Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

11/09/2019

Etude 5. Obéir à l'Ordre Suprême

*MÉDITATION DU JOUR (MDJ)
Dimanche 18 Août 2019

Obéir à l'ordre suprême ! / Étude 5

Matthieu 28 :19 à 20
« Allez, et faites de toutes les nations des disciples...Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde »

Beaucoup de personnes me posent souvent la question suivante : Quel est mon ministère ?

Eh bien, la réponse est très simple : Prêche l'évangile !

En effet, la plus grande mission dont nous sommes tous mandatés sur la terre, est d'annoncer la bonne nouvelle de Jésus-Christ.

L’Esprit du seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle !… Luc 4 :18.

Car, je n’ai point honte de l’évangile : c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit...
Romains  1 : 16

Les deux passages bibliques que nous venons de lire, nous disent clairement que l’évangile est une bonne nouvelle et une puissance pour le salut des âmes. 

Pour un chrétien normalement constitué, cette réalité est si forte qu’elle ne peut le laisser insensible, quant à l’œuvre de l’évangélisation.

En effet, l’un des fruits d’une bonne conversion est le zèle que donne l’évangile de paix.
En d’autres termes, une conversion authentique a pour résultat un cœur réellement né de nouveau, qui brûle d’un feu ardent d’amour pour Dieu et pour les âmes perdues.

Nous sommes des messagers de Christ, envoyés pour porter la bonne nouvelle à ceux qui en ont besoin. C’est notre principale mission sur la terre, et cela doit être notre raison de vivre. Nous sommes nés pour annoncer la bonne nouvelle à toute la création. Car celle-ci attend avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu !           
En tant que fils de Dieu, nous sommes porteurs d’une bonne nouvelle en faveur de cette création soumise à la vanité.         
- La  bonne nouvelle pour un malade est :  Jésus guérit !

- La  bonne nouvelle pour un opprimé est : Jésus libère !

- La  bonne nouvelle pour un cœur brisé est: Jésus console ! 

- La  bonne nouvelle pour celui qui est dans le manque est  :  Jésus pourvoira à tous tes besoins !

- La bonne nouvelle pour un pauvre est : Jésus peut changer ta condition !

- La  bonne nouvelle pour un pécheur est :  Jésus pardonne !

L’expression bonne nouvelle revêt le même sens que le mot  « bénédiction »,  en araméen.

En d’autres termes, chaque fois que nous annonçons la bonne nouvelle du salut à une personne, nous sommes en train de la bénir. Nous déclarons ainsi des paroles de bénédiction sur cette personne. N’est-ce pas merveilleux ?

C’est aussi en cela que l’évangile est une puissance pour le salut des âmes, car une parole de bénédiction est toujours pleine de grâce et chargée d’une onction qui brise les jougs (maladies, malédictions, oppression, dépression, infirmité, stérilité, sorcellerie, échec, etc.).                                   
Voyez-vous, en annonçant l’évangile du salut, nous proclamons aux captifs la délivrance, déclarons la bénédiction sur ceux qui nous écoutent et publions en même temps une année de grâce du Seigneur sur leurs vies.                                               
L’évangélisation est donc une action qui libère la grâce de Dieu et active la saison de Faveur Divine, non seulement à l’égard de ceux qui reçoivent le message de l’évangile, mais aussi en faveur de la personne qui annonce l’évangile. Une seule parole de bénédiction peut véhiculer la guérison, la restauration, la consolation, la réconciliation, la délivrance, la paix, la joie, l’amour, l’espérance, la foi etc.

L’évangile est une bonne nouvelle qui a le pouvoir de changer littéralement la vie d’une personne car, elle transporte un message divin suffisamment puissant pour communiquer la vie à ceux qui la reçoivent.  Est-ce que vous réalisez comme moi les enjeux spirituels liés à l’évangélisation?   
                                         
Nous sommes la lumière du monde. C’est à nous d’illuminer les journées des êtres humains qui nous entourent et que nous côtoyons chaque jour !                   
Car, beaucoup d’entre eux sont dans les ténèbres de la mort, la maladie, la souffrance, la pauvreté, l’échec, la drogue, la violence etc.                                           
Bien-aimé, ne cache pas ta lumière, mets-la plutôt sur la place publique, afin qu’elle éclaire tous ceux qui sont dans les ténèbres, partout autour de toi !

N'attends pas d'avoir une fonction dans l'église ou que votre assemblée mette en place un programme ou un groupe d'évangélisation. Lève-toi, et prêche l'évangile !

Prière du jour 
Père céleste, louange à toi seul pour ce parcours de méditation, qui a réveillé en moi la flamme de l'évangélisation et le fardeau pour les âmes perdues. Alors, fais venir vers moi des opportunités, toi qui es le maître des temps et des circonstances. Envoie vers moi des personnes pour que je leur témoigne de christ. Utilise-moi pour gagner des âmes, car tu m'as choisi pour que je porte du fruit !
Sois loué mon Dieu, pour cette belle journée pleine de faveur, que tu m'accordes la grâce de vivre.

Bénis-la pour nous, pour nos enfants et pour tous ceux qui nous sont chers. Merci Seigneur pour ta protection jour et nuit sur toute ma famille, au nom puissant de Jésus. Amen !

Pasteur Sosthène MABOUADI
Église CEEV-Bordeaux  (France)

Etude 4. Obéir à l'Ordre Suprême

*MÉDITATION DU JOUR (MDJ)
Samedi 17 Août 2019

Obéir à l'ordre suprême ! / Étude 4

Luc 10 : 30 à 36
Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort. Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l'ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu'il le vit. Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l'hôte, et dit : Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ? C'est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit : Va, et toi, fais de même.

