Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

26/05/2020

Jérusalem 2 a

JÉRUSALEM 
Suite

2. Jérusalem : Épouse et Mère

Jérusalem, d'après sa signification, n'est pas seulement une ville avec bâtiments et murs d'enceinte mais désigne aussi ses habitants et au-delà le Peuple d'Israël dans son ensemble. De plus elle est « maison » et/ou famille (« maison » = « famille et descendants » par ex. 2 Samuel 2 :3) et aussi, dans ce cas, Épouse, indispensable dans ce contexte, donc faisant logiquement partie de la famille... et par conséquent potentiellement Mère...

a. Jérusalem : Epouse

« Et je vis descendre du ciel, d'auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s'est parée pour son époux (anèr, andros : mari, époux, homme). » (Apocalypse 21 :2 ; Segond 1910)
Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux vint et il m'adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai l'épouse (numphè : épouse [jeune, belle] ; cf. nymphe), la femme (gunè : femme, épouse) de l'agneau. Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu. (Apocalypse 21 :9-10 ; Segond 1910)
La Jérusalem d'En-Haut est donc identifiée à la femme, l’Épouse de Jésus.
Déjà dans les textes de l'Ancienne Alliance, nous retrouvons très souvent cette thématique du couple entre Jérusalem-Sion, Israël par extension, et YHWH ELoHiM.
La venue en humanité de YHWH ELoHiM en Jésus démontre Son désir de compatibilité avec Son Épouse, rendant effectivement concevable et possible la réalité de ce couple. En endossant pleinement notre humanité, Jésus-Christ est justement venu nous chercher en-bas pour nous sauver de notre condition terrestre pour nous faire monter ou nous emmener (Éphésiens 4 : 7-10).
En montant Il a préalablement été glorifié, c'est pourquoi, en tant qu’Épouse « prisonnière des profondeurs de la terre », nous devons impérativement nous laisser libérer et emmener sachant que pour ce faire, le processus de glorification en vue de la montée n'est évidemment pas une option !
C'est une des raisons pour lesquelles nous prônons de ce fait sans relâche, justement par nécessité de compatibilité glorieuse avec Lui, la glorification indispensable des chrétiens par la métamorphose du corps et la montée auprès de Lui pour Le rejoindre dans Sa Maison et ceci sans « l'aide » de la Mort notre ennemie... ! Il a vaincu la Mort et a payé pour notre salut total corps-âme-esprit sur la Croix, signant par là avec nous avec Son Sang précieux dans la plume ou le stylo, l'acte de mariage non pas devant Monsieur le Maire, Curé, Pasteur ou autre mais devant le Père céleste Lui-même !
En général le mariage implique un changement du NOM de famille ou de PATROnyme de l’Épouse :
« Le vainqueur, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le Nom de mon Dieu et le Nom de la ville de mon Dieu, de la NOUVELLE Jérusalem qui descend (katabaïno : descendre, atteindre, arriver au but, au terme) du ciel d'auprès de mon Dieu et mon Nom NOUVEAU. Que celui qui a des oreilles entende ce que la Pneuma dit aux Églises ! » (Apocalypse 3 :12-13)
Le texte est clair : il faut être préalablement vainqueur, autrement dit faire partie de l'Eglise des Vainqueurs qui se trouve où ?
Montée au ciel, notamment au Temple, mieux, faisant partie intégrante de la « Maison familiale-Temple » de l’Époux en tant que « colonne » c'est à dire « support » indispensable du lieu de vie au cœur de la Jérusalem céleste dont elle porte le nom donc l'identité et peut donc être identifiée à elle ! Sans colonnes, le toit, voire l'édifice s'écroule d'où la nécessité absolue de cette montée de l’Épouse ! Un foyer, une maison sans femme n'est ni un foyer, ni une maison... Tout a commencé par un couple et tout doit s'achever par un couple notamment dans l'annonce de l'Evangile complet !!!
