène de Gloire en vue de la métamorphose et la montée à la Salle du Trône devant la face et le regard de Dieu.
Ici nous ne parlerons même pas des autres religions qui refusent le seul Médiateur Jésus-Christ Dieu qui vient nous regarder face à face. Toutes les religions sont donc fausses.


CONCLUSION

Recherchons la face et le regard de Dieu en direct, sans intermédiaire et demandons à Jésus pour que nous soyons recréés femme, homme, nouveaux effectivement libérés de leur situation intermédiaire corporelle déchue et mortelle et par là de son idolâtrie.

En Lui, 

         Martin BUSCH

jeudi 23 janvier 2014

12 QUEL CONTENU DONNEZ-VOUS À LA PRIÈRE ?


12 QUEL CONTENU DONNEZ-VOUS À LA PRIÈRE ?

Quand vous priez, que se passe-t-il en réalité ? Est-ce une pratique religieuse que vous appliquez ou parlez-vous à Dieu ?
Matthieu 6 : 5 (Lecture du jour)
Ce verset est la description de la mauvaise prière : cest la prière de lhypocrite. La vie de lhypocrite nest pas conforme à la parole de Dieu car son objectif cest de tout faire pour être vu et sattirer la gloire des hommes. Or la vraie prière ne consiste pas en de vaines paroles, des rites, des habitudes ou à lexhibitionnisme mais en de choses vraies et sincères.
Matthieu 6 : 6
Ce verset sadresse à celui qui connait le nom de Dieu, sa sainteté et à celui qui est sincère. La vraie prière est :
- Entrez dans votre chambre : cela implique une intimité vraie et réelle avec Dieu, une relation sincère et sans équivoque. Cest entrer dans une dimension dintimité avec Dieu. En Hébreu cela signifie entrer dans dans la vérité en vous-même. Toute personne qui entre dans cette dimension, va en tout temps bouleverser lordre des choses. Prier cest établir une communion avec Dieu et cest par la prière que le contact avec Dieu s’établit.
- Fermez la porte : cest fermer la porte de la chair, cest réduire au silence les passions et les désirs de la chair. La prière est la puissance du chrétien cest pourquoi le Seigneur dit dans 1 Thessaloniciens 5 :17 : « prier sans cesse ».
- Priez votre père qui est dans les cieux, qui est dans le secret c'est-à-dire dans votre cœur. Il ny a plus que Dieu et vous dans le secret donc ne lui cachez rien. Soyez sincères et vrais car cest en cela que Dieu vous répondra.

Actes 4 : 23-31
Les disciples nont pas prié pour la punition de leurs ennemis, mais ils ont plutôt demandé au Seigneur de leur donner dannoncer sa Parole avec assurance et Dieu les exauça. Ne cherchez pas à vous faire voir par les gens ni à vous faire voir comme le meilleur.

Si vous voulez voir votre montagne trembler, vos soucis disparaître, ne cherchez pas à faire votre propre justice mais ayez les yeux sur le Seigneur Jésus Christ. Désormais, cest en tout lieu où vos pieds fouleront, que le miracle de Dieu se produira.

11 COMMENT ETRE ÉLEVÉ DANS LE ROYAUME DE DIEU ?


11 COMMENT ETRE ÉLEVÉ DANS LE ROYAUME DE DIEU ?

Bien quayant confessé Jésus Christ, certains chrétiens qui nont pas compris les lois du royaume de Dieu, imitent les gens du monde (païens) pour être élevés. Or, Dieu a ses voies et ses manières dagir. Quand tu rentres dans le royaume de Dieu, cest une nouvelle loi qui régit ta vie et tu ne seras plus entrain dagir comme le monde mais tu agiras comme le suggère lEsprit de Dieu.
Matthieu 20 : 26-27 (Lecture du jour)
Ceci est la loi de Dieu. Pour être grand, soit serviteur. Cette loi est contraire à la loi du monde. Etre serviteur, cest se positionner comme catalyseur pour faciliter laisance dans la vie des autres.
Jésus est le fils de Dieu dont le témoignage a été fait par plusieurs et devant plusieurs personnes, mais Jésus sest toujours fait serviteur. Il allait de village en village et de ville en ville faisant du bien aux gens. Il a marché humblement parmi les hommes comme un homme malgré quil soit Dieu, il sest fait appeler fils de Dieu et il ne sait pas mis au dessus daucun de ses frères. Celui qui veut être le premier, quil soit lesclave de tous (soumission). Selon lordre de Dieu, le travail du premier nest généralement pas visible car il travaille dans le secret : il prie, jeûne et veille pour tout ce qui concerne les autres.
Philippiens 2 : 5-11
Pour être grand, premier, il faut se faire serviteur et esclave de tous. Ayez les sentiments qui étaient en Christ.
A son arrestation, Jésus avait les moyens de sa défense mais il a marché humblement jusqu’à la croix. Etre humble, cest accepter de la part du Seigneur des choses quon naurait pas accepté ordinairement,  cest suivre lEsprit de Dieu dans son mouvement. Les disciples de Jésus ne se sont pas fiés à leur capacité intellectuelle mais ils se sont soumis à la volonté de Dieu et ils ont été élevés.
Les sentiments qui étaient en Jésus étaient la vision du royaume de Dieu. Tout ce quil faisait n’était que dans lintérêt des autres. La première chose quil fit a été de se dépouiller de sa vie céleste pour venir comme un simple homme sur terre afin que la volonté du Père saccomplisse. Il na pas accepté se faire roi ou riche par les hommes mais il est resté serviteur et semblable aux hommes. Il sest humilié jusqu’à la mort de la croix. Cest pourquoi Dieu la souverainement élevé et lui a donné un nom au-dessus de tout nom afin que tout genou fléchisse et toute langue confesse que Jésus est Seigneur.

De même, pour être de ceux que Dieu élève, deux choses vous sont nécessaires : lhumilité et le dépouillement de vous-mêmes. Ayez donc en vous les sentiments qui étaient en Jésus et soyez élevés.