Cette histoire relatée ci-dessus, décrit exactement l’état de nos cœurs aujourd'hui.
En effet, nous sommes nombreux à porter les habits de sacrificateurs et les vêtements de lévites, c'est-à-dire, à prétendre être chrétiens, alors que nous restons insensibles aux âmes perdues, et laissées le long du chemin. Nous avons l’apparence de la piété, mais ne vivons pas véritablement le plein évangile.
La différence entre le Sacrificateur, le Lévite et le Samaritain, est que ce dernier avait la compassion.

Les deux premiers étaient pourtant membres du clergé, avaient des titres liés à leurs fonctions, portaient des habits religieux, mais n’avaient aucune compassion pour leur semblable. C’est exactement ce que nous voyons dans nos églises aujourd’hui ! 

Beaucoup de chrétiens aspirent à des fonctions, des titres, et courent après de grands ministères, mais n’ont aucune compassion pour les âmes perdues. Ce qui les intéresse en réalité, c’est la renommée, la reconnaissance, la gloire des hommes et parfois l'argent !                                     
Nombreux sont ceux qui se battent pour une position dans une assemblée, mais à côté de cela, ils n’ont aucun fardeau pour les âmes. Ils n’évangélisent jamais, ne font même pas le service minimum. C'est-à-dire, essayer de gagner à Christ, au moins une âme par an. Ils ont la fonction mais pas la compassion !

Bien-aimés, vous devez revoir votre état d’esprit car vos motivations ne sont pas saines et ce que vous faites n’est pas agréable aux yeux de l’Eternel.
Dieu ne cherche pas des gens qui veulent juste avoir une position dans l’église, mais il veut des hommes et des femmes qui partagent son cœur de compassion pour les âmes perdues. C’est pourquoi Jésus pose trois fois la question à Pierre : « M’aimes-tu ? ». Ensuite, il lui dit : « Pais mes brebis ».
En d’autres termes, tu ne peux pas vouloir servir Dieu, si tu n’as pas un cœur compatissant pour les âmes. Tu ne peux pas prétendre travailler dans le champ de la moisson des âmes, sans avoir le fardeau des âmes !

Jésus-Christ lui-même, était un serviteur rempli d’amour et de compassion :
Voyant la foule, Jésus fut ému de compassion pour elle, parce qu’elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n’ont point de berger. Matthieu 9 : 36.

Ce verset nous révèle le cœur du Seigneur : plein d’amour et de compassion pour les âmes perdues. La Bible dit : « ayez en vous les sentiments qui sont en Christ-Jésus ». Philippiens 2 : 5.   

La compassion est une expression de l’amour du père envers les êtres humains, c’est un sentiment de miséricorde, mais c’est aussi une des manifestions du fruit de l’Esprit. La compassion est un trait de caractère de la nature divine que doit refléter la nouvelle création que nous sommes et motiver nos actions. Car, la nature de nos motivations dans l’œuvre de Dieu détermine la qualité de notre service pour Dieu. Si nos motivations sont égoïstes, et donc charnelles, nos œuvres seront charnelles, par conséquent vaines !

Je prie Dieu, afin qu’il nous aide à mourir à nous-mêmes, de sorte que nos motivations charnelles meurent et que la compassion de Christ pour les âmes perdues naisse véritablement dans nos cœurs.

Prière du jour 
Père céleste, Je te demande sincèrement pardon d'avoir été insensible au cri des âmes en souffrance autour de moi. Car, de nombreuses personnes se retrouvent abandonnées le long du chemin comme cet homme qui tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort. 
Beaucoup sont des victimes du diable, et se battent comme ils le peuvent pour sortir de la drogue, de l'alcool, de la prostitution, de la violence, de la maladie, et de toutes autres emprises des puissances des ténèbres dans leurs vies. J'ai compris que tu les as créés pour t'adorer; et que par conséquent ce sont des adorateurs qui sont liés par le diable.
Alors, je suis candidat à la conquête de ces âmes perdues, ô mon Dieu ! Enrôle-moi dans ton armée du salut ! Donne-moi la compassion qui est dans ton cœur; afin que je sois animé des mêmes sentiments qui étaient en Christ pour les âmes perdues.

Sois loué mon Dieu, pour cette belle journée pleine de faveur, que tu m'accordes la grâce de vivre. Bénis-la pour nous, pour nos enfants et pour tous ceux qui nous sont chers. Merci Seigneur pour ta protection jour et nuit sur toute ma famille, au nom puissant de Jésus. Amen !

Pasteur Sosthène MABOUADI
Église CEEV-Bordeaux  (France) 

Etude 3. Obéir à l'Ordre Suprême

*MÉDITATION DU JOUR (MDJ)
Vendredi 16 Août  2019 

Obéir à l'ordre suprême ! / Étude 3

Matthieu 28 : 19
Jésus a dit : Allez et faites de toutes les nations des disciples...

Matthieu 6 : 33
Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.

D'après ces deux textes bibliques, l'expansion du royaume des cieux consiste à aller partout, répandre la bonne nouvelle de l'évangile, afin de gagner des âmes à Christ. C'est le premier battement du cœur de Dieu.

En donnant son fils comme sacrifice à la croix, Dieu a tout donné pour sauver les âmes perdues. Il sera prêt à tout vous donner, pour sauver les âmes perdues. Alors, soyez candidats à l'expansion du royaume et Dieu vous donnera toutes choses par-dessus tout.

Vous comprenez de ce fait que, toutes les personnes qui prieront pour le salut d’une âme et se mettront en action pour l'œuvre de l'évangélisation, verront certainement leurs prières être exaucées. Car, elles démontreront ainsi par leur implication dans le salut des âmes, qu'elles cherchent premièrement le royaume de Dieu et sa justice !     

Comprenez-vous pourquoi Jésus dit d'aller annoncer la bonne nouvelle de l'évangile du salut au monde entier ?

