Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

lundi 27 février 2017

9 L’EGLISE RESTEE SUR TERRE



INTRODUCTION

Comme nous l’avons démontré dans le 2ème livret « L’Eglise des Vainqueurs », les sept églises d’Apocalypse 1 à 3 correspondent à la succession des différentes entités dénominationelles de l’Histoire de l’Eglise du premier siècle à nos jours.
L’Eglise des Vainqueurs issue de ces dénominations correspond à des chrétiens qui, individuellement (Par ex. Apocalypse 2 : 7 : « Celui qui a des oreilles, qu’il entende ce que l’Esprit dit aux églises… au vainqueur, je donnerai… »), auront accepté de se repentir, de changer de conception après avoir entendu la Parole de l’Esprit et de Jésus. Ils auront reçu le contenu des promesses dont la métamorphose du corps et l’immortalité (Par ex. Apocalypse 2 :7b) qui sont les nouvelles conséquences les plus visibles et indispensables pour passer dans les lieux célestes pour s’y laisser renouveler, apprendre et passer au combat en vue du réveil le plus puissant de l’Histoire, le nettoyage du 2ème ciel, la bataille d’Harmaguédon pour dégager la terre de l’Ennemi et régner avec Christ durant le Millénium.
L’Eglise restée sur terre est celle qui n’est pas « montée » au Ciel comme l’Eglise initiale des Vainqueurs suite à l’appel de Jésus-Christ Glorifié. Malgré leur foi en Jésus, ils resteront soumis à l’espace-matière-temps, aux différents systèmes, à l’imperfection, à la souffrance, à la persécution, au vieillissement et à la mort physique. 
L’exception par rapport à la mort subie, sera le martyre pour le nom de Jésus des chrétiens restés sur terre, car les martyrs, aussi considérés comme Vainqueurs, ne souffriront pas la seconde mort, seront ressuscités avant le jugement dernier et règneront lors du Millénium (par ex. Apocalypse 2 :10-11 ; 6 :9-11 ; 11 :11-12 ; 20 :4b-c).

1. Les Martyrs de la Grande Tribulation

Une partie de l’Eglise restée sur terre qui ne fait pas partie de l’Eglise des Vainqueurs initiale apparaît lors de la Grande Tribulation (Apocalypse 6 :9-11). Elle subira le martyre et sera placée en attente sous l’autel dans les lieux célestes jusqu’à ce que tous les martyrs arrivent et que justice soit faite. Une robe blanche leur est donnée en attendant le Millénium.

2. Les 144 000 et la foule immense des chrétiens de toutes les nations issue de la Grande Tribulation 

La seconde apparition de l’Eglise restée sur terre concerne l’ensemble des Juifs messianiques (Apocalypse 7 : 1-8 ; 144 000 = chiffre non limitatif représentant l’ensemble des juifs ayant lavé leur robe dans le Sang de l’Agneau durant la Grande Tribulation) ainsi que la foule immense que nul ne pouvait compter, issue de la Grande Tribulation. Tous étaient sur terre puisque la terre et la mer ne devaient être ravagée avant le marquage du Sceau de Dieu (Apocalypse 7 :3) et parce que cette foule de toutes les nations (y compris la nation juive) est issue de la Grande Tribulation qui a évidemment eu lieu sur terre (Apocalypse 7 : 14+17c). Toutes ces personnes se retrouvent tout d’un coup devant le Trône et l’Agneau au ciel (Apocalypse 7 : 9), c’est ce qui prouve qu’ils ont tous été marqués du sceau au nom du Père et de l’Agneau, c’est à dire métamorphosés ou bénéficiant de l’identité, esprit, âme et corps, du Père et de l’Agneau (Apocalypse 7 :9 –12 ; 14 :1).  Ils ne mourront pas et par là se rajouteront à ce moment-là à l’Eglise des Vainqueurs initiale dans les lieux célestes. Cette foule immense est le fruit du ministère de l’Eglise initiale des Vainqueurs parce que cette Eglise initiale est partie en vainqueur pour vaincre (Apocalypse 6 :2) et de quelle autre victoire pourrait-il s’agir si ce n’est d’un réveil de masse sans précédent avant et durant la Grande Tribulation ? La seule victoire qui vaille est une merveilleuse moisson d’êtres humains gagnée pour Christ. Il faut toutefois remarquer que ces chrétiens ont terriblement souffert durant cette Grande Tribulation parce que Jésus Lui-même essuiera encore toute larme de leurs yeux malgré le fait qu’ils se trouveront à ce moment-là dans la félicité céleste (Apocalypse 7 :15-17) !