Jésus fera une « séance d'écriture » pour écrire sur Son Épouse victorieuse le nouveau NOM de famille divine, notamment Celui qui l'identifie pour notre propos à la « Nouvelle Jérusalem ». Elle sera marquée à jamais par son Epoux !
Il se trouve que celle-ci « descend » d'auprès de Dieu ce qui veut dire qu'elle avait « atteint le but, était arrivée à terme, à maturité, au sommet » c'est à dire qu'elle était préalablement montée siéger sur le Trône en tant que « Vainqueur » aux côtés de son Epoux (cf. Apocalypse 3 :21).  
Elle aura bénéficié de la grâce d'être ainsi la « maison-famille royale » par le lien du Sang, de recevoir le même nom par l'identification à la « Nouvelle Jérusalem » qui descend parce que PREALABLEMENT montée et arrivée sur le Trône, portant de surcroît le nom du Père et le NOM « nouveau » du Fils, le divin Marié !
Vu cette « descente » d'auprès de Dieu, donc du Trône, au moment de l'instauration de l'Eternité, cette splendide Épouse-Nouvelle Jérusalem aura une place spéciale dans le nouveau ciel et la nouvelle terre. Elle aura la place des « premiers nés » de la Pneuma Sainte (Hébreux 12 :23) par conséquent nés avant celles et ceux qui naîtront après.
Apocalypse 21 : 23-27 et 22 : 3 (Segond 1910) est une démonstration supplémentaire de cette position spéciale sur la nouvelle terre parfaitement connectée au nouveau ciel : « La ville n'a besoin ni du soleil ni de la lune pour l'éclairer ; car la gloire de Dieu l'éclaire, et l'agneau est son flambeau. Les nations marcheront à sa lumière et les rois de la terre y apporteront leur gloire. Ses portes ne se fermeront point le jour, car là il n'y aura point de nuit. On y apportera la gloire et l'honneur des nations. Il n'entrera chez elle rien de souillé, ni personne qui se livre à l'abomination et au mensonge ; il n'entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l'agneau … Il n'y aura plus d'anathème. Le trône de Dieu et de l'agneau sera dans la ville ; ses serviteurs le serviront et verront sa face »  
Bref, elle aura pu entrer pleinement dans sa vocation auprès de son Epoux « car les nations marcheront à sa lumière et les rois de la [nouvelle] terre y apporteront leur gloire » pour l’Éternité (Apocalypse 21 :20). Ces rois, serviteurs, nations à différencier de la Nouvelle Jérusalem seront celles et ceux qui seront ressuscités et sauvés suite au jugement dernier c'est à dire inscrits dans le livre de vie (Apocalypse 20 : 11-13).
Nous pensons aussi au reste de la descendance de la femme (femme et mère glorieuse qui, avec Jésus son Mari, enfantera de nombreux chrétiens à savoir ceux qui seront enlevés [Apocalypse 12 : 5c+12a] d'une part, et d'autre part ceux qui seront restés sur terre [Apocalypse 12 :17 et 13 :7]) qui se trouve encore sur terre au commencement du règne de l'Anti[é]-Christ.
Être la Nouvelle Jérusalem (Eglise des Vainqueurs), c'est CROIRE aujourd'hui pour obtenir cela aujourd'hui ou tout au moins le plus rapidement possible par grâce. L'exemple du père s'étant adressé à Jésus pour son enfant est tout à fait édifiant : « Jésus lui dit : Si tu peux !... TOUT est possible à celui qui CROIT. Aussitôt le père de l'enfant s’écria : Je crois ! Viens au secours de mon incrédulité ! » (Marc 9 :23-24).
Dieu ne fait acception de personne, ne fait pas de favoritisme (Romains 2 :11) et Il VEUT LE FAIRE ! Toutefois Il respectera nos choix et donc ce en quoi nous choisissons de croire ou pas dans l'étendue plus qu'infinie des bénédictions proposées par Sa grâce. C'est pourquoi la foi sincère rend aussi possible le fait d'être métamorphosé et de devenir la Jérusalem céleste – Épouse de Christ - Eglise des Vainqueurs ! Cela fait partie du « TOUT » dont parle Jésus !