C'est tout simplement parce que Dieu veut nous rendre participant et acteur de l'expansion de son royaume sur la terre.

Bien-aimés dans la foi, j’ai vraiment à cœur de vous encourager à sortir des quatre murs de vos beaux bâtiments d’églises, pour aller témoigner de Christ à l’extérieur.
Beaucoup d’églises se complaisent à rester cloisonnées dans le confort de leurs magnifiques édifices, bien au chaud pendant l’hiver et super climatisés en été. Comme le disait l’évangéliste T.L. Osborn, « personne ne va à la pêche dans sa baignoire. Pour attraper des poissons, il faut lancer le filet dans les rivières, les lacs et les cours d’eau, en pleine nature, là où sont les poissons ».

Beaucoup de chrétiens n’ont ni l’envie, ni le courage de sortir des quatre murs de leurs assemblées pour aller gagner les âmes perdues dehors, parce qu’ils ont peur d’essuyer un échec face à ce monde moqueur et parfois persécuteur.
Sachez que celui qui a dit : « Allez…», est le même qui a dit : « Je serai avec vous ! ».

La Bible nous relate dans Luc 5 : 1-11, l’histoire d’un grand pécheur professionnel nommé Simon Pierre, qui avait pêché toute une nuit sans attraper un seul poisson. Mais lorsque Jésus est monté dans sa barque, Pierre fit une pêche miraculeuse, au point où il ne pouvait plus tirer son filet de l’eau, tellement il y avait des poissons de toutes espèces. Simon Pierre a dû avoir recours à d’autres personnes qui pêchaient de l’autre côté de la rive, pour lui venir en aide. Tellement la quantité de poissons était grande !

Je prophétise sur toi en ce jour et déclare que : la provision sera abondante sur ta vie, telle une pêche miraculeuse, alors que tu travailles à l'expansion du royaume en gagnant des âmes !
Je vois la multiplication de tes finances et l'effusion de la grâce divine dans tous les domaines de ta vie. Car lorsqu'une seule âme est gagnée à Christ, le ciel est dans la joie. Je prophétise que le ciel t'est favorable au nom puissant de Jésus !

Après cette belle expérience, Jésus dit à Pierre : « Viens, suis-moi, et je ferai de toi un pêcheur d’hommes ».

Tu es peut-être un homme d’affaires ou encore un chef d’entreprise comme Simon Pierre, et tu passes par une période difficile durant laquelle tes affaires semblent ne rien produire. Sache que Jésus veut faire de toi un pécheur d’hommes. Pierre permit à Jésus de monter dans sa barque.

Quelle est ta barque ?

Il existe plusieurs types de barques dans nos vies : nos entreprises, nos finances, nos biens, notre temps, nos priorités, notre maison, notre famille, nos projets, nos comptes bancaires, etc.

Cependant, Jésus a besoin de chacune de ces barques pour sauver des âmes.
Alors, laisse le Seigneur monter dans ta barque, comme l’a fait Pierre. Quand Jésus sera pleinement assis dans ta barque, et que celle-ci lui servira de moyen d’évangélisation, exactement comme le Seigneur s’est assis dans la barque de Pierre et s’en est servi pour prêcher à la foule, tu vivras certainement de grandes pêches miraculeuses !

Nous devons savoir que si Dieu nous fait la grâce d’avoir un emploi, une entreprise, de l’argent, des biens etc., ce sont en réalité des barques dans lesquelles le Seigneur veut s’asseoir pour prêcher à la multitude d’âmes qu’il voudrait atteindre à travers les nations du monde.   

Cher lecteur, consacre ton entreprise, tes affaires, tes finances, ta maison, ton temps, etc., au service de l'évangile et fais avec Dieu une alliance de gagneur d’âmes.

Ainsi, Dieu fera de toi un pécheur d’hommes. Je te garantis que tu vivras des pêches miraculeuses tous les mois, au nom puissant de Jésus !

Prière du jour 
Père céleste, j'ai compris qu'il ne suffit pas seulement de prier, mais il faut aussi que j'agisse de façon concrète. Car mes actions en faveur du salut des âmes sont des prières dont la voix est entendue d'en haut, et qui finalement ouvrent le ciel sur ma vie pour ainsi vivre des pêches miraculeuses. C'est cela aussi chercher d'abord le royaume de Dieu.

Sois loué mon Dieu, pour cette belle journée pleine de faveur, que tu m'accordes la grâce de vivre. Bénis-la pour nous, pour nos enfants et pour tous ceux qui nous sont chers. Merci Seigneur pour ta protection jour et nuit sur toute ma famille, au nom puissant de Jésus. Amen !

Pasteur Sosthène MABOUADI
Église CEEV-Bordeaux  (France) 

Etude 2. Obéir à l'Ordre Suprême

*MÉDITATION DU JOUR (MDJ)
Jeudi 15 Août  2019 

Obéir à l'ordre suprême ! / Étude 2

Matthieu 28 : 19
Jésus a dit : Allez et faites de toutes les nations des disciples...

Quelqu'un m'a posé la question suivante :
Je voudrais bien gagner des âmes, mais je n'ai pas forcément le don de parler de Christ aux gens. Que puis-je faire dans ce cas ?

Chers lecteurs, sachez qu'il y a plusieurs façons de participer à l'œuvre de l'expansion de l'évangile.

