Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

09/04/2020

Le Vase

LE VASE

C’est l’histoire d’un vase qui a été remis en cadeau à une personne aimée. A première vue, il n’avait rien de particulier. Certes, il était beau à regarder avec ses quelques dorures qui ne présentaient aucune usure.

La dorure ? Rétorqua la personne en considérant ce cadeau qui lui avait été remis avec délicatesse. C’est de la dorure qui tient ? Remarquez le vase est joli. Mais simple question de curiosité.

La personne fut invitée à examiner ce vase de plus près. Et soudain, les yeux écarquillés, elle s’’exclama : « 24 Carats ? »
Oui ! Car ce n’est pas à proprement parlé de la dorure, mais de « l’or ! »

La personne repartit émerveillée, mais consternée de ne pas avoir su discerner la valeur que ce vase représentait lorsque la personne lui a offert ce cadeau.

Tu es ce vase qui a de la valeur au yeux de Dieu Notre Père.

Par le don de Son Fils Unique Jésus, il a été ce vase que nous représentions séparé de sa gloire, ce vase d'un usage vil. Jésus a été crucifié à notre place. Ce vase qui était séparé de la gloire de Dieu a été brisé.

Jésus est ressuscité. Il a été glorifié. Il a été couronné de gloire. Le potier a refaçonné le vase pour en faire un vase d'honneur.

En Jésus, tu es ce vase d'honneur d'une grande valeur. Car tel est Jésus, le ressuscité, le glorifié, le couronné de gloire : Il porte sur lui La Ceinture d'Or ! Ta Ceinture d'Or !

«Je me retournai pour voir qui me parlait. Alors je vis sept lampes d’or. Au milieu d’elles se tenait un être semblable à un homme; il portait une robe qui lui descendait jusqu’aux pieds et une ceinture d’or autour de la taille. Ses cheveux étaient blancs comme de la laine, ou comme de la neige, et ses yeux flamboyaient comme du feu; ses pieds brillaient comme du bronze poli, purifié au four, et sa voix résonnait comme de grandes chutes d’eau. Il tenait sept étoiles dans sa main droite, et une épée aiguë à deux tranchants sortait de sa bouche. Son visage resplendissait comme le soleil à midi. Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sa main droite sur moi et dit: « N’aie pas peur! Je suis le premier et le dernier. Je suis le vivant. J’étais mort, mais maintenant je suis vivant pour toujours. Je détiens le pouvoir sur la mort et le monde des morts.»
‭‭Apocalypse ou Révélation accordée à Jean‬ ‭1:12-18‬ ‭FRC97‬‬

Telle est Ta Pâque que tu peux vivre aujourd'hui et pour toujours : Laisse-toi façonner par le Divin Potier en tant que Vase d'honneur !

Un vase d'honneur parmi tant d'autres en Jésus.

Yves Gravet

La fable des nouilles et des oeufs

À MÉDITER!!!

 Le président THOMAS SANKARA de son vivant avait raconté comment son père lui avait donné trois leçons pour l’aider dans la vie.

 La Fable des nouilles et des œufs

« Un jour, mon père avait préparé deux bols de nouilles, et les avait déposés sur la table. Un œuf se trouvait sur l’un deux, contrairement à l’autre. ’Mon fils, à toi de choisir. Quel bol veux-tu ?’, me dit-il.

A l’époque, il était très difficile de se procurer des œufs ! On en mangeait seulement lors des grandes fêtes ou du Nouvel an. Bien entendu, j’ai choisi le bol avec l’œuf !

Et, tandis que nous commencions à manger, je me congratulais moi-même pour ma sage décision. Puis, à ma grande surprise, alors que mon père terminait de manger ses nouilles, je découvrais qu’il y avait en-dessous DEUX œufs ! Comme j’ai regretté ! Et je me suis grondé pour avoir pris une décision trop rapide.

 Mon père sourit et me dit : ’Mon fils, tu dois te souvenir que ce que voient tes yeux n’est pas toujours vrai. En croyant prendre l’avantage sur les autres, tu finiras par y perdre !