Pour mieux identifier l'Eglise des Vainqueurs-Nouvelle Jérusalem, et à titre de rappel, suite aux démonstrations des Rubriques précédentes, elle apparaît dans l'Apocalypse comme :
vainqueurs qui écoutent et entendent ce que la Pneuma Sainte dit, bénéficiant des promesses de l'Alliance Nouvelle de Révélation et de Gloire ou lettres aux sept églises ([1] Éphèse : Arbre de Vie ou immortalité ; Apocalypse 2:7b ; [2] Smyrne :Couronne de Vie ; Apocalypse 2:10c ; [3] Pergame : Manne cachée ou restauration totale esprit, âme et corps du Vainqueur, Pierre blanche nom nouveau ou Identité nouvelle, Gloire du Vainqueur ; Apocalypse 2:17 ; [4] Thyatire : Pouvoir sur les nations, Verge de fer, Étoile du matin ou prophétisme apocalyptique ; Apocalypse 2 : 26-28 ; [5] Sardes : vêtements blancs ou sanctification et métamorphose par le revêtement ; Apocalypse 3:4-5 ; [6] Philadelphie : montée, couronne, colonne dans le Temple céleste, nom nouveau, Jérusalem céleste ; Apocalypse 3:10-12 ; [7] Laodicée : or, vêtements blancs ou métamorphose du corps, vision céleste, Ste Cène de Gloire, montée sur le Trône divin ; Apocalypse 3:18-21)  
sacrificateurs et rois (Apocalypse 1:6 ; 5:10 ; première montée ; Eglise des Vainqueurs initiale)
cavalier-guerrier sur son cheval blanc couronné et vainqueur, envoyé par Christ sur le Trône dans l'espace matière-temps pour vaincre (Apocalypse 6 :1-2),
la foule qu'on ne pouvait compter (juifs messianiques et croyants issus des nations) qui passera au Trône (Apocalypse 7 ; deuxième montée), résultat de la victoire du cavalier-guerrier ou réussite de l'évangélisation mondiale durant la Grande Tribulation demandée par le Ressuscité en Actes 1:8 et Matthieu 28 :19, 
les « deux Témoins » ou l'Eglise des deux Témoins adorateurs au 3ème  Temple et témoins de Feu très puissants (Apocalypse 11 ; troisième montée [v.12] ; typologies de Moïse et d’Élie étant apparus aux côtés de Jésus lors de la Transfiguration),
la femme de Christ couronnée victorieuse et glorieuse donnant naissance à son fils et celui de son Epoux Jésus-Christ Glorifié à savoir la nouvelle génération de l'Eglise des Vainqueurs enlevée (Apocalypse 12 ; enlèvement [v. 5b] - suivi de la victoire sur le Dragon dans les lieux célestes [v.7-11]), 
l’Église des Vainqueurs globale et/ou « nouvelle génération » installée au grand complet aux cieux (Apocalypse 12 :12a),
les juifs messianiques montés (Apocalypse 7 :4-8 +9b+14b-15), apparaissant à Sion avec Christ, porteurs du patronyme céleste (Apocalypse 14 :1ss),
les compagnons d'armes de Christ lors du règne de l'Anti[é]-Christ (Apocalypse 17 :14),
l’Épouse qui se prépare pour la célébration de la fête des noces (Apocalypse 19 :7), 
une parmi les armées du ciel sur des chevaux blancs (Apocalypse 19 :14 ; cf. 6 :2),
ceux qui sont assis sur les trônes s'apprêtant à juger et régner avec Christ et les Martyrs lors du Millénium (Apocalypse 20 :4a+9 ; cf. aussi Psaume 149 : 6-9 ; 1 Corinthiens 6 : 2-4),
le camp des saints régnant avec Christ dans la ville bien-aimée durant le Millénium (Apocalypse 20 :9),
le vainqueur héritier et fils-fille du Père et de la Pneuma Sainte suite à l'adoption devenue filiation via la Nouvelle Naissance En-Haut (Apocalypse 21 :7 ; cf. Jean 3 :5ss).
la Jérusalem céleste, la femme de l'Agneau (Apocalypse 21 :2+9 à 22 :5) 