En effet, tous ne sont pas évangélistes, tous ne sont pas Pasteurs ou n'ont pas forcément la facilité de parler. Mais si vous ne pouvez pas parler, soutenez alors ceux qui vont sur le terrain missionnaire. Vous en serez autant bénis. Car la Bible dit ceci : La part doit être la même pour celui qui est descendu sur le champ de bataille, que pour celui qui est resté près des bagages : ensemble ils partageront 1 Samuel 30 : 24

Donc Dieu oint des prédicateurs de l'évangile, mais il oint aussi des donateurs qui ont reçu le don de libéralité pour financer les œuvres d'évangélisation; de sorte que la bénédiction soit la même pour celui qui va sur le champ missionnaire que pour celui qui reste chez lui, mais qui envoie son argent ou ses biens en mission. Ensemble, ils partageront la bénédiction qui résulte des âmes gagnées à Christ.

Dorcas était une femme dans la Bible, qui est un véritable exemple dans ce domaine (Actes 9: 36-43).

Elle ne pouvait pas aller de lieux en lieux prêcher l'évangile comme Pierre, Jacques, Jean, etc.; mais elle avait une entreprise de fabrication de plusieurs produits divers qu'elle vendait. Elle récoltait ainsi des fonds pour soutenir les apôtres dans leur ministère.

La Bible nous parle aussi de ces femmes : Jeanne, femme de Chuza, intendant d'Hérode, Susanne, et plusieurs autres qui assistaient Jésus de leurs biens et soutenaient son ministère. Luc 8 : 1-3

Bien-aimés, Dieu veut nous rendre participant de l'expansion de son royaume sur la terre. Si tu ne peux pas parler de Jésus, laisse parler ton portefeuille, ton compte bancaire ou tes richesses.
Si tu ne peux pas aller sur le terrain de la mission, envoie ton argent en mission,  mets à disposition ta voiture, ta maison ou autre chose.

Car, autant l'évangélisation et l'adoration sont des actions d'une grande portée spirituelle, autant la libéralité réjouit le cœur de Dieu pour le salut des âmes.

Exercez la libéralité dans votre église locale, afin que les projets que Dieu place sur le cœur de vos pasteurs soient financés  par la provision que le Seigneur met entre vos mains.
Ainsi, la vision que vos pasteurs ont reçue de Dieu pour le salut des âmes et l'expansion du royaume des cieux sur la terre, s'accomplira grâce à votre contribition et votre précieuse collaboration. Votre récompense n'en sera que glorieuse, car Dieu n'est redevable de personne !

Prière du jour 
Père céleste, Je te demande sincèrement pardon d'avoir été insensible aux cris des âmes en souffrance autour de moi. Car, j'ai retenu mes biens, mon argent et autres moyens, alors que pendant ce temps des âmes meurent sans Christ et finissent en enfer. D'autres  autour de moi se battent comme elles le peuvent pour sortir de la drogue, de l'alcool, de la prostitution, de la violence, de la débauche, de la maladie, de la précarité, de la pauvreté, et de toutes autres emprises des puissances des ténèbres dans leurs vies.

J'ai compris que tu les as créées pour t'adorer; et que par conséquent ce sont des adorateurs qui sont liés par le diable. Alors, je suis candidat à la conquête de ces âmes perdues, ô mon Dieu ! Enrôle-moi dans ton armée du salut !

Je décide de devenir partenaire de tes projets pour le salut des âmes. Alors, je fais avec toi en ce jour, une alliance de gagneur d'âmes. Je m'engage à prier, mais aussi à contribuer financièrement et matériellement aux projets de mon église locale pour le salut des âmes.

Sois loué mon Dieu, pour cette belle journée pleine de faveur, que tu m'accordes la grâce de vivre. Bénis-la pour nous, pour nos enfants et pour tous ceux qui nous sont chers. Merci Seigneur pour ta protection jour et nuit sur toute ma famille, au nom puissant de Jésus, Amen !

Pasteur Sosthène MABOUADI
Église CEEV-Bordeaux  (France)

Etude 1. Obéir à l'ordre suprême !

*MÉDITATION DU JOUR (MDJ)
Mercredi 14 Août  2019 

Obéir à l'ordre suprême ! / Étude 1

Matthieu 28 : 18
Jésus a dit : Allez et faites de toutes les nations des disciples...

Le mot Nations ici, est traduit en grec par Ethnos, qui signifie un peuple, une race, un groupe de personnes du même milieu ou du même secteur d'activités...

Voyez-vous, Dieu nous envoie vers un peuple du même milieu ou du même secteur d'activités que nous. C'est cela notre nation.

Lorsque nous sommes au milieu d'eux, nous devons marquer la différence de par notre conduite, notre éducation, nos valeurs, notre foi, notre manière de parler, mais aussi par la qualité de notre travail, la pertinence de nos compétences et le génie de nos talents.

Dieu nous a créés pour un but : celui de gagner le monde à Christ, donc sauver les âmes par la prédication de l'évangile.
Nous devons donc travailler à l'expansion du royaume des cieux sur la terre. Nous devons être une lettre de Christ, écrite pour ce monde, afin d'annoncer ses vertus, révéler son amour (son caractère) et répandre l'odeur de sa connaissance partout où Dieu nous a placés, au milieu de cette génération perverse, qui est dans ce monde.

De ce fait, Dieu nous a dotés  de dons, de qualités et il nous a oints de l'onction du Saint-Esprit, afin que nous soyons des témoins de Christ dans nos nations ( Ethnos ). C'est-à-dire, auprès du peuple qui est dans le même milieu que nous, le même secteur d'activités que nous ou qui est de la même race que nous.

C'est pourquoi Dieu permettra que ses enfants intègrent tous les sphères d'influence, tous les secteurs d'activités, dans toutes les couches de la société (la médécine, l'économie, la finance, l’informatique, l'éducation, les médias, l'art, la musique, le sport, les affaires, la politique, etc.).
Le Seigneur nous envoie dans ces nations (Ethnos), pour aller y faire des disciples.

C'est notre mandat divin sur la terre. Nous devons intégrer ces milieux et impacter ces sphères d'influence, afin de briller comme des lumières dans les ténèbres qui règnent dans ces endroits.