3. L’Eglise des Deux Témoins d’Apocalypse 11(Cf. Ecrit « L’Eglise des Deux Témoins »)

La troisième mention de l’Eglise restée sur terre se trouve en Apocalypse 11 et présente une partie de l’Eglise restée sur terre avant le règne de l’imitation trinitaire de Satan. Elle est représentée par la typologie des deux puissants témoins Elie et Moïse (typologie d’Elie et de Moïse par ex. : feu, sécheresse par rapport à Elie le Tishbite qui signifie étranger habitant à Galaad et qui représente les nations et eaux changées en sang par rapport à Moïse qui représente Israël, c’est à dire les deux oliviers et les deux chandeliers devant le Seigneur) qui seront sur terre. 
Cette Eglise des Deux Témoins adorera dans un premier temps dans le 3ème Temple terrestre qui aura été reconstruit (2 Thessaloniciens 2 :4 ; Apocalypse 11 :1-2). Elle œuvrera durant la période des 1260 jours ou 42 mois ou 3 ans et demi précédant (Apocalypse 11 :3) le règne de l’imitation trinitaire du Dragon (Apocalypse 11 :2 ; 12 :14 ; 13 :5) qui durera autant de temps. L’ensemble des deux périodes s’étendra sur 7 ans
Le prophétisme et le témoignage accompagné des jugements de feu et de calamités rend compte des combats terribles entre cette Eglise sur terre et le Diable et ses acolytes d’autre part qui se dérouleront à la fin de la Grande Tribulation. Le fait que l’Eglise des Deux Témoins (Apocalypse 11 :5 - 6) sera vaincue par la Bête, démontre la victoire de Satan sur l’Eglise restée sur terre à ce moment-là (Apocalypse 11 :7b-10). Toutefois la gloire de la puissance de la résurrection sur terre aux yeux de tous sera manifestée trois jours et demi après la mort des membres de cette Eglise. Ils seront donc vivants avec leur corps ressuscité certes, mais sur terre. Ils monteront au ciel dans la nuée sous les yeux de leurs ennemis (Apocalypse 11 :11-12). Comme leur corps terrestre, même mort à un moment donné durant trois jours et demi, mais ressuscité sur terre, aura bénéficié par là de la métamorphose déjà sur terre, ils pourront par conséquent rejoindre l’Eglise des Vainqueurs. Il faut bien comprendre que l’Eglise des Vainqueurs pour vivre sur terre a besoin du corps terrestre vivant dans le cadre de l’espace-matière-temps et a besoin que ce corps terrestre soit transformé ou métamorphosé ou glorifié ou transfiguré pour vivre aussi au ciel. Ce fut exactement le cas de l’Apôtre Jean qui monta, vit et écrivit pour par la suite, sous la forme terrestre, transmettre voire diffuser le livre de l’Apocalypse sur terre auprès des églises. Comme Jean, l’Eglise des Deux Témoins recevra aussi l’ordre de « monter » (Apocalypse 4 :1c ; 11 :12). 

4. La Femme au désert et le reste de sa descendance

L’Eglise des Vainqueurs nouvelle (enfant mâle) avec l’Archange Michel et ses anges a vaincu le Dragon et ses démons dans les lieux célestes. Le Diable n’a plus accès au Trône de Dieu pour accuser les « Frères » (Apocalypse 12 : 10c). Il est à présent sur terre et il sait qu’il ne lui reste que peu de temps à savoir 42 mois (Apocalypse 12 :12c ; 13 : 5b). Il est furieux parce qu’il est à présent limité par l’espace-matière-temps (Apocalypse 12 :12). Il va instaurer son règne d’imitation trinitaire (Apocalypse 13 :12 :18 ; 13 :1-6 ; 13 :11-18).
L’exclamation « Malheur à vous, la terre et la mer… » (Apocalypse 12 :12) annonce déjà la couleur ! Il commence par poursuivre la Femme glorieuse d’Apocalypse 12 :1 étant ici l’Eglise des Vainqueurs dans sa présence et action sur terre. Après l’enlèvement de la nouvelle Eglise des Vainqueurs (enfant mâle qui fut enlevé auprès de Dieu et de Son Trône, Vainqueur du Dragon dans les lieux célestes et promis au règne millénaire sur terre ;  Apocalypse 11 :15 : 7ème trompette ; 12 : 5+11) le Diable veut absolument éradiquer au plus vite la puissance manifestée par l’Eglise des Vainqueurs (Femme) aussi sur terre. Mais celle-ci sera protégée et vivra comme Elie au désert, nourrie durant 1260 jours ou un temps et des temps et la moitié d’un temps (Apocalypse 12 : 6+14-16). 
Ce parallélisme avec Elie au désert nourri par les corbeaux, la veuve de Sarepta et les anges le nourrissant au désert, nous rappelle au bon souvenir de la typologie d’un des deux Témoins d’Apocalypse 11 témoignant et prophétisant durant les 1260 jours précédents. Elie faisait descendre le Feu du ciel sur les soldats censés l’arrêter et en Apocalypse 11 ce Feu sort de la bouche des membres de l’Eglise des Deux Témoins. Au même titre que la guerre entre Elie d’une part et Achab et Jézabel d’autre part fut vive, celle qui opposera l’Eglise restée sur terre au Dragon sera encore plus vive (Apocalypse 12 :17)
Elie fut enlevé sur les chariots de feu et bénéficia de l’immortalité. L’Eglise restée sur terre non protégée comme sa « mère » au désert subit la guerre du Dragon (Apocalypse 12 :17) et fut vaincue en Apocalypse 13 : 7 : « Il lui fut donné de faire la guerre aux saints et de les vaincre et lui fut donné le pouvoir sur toute tribu, peuple, langue et nation. » Pour les chrétiens restés sur terre voulant rester fidèles, il ne restera que la captivité ou la décapitation : « Que celui qui a des oreilles entende : qui est destiné à la captivité, ira en captivité, qui est destiné à périr par le glaive périra par le glaive. C’est l’heure de la persévérance et de la foi des saints » (Apocalypse 13 : 10 ; 14 :12 ; 17 :6 ; 20 : 4b). 
La situation est telle qu’il est dit : « Heureux dès à présent ceux qui sont morts dans le Seigneur ! Oui dit l’Esprit, qu’ils se reposent de leurs labeurs, car leurs œuvres les suivent » (Apocalypse 14 :13). Vivre en tant que chrétien sur terre sera pire que la mort à ce moment-là. Babylone la Grande, la prostituée, la capitale terrestre du règne de l’imitation trinitaire, sera ivre du sang des Saints ! (Apocalypse 17 :6). Se rajouteront à cela tous les jugements terribles qui s’abattront sur terre. (Apocalypse 14ss).  

5. Différentes facettes de l’Eglise restée sur terre : une autre approche et des précisions.

L’Eglise restée sur terre combattra l’Ennemi mais présentera différentes facettes : 

- L’Eglise des Deux Témoins mourra au combat en martyr mais expérimentera la puissance de la résurrection sur terre aux yeux de tous et pourra monter dans la nuée pour se rajouter à la nouvelle Eglise des Vainqueurs enlevée (Apocalypse 11 : 7b-12)