Il est important de comprendre qu'il ne s'agit pas ici d'une succession de symboles et/ou d'images par définition liés à la réalité déchue, espace-matière-temps mais bien de la réalité céleste selon YHWH ELoHiM correspondant aux diverses formes ou morphologies via la métamorphose ou la transformation ou encore la transfiguration (en grec métamorphoo : changer de morphologie) de gloire en gloire opérée sans cesse par la Pneuma Sainte (2 Corinthiens 3 :18). En effet nous sommes là en présence d'une constante dans la Bible et notamment dans les cieux tant pour l'Eglise des Vainqueurs – Nouvelle Jérusalem que pour YHWH ELoHiM Lui-même.
Elle n'est malheureusement pas bien comprise par les églises à ce jour.  Nonobstant, il en subsiste quelques restes malheureusement faussés parce que dépassés par l'institution effectuée par Jésus-Christ Glorifié de la Nouvelle Alliance eucharistique (Ste Cène de Gloire) de Gloire d'Apocalypse 3 :20c.
Effectivement nous les retrouvons dans les doctrines eucharistiques de la transsubstantiation et de la consubstantiation ou transformation de l’hostie et du vin. En fait nous sommes là, vers le 2ème siècle, peu après 92 (rédaction de l'Apocalypse), dans une problématique réductrice parce que dépassée, devenue en quelque sorte fausse parce qu'encore « terrestre » sous forme de pain et de vin. Le Corps et le Sang glorifiés de Jésus ne sont plus liés au temps, à la mémoire, à l'image, au symbole ni même à une cons- ou trans- substantiation du pain et vin n'ayant jamais existé !
Cette croyance a automatiquement entraîné, au fil des siècles, une mystique idolâtre et magique devant des éléments pourtant purement restés « matériels » (pain, vin, soi-disant ayant une autre « substance » ; cf. Ceci est mon corps, ceci est mon sang) par la force des choses... entraînant des divisions et des conflits souvent gravement meurtriers... !
Le « ceci est mon Corps et ceci est mon Sang » est une projection prophétique et pédagogique à la fois mémorielle et à la fois tournée vers l'avenir en attendant la vraie Ste Cène de Gloire d'Apocalypse 3 :20c où l'on peut vraiment et réellement manger le Corps et le Sang de Gloire de Jésus sans une pratique sacrificielle mortifère.
Jésus n'a sûrement pas réduit Son Corps et Son Sang à un bout de pain et une coupe de vin !!! Il n'a pas davantage voulu qu'on Le mange concrètement comme les Israélites le firent avec l'agneau pascal !
Pourquoi ces divisions et ces conflits ? Tout simplement parce que l'eucharistie (= action de grâce) par souci d'actualisation mémorielle est carrément devenue réitération du « sacrifice » de soi-disant communion « d'unité offert, sacrifié par l'Eglise » via le « prêtre » qui procède de l'évêque lequel procède du Pape, le soi-disant successeur de Pierre... ! Quelles conséquences néfastes sur la conception des ministères… ! Très rapidement intervint la notion de « corps eucharistique du Christ » que le prêtre « offrait et sacrifiait » à tour de bras pour les défunts et aussi pour résoudre problèmes de la vie des fidèles en échange d'offrandes en nature et de plus en plus en espèces sonnantes et trébuchantes... !  
Il s'agit d'une sorte calque analogique religieux sur les sacrifices juifs, voire païens, donc d'un retour en arrière ne tenant pas compte de la victoire définitive de Jésus sur la Mort une fois pour toutes par Son sacrifice unique !
Le sacrifice répété introduit par définition à chaque fois la Mort étant alors de fait au cœur de la célébration soi-disant chrétienne. En effet on « mange » et « boit » le corps et le sang soi-disant « réel » donc on redonne par-là la Mort à Jésus par cette réitération alors qu'Il S'est livré à elle pour nous, à notre place, pour notre justification sur la croix une fois pour toutes !!!! (Romains 6 :10 ; Hébreux 7 :27 ; 9 :12+28 ; 10 :10).