« Le lendemain, mon père prépara de nouveau deux bols de nouilles : l’un avec un œuf au-dessus, l’autre sans. De nouveau, il les déposa sur la table et dit : ’Mon fils, à toi de choisir. Quel bol veux-tu ?’

Cette fois-ci je fus plus malin et choisis le bol sans œuf au-dessus. Mais, à ma grande surprise, alors que j’écartais les nouilles pour voir en-dessous, je m’aperçus qu’il ne s’y trouvait aucun œuf !

 De nouveau, mon père sourit et me dit : ’Mon fils, tu ne dois pas toujours t’appuyer sur ton expérience, car la vie peut parfois te tromper ou te jouer des tours. Mais ne sois ni triste ni énervé ; prend cela comme une leçon. Tu ne pourras pas apprendre cela dans les livres d’école.’

« Le troisième jour, mon père prépara de nouveau deux bols de nouilles, l’un avec un œuf et l’autre sans. Il déposa les deux bols sur la table et me dit de nouveau : ’Mon fils, à toi de choisir. Quel bol veux-tu ?’

Cette fois-ci, je dis à mon père : ’Père, choisis en premier. Tu es la tête de la famille et c’est toi qui nous apporte le plus’.

Mon père ne déclina pas ma proposition et choisit le bol avec l’œuf. Et, tandis que je mangeais mon bol de nouilles, certain qu’il ne s’y trouvait aucun œuf, quelle ne fut pas ma surprise lorsque je découvris DEUX œufs en-dessous des nouilles !

 Mon père me sourit, les yeux remplis d’amour, et me dit : ’Mon enfant, souviens-toi ! Si tu penses au bien des autres, de bonnes choses vont naturellement t’arriver.

Lâche ?

Adoption

Croisade d'évangélisation Mercredi 8 avril 2020

08/04/2020

Jésus, le Bon Berger

Jésus, le Bon Berger.

Jésus appelle !

Qui le cherche ?

Qui prête l’oreille ?

Qui l’entend ?

Jean 10 : 1 à 6

Jésus est le Bon Berger.
V.3 - Il t’appelle par ton nom, car tu lui appartiens.

Il t’appelle pour te faire sortir de ce monde de ténèbres, de l’obscurantisme.

V.4 - Il marche devant toi, pour te montrer le chemin de ton salut. Il te faut apprendre à connaître sa voix.

V.5 - Son but est de t’éviter de ne pas t’exposer à suivre un étranger. Ne cherche pas à connaître leur voix.

Jean 10: 7 à 11

Jésus est la porte des brebis. C’est par cette porte unique que les brebis entrent dans le royaume du Père, et elles sont sauvées.

Chaque brebis reconnaît la voix de Jésus, le Bon Berger. Elle n’écoute pas celle de l’étranger.

La voix du Bon Berger vient du royaume de notre Père. C’est Lui qui nous a tissé dans le sein de notre mère. Et nous sommes entrés dans ce monde dominé par les ténèbres.

Cependant, Jésus, le Bon Berger, fait entendre sa voix. Entendons-le. Il veut nous sortir de là. Il a été envoyé dans ce monde, et il a vaincu ces ténèbres.

V.10 - De ces ténèbres, le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire. Il est le voleur d’âmes.

A l’inverse, Jésus nous donne la Vie ! Il nous la donne, afin que nous l’ayons en abondance. Et cela, au-delà des circonstances que nous devons affronter sur le chemin de notre vie quotidienne.

V.11 - Le Bon Berger donne sa vie pour ses brebis. Suite à son sacrifice à la Croix, sa vie a été couronnée de la Gloire de Dieu pour l’éternité.

Jean 10 : 14-18

Jésus te connaît par ton Nom.

Il t’appartient, à toi, d’apprendre à le connaitre dès le moment où, entendant dans ton coeur sa voix, tu décides de sortir de l’obscurantisme, tu décides de le suivre pour vivre Sa Vie qu’il t’offre de vivre avec Lui.

Le Père te connaît comme lui, Jésus te connaît. Pour toi, il donne Sa Vie. Reçois Sa Vie ! Et qu’elle déborde afin de bénir ceux qui sont autour de toi et ceux qui sont au loin. Car il y a bien d’autres brebis que le bon Berger veut amener à la bergerie. Elles ont besoin d’entendre la voix du Bon Berger.