C'est pour ce but que Dieu t'a créé et t'a donné des dons et des talents. C'est pour accomplir cette mission que Dieu te donnera un travail, fera prospérer tes affaires, t'accordera la force, l'intelligence, la connaissance (le savoir, les diplômes...), la provision, un (e) conjoint (e), des enfants, des maisons, des voitures, etc.
Car, toutes ces choses te seront données pour répondre à la mission divine (l’expansion du royaume de Dieu).

Sache que tu es un ambassadeur du royaume des cieux sur la terre. Si tu entres dans tes fonctions et que tu fais ton travail, Dieu te nourrira comme il nourrit les oiseaux du ciel, il te vêtira tel qu'il revêt l'herbe des champs.

En effet, si Dieu nourrit les oiseaux du ciel et revêt ainsi l'herbe des champs, c'est tout simplement parcequ'ils accomplissent leur mission sur la terre (ils font le travail pour lequel Dieu les a créés ! ).

Comprenez que, si Dieu nous a donné des dons, des talents, des qualités particulières, des compétences et des valeurs chrétiennes, c’est pour révéler sa gloire telles des lumières dans ce monde de ténèbres.

Alors, brillons comme des étoiles là où Dieu nous a placés afin de révéler Christ aux nations (Ethnos).
Rejetons la paresse, la négligence, la procrastination, les paroles grossières et les comportements légers. Car le monde est en crise de valeurs et la création attend ardemment la révélation des fils de Dieu.

Sache que ton témoignage peut convertir tes collègues, les membres de ta famille, tes amis, tes voisins, etc.

Alors, sois un témoin de Christ là où Dieu t’a placé !

Prière du Jour:
Père céleste, je réalise que je suis né pour révéler ta gloire là où tu m’as placé. Pardonne-moi pour la légèreté de ma conduite.
Je m’engage à être une lumière dans ce monde de ténèbres afin de révéler Christ à mon entourage. Oins-moi d’une onction particulière pour le salut des âmes. Manifeste les dons que tu as mis en moi et utilise-moi avec puissance !
Merci pour ta protection sur ma vie, mes enfants et tous ceux qui me sont chers, durant cette belle journée bénie. Toute la gloire te revienne,  au nom puissant de Jésus ! Amen 🙏

Pasteur Sosthène MABOUADI
Église CEEV-Bordeaux - (France)

IL FAUT...!

Il faut…!

A LA LECTURE des Ecritures, nous découvrons à maintes reprises une pressante injonction souvent traduite par cet impopulaire : IL FAUT !… Impopulaire, certes, car nous sommes encore bien souvent marqués par notre passé. Ce n’est toutefois pas une raison de négliger les « Il faut » du Seigneur.

Selon les textes originaux, on retrouve cette expression près de 70 fois dans le Nouveau Testament. Suivant le contexte, il est par ailleurs aussi rendu près de 30 fois par le verbe « devoir »; hélas, encore un verbe qui peut exprimer une obligation, notion de moins en moins acceptée de nos jours, surtout dans notre culture occidentale. Et pourtant … incontournable dans de nombreuses situations !

En effet, ces verbes sont précisément incisifs. Ils soulignent en maintes circonstances une nécessité impérative. C’est indispensable, nécessaire; il ne peut en être autrement. Il n’y a aucun espace pour un choix, une éventuelle option, une remise à plus tard. Non ! Parfois même il a un caractère d’urgence.

Ci-après, une sélection de textes pertinents en la matière concernant plus particulièrement notre Seigneur Jésus-Christ. Recevons-les, ainsi notre marche avec Lui en sera stimulée! Jésus s’adresse en ces termes à Nicodème dans ce remarquable récit de l’Évangile de Jean : « Ne t’étonne pas que je t’aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau » (Jn 3:7). Ce chef religieux pratiquait entre autre régulièrement le jeûne et la prière et enseignait fidèlement les textes sacrés. Et pourtant, sa propre vie devait, elle aussi, radicalement changer de l’intérieur. Cette nouvelle naissance signifie un recommencement complet en sorte que nous sommes tout à fait différents de ce que nous étions. Tout être humain a besoin d’une transformation complète d’origine divine; elle doit venir « d’en haut ». Nicodème devait certainement connaître cette prophétie d’Ezéchiel 36 : 26-27 : « Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon Esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois ». C’est en faisant appel au Sauveur et Seigneur Jésus-Christ que nous devenons de nouvelles créatures (voir Ro. 10:13; 2 Co. 5:17). Innombrables sont ceux et celles qui en font l’expérience au quotidien !

Dans ce même chapitre de l’Évangile de Jean v.14 à 16, Jésus dit encore : « Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle... » C’est ainsi que Jésus présente sa mort à la croix; passage obligé en faveur de tous ceux et celles qui regarderont à Lui pour leur salut éternel. Élevé, suspendu entre le ciel et la terre, signe évident de l’amour de Dieu offrant son Fils au monde. Rien ne l’arrête; et sans penser à Lui, Il réalise ce que l’Écriture dit à Son sujet : « Car, je vous le dis, il faut que cette parole qui est écrite s’accomplisse en moi : Il a été mis au nombre des malfaiteurs » (Luc 22:37; Es. 53:12; cf Luc 24:25-27, 44-47).

Au cours de Ses trois années de ministère, Jésus est inévitablement revenu sur cette indispensable « élévation » à la croix. Dans leur aveuglement, ses contemporains ne comprenaient pas que le Messie tant attendu devait passer par la mort (lire Jn 12:23-36). D’où la confusion et le questionnement de la foule au verset 34 : « Nous avons appris par la loi que le Christ demeure éternellement; comment donc dis-tu : Il faut que le Fils de l’homme soit élevé ? Qui est ce Fils de l’homme ? » Sans révélation, la croix demeure en tout temps énigmatique. Saul de Tarse sur le chemin de Damas deviendra Paul, apôtre, prédicateur de Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié ! « ...nous, nous prêchons Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les païens, mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs » (voir 1 Co. 1:17-25).

Toutefois, Paul n’en restera pas à Golgotha, qui signifie « lieu du crâne ». En effet, il consacrera tout le chapitre 15 de la même lettre à la résurrection du Christ, garantie de notre propre résurrection à venir. Son
règne déjà présent parmi nous est une anticipation du Royaume à venir. « Car il faut qu’Il règne jusqu’à ce qu’Il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. Le dernier ennemi qui sera réduit à l’impuissance, c’est la mort » (v. 24 à 28). Lors de Son avènement, les croyants présents sur terre seront changés en un instant, tandis que les morts en Christ reviendront à la vie, incorruptibles à jamais. « Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’incorruptibilité » (versets 51 à 58). La glorieuse espérance qui habite tous les Siens est inéluctable. Il faut que tout cela arrive; et cela arrivera sans aucun doute par la victoire dont notre Seigneur Jésus-Christ est le garant !

Toute Sa vie a été marquée par cette détermination de faire la volonté du Père et de Lui plaire en tout avec une indéfectible passion. Déjà à l’âge de douze ans, au temple de Jérusalem et face à l’incompréhension de ses parents, il leur dit : « Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ? » (Voir Luc 2:41 à 52).

Et en tant que Bon Berger, Il a eu le choix de donner Sa vie pour Ses brebis ou de la reprendre. Mais il affirmera sans ambiguïté : « J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là, il faut aussi que je les amène... » (Jn 10:11 à 18)

Dans la continuité, son fardeau pour les perdus s’exprime jusque dans Ses discours des derniers temps. Avec insistance, Il souligne la priorité à laquelle nous avons la responsabilité de prêter toute notre attention : « Il faut premièrement que la bonne nouvelle soit prêchée à toutes les nations » (Mc 13:10). Il s’agit de la bonne nouvelle du royaume de Dieu; alors viendra la fin. Nous sommes avertis que l’iniquité s’accroîtra, que l’amour du plus grand nombre se refroidira; mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé (voir Mt 24:12 à 14).



Quelle place le Seigneur occupe-t-Il dans ma vie, dans nos vies ? Serions-nous encore hésitants à remplir notre mandat, vivre notre destinée préparée de toute éternité ? Réalisons-nous vraiment que toute décision a une portée éternelle ? Avec Jean Baptiste, sans pression ou manipulation, puissions-nous faire nôtre le cri de son cœur : « IL FAUT qu’Il croisse, et que je diminue » (Jn 3:30) !

Sans Lui, nous ne pouvons RIEN FAIRE ! Ainsi donc, décidons de Le laisser agir ! C’est alors qu’Il pourra certainement produire au travers de nous « le vouloir et le faire, selon son bon plaisir » (voir Ph. 2:12 à 18).

Daniel GUILLAUME-GENTIL

134 RELIGION OU REALITE ?


RUBRIQUE DE L’EGLISE DES VAINQUEURS :

RELIGION OU REALITE ?


INTRODUCTION


            Passer de la religion à la réalité c’est soit mettre de côté la religion pour ne considérer que la réalité, non contestable certes, de ce qu’on peut percevoir humainement d’une façon ou d’une autre dans l’espace-matière-temps (matérialisme, athéisme, éventuellement agnosticisme) ou alors c’est passer de la religion à la réalité céleste ou aux choses d’En-Haut (Colossiens 3 :2) avec notre être entier, esprit, âme et surtout corps. Pourquoi surtout le corps ? Tout simplement parce qu’il est la réalité tangible, incontestable, objective de notre être. Il est en effet une réalité dont tout un chacun peut facilement vérifier l'existence avec diverses facettes de la perception humaine.

  1. Pour un Evangile crédible

Ainsi pour pouvoir maintenir l'objectivité de la réalité céleste, il est donc prioritairement indispensable que notre corps tangible, partie indiscutable de la réalité terrestre constatée, puisse concrètement et effectivement passer de la réalité terrestre à la réalité céleste pour pouvoir l'objectiver. C'est en effet une question de crédibilité fondamentale relative à cette réalité céleste.
            Les fondements de la réalité céleste que sont l'Incarnation, la Résurrection, l'Ascension et les apparitions certes glorieuses mais néanmoins corporelles tangibles donc réelles et objectives du Seigneur Jésus-Christ, ont ainsi crédibilisé l’Évangile, tout au moins pour les Apôtres (cf. Actes 1 :3 etc…).

  1. Pour une nécessaire actualisation

Mais au fil des générations nous en sommes réduits à croire religieusement, sans objectivité totalement démontrée aux lointains témoignages des Apôtres sans réelles actualisations fondamentales, globales et fondatrices.
            Nous passons donc que nous le voulions ou non à une foi religieuse relative basée sur les témoignages et une science historique qui ne peut totalement objectiver les faits relatifs au Christ. Ainsi nous nous trouvons dans l'ouïe dire, avec des suppositions et/ou des textes dont il manque cruellement l'actualisation et l'accomplissement objectifs, francs et massifs. Nous ne pouvons qu'aboutir à la religion et ses systèmes relatifs et hypothétiques qui se transmettent en général de génération en génération.

  1. Quels sont les actualisations et les accomplissements bibliques pour sortir de la religion ?

La foi biblique fondamentalement areligieuse est la confiance concrète en Quelqu'un que nous CONNAISSONS préalablement, réellement, objectivement, concrètement. Elle n'est pas une croyance religieuse en des réalités invérifiables et intangibles. Elle pourra de la sorte être suivie par l’obéissance et l’accomplissement des missions.
            Toutes ces remarques correspondent bien au plan REVELATION-RENCONTRE (1) de Jésus-Christ Glorifié (Apocalypse 1 :10-20 aussi repentance avec métamorphose, transfiguration, transformation du corps Apocalypse 3 :18-20) permettant la CONNAISSANCE-AMOUR (2) (Apocalypse 4 :1 ; 5 :10 ; montée au Trône) qui permet à son tour la FOI BIBLIQUE, c'est à dire la CONFIANCE (3) (Apocalypse 4 :2 à 5 :14) en Lui créée par l’expérience de la Gloire devant le Trône ! Enfin vient l’ACCOMPLISSEMENT DES MISSIONS (4) à partir d’En-Haut prévues pour l’Eglise des Vainqueurs (Apocalypse 6 :1-2 ; 12 :11 ; 17 :14 ; 19 :14 ; 20 :4a entre autres).
            Il n'est pas possible de vraiment connaître qui que ce soit par ouïe dire ou personne interposée malgré des témoignages sincères voire des plus fiables possible. La foi-confiance réelle n'est pas transmissible d'une génération sur l'autre. Il faut une rencontre directe personnelle qui devrait d’abord être corporelle puis la connaissance-amour pour pouvoir ensuite développer la foi-confiance et enfin par-là être capable d’obéir et d’accomplir les missions prévues.
            Ainsi nous sommes loin, mieux, HORS des hypothèses, des théories, des systèmes de pensée, des lois et rites plus ou moins superstitieux, bref de ce qu'on appelle communément entre autres la « religion » ou l'infinité des systèmes religieux, plongés d'ailleurs dans la relativité la plus totale !
            On connaît en effet bien l'adage « toutes les religions se valent » et c'est bien vrai ! Pourquoi plutôt l'une que l'autre, au final ?
            La religion est « l'opium du peuple » et c'est encore vrai car elle sert à endormir le peuple en l'éloignant de la perception de toute réalité souvent désastreuse par une foi désincarnée, superstitieuse, pour pouvoir mieux le manipuler et l'exploiter.
            Par conséquent pour que l’Évangile soit crédible, il est obligatoire qu'il soit non seulement basé sur la réalité de l'Incarnation, de la Résurrection, de l'Ascension et de la Révélation corporelles donc réelles de Jésus-Christ mais aussi sur ce qui doit en résulter à savoir l'actualisation, l'accomplissement. Il s’agit bien évidemment des 4 étapes tangibles, incluant le corps, décrites en début de paragraphe.
C'est ainsi et seulement ainsi que nous restons dans l'ordre de l'objectif : révélation-rencontre, connaissance-amour, foi-confiance, obéissance-accomplissement des missions.
            Tout a toujours commencé par la révélation-rencontre objective, concrète, visible, corporelle dès le Paradis (le corps fut créé en premier : Genèse 2 :7) en passant entre autres plus tard par Abraham, David, les prophètes et plus particulièrement les disciples de Jésus. Ensuite seulement vint la connaissance-amour de YHWH-Jésus et enfin vint la foi-confiance avec l’accomplissement des missions !

  1. Quelques versets mal interprétés

Le cas de Thomas par exemple, lorsque le Ressuscité lui dit « Heureux ceux qui n'ont pas vu, mais qui ont cru » (Jean 20 : 28) a tout faussé parce que le contexte de ce verset fut gommé. Les églises ont justifié la foi désincarnée religieuse, spiritualiste sur ce passage.
            Notons tout d'abord que le vécu concret et réel de Thomas auprès de Jésus n'était pas rien mais était bel et bien la révélation-rencontre préalable du Christ tout au long de Ses trois années de ministère notamment confirmé par une multitude de miracles ! Il a aussi entendu l'annonce de Sa mort suivie de Sa résurrection. Il avait préalablement bénéficié de la révélation-rencontre, c’est à dire vu et vécu réellement avec Christ, concrètement et objectivement !!! (Jean 14 :4-11).
En réalité, Jésus remet Thomas en place par rapport à ses mots durs (Jean 20 : 24-25) qui, malgré tout son vécu, ne reconnaît pas l'ordre des choses à savoir la révélation-rencontre suivie de la connaissance-amour, elle-même suivie de la foi-confiance avec l’obéissance dans l’accomplissement des missions.
            Qu'avait dit Thomas ? « Si je ne vois dans ses mains la marque des clous et si je ne mets mon doigt dans la marque des clous et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point [en Sa résurrection]. »
            Il avait totalement effacé sans vergogne la révélation-rencontre et la connaissance-amour qui avaient pourtant été clairement et préalablement au rendez-vous pour lui, c’est le moins qu’on puisse dire !
Il ne faisait pas usage de sa raison de la bonne manière : Il était le « rationaliste de service », c'est à dire qu'il mettait sa raison à la place de YHWH ELoHiM, ce qui est, outre une idolâtrie, une démarche philosophicoreligieuse dévoyée. La raison ne peut être placée au rang de l'absolu supérieur mais au rang du relatif, de l'évolutif et du limité. Ainsi le passage ne peut qu'être compris dans le sens suivant : Heureux ceux qui n'ont pas vu avec leur raison poussée dans l'absolu supérieur comme le fit Thomas mais ceux qui ont cru après avoir reçu comme les femmes et les apôtres (qui ont certes aussi douté de la résurrection mais probablement moins radicalement que Thomas Marc 16 :14) la révélation-rencontre et la connaissance-amour du Fils de Dieu préalables.
            A l'autre extrême, la foi n'est pas une attitude naïve, style foi du charbonnier ! Bien au contraire ! La Parole de Jésus à propos des petits enfants a tout autant été mal interprétée (Matthieu 19 :14 et parallèles). Ces passages servent de base à la transmission de la foi religieuse par « conditionnement éducatif » d'une génération à l'autre qu'on le veuille ou non (cf. baptême des nourrissons). Ce phénomène se produit au niveau de toutes les religions de ce monde accompagnées de ce qu'on appelle la culture et la tradition.
 Un petit enfant confié à une tierce personne aura tendance à pleurer loin de sa maman et de son papa qu'il « connaît ». Il ne sera rassuré et pleinement confiant qu'auprès de ses parents, en particulier auprès de sa maman qui l'a préalablement porté 9 mois durant (révélation-rencontre) qu'il connaît et aime de ce fait. Un petit enfant encore non pollué par les cultures et les traditions, ni une raison dévoyée, sera davantage réceptif à l'amour parfait de son Créateur. En tant que toute jeune créature, il se « souvient » sans obstacle des « mains créatrices » du Créateur. C'est pourquoi les enfants se sont approchés si spontanément de Jésus qui a d'ailleurs appelé Ses disciples à être comme eux...
Ainsi nous ne sommes ni dans le domaine de la raison divinisée ni dans une foi aveugle toutes deux génératrices de systèmes philosophicoreligieux.
Nous sommes au contraire dans quelque chose de fondamentalement supérieur : dans l'être (cf. YHWH « Je suis »). C'est là que se trouve l'objectivité et par conséquent la réalité qui aboutira à la foi-confiance !

  1. Du secondaire au primordial

Sans mon corps je ne « suis pas » ! C’est la raison pour laquelle les corps seront ressuscités ou « devront être rendus » (Apocalypse 20 :13 : cf. aussi 20 :4) ! Une foi sans cette réalité existentielle objective, est « désincarnée, spiritualisée, religieuse » et ne pourra jamais relever de la confiance réelle. C'est pourquoi il est capital de parler aussi de salut du corps (Romains 8 :23 ; 2 Corinthiens 3 :18), de métamorphose, de transformation, de transfiguration du corps, d'immortalité et pas seulement de résurrection du corps après sa mort. Ce dernier aspect, ne rendant compte que d'une partie de l’Évangile et enseigné dans les églises, a obligatoirement donné naissance à la religion. Il semblerait d'ailleurs que la religion, avec des rituels notamment funèbres, fut engendrée par l’expérience de la mort des hommes préhistoriques.
C’est une des raisons pour lesquelles il aurait fallu une actualisation de l’Evangile par un accomplissement de notre immortalité corporelle voulue par Jésus-Christ Glorifié pour empêcher la religion de s’installer. Comme l’hellénisme le fit, on n’a parlé que de l’immortalité de l’âme.
Le seul moyen d'en sortir, c'est de passer de la religion à la réalité céleste aussi avec le corps par sa glorification promise et voulue par Jésus-Christ Glorifié donc pour aujourd’hui !
Il est indispensable de faire le joint direct de cause à effet, en Jésus-Christ et Son Œuvre ET le salut du corps, entre le Paradis initial et l’Éternité, entre les promesses d'Alliance, des prophètes et leurs accomplissements effectifs pour passer réellement dans la réalité de l’être la plus objective et fondamentale, à savoir la primordiale réalité céleste de laquelle tout « est ».
En effet, ce qui se trouve entre les deux, le temps, l’Histoire ne peut qu'être intermédiaire, une parenthèse donc secondaire et non fondamental. Une des conséquences de la chute est le passage dans cette situation intermédiaire mortelle très difficile parce qu'on « est assis entre deux chaises » et on finit par « y laisser sa peau », parterre.
Les êtres humains et plus particulièrement Israël et les églises ont inversé l'ordre des priorités en faisant passer le secondaire avant le primordial. Ainsi, pour durer dans l'intermédiaire, ils furent logiquement obligés par « réalisme », de passer au secondaire et à l’intermédiaire c’est à dire à la religion avec ses lois et ses systèmes ainsi qu’à la spiritualisation.
Jésus, avant tout une personne entière donc aussi avec un corps, le grand Médiateur entre YHWH ELoHiM et les hommes (1 Timothée 2 :5) est pourtant venu par Sa médiation parfaite (souffrance non seulement psychique et spirituelle mais aussi corporelle durant Sa passion) supprimer cette situation intermédiaire, secondaire et religieuse en ouvrant d’emblée l'accès à la réalité céleste primordiale et fondamentale de l’être.

Conclusion

La réalité immédiate intermédiaire de l'espace-matière-temps ne peut certes être niée ou ignorée puisque nous sommes en plein dedans mais elle doit être remise à sa vraie place, celle qui est secondaire. Pour ce faire, notre corps, partie intégrante de la réalité secondaire et intermédiaire espace-matière-temps, doit en être sauvé, c’est à dire transformé, métamorphosé (immortalité) et pas supprimé par la mort selon de nombreuses promesses.
C’est le seul et unique chemin pour sortir de la religion et passer à la réalité.
Comment ? Le sacrifice de la croix nous sauve juridiquement et c’est le seul moyen d’être justifié devant le Tribunal divin. Mais c’est notre nouvelle naissance En-Haut de l’Esprie Sainte notre Mère céleste tout aussi importante que notre Père céleste et notre Epoux céleste qui réalise, finalise notre salut. Certes Elle ressuscitera les corps morts (cf. Romains 8 :11) mais Elle voudrait le faire dès maintenant puisque l’immortalité nous est d’ores et déjà juridiquement acquise en Jésus-Christ (2 Timothée 1 :10) pour la formation de l’Eglise des Vainqueurs.
L’Eglise des Vainqueurs sera ainsi le si nécessaire accomplissement et la si nécessaire actualisation de l’Evangile.

En Jésus, Martin BUSCH