La Mort est vaincue, disqualifiée et anathème par Jésus-Christ ! Il ne faut donc surtout pas vouloir la réintroduire notamment au centre de la célébration chrétienne, ni justifier de sa présence néfaste !!!
De même Hébreux 9 :27 est souvent mal interprété devant soi-disant rendre pour les hommes la Mort obligatoire : « Et comme il est réservé (apokeimai : être mis de côté, réservé, étendu de côté, gardé, être mis à l'écart, méprisé, délaissé) aux humains de mourir une seule fois et après vient le jugement ». Ici la Mort n'est pas obligatoire et de plus le verbe apokeima comporte aussi une signification peu glorieuse de mépris et d'abandon correspondant au « néant ».  
Le texte signifie qu'on ne meurt qu'une seule fois, comme Jésus est mort une fois pour toutes, et après vient le jugement, c'est à dire qu'on n'a pas de deuxième chance une fois décédé via la réincarnation ou le purgatoire. Si la mort était obligatoire pour TOUS les hommes qu'en serait-il d’Élie ou d'Hénoch eux aussi des humains ayant de plus vécu avant la Croix et la Résurrection ? Considérons par ailleurs tous les passages parlant d'immortalité que nous avons maintes et maintes fois traités et cités.
En fait, le seul vrai Corps et seul vrai Sang de Jésus qu'il est possible de recevoir en réalité ou vraiment substantiellement est le Feu et la Lumière de Gloire céleste composant Son Corps et Son Sang actuels qu'Il nous propose (Apocalypse 1 : 13ss ; 3 : 20c). Ceci doit entraîner notre propre métamorphose ou salut de notre corps ou immortalité par un partage, une absorption et/ou « transfusion » de Feu et de Lumière de Son Corps et de Son Sang glorifiés dans notre corps. C'est en cela même avec des « sacrifices de louanges » ou eucharisties que nous deviendrons en Lui et par Lui « sacrificateurs » de gloire SANS la Mort et ce qui y mène !
Nous en retrouvons une « trace prophétique » par la négative relative à notre mauvaise santé corporelle en rapport avec le « non-discernement, la non-vue » du vrai corps et du vrai sang de Gloire, de Lumière et de Feu de Jésus-Christ Glorifié en fait déjà un peu d'actualité prophétique en 1 Corinthiens 11 :28ss !
Le baptême d'eau est tout autant dépassé par le baptême de gloire apocalyptique. Il a entre autres provoqué la confusion entre la conversion-repentance où l'on devient chrétien et la Nouvelle Naissance En-Haut de la Pneuma Sainte où l'on devient la Jérusalem d'En-Haut. Cette expérience apocalyptique fut donc occultée. Pourtant l'Apôtre Jean l'a vécue quand il est tombé COMME mort (oos nekros ; Apocalypse 1 :17) mais n’était pas mort ! Jésus-Christ Glorifié l'a relevé. Son « corps de mort » fut métamorphosé, transfiguré à ce moment-là, le rendant apte à supporter tout d'abord la présence de Jésus-Christ Glorifié puis la montée en Apocalypse 4 :1-2.
Pourquoi cet excursus relatif aux évolutions terribles de la Cène et du Baptême ? Tout simplement parce que l'Eglise a payé très très cher le fait de n'être pas véritablement passée de la Jérusalem d'en-bas à la Jérusalem d'En-Haut !!!
Notons que la métamorphose de notre corps suite à celle du Corps de Jésus respecte et respectera entièrement l'intégrité de l'identité propre de chacune et de chacun d'entre nous pour l’Éternité.
La métamorphose de gloire en gloire s'opèrera lors de notre Nouvelle Naissance En-Haut par notre Maman céleste, de Feu, la souveraine Pneuma Sainte (2 Corinthiens 3 :18).
Ce processus de transfiguration est à notre portée par grâce dès ici-bas pour celles et ceux qui y croient en vue de l'immortalité plus particulièrement corporelle (Romains 2 :7 ; 8 :23+30) et pour l’Éternité. Des « formes diverses individuelles et/ou collectives » de l'Eglise des Vainqueurs et/ou de l’Épouse de Jésus-Christ, la Jérusalem d'En-Haut, seront ainsi manifestées, selon la Gloire accordée par la Pneuma Sainte dans Sa souveraineté.

A suivre : Jérusalem 2 b
Martin Busch 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire