Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

mercredi 29 août 2018

125 Les trois sacrifices


RUBRIQUE DE L’EGLISE DES VAINQUEURS :
LES TROIS SACRIFICES


INTRODUCTION

Exode 29 :10-28 relate de trois sacrifices. Le sacrifice de Jésus englobe tous les sacrifices prescrits pour Israël et tout particulièrement ceux que nous allons commenter. Il est aussi le Souverain Sacrificateur pour l’éternité auprès du Père (Cf. Hébreux 7 et 8). 
Les buts et effets de ces trois sacrifices nous révèleront probablement que nous ne prenons pas la mesure de l’étendue que recouvre le sacrifice complet de Jésus en notre faveur. Autrement dit, les églises ne considèrent et ne prêchent en général que le tiers de l’Evangile issu de la croix et de la résurrection ! 

  1. Le sacrifice pour le péché ou justification et la Pentecôte (Exode 29 :10-14)

Il s’agit du sacrifice dont la dimension est reprise en général par les églises et qui est évidemment fondamental et capital. 
 « Tu amèneras le taureau devant de la tente de la rencontre. Aaron et ses fils poseront leurs mains sur la tête du taureau. Tu égorgeras le taureau devant YHWH à l'entrée de la tente d'assignation. Tu prendras du sang du taureau, tu en mettras avec ton doigt sur les cornes de l'autel et tu répandras tout le sang à la base de l'autel. Tu prendras toute la graisse qui couvre les entrailles, le grand lobe du foie, les deux rognons et la graisse qui les entoure et tu les feras fumer (brûler) sur l'autel. Mais tu brûleras au feu à l’extérieur du camp la chair du taureau, sa peau et ses excréments : c'est un sacrifice pour le péché. (HAttaH : sacrifice pour le péché d’une victime expiatoire, sacrifice de culpabilité, de purification) ».

  1. L’identité et le rôle des sacrificateurs et la justification par le sacrifice de substitution expiatoire
Le péché, la culpabilité, l’impureté du Peuple « absorbés et donc portés » par les sacrificateurs parce qu’ils sont ses représentants, intermédiaires, médiateurs et ambassadeurs, doivent être transférés sur le taureau à sacrifier via l’imposition des mains (acte de foi) sur sa tête (cf. Lévitique 16 :21). Celui-ci « absorbera » ainsi le péché et par conséquent le portera à son tour à la place des sacrificateurs et par extension du Peuple. Sa mort sacrificielle de substitution aura alors un effet expiatoire. Le feu brûlera la plus grande partie du corps du taureau à l’extérieur du camp, autrement dit le péché sera de la sorte exclu, chassé du camp, un peu comme on traite des détritus et des excréments. Le feu consumera, purifiera, exterminera tout ce « paquet » fondamentalement négatif. Notons que les entrailles, le foie, les rognons devaient aussi d’emblée être brûlés sur l’autel pour empêcher préventivement toute lecture d’augure et de divination, pratiques très répandues dans l’Antiquité païennes mais sévèrement interdites pour le Peuple d’Israël (Cf. Deutéronome 18 :10-12). Seul YHWH est habilité à connaître l’avenir et le destin de tout un chacun et du monde et Il le révèle à qui Il le veut et comment il le veut.
Nous retrouvons évidemment des thématiques attribuées à Jésus-Christ non seulement Sacrificateur et donc représentant, ambassadeur, intermédiaire ou médiateur (1 Timothée 2 :5 ; Hébreux 7 et 8 :6 ; 9 :15 ; 12 :24) mais aussi victime expiatoire de substitution qui nous purifie et nous justifie si nous croyons (par la foi). Par Sa perfection, Il est le représentant des croyants auprès du Père et celui du Père auprès des croyants c’est-à-dire le Sacrificateur-Médiateur-Ambassadeur !!! Lui par contre n’a pas transféré le péché sur une autre victime expiatoire à sacrifier mais accepta Lui-même d’être ladite victime sur la croix tout en n’ayant pas péché (Hébreux 7 :28) et donc ne méritant pas de châtiment ! C’est la raison pour laquelle Il put pleinement et de façon satisfaisante aux yeux du Père subir le châtiment à notre place. S’Il avait péché, Il n’aurait pas pu être puni à notre place puisqu’Il aurait dû être châtié pour son propre péché et uniquement celui-là selon la justice de YHWH, donc pas de transfert ni de substitution possible. En effet le salaire du péché, aussi petit soit-il, c’est la mort pour celui qui l’a commis. 
L’animal sacrifié ne pouvait de même être coupable de péché vu qu’il n’avait pas de libre arbitre et donc ne pouvait être responsable. 
C’est pourquoi il pouvait provisoirement prendre le péché sur lui. Son sacrifice était pour cette raison provisoirement agréé par YHWH. L’animal fut toutefois marqué par les effets généralisés de la chute de l’homme lui, doté du libre arbitre, responsable et ambassadeur de la création dont les animaux. Par ce fait l’ensemble de création fut touché par la corruption contrairement à Jésus né du Père céleste et parfait à tout point de vue. Ainsi seul le sacrifice de Jésus pouvait être de substitution et expiatoire et pouvait englober tous les sacrifices de l’Ancienne Alliance. Il est le seul vecteur expiatoire pouvant au final être agréé du Père en absorbant (prenant sur Lui) et en pouvant porter tout péché ! 

  1. Le sang libère la puissance et le don de l’Esprit Saint
Le sang est répandu sur les cornes de l’autel par le doigt du représentant, médiateur ou intermédiaire de YHWH auprès du Peuple à savoir le sacrificateur. Les cornes représentent la puissance de bénédiction qui pourra de la sorte être libérée en faveur du Peuple grâce au sang versé et appliqué aux endroits prescrits. 
De même le sang versé de Jésus libère la puissance du Saint Esprit sur les croyants par le « doigt » ou l’autorité-puissance de YHWH qui pourra s’exercer en notre faveur (Exode 8 :19 ; 31 :18 ; Luc 11 :20).
Il est aussi répandu autour de l’autel (cf. croix), passage obligé, pour pouvoir approcher YHWH ELoHiM dans le Sanctuaire. Tout doit être purifié par le sang d’expiation, de rédemption et de réconciliation.
Enfin la graisse doit « fumer » (KaTaR : faire un sacrifice de fumée, brûler. Cf. quand la graisse brûle cela donne beaucoup de fumée. Cela fait penser à la catharsis la purification, cf. Cathares = les purs) parce que la purification permet la libération de la puissance et de la bénédiction (cf. : dons spirituels, ministères et services, fruits de l’Esprit dans le N.T.) par le feu et la fumée !  Nous pensons aussi à l’huile, la graisse à mettre en rapport avec l’Esprit Saint, le Feu et la Fumée que nous retrouvons dans la colonne de Feu et Fumée dans le désert et dans le Temple lors de sa Dédicace.
Pierre reparle de ces éléments lors de son discours à la Pentecôte qu’il a repris du prophète Joël (cf. Joël 2 :30) : « … je donnerai des prodiges en haut dans le ciel et des prodiges en bas sur la terre, du sang, du feu et des nuages de fumée » (Actes 2 :19). La Pentecôte, le don de l’Esprit Saint est clairement à mettre en relation avec ce premier sacrifice comme première conséquence de la justification et doit mener, nous le verrons, à la suite c’est à dire au second sacrifice !
Jusqu’ici nous sommes dans la ligne de ce qui est généralement enseigné dans les églises, tout au moins par les églises charismatiques.


  1. Le sacrifice de l’offrande ou la métamorphose du corps (Exode 29 :15-18 ; cf. Romains 12 :1-2). 

« Tu prendras l'un des béliers et Aaron et ses fils poseront leurs mains sur la tête du bélier. Tu égorgeras le bélier ; tu en prendras le sang et tu le répandras sur l'autel tout autour. Tu couperas le bélier en morceaux, tu laveras les entrailles et ses pattes que tu mettras sur les morceaux et sur sa tête. Tu feras fumer tout le bélier sur l'autel ; c'est un sacrifice complet pour YHWH, c'est un sacrifice consumé par le feu, d'une odeur d’apaisement pour YHWH. » 

  1. Transfert du charnel et de la mortalité du corps non encore sauvé sur le bélier
Contrairement au premier sacrifice, celui-ci était consumé non pas à l’extérieur du camp mais sur l’autel. Il ne s’agissait par conséquent pas du péché impur et sale qui devait être « transporté » hors du camp pour y être « fumé », brûlé, par substitution. La fumée hors du camp n’était pas d’une odeur agréable à YHWH ! 
Le transfert de la mortalité et du charnel sur le bélier qui devait être sacrifié par substitution se faisait par l’imposition des mains (acte de foi). 
Les meilleurs morceaux et la tête du bélier furent recouverts par des entrailles lavées et/ou vidées des excréments et les pattes lavées des saletés. Ces derniers représentaient la chair ou sarx héritée de la chute. Les meilleurs morceaux représentaient le corps (soma à différencier de la chair sarx), la tête, domaine de la pensée, avec ses cornes, puissance et capacités humaines propres. Ceux-ci n’auront pas le dessus parce que de plus en plus infectés par la sarx dominante, placée au-dessus.
Une illustration : mettez deux pommes ensemble, l’une « infectée » par la pourriture et l’autre saine : c’est la pourrie qui aura le dessus en infectant la saine… ! Il en est exactement de même pour le corps mélangé à la chair dans l’espace-matière-temps ! Nous sommes exactement dans la situation des chrétiens actuels, certes justifiés, mais dont le corps n’est pas sauvé, ni préservé !
Cette présentation sur l’autel, au premier abord étrange, nous permet donc d’identifier ici le corps des sacrificateurs transféré sur le bélier sacrifié, recouvert par la chair mortelle dominante.
Le bélier portant ainsi la mortalité charnelle du corps des sacrificateurs ainsi préparé et présenté devait être brûlé au final sur l’autel. Par-là, le corps du sacrificateur était transformé, consacré, glorifié par le Feu à l’intérieur du camp. 
En effet sous peine de risquer la mort au Saint des Saints, le sacrificateur devait préalablement recevoir la gloire de la Fumée et du Feu. Le bélier de ce second sacrifice devait donc être complètement brûlé sur l’autel et il était d’une agréable (NiCHoaCH : agrément, ce qui est agréable, apaisant, serein, qui plaît) odeur à YHWH.
Le sang devait être répandu sur l’autel et tout autour. A nouveau la puissance pouvait être libérée puisque les cornes signifiant la puissance ne pouvaient qu’y être incluses. 
De même notre corps et notre chair devront être « offerts » en sacrifice (Romains 12 :1-2) EN Christ, DANS Son Corps glorieux de Feu de gloire à « l’intérieur », sur l’autel (croix), dans la victime expiatoire où tout sera « fumé » ou brûlé. Ainsi la mortalité charnelle de notre corps devra être transférée par la foi dans Son Corps glorieux de Feu et de Lumière (Cf. Baptême de gloire et de Feu : Apocalypse 1 :17-18 ; et Ste Cène de gloire : Apocalypse 3 :20). Notre corps pourra ainsi être métamorphosé, changer de morphologie. D’ailleurs le Feu, sa chaleur, la Lumière et le nuage de gloire et les bonnes odeurs parfumées (bonne odeur agréable pour YHWH) et d’autres manifestations commencent à avoir lieu dans des réunions et moments de prières et sont à rechercher et à recevoir dans une intensité telle qu’elles aboutissent réellement et concrètement à la métamorphose du corps en fait opérée par le Saint Esprit (2 Corinthiens 3 :18). 

  1. Le lavage par l’eau : confirmation que le premier sacrifice était accompli et efficace
Les parties du dessus, visibles, apparentes dites viles ou la chair (sarx) devaient être lavées en vue de la régénération par le Feu. En effet les excréments des entrailles, les saletés des pattes ne pouvaient avoir leur place sur le Saint Autel. Il fallait impérativement procéder au lavage et par là les éloigner de l’Autel car ils avaient déjà été brûlés à l’extérieur du camp lors du premier sacrifice. 
Ce « lavage » par l’eau confirmait simplement que le premier sacrifice pour le péché était accompli. Les saletés et les excréments avaient déjà été brûlés à l’extérieur du camp lors du premier sacrifice. Ils ne pouvaient donc « revenir » dans le processus du deuxième sacrifice qui a une toute autre signification. 
Pour nous cela préfigure la « transformation » (=métamorphose, transfiguration) de notre corps qui est aussi le « bain de la régénération » et le renouvellement en une forme et substance nouvelles par le Saint Esprit (cf. 2 Corinthiens 3 :18 ; Tite 3 :5). Nous savons tous que ce n’est effectivement pas le baptême d’eau qui sauve mais bien la repentance et la foi pour commencer (cf. Actes 8 :13-24).  
Par conséquent, l’eau de ce sacrifice prépare au bain de régénération du deuxième sacrifice parce qu’il confirme que le premier sacrifice a d’ores et déjà été efficace. Il ne peut donc s’agir du baptême d’eau ne sauvant pas, mais bien du baptême de gloire vécu par l’Apôtre Jean (Apocalypse 1 :17-18) , dont il est aussi question en Tite 3 :5 : « … non en vertu d’œuvres celles de justice que nous nous aurions faites mais selon sa miséricorde, il nous sauve par un bain (loutros : bain, lavage, baignade non pas avec de l’eau mais de régénération ou encore de Feu) de régénération (palingenisia : [palin adv. de nouveau retour à un état antérieur] nouvelle genèse [retour à l’état d’Adam et d’Eve avant la chute], nouveau commencement, nouvelle naissance, naissance En-Haut, , rétablissement, renouvellement, re-création, régénération, restauration, rénovation, production d'une nouvelle vie) et le renouvellement (anakainosis : renouvellement, ana re-, nouveau, autre ; kainos : FORME et SUBSTANCE [nouvelles]) de l’Esprit Saint. » 

  1. Nécessité du salut du corps
Les sacrificateurs, transféraient, transmettaient au bélier par l’imposition des mains (foi) qui ils sont et ce qu’ils sont, non seulement leur « partie chair, sarx » mais encore les parties dites nobles consommables et qui, comme dit, déjà infectées, s’altèreront totalement aussi avec le temps donc dans l’espace-matière-temps. Ce bélier absorbait ce « mélange intermédiaire mortel » que furent le corps et la chair des sacrificateurs et cela leur permettait le service du Temple, surtout l’approche de YHWH ELoHiM au Saint des Saints.
A ce stade, nous, nous sommes certes juridiquement donc potentiellement des sacrificateurs par le premier sacrifice de par le pardon des péchés et le don de l’Esprit Saint, mais nous n’avons pas encore « sacrifié-brûlé-fumé-transfiguré » notre propre corps mortel en un corps glorieux immortel. Il s’agit de la condition incontournable pour devenir totalement et réellement sacrificateurs au sens signifié en Apocalypse 1 :6 et 5 :10 pouvant aller dans le Saint des Saints ou la Salle du Trône. 
Notre corps doit donc être « fumé », brûlé c’est à dire métamorphosé, sauvé par le Feu divin dans le sacrifice vivant (Cf. Romains 12 :1-2) et donc, comme dit, devenir pleinement par ce sacrifice à notre tour des sacrificateurs métamorphosés, transformés esprit, âme et aussi corps (Apocalypse 1 :6 ; 5 :10).  

  1. Sacrifice vivant ou métamorphose (transfiguration, transformation)
Précisons qu’il s’agit d’un sacrifice VIVANT (turian dzosan) d’après Romains 12 :1 c’est-à-dire que la mort ne nous touchera pas dans ce processus ! En ce qui concerne les sacrificateurs, le bélier est sacrifié à leur place par substitution et nous, nous bénéficions du sacrifice de Jésus-Christ à notre place « afin que nous ne périssions pas » (Jean 3 :16). Notre corps mortel disparaîtra certes dans sa morphologie actuelle parce qu’il sera transformé, transfiguré, métamorphosé par le Feu divin (2 Corinthiens 3 :18) mais il bénéficiera par-là de l’immortalité !
Par la foi (l’imposition des mains à la victime à sacrifier est un acte de foi) et l’œuvre du Saint Esprit (2 Corinthiens 3 :18) nous transférons notre mortalité corporelle sur Jésus, la victime expiatoire ! 
Il s’agit d’un sacrifice parfait d’apaisement, agréable et qui plaît à YHWH ELoHiM ! Pourquoi Lui plaît-il ? 
Simplement parce qu’il permettra dorénavant le passage, l’accès et l’élévation à la sacrificature réelle laquelle nous permettra de Le rejoindre réellement dans le « Saint des Saints » ! 
En d’autres termes, l’Epouse peut à présent l’Epoux divin et par cette rencontre réelle et uniquement ainsi, l’amour pourra s’exprimer parfaitement. L’Epoux Jésus-Christ Glorifié sera apaisé, satisfait et heureux (cf. odeur agréable » pour YHWH le Fils) ! Quel bonheur !
L’expression de Son amour dans tous les sens du terme pourra parfaitement et pleinement se manifester en faveur de l’Epouse dans une communion et une union parfaites. L’Epouse pourra ainsi tomber enceinte pour accoucher plus tard d’un fils ! (Apocalypse 12 :1-5)
Mais auparavant, suite à la métamorphose du corps, il faudra être investi, intronisé et élevé pour la communion, l’union et le partage : c’est le troisième sacrifice qui suit.


  1. Le sacrifice d’investiture puis d’élévation et de communion 

L’Apocalypse donne un nouveau « statut », une nouvelle « dignité » à l’Eglise des Vainqueurs à savoir rois et, pour notre propos ici, sacrificateurs (Apocalypse 1 :6). 

  1. Le sacrifice en vue de l’investiture : première partie (Exode 29 :19-21)

Le sacrificateur devra être investi, consacré, reconnu comme tel par tous, à commencer par YHWH Lui-même. Il reçoit par là la dignité, le statut (comme les « galons » en milieu militaire, reconnaissance, autorité et gloire octroyés par le nouveau grade) de gloire reconnus au sacrificateur au sens plein du terme. C’est le but de la première partie de ce sacrifice. 
De même, le sacrificateur de l’Apocalypse métamorphosé devra, comme il se doit, être introduit, intronisé, investi dans son nouveau statut ou encore nouvelle « dignité » (cf. Nombres 27 :20) et ses nouvelles fonctions y afférant.

« Tu prendras le deuxième bélier, et Aaron et ses fils poseront leurs mains sur la tête du bélier. Tu égorgeras le bélier ; tu prendras de son sang, tu en mettras sur le lobe de l'oreille droite d'Aaron et sur le lobe de l'oreille droite de ses fils, sur le pouce de leur main droite et sur le gros orteil de leur pied droit et tu répandras le sang sur l'autel tout autour. Tu prendras du sang qui sera sur l'autel et de l'huile d'onction et tu en feras l'aspersion sur Aaron et sur ses vêtements, sur ses fils et sur leurs vêtements. Ainsi seront consacrés (QaDaCH : introniser, GLORIFIER, sanctifier, consacrer, préparer, choisir, faire sortir de l’ordinaire) Aaron et ses vêtements, ses fils et leurs vêtements.

  • Le lobe de l’oreille droite, le pouce de la main droite, le gros orteil du pied droit et les vêtements

Le côté droit de l’être humain est en général considéré comme plus « noble », plus adroit (par opposition : gauche ou maladroit) parce qu’il dirige le geste (écriture, travail manuel etc. par exemple) plutôt d’abord avec la main et le pied droits. Il est aussi question de la « droite de YHWH » désignant Sa puissance et Son autorité (Exode 15 :6). La notion de droite domine majoritairement l’ensemble des actions du corps et au-delà de l’être humain. 
Le côté droit signifie par conséquent le statut, la dignité et les fonctions et capacités en découlant. 
Ce texte nous donne davantage de détails par rapport aux conséquences de la métamorphose.

Le lobe de l’oreille fut percé avec en général le placement d’un anneau pour identifier un esclave (cf. Deutéronome 15 :16-17). 
Par ailleurs, l’oreille et son lobe furent à l’époque considérés comme le siège de l’intelligence (cf. âme), de l’entrée et de la sortie des esprits (cf. esprit humain). Les anneaux fixés à l’oreille étaient censés protéger des mauvais esprits dans les milieux païens, ce qui implique qu’ils pouvaient être considérés comme un signe d’idolâtrie.
Ici le lobe est recouvert de sang (aussi d’huile lors d’autres sacrifices ; cf. Lévitique 15 :25+28). Cela signifie que le sacrificateur est considéré comme libéré de son esclavage, de ses pensées limitées tant au niveau rationnel que sentimental (cf. âme) et du monde spirituel négatif (cf. esprit). Le sang et l’huile le libéraient de son esclavage notamment celui de son intelligence humaine limitée, de l’idolâtrie ou de spiritualités fausses et oppressives, donc de tous les obstacles qui l’empêchaient d’approcher YHWH ELoHiM. Bref ici il s’agit clairement de la libération « officielle donc réelle et objective » de son AME et de son ESPRIT de par son nouveau statut et sa nouvelle dignité ! Le sang et l’huile sur le lobe de l’oreille droite sont les « marqueurs » de ce nouvel état de fait !
Le parallèle avec le sacrificateur de l’Apocalypse coule de source. Ce sacrificateur est effectivement et réellement libéré des esclavages et des limitations que l’espace-matière-temps impose par aveuglement tant à l’âme (psychè, psychique), siège des sentiments et de l’intelligence, qu’à l’esprit (pneuma, pneumatique, vent, esprit), siège des spiritualités. (Cf. Apocalypse 3 :18c ; Collyre pour les oindre les yeux et recouvrer la vue tant psychique que spirituelle mais aussi physique aux réalités célestes, l’un ne pouvant se passer de l’autre ; Romains 12 :2 : renouvellement de l’intelligence ou connaissance pour discerner la volonté parfaite, bonne et agréable de YHWH ELoHiM).

Le pouce ou « doigt » est une unité de mesure correspondant à la largeur du pouce c’est-à-dire 2 cm environ (cf. Jérémie 52 :21). Il est aussi un membre indispensable de la main pour travailler, saisir des outils, objets et nourriture, mesurer, écrire, manger etc… Le sang « consacre, sanctifie, glorifie » tous ces aspects « actifs de nature corporelle » donc de capacité d’action, de travail et de puissance du sacrificateur (cf. Exode 8 :19 ; 31 :18 ; Deutéronome 9 :10 ; Luc 11 :20 où le doigt de Dieu est considéré comme Sa puissance). 
La « mesure » des gestes des sacrificateurs et de leur travail était alors considérée comme juste, parfaite et agréable par YHWH ELoHiM. 
Nous sommes clairement dans la pérennisation « officielle et donc réelle et objective » du CORPS glorifié des sacrificateurs de par leur nouveau statut et leur nouvelle dignité avec lesquels ils pourront travailler et agir selon YHWH.
Le sacrificateur de l’Apocalypse de par la glorification préalable de son corps (Apocalypse 3 :18 ; 6 :2 ; 12 :1 : glorifiés montés, or purifié par le Feu ; Apocalypse 1 :13-16 aspect du corps de Jésus glorifié.) pourra travailler « correctement » selon la « mesure de la taille de la plénitude de Christ » (Ephésiens 4 :13). Bref, il aura le « doigt » ou les « moyens et les capacités physiques glorieuses » d’accomplir correctement le service de YHWH.  

Le gros orteil est quasiment indispensable pour se déplacer particulièrement pour la marche, notamment pied nu ou même en sandales et par là englobe, représente le pied. 
Le sacrificateur était appelé à fouler le Lieu Saint et le Lieu très Saint. Pour cela il fallait que le gros orteil représentant le pied soit sanctifié par le sang de la victime d’investiture. Le Peuple d’Israël doit lui aussi fouler la Terre Sainte (Deutéronome 11 :24 ; Josué 1 :3). C’est pourquoi il est fort probable que la restauration du Temple soit intrinsèquement liée à la restitution totale de la Terre d’Israël promise maintes fois au Peuple d’Israël par YHWH ! Sachons toutefois que s’il devait y avoir de nouveaux sacrifices dans le troisième Temple, il ne contribueraient plus à aucune bénédiction vu l’œuvre de Jésus sur la croix. 
Le pied du sacrificateur de l’Apocalypse doit fouler les lieux célestes promis et particulièrement la Salle du Trône, Lieu Très Saint par excellence ! 
Le gros orteil du pied droit sert à « fouler l’environnement » glorieux, promis, mis à part pour nous par YHWH où nous serons autorisés à nous déplacer et vivre sans les limitations de l’espace-matière-temps dont nous serons libérés de par le nouveau statut et la nouvelle dignité !   

Les vêtements du sacrificateur recouvraient la nudité honteuse d’ordre charnel (cf. Genèse 3 :7-11). Ils devaient être aspergés du sang de l’autel et de l’huile d’onction. Ce furent les « détergents » parfaitement efficaces qui seuls pouvaient effacer la honte de la nudité par des vêtements conformes rendant possible de supporter la sainteté de YHWH ELoHiM au Lieu Saint et surtout au Lieu très Saint ! 
Le vêtement au paradis était l’éclat de gloire et de lumière émanant des corps nus d’Adam et d’Eve qui avaient été créés à la ressemblance ou à l’image de YHWH glorieux ! Donc il n’y avait pas de honte à cause de ce « revêtement » de Gloire, de Feu et de Lumière. A cause du péché, la nudité honteuse du corps en découlant, révéla la disparition progressive de ladite gloire ou ressemblance à YHWH puisqu’elle était de plus en plus entachée et polluée par des ténèbres charnelles et de mort. 
D’ailleurs par peur de YHWH, Adam et Eve essayèrent de couvrir leur nudité dorénavant honteuse, entachée perdant la Lumière avec des feuilles de figuier. Mais ensuite ils furent « recouverts », habillés de peaux d’animaux qui furent malheureusement préalablement tués pour ne pas dire sacrifiés par YHWH Lui-même (Genèse 3 :7+21). Là encore nous remarquons le caractère de sacrifice de substitution pour permettre au moins une durée de vie provisoire et donc une nouvelle chance de salut.
Les sacrificateurs de l’Apocalypse porteront des vêtements blancs de gloire et de lumière qui manquaient d’ailleurs cruellement à l’église de Laodicée.
Ils seront libérés de la honte de la nudité de par leur vêtement blanc marquant leur nouveau statut, leur nouvelle identité et leur nouvelle dignité (Apocalypse 3 :18-21) !
Nous constatons en outre que la femme d’Apocalypse 12 :1 qui est bien entendu l’Eglise des Vainqueurs (ou les sacrificateurs) sera revêtue du soleil ou portera des vêtements brillants comme le soleil c’est-à-dire sera à l’image de Jésus-Christ Glorifié son Epoux. Elle accouchera d’un enfant mâle, leur fils, la nouvelle génération qui pourra être enlevée (Apocalypse 12 :1-5 ; cf. Esaïe 9 :6 où Jésus est appelé « Père éternel »). 

  1. Le sacrifice pour l’élévation et la communion : seconde partie (Exode 29 :22-28).

La seconde partie sera l’élévation (montée) avec le partage, la communion (vie dans la Salle du Trône) avec YHWH ELoHiM.
« Tu prendras la graisse du bélier, la queue, la graisse qui couvre les entrailles, le lobe du foie, les deux rognons et la graisse qui les entoure et le gigot droit, car c'est un bélier de d’inauguration (MiLouHiM : investiture, inauguration, consécration, dédicace ; cf. MiLoH : plénitude, gloire) ; tu prendras aussi une couronne de pain, un gâteau à l'huile et une galette du panier des azymes placé devant YHWH. Tu mettras toutes ces choses sur les paumes d'Aaron et sur les paumes de ses fils et tu les feras tournoyer vers le haut (NOPH : élever en agitant et balançant de façon circulaire de bas en haut, faire tournoyer vers le haut, faire faire un tournoiement vers le haut) devant YHWH. Tu les ôteras ensuite de leurs paumes et tu les feras fumer (brûler) sur l'autel, sur l'holocauste ; c'est un holocauste d’une odeur agréable devant YHWH. 
Tu prendras la poitrine du bélier d’investiture d'Aaron et tu le feras tournoyer vers le haut devant YHWH : ce sera ta portion (MaNaH : part, portion). 
Tu mettras à part la poitrine et le gigot du bélier qui aura été prélevé pour la consécration d'Aaron et de ses fils, la poitrine en la faisant tournoyer vers le haut, l'épaule en la présentant par élévation (TeROUMaH : offrande par élévation). 
Ce sera pour toujours la part des fils d'Israël et pour Aaron et ses fils une offrande d’élévation et des sacrifices d’élévation en vue de la paix (SCHaLOM – ici SCHaLeMeHeM : entier, complet, paisible, en parfait état de santé, paix, action de grâce, bien être, tranquillité, bonheur, amitié) pour YHWH. »

Le sang aura coulé et aura été répandu là où c’était prescrit pour l’investiture : c’était chose faite. Certains éléments du bélier la graisse du bélier, la queue, la graisse qui couvraient les entrailles, le lobe du foie, les deux rognons, la graisse qui les entourait et le gigot droit, avec le pain en couronne, le pain azyme et le gâteau à l’huile furent déposés dans la paume des mains d’Aaron et de ses fils. Alors intervint le premier tournoiement-balancement vers le haut devant YHWH. 
Elever en agitant, balançant en tournant, nous fait penser à une spirale ou à un ressort en verticale. Cette partie à brûler revenait de droit à YHWH et il fallait bien entendu que ces éléments « montent » En-Haut auprès du Très Haut (couronne de pain : royauté du Père ; pain azyme sans le « levain du péché » : incarnation de J-C ; gâteau à l’huile : St Esprit). Cette partie du sacrifice partagée fut fumée-brûlée par là en quelque sorte reçue et « consommée » par YHWH ce qui fut d’une odeur agréable pour Lui. C’est la part de YHWH ELoHiM dans ce partage-communion.
Ensuite la poitrine justement issue du sacrifice d’investiture, de consécration, de « dignité nouvelle » doit aussi être saisie pour être tournoyée vers le haut. Ce sera la part des sacrificateurs ! Cette partie du bélier dans laquelle les sacrificateurs se trouvent par identification et transfert sur la victime via l’imposition des mains, s’élève en tourbillonnant et font penser à Elie qui est monté au ciel dans un tourbillon et dans le Feu (2 Rois 2 :11). En effet il s’agissait de leur part qui montait, donc d’eux-mêmes puisqu’ils l’avaient absorbée, mangée, intégrée en partage avec YHWH ELoHiM !  
L’épaule et le gigot devaient de même être « agités par tournoiement vers le haut et présentés par ELEVATION » pour les fils d’Israël « inclus, incorporés » dans « les sacrificateurs, leurs représentants et donc aussi cette part du bélier. Ainsi il était prévu que les sacrificateurs, leurs précurseurs, entraînent dans leur sillage l’ensemble du Peuple qui était en quelque sorte « incorporés » en eux et leur part du bélier ! 
Les sacrificateurs de l’Apocalypse seront réellement, physiquement incorporés en Christ, la Victime expiatoire, le Sacrificateur, le seul Médiateur (1 Timothée 2 :5) , le Précurseur et Celui qui est monté au ciel pour les précéder. Ils monteront (élévation) en trois étapes (Apocalypse 5 :10 (1) ; 7 :9+14 (2) ; 11 :12 (3)) et apparaîtront en gloire en Apocalypse 12 :1 en tant que femme couronnée. Sur le Trône (Apocalypse 3 :21) celle-ci aura à son tour « incorporé » l’enfant mâle de par son union avec son Epoux, Jésus-Christ Glorifié. Elle accouchera de cet enfant qui alors sera ENLEVE dès sa naissance (Apocalypse 12 :5). 
En effet pour qu’il puisse y avoir l’enlèvement il faut préalablement que les sacrificateurs ou l’Epouse de Christ aient incorporé la génération suivante pour lui donner naissance. Seulement ensuite, l’enlèvement pourra avoir lieu ! En effet l’enlèvement ne pourra se faire qu’après la montée des « précurseurs » ! 
Ce sacrifice d’élévation (de montée, toujours contenu dans le sacrifice de Christ) sera pour toujours (pour l’éternité) la part des « sacrificateurs montés » (Eglise des Vainqueurs, Epouse de Christ, Femme glorieuse) et la part du Peuple (enfant mâle, nouvelle génération issue de l’Eglise des Vainqueurs initiale) enlevé ! L’aboutissement sera de vivre dans le SCHaLOM éternel auprès de YHWH.

Conclusion

A ce jour seul un tiers des effets du sacrifice de Jésus est pris en compte et prêché ! Ceci explique que l’Eglise est bloquée et prisonnière dans l’espace-matière-temps depuis 2000 ans et a souvent combattu le sang et la chair alors qu’elle aurait dû combattre dans les lieux célestes contre les esprits méchants (Ephésiens 6 :12). Mais pour mener ce combat il faut affronter l’Ennemi là où il se trouve : justement dans les lieux célestes ! Donc il n’y qu’une seule solution : monter esprit âme et corps glorifié dans la Salle du Trône au troisième ciel pour qu’à partir de là le deuxième ciel actuellement occupé par l’Ennemi puisse être dégagé ! 
Il ne le sera définitivement qu’avec la nouvelle génération enlevée issue de l’Eglise des Vainqueurs préalablement montée ! (Apocalypse 12 :7-11).
Le sacrifice de Jésus englobant ces trois sacrifices a des effets et des conséquences beaucoup larges et importants que ce que l’on prêche et croit habituellement ! On ne reçoit que ce que l’on croit. Comme la foi vient de la Parole, il faut que cette dernière apporte le « plein Evangile » qui nous apparaît à travers ces trois sacrifices. Une fois que le « plein Evangile » est prêché, la foi peut alors pleinement s’en saisir et se manifester en vue de recevoir ce que notre Seigneur Jésus-Christ nous a effectivement acquis sur la croix ! « Qu’il te soit fait selon ta foi » (Matthieu 8 :13 ; cf. aussi Marc 9 :14-29). 
En Jésus, Martin BUSCH 

124 Surprises !


RUBRIQUE DE L’EGLISE DES VAINQUEURS :
SURPRISES !

INTRODUCTION

Surprendre : c’est le meilleur moyen de pallier à l’ennui ! Mais c’est aussi très efficace au combat ! 
Très souvent YHWH ELoHiM agit par surprise, là où on ne L’attend pas ou plus ! Il emploie cette stratégie face au Serpent qui lui aussi agit par surprise à commencer contre Adam et Eve et les êtres humains en général par la suite. Il a présenté le fruit défendu sous un bel aspect séduisant en leur disant qu’ils seraient « comme des dieux ». Mais après, de surprises en surprises, ce furent l’expulsion du Paradis, la perte de l’immortalité, la souffrance sous toutes ses formes… et évidemment la reconquête du Séducteur/Trompeur/Menteur/Accusateur d’une partie des lieux célestes et de l’accès à la Salle du Trône pour accuser enfoncer les humains et particulièrement les enfants de Dieu. Il n’avait évidemment pas mentionné ces « détails » à Adam et à Eve … car il fallait évidemment « l’effet surprise » par le mensonge, la tromperie et la cachotterie ! 
L’Ennemi va toujours tenter de séduire pour pourrir les mentalités, la pensée et les us et coutumes, la culture… avec des personnes en vue, riches, puissantes, influentes, manipulatrices, médiatisées, belles, entourées de paillettes, de gloire et de prestige etc… Il ira dans un autre registre utiliser la religion sous toutes ses formes, aussi ascétiques, monastiques, même en utilisant le nom de YHWH ELoHiM, pour essayer de le réduire à un objet d’idolâtrie, summum de son système de séduction !
YHWH ELoHim Lui aussi répondit, répond et répondra par des surprises mais à l’inverse de Son Ennemi et du nôtre, Il passera par ce qui est et apparaît insignifiant, voire apparemment perdu, pour en faire jaillir au nez et à la barbe de l’Adversaire, les éléments déterminants, clés de l’accomplissement de Son Plan de Salut !  
« Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l'Éternel ? Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée ; Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n'avait rien pour nous plaire. Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas. » (Esaïe 53 :1-3 ; Trad. Segond 1910). 
C’est ainsi que YHWH ELoHiM a totalement et complètement retourné la situation par « surprise » pour nous sauver : Il n’avait vraiment rien de séduisant notamment sur la croix mais après le Messie Vainqueur est ressuscité glorieux, apparu glorieux à Ses disciples, monté glorieux au ciel pour revenir glorieux entre autres auprès de l’Apôtre Jean ! Surprise, surprise !

  1. Quelques ancêtres « surprenants » de Jésus le Messie (cf. Matthieu 1 et Luc 3)

Nous avons souvent parlé de la lignée - postérité juste nécessaire pour accueillir le Messie. C’est pourquoi Seth (Genèse 5) fils d’Adam et d’Eve fut celui qui servit à remettre en place cette lignée après l’échec avec Caïn le méchant meurtrier d’Abel son frère. Le Serpent a toujours essayé de rompre ladite lignée-postérité (cf. Genèse 6) en tentant de la corrompre génétiquement, moralement et spirituellement. Il voulait la briser à tout prix pour empêcher la naissance du Messie dont il savait qu’Il allait le vaincre et qui l’a effectivement vaincu par la croix et la résurrection ! 
C’est pourquoi le Peuple d’Israël avec sa Terre et sa Loi sensées être protectrices face au monde qui s’était livré à l’Ennemi (cf. le monde corrompu et méchant avant Noé et plus tard Babel avec le roi impie Nimrod et les civilisations urbaines y afférant ainsi que les civilisations égyptienne, mésopotamienne, babylonienne et autres), est devenu par la suite, à partir des patriarches, le berceau messianique. 
Il fut logiquement dans la ligne de mire de l’Adversaire, notamment par la séduction liée à la puissance et le faste des civilisations idolâtres qui lui étaient contemporaines et voisines. C’est pourquoi le Peuple d’Israël ne devait en aucun cas se mélanger à ces peuples par mariage et autres aspects de la vie à cause de la puissance séductrice de corruption, ne pouvant qu’entraîner purement et simplement sa disparition à terme (cf. Exode 34 :11-16 par ex.). 
De même, pour cette raison, les villes situées sur la Terre Promise devaient systématiquement être éradiquées pour éviter cette « contamination » (cf. Josué 9 :24).  

Nous allons voir qu’il existe des exceptions-surprises de YHWH, même par rapport à la « pureté » du comportement et des passages empruntés de la lignée-postérité juste devant aboutir au Messie :

 a) T[h]amar s’étant prostituée par tromperie à son beau-père Juda, lui-même vraiment pas net et honnête du tout dans cette histoire, c’est le moins qu’on puisse dire, fut avec lui une ancêtre de Jésus (Genèse 38) ! Oups ! 
Dans la logique de la lignée juste, l’ancêtre du Christ le Messie aurait plutôt dû être son frère Joseph le fidèle et le juste !!! ?
Mais YHWH ELoHiM a choisi dans Sa souveraineté de faire passer « la semence » de la fameuse lignée par ce canal pas très glorieux… pour les raisons évoquées dans l’introduction et pour quelques générations plus tard faire apparaître le Messie !  En effet YHWH ELoHiM « écrit droit sur des lignes courbes » (cf. image du ressort combinant à la fois des lignes courbes sur une ligne droite) selon une maxime de la sagesse juive : surprise, surprise !

b) Rahab une des prostituées, de la ville de Jéricho, issue d’un peuple ennemi d’Israël et idolâtre, occupant la terre promise par YHWH, donc devant être détruit, connut probablement pas mal d’hommes impies pour subvenir selon toute vraisemblance largement à ses besoins. Mais elle aida les espions de Josué et obtint la promesse d’être épargnée au moment du massacre des habitants de Jéricho. Cette prostituée après la prise de Jéricho s’intégra au Peuple d’Israël, se maria avec un certain Salmon et accoucha d’un garçon appelé Boaz (ou Booz). La prostituée Rahab fut elle aussi une ancêtre du Christ le Messie !!!
Ainsi YHWH ELoHiM a choisi dans Sa souveraineté de faire passer « la semence » de la fameuse lignée par ce canal pas très glorieux… pour les raisons évoquées dans l’introduction et pour quelques générations plus tard faire apparaître le Messie !  En effet YHWH ELoHiM « écrit droit sur des lignes courbes » (cf. image du ressort combinant à la fois des lignes courbes sur une ligne droite) selon une maxime de la sagesse juive : surprise, surprise !

c) La fille aînée de Lot était à l’origine d’un peuple dont les débuts ne furent vraiment pas très glorieux, à savoir l’inceste ! 
Lot, après avoir échappé à la catastrophe de Sodome et Gomorrhe, parce qu’il avait peur des peuples environnants, s’était isolé dans une grotte près de Tsoar avec ses deux filles. Comme il n’y avait personne dans le coin, elles l’enivrèrent pour coucher avec lui afin d’avoir une descendance. Elles eurent chacune un fils et l’aînée appela le sien Moab (Mo = mon ; AB= père : elle enfonce le clou !!!) qui fut l’ancêtre des Moabites. La cadette accoucha d’Ammon (HaM=peuple Mo[n]=mon), l’ancêtre des Ammonites. Ici, quelle double tentative de ce qu’on pourrait quasiment appeler de l’usurpation d’identité vis-à-vis de la lignée juste devant passer par Israël !
Les Moabites, d’ailleurs comme les Ammonites, ne furent pas particulièrement amis avec Israël ! Ils offraient des sacrifices humains (enfants, particulièrement des garçons premiers nés) à leur dieu Molok aussi appelé Schemosch, ce qui était d’une abomination absolue. Bref ces deux peuples étaient avec les Amalécites aux antipodes de la volonté de YHWH ELoHiM à tel point que les Juifs étaient traditionnellement invités à ne pas valider de conversion au judaïsme de personnes issues de ces peuples !!!
C’est dans ce contexte « courbe » que nous pouvons lire le livre de Ruth nous narrant la belle histoire de Ruth, la Moabite ! Elle accepta d’emblée YHWH comme son ELoHiM, le Peuple d’Israël et sa Terre par cette belle déclaration à Naomie sa belle-mère au moment du retour au Pays : « Où tu iras j'irai, où tu demeureras je demeurerai ; ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu ; où tu mourras je mourrai et j'y serai enterrée. Que l'Éternel me traite dans toute sa rigueur, si autre chose que la mort vient à me séparer de toi ! » (Ruth 1 :16-17). Ces paroles démontrent qu’il s’agissait d’une sorte de conversion-repentance. Il se trouve qu’elle s’est mariée avec Boaz, comme par hasard, le fils de la prostituée Rahab… Ainsi Ruth, pourtant une Moabite, avec tout le « bagage » culturel et religieux qu’elle aurait pu transmettre et par là « contaminer » la lignée censée être « juste et pure », fut une ancêtre « devenue juste » du Christ le Messie !!! 
Toutefois par le biais de Ruth, la fille aînée de Lot fut par conséquent elle aussi une ancêtre du Christ le Messie !!! Oups !
Ainsi YHWH ELoHiM a choisi dans Sa souveraineté de faire passer « la semence » de la fameuse lignée par ce canal pas très glorieux… pour les raisons évoquées dans l’introduction et pour quelques générations plus tard faire apparaître le Messie !  En effet YHWH ELoHiM « écrit droit sur des lignes courbes » (cf. image du ressort combinant à la fois des lignes courbes sur une ligne droite) selon une maxime de la sagesse juive : surprise, surprise !

d) Bath Schéba la femme d’Urie puis une des femmes du Roi David.
David était confortablement installé dans son palais à Jérusalem et, pendant que ses officiers et soldats combattaient au loin, il devait s’ennuyer jusqu’à ce qu’un soir, il aperçoive de son toit une très belle femme, Bath Schéba, femme d’un de ses plus fidèles et vaillants soldats au combat, Urie. Elle était entrain de se baigner un peu plus bas… 
Après l’avoir fait identifier et donc sachant alors qu’elle était mariée, il ne se gêna pas pour céder « au démon de midi », la faire monter au palais, coucher avec elle et la rendre enceinte ! 
Mais il ne s’arrêta pas à l’adultère mais finit par faire tuer par fourberie le fidèle Urie en demandant à Joab son général de le lâcher au plus fort du combat pour qu’il soit mortellement atteint. C’est ce qui se passa : le fameux roi David adultère et meurtrier et pourtant ancêtre-clé du Messie à venir !!! 
Nathan le prophète dénonça le double péché de David qui le reconnut et se repentit (Psaume 51). L’enfant qui naquit par la suite mourut mais le suivant qu’il eut avec Bath Schéba, Salomon, (2 Samuel 12 :24) fut un des ancêtres du Messie le Christ !   
La logique pour une lignée « juste » davidique aurait plutôt dû passer par Abigaïl par exemple, une des femmes légitimes de David, remplie de sagesse et « bénie » (cf. 1 Samuel 25).
Mais Bath Schéba, la femme adultère, qui probablement s’ennuyait aussi, ne se fit probablement pas trop prier pour passer à l’acte avec le roi d’Israël tout de même… puis tenter de cacher l’épisode… (2 Samuel 11 :4). 
Plus tard, sur le conseil de Nathan le prophète, elle prouva d’ailleurs qu’elle avait « de la suite dans les idées » en faisant respecter la promesse antérieure de David concernant la couronne destinée à son fils Salomon (1 Rois 1 :10ss). Elle n’était probablement pas tout à fait étrangère, d’ailleurs, au fait que David lui ait fait cette promesse antérieurement… Cela lui donnait tout de même la position privilégiée et enviée de reine-mère… 
Elle allait ainsi pouvoir « régenter » au moins pour un certain temps la vie du palais royal et surtout prendre l’ascendant sur toutes les autres femmes et concubines du roi !!! 
Elle aussi, devint malgré tout, avec David, une ancêtre du Christ le Messie !!! 
Ainsi YHWH ELoHiM a choisi dans Sa souveraineté de faire passer « la semence » de la fameuse lignée par ce canal pas très glorieux… pour les raisons évoquées dans l’introduction et pour quelques générations plus tard faire apparaître le Messie !  En effet YHWH ELoHiM « écrit droit sur des lignes courbes » (cf. image du ressort combinant à la fois des lignes courbes sur une ligne droite) selon une maxime de la sagesse juive : surprise, surprise !

  1. Comprendre les lignes courbes

  1. La Grâce
Pour recevoir la « bénédiction » donc faire partie de la lignée messianique avant la naissance de Jésus, aurait-il fallu par exemple être obligatoirement dans une logique de prostitution, donc de péché ou encore dans la « ligne courbe » pour ne pas dire « fourbe » ? Evidemment pas ! Heureusement qu’il y avait tout de même, bien majoritairement, des hommes et des femmes de Dieu qui étaient dans l’ensemble droits et fidèles au Seigneur et faisaient partie de ladite lignée. 
Nous dirions dans une première approche que ces événements inexplicables, illogiques, relevaient de la grâce, elle aussi totalement illogique parce qu’elle « pénètre, s’intègre, s’incarne » de façon très surprenante, donc par surprise, dans les lignes courbes du ressort en vue de l’avancement et de l’accomplissement de la « ligne droite » ou plan parfait et droit de YHWH ELoHiM. 
La grâce s’est aussi plus généralement manifestée pour l’ensemble du Peuple d’Israël qui n’arrêtait pourtant pas ses infidélités ! Il resta malgré tout, justement par grâce, le Peuple élu porteur indiscutable de la semence du Messie !
En ce qui concerne la grâce, nous désirons toutefois nous situer dans le sillage de l’Apôtre Paul :
« Or, la loi est intervenue pour que l'offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé… » (Romains 5 :20).
« Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? » (Romains 6 :1-2) 
Jamais on ne fera l’économie de la repentance avec l’abandon réel du péché pour passer de la ligne courbe et fourbe dans la « ligne droite » du Seigneur ! Cela apparaît clairement et constamment dans l’Ancienne Alliance comme dans la Nouvelle !
Ainsi la logique divine de la grâce démontre que YHWH ELoHiM voulait de tout temps chercher par amour passionné et inconditionnel celles et ceux qui étaient embourbés dans leur péché pour en faire, envers et contre tout par « surprise », des acteurs absolument incontournables dans l’accomplissement de Son plan. 
C’est une réalité totalement incompréhensible pour l’Accusateur qui est absolument incapable de saisir ce qu’est le véritable amour inconditionnel, issu de la grâce qui ne recherche pas et ne regarde pas au mérite. Il se fera donc toujours « surprendre » sur ce terrain-là par YHWH ELoHiM.
Donc surprise, surprise de la part de YHWH ELoHiM et Son plan s’accomplit au nez et à la barbe de notre Ennemi avec ceux et surtout celles (femmes méprisées, mises au second plan, de côté, dans les contextes culturels de l’époque ; cf. Luc 24 :9-11) qui ne semblaient absolument pas avoir le profil adéquat !!! 
En fait, Satan ne les avait pas dans le collimateur et sa ligne de mire pour les surveiller suffisamment et éventuellement les « attaquer et/ou supprimer ». Leur état moral, spirituel voire physique semblait apparemment totalement irrécupérable. Il pensait qu’ils étaient tombés si bas dans la déchéance qu’ils ne pouvaient se relever et être susceptibles de participer à l’accomplissement du projet de Dieu. Mais c’était sans compter avec la grâce issue de cet amour inconditionnel et parfait de YHWH ELoHiM ! Nous constatons donc l’avancement du plan de YHWH en ligne droite carrément à l’intérieur des lignes courbes où Il est venu nous chercher et nous délivrer (cf. ressort ; Ephésiens 4 :8-10). 
Ne nous étonnons donc pas si nous allons retrouver cette grâce et cet amour inconditionnel dans la formation de l’Eglise des Vainqueurs tant au niveau de la métamorphose que celui de la montée !!! Nous savons dès aujourd’hui qu’aucune dénomination, organisation, église établie, ni par voie de conséquence aucun homme ou femme s’identifiant prioritairement à des « œuvres, appareils organisationnels ecclésiaux religieux dénominationnels quelconques » (cf. pharisiens d’hier et d’aujourd’hui), n’en bénéficiera en tant que tel. Bref, la religion, comme nous le verrons plus loin, ne servira à rien, pire, sera un obstacle très subtil donc efficace !
Seuls des individus, « celui/celle » qui vaincra après s’être repenti en écoutant ce que l’Esprit dit, y arriveront (Apocalypse 2 :7 etc…). Celui ou celle qui vaincra pourrait ne pas avoir le profil du tout auquel nous pourrions nous attendre à priori : surprise, surprise !!! Il ou elle pourrait vraiment être profondément enfoncé dans les lignes courbes et pourtant bénéficier de la grâce parce qu’il ou elle ne retient justement pas l’attention du Serpent ! Mais c’est souvent celles et ceux qui sont engoncés aux tréfonds des lignes courbes qui ont un cœur disposé à tout donner par amour pour le Seigneur par la suite ! (Luc 7 : 40-47 ; cf. aussi Jean 4 avec la samaritaine).

  1. Religion, religion quand tu nous tiens !!!

« Car mes pensées ne sont pas vos pensées (MaHaSHaBaH : pensée, projet, dessein, invention, art) et vos chemins (DeReK : chemin, voie, usage, manière, habitude, direction, marche) ne sont pas vos chemins, oracle de YHWH, car autant les cieux (SHaMaÏM : lieux célestes, cf. Genèse 1 :1) sont plus hauts (GaBaH : élevé, haut, grand, en dépassement) que la terre (EReTZ : création « visible, tangible, observable » ; cf. Genèse 1 :1), autant mes chemins sont plus hauts que vos chemins et mes pensées plus hautes que vos pensées. » (Esaïe 55 : 8-9 ; trad. litt.).
 Le summum de la séduction du Serpent est d’avoir inventé la religion, un système qui veut donner des moyens et des pratiques aux êtres humains en recherche de Dieu. Elle sert à donner soi-disant bonne conscience et à assouvir la soif de paix intérieure de tout esprit humain. La religion est « l’opium du peuple » pour essayer de trouver un semblant de calme et de sérénité intérieures ! 
Pour ce faire tout être humain se fabrique et/ou adopte une religion dont il peut être éventuellement lui-même le dieu et/ou encore il se passionne pour toutes sortes d’idoles sous une infinités de formes. 
Mais la pire des choses est d’entrer dans un système religieux juif et/ou chrétien dont YHWH est considéré comme Dieu mais que l’on transforme par la religion en une d’idole !!! Bref c’est le comble de la séduction !
Comment est-ce possible ? Simplement parce que, par la religion, YHWH ELoHiM devient l’OBJET de la pensée et de la pratique religieuses alors que nous sommes, d’après ces versets d’Esaïe incapables d’avoir Ses pensées et donc à plus forte raison de Le penser ou en faire par certaines pratiques (voies) un objet religieux. Il n’est pas « objet » sous peine de devenir une idole humaine cernable, une espèce de veau d’or juif et/ou chrétien de fabrication humaine. 
Au contraire Il est toujours SUJET, A L’ORIGINE, LE CREATEUR, le « JE SUIS » (YHWH) et ne peut être pensé, cerné, mis en boîte, dans des limites même par l’intelligence humaine. Ce n’est simplement pas possible sous peine d’idolâtrie ! 
La seule alternative est que nous puissions Le RENCONTRER et Le DECOUVRIR personnellement et réellement par la REVELATION de Sa personne et de Sa gloire qu’Il nous propose !
Le(s) dieu(x) ou idole prend obligatoirement une dimension terrestre cernable et compréhensible. Il sera intégré dans le système et sera humainement et surtout raisonnablement beaucoup plus percevable pour en réalité remplacer YHWH ELoHiM dont on ne fait que garder le nom pour la forme. Mais YHWH ELoHiM n’est justement par « cernable » par la raison, ni au niveau de la matière, de l’espace ou encore du temps puisqu’Il est justement Dieu. S’Il était cernable par la raison, alors ce serait la raison ou encore l’espace-matière-temps qui seraient Dieu ! C’est pourquoi l’Eglise particulièrement dite « libérale » et traditionnelle prône une théologie raisonnable, qui s’adapte au monde et qui tente d’adapter YHWH ELoHiM au monde tel qu’il est perçu ! Le scientisme et non pas la science prend entre autres le dessus.
Une des illustrations les plus évidentes est le veau d’or, pour en reparler. Moïse était loin sur la montagne, YHWH ELoHiM n’était pas atteignable et n’était plus perçu par le Peuple. Il est clairement écrit : « Et ils dirent : Israël, voici ton ELoHiM qui t'a fait sortir du pays d'Égypte ! » (Exode 32 :4). Le veau d’or remplaçait YHWH et devenait l’ELoHim du Peuple d’Israël !
C’était doré, coûteux, visible et bien au-delà, « compréhensible, cernable » puisque « terrestre » ! Une fois l’idole installée ce fut la kermesse et la débauche « festive » … ! 
Surprise, surprise de la part du Serpent pour Aaron qui alors avait fait collecter l’or et fabriquer la statue dorée du veau. Il succomba en effet à la tentation de la « religion » qui était le summum parmi les « lignes courbes » inventées par le Serpent ! Aaron était d’abord un « religieux », s’identifiait à la prêtrise avant tout. Il s’était référé à la religion et à sa fonction plutôt qu’à YHWH ELoHiM Lui-même : d’où son aveuglement tout de même surprenant au vu de ce qu’il avait vécu avec Moïse et les miracles exceptionnels dont la Mer Rouge entre autres ! 
S’il s’agit de la statue d’un veau d’or, s’il s’agit, bien plus tard de statues de saints, de Marie et de Jésus Lui-même, par ailleurs soi-disant « transformé », « contenu », « discerné » dans un bout de pain et une coupe de vin, on se réfère à la religion et à la fonction liée au ministère du prêtre ou du pasteur !  
On se fait appeler Saint Père, Pape, mon Père, Padre, Père spirituel, Papa, Maître ou autre. La référence et plus particulièrement l’identification à un ministère fût-il à consonnance biblique charismatique est ni plus ni moins de la religion et mène inexorablement à une forme d’idolâtrie (cf. 1 Corinthiens 1 :12-13 ; moi JE SUIS [ego eimi – on est, on s’identifie à] de Paul, d’Apollos…) !
Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, notre vécu, que nous désirons certes avoir avec le Seigneur, n’est-il pas malgré tout plus ou moins teinté de « religion » et donc d’idolâtrie ? 
N’avons-nous pas besoin d’une dénomination qui, quelque part, remplace sournoisement le nom, l’identité de YHWH ELoHiM par une idole ? N’avons-nous pas besoin de nous « identifier » à telle ou telle dénomination ou « nom » (renommée, « père spirituel ») d’un ou plusieurs ministères ? Cette identification au vrai sens du terme, fait de nous des idolâtres d’une « image idéalisée » que nous nous faisons ! En effet nous nous « projetons » en elle sur un « écran » que nous contemplons, idéalisons et au final adorons ! Mais nous ne savons pas que cet écran sur lequel est projeté cette image « fait écran » au vrai Dieu, à YHWH ELoHiM !!!
Par ailleurs, combien de fois entendons-nous les « ne quittez pas votre assemblée » (Hébreux 10 :25) et « l’Eglise est l’appui et la colonne de la vérité » (1 Timothée 3 :15) ! Mais de nos jours quelle église, quelle dénomination, quels ministères ? Ainsi on entend souvent : « Hors de ma dénomination, de mon œuvre, église etc… point de salut… ! » 
Pourquoi en est-on arrivé là ? A l’époque ces versets furent écrits quand l’Eglise était dans l’ensemble unie. Ils concernaient l’Eglise de la période AVANT la révélation de Jésus-Christ Glorifié ou l’Apocalypse. Mais après le refus de ladite révélation, l’Eglise s’est passablement divisée dès le 2ème siècle, même si l’Eglise majoritaire par la suite catholique romaine affirmait le contraire et voulait imposer cette opinion même au prix de persécutions féroces à l’encontre des « dissidents » durant des siècles… !
L’Eglise des Vainqueurs montée, devenue vraiment l’Epouse de Christ, ne sera composée que de sacrificateurs et de rois au ciel. Les systèmes d’avant, notamment ceux non seulement liés aux ministères et aux dénominations, mais encore aux bases de la pratique religieuse ne peuvent plus avoir cours (cf. Hébreux 6 :1-2 ; Apocalypse 1 :6 ; 5 :10).
Ainsi la religion, même réputée « réveillée » fait pleinement partie du système à lignes courbes et fourbes de manière très subtile où l’on ne peut que tourner en rond et par là se fatiguer en vain pour ce qui ne rassasie pas et n’étanche pas la soif au final. On est dans la « liturgie » même charismatique. Il existe des rapports de pouvoir, d’influence au niveau des ministères, des organisations et églises des différentes dénominations. On pratique de la « politique religieuse ». Les enseignements nous font tourner en rond, finissent par nous ennuyer et nous mettent à terme dans une ambiance funéraire figée… !
Pour être dans les clous et surtout pas seul, une fois de plus, l’histoire et la réalité de l’Eglise nous démontrent qu’il n’y a que la métamorphose et la montée pour la rencontre et la révélation à la Salle du Trône comme solutions.
En effet tant au niveau moral (« nos voies ») qu’au niveau doctrinal (« pensées ») nous sommes ici-bas, que nous le voulions ou non, aux antipodes de ce que YHWH ELoHiM veut !!! Que veut-Il ? 
Tout simplement que nous courions vers, allions vers Lui, tels des enfants les bras tendus, ouverts pour nous jeter dans les Siens (Matthieu 19 :14 ; Marc 10 :14 ; Luc 18 :16 « car le Royaume des cieux est à ceux qui leur ressemblent ») :
« Holà ! Allez, assoiffés vers les eaux, même celui qui n’a pas d’argent, allez, mangez et ravitaillez-vous, allez, ravitaillez-vous, sans paiement en argent, de vin et de lait ! Pourquoi ? Vous pesez votre argent et vous vous fatiguez pour un pain qui ne vous rassasie pas. Ecoutez, écoutez-moi et mangez du bon et régalez votre être, avec du gras ! Tendez votre oreille et allez vers moi et écoutez et votre être vivra et je conclurai [couperai, partagerai] pour vous une alliance pour toujours, celle qui assure la fidélité envers David. Voici je l’ai donné (NaTaN) [comme] témoin pour les peuples, je l’ai donné [comme] guide (NaGiD : chef, prince, intendant, commandant, conducteur, guide) et commandant aux peuples. Voici tu appelleras une [des] nation[s] (GoY : nation, peuple autre qu’Israël) que tu ne connais pas, tu appelleras une nation qui ne te connaît pas, ils courront vers toi à cause de YHWH ton ELoHiM et pour le KaDoSH (Saint) d’YSeRaEL, car il t’a GLORIFIE (PHaAR : glorifier [1er sens], embellir, orner, honorer).
 Cherchez (DaRaSH : chercher, consulter, avoir souci de, s’informer, avoir recours, prendre à cœur, s’occuper de) YHWH quand il se laisse rencontrer (MaTSa : trouver, rencontrer, atteindre, recueillir) appelez-le quand il est proche (KaROV : proche, près, voisin, en parenté). Que le méchant abandonne sa voie et l’homme inique ses pensées et qu’il revienne vers YHWH et il lui fera grâce, car notre ELoHiM est généreux pour pardonner… (voir plus haut les v.8-9 ; Esaïe 55 :1-7 ; Trad. litt.).
Ce texte est évidemment à mettre en parallèle avec Apocalypse 3 :18 où Jésus-Christ Glorifié conseille d’acheter de l’or, des vêtements blancs et du collyre pour les yeux et que l’on s’investisse à fond pour être glorifié/métamorphosé/monté en vue de notre proximité, de notre union et parenté réelles avec YHWH notre ELoHiM. 
L’Alliance éternelle de fidélité envers David, c’est-à-dire celle que nous avons en Jésus-Christ nous ouvre la voie de la repentance suivie de la glorification impliquant cette réelle proximité avec le Saint d’Israël, cette parenté d’union en tant qu’Epouse de Jésus-Christ Glorifié. 
C’est pourquoi l’évangélisation sera à ce moment-là un appel très efficace aux nations qui ne feront plus la sourde oreille mais accourront à cause de cette proximité (Apocalypse 7) issue de la réponse positive que nous aurons donnée à YHWH ELoHiM : aller vers Lui par la métamorphose, la montée et recevoir la nourriture et les biens célestes gratuits qu’Il a en réserve pour nous ! 
Surprise, surprise : le goût de la religion est devenu fade, ses eaux usées par les traditions et polluées par le péché ne font plus recette. On en est vraiment fatigué et saturé ! 
Cela l’Ennemi ne semble pas le comprendre car il continue toujours d’appliquer les mêmes recettes avec une matière première sale et destructrice sous une belle apparence religieuse séductrice ornée de la « saine doctrine » ! 
Surprise, surprise : les gens ont une soif de plus en plus incompressible de YHWH même sans le savoir, de Ses pensées, de Ses voies, de Sa nourriture, de Ses dons, de la vie d’authenticité et de vérité qu’Il nous propose. Cela ne peut être clinquant, ni surtout courbe ou fourbe, comme nous le propose le Serpent ! Mais cela il ne le comprend pas et ne peut le comprendre car il est lui-même courbe et fourbe et ne peut que reproduire ce qu’il est !
Surprise, surprise : on ne peut recevoir les biens énoncés en Esaïe 55 de YHWH sur terre et l’espace-matière-temps parce qu’il faut être GLORIFIE ! 
Il est donc indispensable d’être auprès de Lui et pour être auprès de Lui, il faut être glorifié pour pouvoir Le rejoindre là où Il est, c’est-à-dire dans les lieux célestes. Ainsi chez Lui et seulement chez Lui nous pourrons recevoir Ses pensées, comprendre Ses voies (cf. 1 Corinthiens 13 :8-13) que nous pourrons ensuite partager aux nations sur terre, lesquelles accourront de ce fait ! 
Ses pensées et Ses voies sont tellement éloignées, différentes des nôtres : surprise, surprise ! Nous qui pensions que « notre religion » même dite réveillée nous permettrait d’avoir Ses pensées et connaître Ses voies ! En effet jusqu’à présent nous croyions pouvoir aboutir à YHWH ELoHiM par elle sous sa forme la plus réveillée biblique évangélique et charismatique que nous considérions comme non religieuse ! C’est justement là le piège de l’Ennemi qui nous fait croire, comparé au christianisme traditionnel, que nous ne sommes pas des religieux, ni dans la religion : surprise, surprise de la part du Serpent qui réussit ainsi à nous maintenir dans le monde dont il est le Prince. Si nous persévérons dans la voie religieuse, même si nous restons dans le déni que nous sommes dans la religion, nous serons des perdants et non des vainqueurs ! 
C’est pourquoi, surprise, surprise, en vue de faire de nous des vainqueurs, YHWH ELoHiM passe, au comble de Sa grâce et de Son amour inconditionnel, par des Tamar, des filles de Lot, des Rahab ou encore des Bath Schéba pour nous signifier que nous devons sortir de la « religion », invention subtile du Diable !  
L’exemple des martyrs chrétiens, notamment au moment de leur exécution est par ailleurs aussi très parlant. Ils sont totalement libérés de la religion pour des raisons évidentes et terribles. Ils n’ont plus rien à perdre et ils savent que la religion ne leur sert plus à rien. Il n’y a plus que le Seigneur Jésus-Christ qui compte, sans fards ou autres entourloupes religieuses. C’est pourquoi il ne leur est fait aucun reproche dans la lettre à l’église de Smyrne (Apocalypse 2 :8-11) d’une part et d’autre part, après leur résurrection, ils règneront avec l’Eglise des Vainqueurs durant le Millénium (Apocalypse 20 :4a, Eglise des Vainqueurs et 20 :4b-6, Martyrs). 
Surprise, surprise, pour l’Ennemi qui pensait s’être définitivement débarrassé de témoins du Christ un peu trop gênants pour lui en les faisant exécuter. 
Les Martyrs seront pleinement rois et sacrificateurs auprès de Jésus durant le Millénium au même titre que l’Eglise des Vainqueurs montée ! (Apocalypse 20 :6c).  
Ce dernier cas de figure est un argument supplémentaire, s’il en faut, pour démontrer la nécessité d’être libéré de la « religion » et de l’influence, voire davantage, du démon religieux. Il est un des obstacles principaux à la métamorphose du corps suivi de la montée en vue d’une relation directe et authentique voulue depuis tellement longtemps par le Seigneur.
Mais « en attendant » que faut-il faire ? Il faut tout de même tenir le coup ici-bas et pour ce faire, composer avec le système via la religion même réveillée ! Eh bien non ! Cela fait 2000 ans que nous argumentons avec le « en attendant » pour demeurer dans la religion malgré notre déni, alors que nous devrions réellement demeurer EN Christ !   
Ainsi pour commencer YHWH ELoHiM veut vraiment nous libérer de la religion par le renouvellement de notre intelligence qui nourrira notre foi et notre amour ne pouvant que nous mener à la montée par le « sacrifice » (baptême du Feu) de notre corps ou sa métamorphose ! Voilà ce qui est un culte « logique et raisonnable » aux yeux de YHWH ELoHiM (Romains 12 :1-2). 
Il remplacera la religion par notre proximité réelle et directe avec Lui dans les lieux célestes ! Il est entré et entrera Lui-même dans les lignes même les plus courbes, en l’occurrence la religion, pour nous ramener dans la ligne droite nous projetant dans le Céleste telle une merveilleuse rampe de lancement ! Surprise, surprise !

Conclusion

Aujourd’hui nous nous fatiguons pour pas grand-chose, nous servons le terrestre dont la « religion » et tout ce qu’elle renferme, croyant qu’elle est le moyen de salut pour les êtres humains. 
Mais YHWH ELoHiM nous exhorte à remplacer les systèmes terrestres notamment religieux tant aux niveaux du comportement, des domaines matériels, que des pensées par la rencontre directe avec Lui et la révélation. Il veut que nous passions à Ses dimensions (si on peut employer ce terme) dans Sa proximité réelle dans la Salle du Trône par Sa grâce. 
Sa façon de penser et d’agir était, est et sera toujours surprise, surprise, aussi pour l’Ennemi car Ses pensées ne sont pas les nôtres et Ses voies ne le sont pas davantage : justement parce qu’Il est vraiment Dieu ! 
Mais Il est exprès devenu Homme en Jésus-Christ, surprise, surprise !  Il est venu nous chercher dans les lignes courbes pour que nous puissions Le rencontrer, entrer dans la ligne droite et réellement passer à la Salle du Trône, à la Révélation : suite de surprises, car l’éternité ne sera qu’une suite infinie de merveilleuses surprises, donc pas d’ennui au programme !

En Jésus, Martin BUSCH