Jésus rassemble ses brebis - pierres vivantes - qui forment sa maison spirituelle dont il est le Chef -  la Pierre Angulaire. Cette maison n’est pas faite de la main de l’homme. C’est là l’œuvre de sa main - de Sa Parole. Sa Vie en nous, c’est l’œuvre de sa gloire dans laquelle il nous rassemble avec Lui dans les lieux célestes.

Jean 10 : 22

Les Juifs voulaient savoir s’il était le Christ.

Matthieu 16 : 13-16

Jésus pose cette question à ses disciples : Qui suis-je ?

V. 14 - Les disciples voyaient Jésus, l’homme de Galilée, mais ne percevaient pas encore son identité divine. Ça allait de Jean-Baptiste à Elie, Jérémie et d’autres prophètes. Cependant, Pierre a vu juste : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant !

Et Jésus lui répond : Ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela. Autrement dit, ce que tu vois en moi, n’est pas du domaine terrestre. Mais le Père qui est dans les cieux. Et ce que tu viens d’identifier est du domaine divin. Christ est le Divin qui soutient, porte Jésus, l’homme de Galilée, dans l’accomplissement de la Justice de Dieu jusqu’à ce qu’elle soit pleinement accomplie.

V.17 - Et c’est sur la nature divine que Jésus bâtit son Eglise - sa Maison formée de ses pierres vivantes; nous lui appartenons, parce nous répondons à l’appel du Bon Berger pour marcher à sa suite. Et sa promesse est certaine : les portes du séjours des morts ne prévaudront point contre Sa Maison.

V.19 - Celui en qui le Christ - le Divin - se révèle, il en reçoit lés clés du royaume des cieux.

V.20 - Nous comprenons alors pourquoi Jésus recommande à ses disciples de ne pas divulguer qu’il était le Christ. Cette part de révélation appartient au Père. Et cette part, se révèle là où Jésus vient demeurer, habiter dans le coeur de la personne qui le reçoit comme Sauveur et Seigneur de Gloire !

Pierre à donc reçu la révélation que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant.

Matthieu 16 : 21-23

Jésus savait quel était le but de Sa mission, car il chaque jour il faisait la volonté de Son Père. Il ne faisait rien de Lui-même. Il savait que l’homme qu’il était devait mourir à La Croix pour nous sauver de ce monde de ténèbres.

Ce à quoi Pierre réagit.
V.22. - Cela ne t’arrivera pas !
Pierre veut sauver le Christ, la part qui lui a été révélée, et ne veut pas le perdre. Il faut sauver Jésus, l’homme de Galilée.
Le fond de sa réaction lui est insufflé par Satan. Pierre ne voit que le Christ, le Fils de Dieu.

V.23 - Ce que Jésus discerne est tout autre : Arrière de moi Satan !!! Il ne s’adresse pas à son disciple. Non! Il s’adresse au Prince des ténèbres. Dans cette fin de parcours, le combat se fait plus proche entre Jésus et Satan.

Matthieu 16 : 24-28

Jésus enseigne ses disciples. Venir après moi, c’est renoncer à chérir votre nature terrestre, à ce vase terrestre, pour le suivre dans sa nature divine, c’est à dire s’exercer à transférer le céleste dans le vase d’honneur qu’il a façonné en nous, en même temps que le vase terrestre; tous deux sont de la mâle masse.

Romains 9 : 21
« Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même masse un vase d’’’honneur et un vase d’un usage vil ? »

Vouloir favoriser le terrestre au détriment du Divin, c’est mettre la charrue avant les bœufs.

A. L’inverse, favoriser le Divin en nous, c’est mettre en valeur ce vase d’honneur qui reflétera sur le terrestre, à l’image de Moïse qui a favorisé le Divin en allant sur la montagne, il en est redescendu, le Divin reflétant sur son visage - le terrestre.

Le Fils de l’homme, le Christ, est déjà revenu dans la gloire vers Jean sur l’île de Patmos pour nous donner ses dernières instructions, afin de (nous) faire entrer Son Eglise dans la dimension céleste à laquelle, Lui, le Bon Berger  (nous) appelle, rassemble ses brebis dans sa nature divine, nature de feu, contre laquelle les ténèbres ne peuvent prévaloir.

V.28 - Ainsi, certains d’entre nous, dans cette course ici-bas, ne mourront point, qu’ils n’aient vu le Fils de l’homme venir dans son règne.

Oui ! Que ton règne vienne Seigneur Jésus !

Et que la volonté de notre Père soit faite sur la terre comme au ciel ! Amen !

Yves Gravet

L'HUMANITÉ ÉBRANLÉE ET LA SOCIÉTÉ EFFONDRÉE PAR UN PETIT MACHIN.

Moustapha Dahleb  la plus belle plume tchadienne, a écrit:

L'HUMANITÉ ÉBRANLÉE ET LA SOCIÉTÉ EFFONDRÉE PAR UN PETIT MACHIN.

Un petit machin microscopique appelé coronavirus bouleverse la planète. Quelque chose d'invisible est venu pour faire sa loi. Il remet tout en question et chamboule l'ordre établi. Tout se remet en place, autrement, différemment.

Ce que les grandes puissances occidentales n'ont pu obtenir en Syrie, en Lybie, au Yemen, ...ce petit machin l'a obtenu (cessez-le-feu, trêve...).

Ce que l'armée algérienne n'a pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (le Hirak à pris fin).

Ce que les opposants politiques n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (report des échéances électorales. ..).

Ce que les entreprises n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (remise d'impôts, exonérations, crédits à taux zéro, fonds d'investissement, baisse des cours des matières premières stratégiques. ..).

Ce que les gilets jaunes et les syndicats  n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu ( baisse de prix à la pompe, protection sociale renforcée...).

Soudain, on observe dans le monde occidental le carburant a baissé, la pollution a baissé, les gens ont commencé à avoir du temps, tellement de temps qu'ils ne savent même pas quoi en faire. Les parents apprennent à connaître leurs enfants, les enfants apprennent à rester en famille, le travail n'est plus une priorité, les voyages et les loisirs ne sont plus la norme d'une vie réussie.

Soudain, en silence, nous nous retournons en nous-mêmes et comprenons la valeur des mots solidarité et vulnérabilité.

Soudain, nous réalisons que nous sommes tous embarqués dans le même bateau, riches et pauvres. Nous réalisons que nous avions dévalisé ensemble les étagères des magasins et constatons ensemble que les hôpitaux sont pleins et que l'argent n'a  aucune importance. Que nous avons tous la même identité humaine face au coronavirus.

Nous réalisons que dans les garages, les voitures haut de gamme sont arrêtées juste parce que personne ne peut sortir.

Quelques jours seulement ont suffi à l'univers pour établir l'égalité sociale qui était impossible à imaginer.

La peur a envahi tout le monde. Elle a changé de camp. Elle a quitté les pauvres pour aller habiter les riches et les puissants. Elle leur a rappelé leur humanité et leur a révélé leur humanisme.

Puisse cela servir à réaliser la vulnérabilité des êtres humains qui cherchent à aller habiter sur la planète mars et qui se croient forts pour clôner des êtres humains pour espérer vivre éternellement.

Puisse cela servir à réaliser la limite de l'intelligence humaine face à la force du ciel.

Il a suffi de quelques jours pour que la certitude devienne incertitude, que la force devienne faiblesse, que le pouvoir devienne solidarité et concertation.

Il a suffi de quelques jours pour que l'Afrique devienne un continent sûr. Que le songe devienne mensonge.

Il a suffi de quelques jours pour que l'humanité prenne conscience qu'elle n'est que souffle et poussière.

Qui sommes-nous ? Que valons-nous ? Que pouvons-nous face à ce coronavirus ?

Rendons-nous à l'évidence en attendant la providence.

Interrogeons notre "humanité" dans cette "mondialité" à l'épreuve du coronavirus.

Restons chez nous et méditons sur cette pandémie.

Aimons-nous vivants !