- Celle qui correspond en quelque sorte à une « partie » de la Femme glorieuse (= une partie de l’Eglise initiale des Vainqueurs : Apocalypse 12 :1) n’étant pas devenue « l’enfant mâle enlevé » (Apocalypse 12 :4-5) qui se réfugiera dans le désert, donc quelque part sur terre où elle sera nourrie durant 1260 jours c’est à dire durant le règne de l’imitation trinitaire du Dragon (Apocalypse 12 :6+13-16). Elle sera loin du Serpent sous protection absolue de Dieu donc de la mort, nourrie à une place que le Seigneur lui a fait préparer (Apocalypse 12 : 6+14b). En tant qu’Eglise des Vainqueurs ayant de plus donné naissance à la nouvelle Eglise des Vainqueurs enlevée (enfant mâle) plus puissante, capable avec les Anges de précipiter le Dragon hors des lieux célestes, elle bénéficiera de par son statut (d’Eglise des Vainqueurs) de l’immortalité comme Elie qui était lui aussi dans le désert pour se réfugier. Elle finira aussi par rejoindre la nouvelle Eglise des Vainqueurs « enlevée » de par l’expérience de la montée et de l’immortalité. D’ailleurs, le texte de l’Apocalypse ne la mentionnera plus au-delà du chapitre 12 pour cette raison. Pour mieux comprendre, il est à remarquer que malgré la gloire de cette Femme, une « partie d’elle », celle de « l’ancienne génération – mère » restera sur terre au désert durant la période des 1260 jours, toutefois sous totale protection divine. Elle ne pourra pas être touchée par le Dragon donc pas par son acolyte majeur : le démon de la Mort. Le Dragon finira d’ailleurs par comprendre (Apocalypse 12 :13-17). La partie d’elle-même dont elle aura accouché à savoir « l’Enfant - la nouvelle génération glorieuse enlevée » malgré le fait que le Dragon ait essayé de le dévorer (Apocalypse 12 :4b), est la Nouvelle Eglise des Vainqueurs qui continuera parfaitement le plan de Dieu à savoir précipiter le Dragon et ses acolytes hors des lieux célestes sur terre (Apocalypse 12 :11), gagner la bataille d’Harmaguédon pour débarrasser la terre de l’Ennemi et régner avec Christ sur terre lors du Millénium (Apocalypse 5 : 10b ;12 : 5b ; 16 :16 ; 19 :14 ; 20 :4a). L’autre partie d’elle-même restée sur terre est le reste de sa descendance (nouvelle génération n’étant pas entré dans la gloire de l’Enfant enlevé) malheureusement attaquable par le Dragon (Apocalypse 12 :17). C’est peut-être aussi la raison de son problème et qu’elle dut aller au désert un peu comme Moïse après l’épisode des espions dans le Pays Promis… ? Il est toujours indispensable de vivre et d’enseigner au maximum le top du top du message de Dieu.


- Celle qui correspondra au reste de la descendance de la Femme (Apocalypse 12 :17 reste à impérativement distinguer de l’Enfant mâle ou nouvelle Eglise des Vainqueurs enlevée), mais qui est le fruit de son ministère. Elle est sur terre parce qu’elle n’est pas rentrée dans les dimensions caractérisant l’Eglise des Vainqueurs. Elle est donc totalement dans l’espace-matière-temps avec ses aléas décrits dans l’introduction, donc sujette aux attaques du Dragon (Apocalypse 12 :17) et finira pas être vaincue (Apocalypse 13 :7-10) malgré le fait qu’elle observera les commandements de Dieu et gardera le témoignage de Jésus. Certains mourront martyrs, d’autres iront moisir en captivité (Apocalypse 13 :10). Les martyrs règneront durant le Millénium (Apocalypse 20 :4b+c) avec ceux qui viendront siéger sur les trônes, auxquels il fut donné d’exercer le jugement (=Eglise des Vainqueurs ; Apocalypse 3 : 21 ; 20 :4a)


CONCLUSION

Rester sur terre en tant que chrétien après la constitution de l’Eglise des Vainqueurs initiale sera vraiment très difficile à vivre. 

La Grande Tribulation apportera des martyrs pour le nom de Jésus. 

La grande foule issue de la Grande Tribulation qui sera restée en vie aura besoin de toute la consolation de l’Agneau car ses souffrances auront aussi été très grandes.
L’Eglise des Deux Témoins à la fin de la Grande Tribulation respectivement une partie de l’Eglise restée sur terre issue d’Israël (Typologie de Moïse) et des nations (Typologie d’Elie) mèneront un combat puissant prophétique et de témoignage accompagné de jugements de feu et de plaies mais seront tués par la Bête. Cette guerre est aussi une souffrance terrible sans compter le martyre à la fin. Certes ceux-ci ressusciteront sur terre aux yeux de tous et monteront au ciel pour ensuite faire partie de la Nouvelle Eglise des Vainqueurs.

L’Eglise sous l’oppression de l’imitation trinitaire du Dragon précipité sur terre durant 1260 jours ou 42 mois ou 3 ans et demi vivra très difficilement :
- La Femme glorieuse qui n’est pas « devenue l’Enfant mâle » mais qui est restée dans son statut de « mère ancienne génération », sera poursuivie par le Dragon, mais elle sera protégée loin du Dragon au désert sur terre, par là ne mourra pas (immortalité), montera au ciel comme Elie et se joindra ainsi à la Nouvelle Eglise des Vainqueurs glorieuse. Nonobstant, elle devra vivre la période au désert, ce qui n’est pas des plus agréables !
- Le reste de la descendance de la Femme glorieuse subira les attaques de l’Ennemi et sera vaincue. Malgré le fait qu’elle observe les commandements de Dieu et garde le témoignage de Jésus, elle est soumise à l’espace-matière-temps et par là non seulement en subit les limitations et les aléas mais en plus subit au maximum l’oppression et la persécution terribles du Dragon et des Bêtes : ce qui n’est pas une sinécure !

Il ne reste plus qu’à désirer très fortement le fait d’appartenir à l’Eglise des Vainqueurs initiale dès maintenant en répondant aujourd’hui positivement à l’appel de Jésus-Christ Glorifié !
A bon entendeur salut !

En Jésus,



Martin BUSCH

jeudi 23 février 2017

110 LA LETTRE ET L’ESPRIT


INTRODUCTION

La Lettre et l’Esprit est un thème abordé par l’ensemble des Sciences Humaines voire certaines dites plus exactes, les diverses religions et aussi par la Bible. Nous essayerons de nous y intéresser à travers le texte biblique dans la perspective de la constitution de l’Eglise des Vainqueurs.
La Lettre faire référence à la Loi, à la Parole écrite de Dieu, au prophétisme, voire plus généralement et par extension au corps, à la matière, au concret, à l’extérieur, à l’environnement tangible, à la Terre promise et l’Esprit à ROUaH YHWH, au spirituel, au cœur, à l’intérieur, voire plus généralement et par extension à l’interprétation, aux perspectives d’approche et de compréhension, au vécu, au vivant-vie, au leste, à la puissance.
            Deux types de versets semblent s’opposer dans le texte biblique :
« Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l'un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux. » (Matthieu 5 :17-20).
« Il est plus facile que le ciel et la terre passent, qu'il ne l'est qu'un seul trait de lettre de la loi vienne à tomber. » (Luc 16 :17).

 « Il nous a aussi rendus capables d'être ministres d'une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l'esprit ; car la lettre tue, mais l'esprit vivifie. » (2 Corinthiens 3 :6).
« Mais le Juif, c'est celui qui l'est intérieurement et la circoncision, c'est celle du cœur, selon l'esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu. » (Romains 2 :29).
« L'incirconcis de nature, qui accomplit la loi, ne te condamnera-t-il pas, toi qui la transgresses, tout en ayant la lettre de la loi et la circoncision ? » (Romains 2 :27).
« Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau et non selon la lettre qui a vieilli. » (Romains 7 :6).
Jésus et Paul ne seraient-ils pas sur la même longueur d’ondes ?
N’entendons-nous pas les expressions contradictoires : « C’est pas biblique, c’est biblique … » d’une part et d’autre part : « Cela manque d’amour, de cœur, d’inspiration, ce n’est pas spirituel, c’est trop cassant, c’est finalement relatif et tout dépend de l’interprétation, ou alors c’est inspiré, plein d’amour, du Saint Esprit, de spiritualité, de douceur, cela vient du cœur, c’est une bonne interprétation etc… ».
Dans le même ordre d’idées : quand on considère une prédication ou un enseignement on oppose souvent la transpiration (travail sur la Lettre et à partir d’elle) et l’inspiration (Révélation de l’Esprit). En réalité, il faut évidemment des deux… ! L’un ne va pas sans l’autre.
Enfin l’exagération dans un sens ou dans l’autre conduit soit au légalisme, soit au spiritualisme – mysticisme.
Pour tenter de résoudre cette contradiction apparente, il nous semble tout d’abord très important de relier la Lettre-Loi-Parole à un environnement prévu par YHWH Elohim, « pays promis » qui permettra à l’Esprit de vivifier et de procéder au renouvellement de l’intelligence pour une meilleure interprétation de la Lettre et la compréhension plus correcte de la volonté de Dieu (Romains 12 :1ss).


1.   Israël : La Terre Promise (environnement) et la Lettre – Loi sont indissociables

a)  Moïse

Le Peuple était nombreux en Egypte (Esprit, puissance, semence, descendance) mais il lui fallait rejoindre la Terre promise (« Lettre », environnement). Si les pérégrinations dans le désert étaient accompagnées de manifestations de puissance (« Esprit », passage de la Mer Rouge, Sinaï, colonne de Feu et de Fumée, manne, cailles etc…) il fallait obligatoirement rejoindre et conquérir le Pays promis mais en respectant la Loi plus particulièrement les 10 commandements (Lettre, Pays, Terre).
La Loi et le fait de la respecter devinrent indissociables de l’obtention de la Terre promise. C’est là que Lettre et Terre promise devinrent intrinsèquement liées et interdépendantes et relèvent de la même catégorie.

b)  Juges, rois

Cette interdépendance absolue entre Lettre et Terre fut encore démontrée durant la période des Juges et des Rois.
En effet plus la Lettre – Loi était transgressée, plus la menace sur la possession de la Terre s’amplifiait jusqu’à sa perte par les exils. Par contre quand un roi revenait à la Lettre – Loi et son respect, la position d’Israël dans sa terre était consolidée. David et surtout Salomon dirigèrent en leur temps ce qui fut quasiment la première puissance mondiale ! Israël, lorsque Salomon fut roi, avait un rayonnement mondial incroyable ! La reine de Saba fut époustouflée lors de sa visite ! Le Temple et la ville de Jérusalem étaient d’une splendeur sans pareille ! Les écrits de Salomon sont d’une sagesse incroyable. Ce n’est que lorsque Salomon s’éloigna de la Lettre-Loi avec ses femmes-concubines étrangères idolâtres et par l’octroi de temples et hauts lieux en Terre promise, que les choses se gâtèrent très sérieusement pour aboutir à la division du Royaume durant la génération suivante (Roboam et Jéroboam en -928) et aux exils par la suite (Assyrie -721 pour le Royaume du Nord ; Babylone -586 pour Juda ; 70 et 135 exil provoqué par les Romains).

c)  Perte de la Terre, seule la Lettre subsista durant les exils

Durant l’exil à Babylone, il y eut une prise de conscience de par le ministère des prophètes (Esprit) que le respect de la Lettre-Loi était le seul moyen d’avoir une chance de revenir sur la Terre promise. Ainsi se développa, se conserva et se constitua la Lettre-Loi d’une façon comme jamais auparavant : la Torah, les Prophètes et les autres écrits. De nombreux scribes y recopièrent les textes sacrés sur des parchemins et les conservèrent dans les rouleaux. Les prophètes, dont les écrits nous furent conservés, écrivirent ou firent écrire leurs prophéties aussi à cette époque-là.
Certes Moïse commença à écrire en -1450 environ (Exode 24 :4) mais des scribes, des prophètes continuèrent à écrire et/ou à recopier tout au long de l’histoire du Peuple d’Israël et comme dit tout particulièrement à Babylone. Ce n’est que plusieurs siècles plus tard que finalement ces textes furent davantage regroupés dans des rouleaux (environ – 500 à l’époque d’Esdras, fin de l’exil à Babylone et bien au-delà) pour former une entité à savoir le « TaNaK » T(orah - Pentateuque) N(ebiim - Prophètes) K(etubim – autres écrits) ou pour nous l’Ancien Testament.
Mais il est clair qu’au fil du temps la Lettre s’est de plus en plus détachée de la Terre Promise et plus particulièrement durant l’exil provoqué par les Romains à partir de 70-135 qui perdura jusqu’en 1948 !

d)  La Lettre seule privée de la Terre implique la perte de l’Esprit

La perte par le Peuple d’Israël de la souveraineté sur sa Terre promise impliqua très rapidement la perte de l’Esprit, du vécu dans un environnement adéquat permettant une compréhension, une interprétation plus correcte selon YHWH, de la Lettre, du TaNaK.
Malheureusement l’environnement était à l’époque du 1er siècle le monde gréco-romain. La ville d’Alexandrie (cf. Alexandre le Grand grec – macédonien) en Egypte était le centre culturel grec voire mondial par excellence de l’époque. La perte des racines spirituelles et culturelles qui peuvent uniquement pousser en Terre d’Israël engendra une catastrophe interprétative de la Loi au profit de la philosophie grecque. Le TaNaK fut d’ailleurs traduit en grec à Alexandrie et « l’édition » de la Septante (réalisée par 70 traducteurs) fut alors réalisée et recopiée sur des rouleaux puis des codex (livres) pour la diffusion. Diverses formes de dialectique influencèrent alors largement la façon d’aborder la Lettre chez les Maîtres Juifs. Elles engendrèrent inévitablement un légalisme inimaginable par une multiplication encore plus exponentielle de lois et de règlements pour entrer dans des détails relevant en principe davantage du domaine de l’Esprit, d’un état d’esprit, voire du « bon sens » et d’un environnement politique, culturel et territorial voulus de YHWH. Les très nombreuses interprétations juives des textes allant des orthodoxes aux libéraux se firent jour (pharisiens, zélotes, sadducéens, esséniens… cf. Midrash, Talmud…). 

e)  La restauration de la présence de l’Esprit reliée à la récupération de la Terre promise

Depuis 1948 la récupération de la Terre Promise par les Juifs engendre « étrangement » un retour de l’Esprit à savoir l’interprétation, la compréhension de la Lettre dans le bon environnement davantage issues des racines qui peuvent à nouveau se développer dans les conditions bibliques (Lettre-environnement). Elles peuvent donc davantage redevenir prophétiques (Esprit) parce qu’incarnées et enracinées dans cet environnement politique, culturel et territorial correspondant à la volonté et aux promesses (Lettre) de YHWH Elohim (Esprit). Elle est de ce fait davantage tournée vers la personne même de YHWH Elohim (Esprit-ROUaH), la terre et Jérusalem (Lettre - environnement) avec moins de légalisme et d’influence gréco-romaine-occidentale et davantage d’authenticité hébraïque vécue (Esprit). De plus les Juifs messianiques (Esprit) n’ont jamais été aussi nombreux en Terre d’Israël (Lettre) qu’aujourd’hui. C’est un signe prophétique qui ne trompe pas. Notons par ailleurs le fait très tangible du « désert qui refleurit » depuis que les Juifs exercent la souveraineté sur le Pays promis. Les bonnes racines poussent aussi dans cette Terre autrefois desséchée, car l’eau (Esprit) coule à nouveau.
La Lettre dans un environnement prévu par YHWH Elohim restaure la présence de l’Esprit, de la Vie !


2.   L’Eglise : La Terre promise et la Lettre – Loi – Bible

a)  Les Apôtres et l’Eglise Primitive (cf. Moïse à mettre en parallèle)

Comme pour Moïse et le Peuple d’Israël au désert, l’Eglise Primitive était accompagnée des confirmations miraculeuses charismatiques (guérisons, prophéties, miracles, ministères et dons spirituels etc…) comme nous pouvons le constater notamment à la lecture des Actes. C’est merveilleux, mais dans quel but ? Rejoindre et conquérir le Pays promis dans un premier temps ! Exactement comme le Peuple Hébreu devait le faire !
Mais quel est notre Pays promis ? Evidemment la Salle du Trône !
Et c’est à partir de là et uniquement à partir de là que nous serons capables de partir en vainqueur et pour vaincre dans un second temps pour évangéliser le monde ! Il faut en effet obligatoirement que nous soyons envoyés commesus a été envoyé, c’est-à-dire à partir d’En-Haut !
Autrement dit autant Israël a absolument besoin de l’environnement, des racines du Pays promis, car selon la volonté de YHWH, autant l’Eglise en a tout autant besoin car selon la volonté et les exhortations de Jésus-Christ Glorifié. Nous ne pouvons fonctionner pleinement selon l’Esprit tant dans l’interprétation de la Lettre, que dans nos comportements que dans la manifestation de la puissance que si nous vivons dans l’environnement voulu et promis par Lui à savoir la Salle du Trône.
Ainsi pour l’Eglise nous aboutissons à la même affirmation que pour Israël dans le chapitre précédent : la Lettre dans un environnement prévu par YHWH Elohim restaure la présence puissante et visible de l’Esprit en vue d’une bonne interprétation et mise en pratique !

b)  Les responsables - envoyés (« anges ») des sept églises de l’Apocalypse (cf. Juges et rois à lettre en parallèle).

Comme Israël avec Salomon, l’Eglise était appelée à rayonner de par le monde pour être l’instrument du réveil dont il est question en Apocalypse 7 !
Mais l’Eglise et ses responsables de la fin du 1er siècle se sont éloignés de la Lettre – Loi plus précisément des lettres que Jésus-Christ Glorifié lui avait fait parvenir à travers l’Apôtre Jean ! 
Cela ne lui permit même pas la conquête et la montée au Pays promis – Salle du Trône comme cela fut tout de même le cas pour Israël dès la deuxième génération après le passage miraculeux de la Mer Rouge !

c)  Perte de la Terre promise céleste, seule la Lettre subsista durant l’exil sur terre (espace-matière-temps).

Ainsi pendant les deux premiers siècles se forma le Nouveau Testament (Lettre) qui se greffa tout naturellement sur l’Ancien Testament. Mais comme cela se passa pour les Juifs par rapport à leur Terre promise terrestre, la Lettre se détacha de plus en plus de la Terre promise céleste pour l’Eglise. L’Apocalypse notamment, fut incomprise et particulièrement l’exhortation pour la montée à la Salle du Trône (Terre promise céleste) pour commencer.
Comme cela se passa pour les Juifs, l’influence gréco-romaine alors fut notoire tout particulièrement à travers ceux que l’on nomme les Pères de l’Eglise qui en réalité furent de ce fait les Pères de l’Eglise catholique romaine dont ils posèrent pour une large part les fondements doctrinaux déviants par rapport à la Lettre-Bible.
La conséquence logique fut la grande dépression spirituelle (Perte de l’Esprit) catholique romaine au fil des siècles qui finit en plus par limiter drastiquement la diffusion de la Lettre-Bible-Loi (Perte de la Lettre) auprès des populations particulièrement à l’époque où l’imprimerie se développa. L’opposition de l’Eglise Catholique Romaine à la diffusion de la Bible à l’époque de la Réforme alors traduite en langues dites vulgaires (parlées des peuples), jusqu’au 20ème siècle, est la preuve irréfutable de cette décadence. L’Eglise Catholique Romaine avait préféré la Tradition et le Droit Canon (cf. en parallèle multiplication exponentielle des lois et règlements juifs) à la Lettre-Loi-Bible réservant de la sorte le monopole de la soi-disant vérité d’ailleurs « fluctuante » selon les circonstances politiques à cette institution ecclésiastique totalitaire. Par ailleurs, elle avait quasiment conquis la Terre connue au Moyen-Age jusque dans la Renaissance mais elle s’était trompée de « terre » parce qu’elle n’avait pas écouté la Lettre et particulièrement les 7 lettres aux églises de l’Apocalypse venant du Seigneur Jésus-Christ Glorifié Lui-même.
En effet, comme dit, l’Eglise aurait dû tout de suite aller, suite à l’exhortation de Jésus-Christ Glorifié, à la conquête de la Terre promise céleste pour ensuite, à partir de là, conquérir pour son Seigneur de la bonne façon en « vainqueur et pour vaincre » la Terre ici-bas (Apocalypse 6 :2 ; 7 ; 19 :11ss). Il vaut mieux ne pas mettre la charrue avant les bœufs… ! 
Ainsi l’Eglise perdit non seulement la Terre mais a encore failli perdre complètement la Lettre-Bible-Loi. La Réforme (Sola Scriptura de Luther = l’Ecriture seule) « sauva » cette Lettre-Bible-Loi qui, fort heureusement, se répandit ensuite très largement au fil des siècles à travers le monde, y compris dans l’Eglise catholique romaine depuis plusieurs décennies.

d)  La Lettre seule privée de la Terre implique la perte de l’Esprit et du corps

Quand on considère les centaines d’interprétations majeures de la Bible (les interprétations mineures sont des milliers) à travers les siècles, on ne peut que constater la perte de l’Esprit UN. Comme pour les Juifs l’influence philosophico-dialectique gréco-romaine-occidentale fit et fait des ravages inimaginables dans l’Eglise dont entre autres la négation du salut-rédemption du corps au profit d’un « spiritualisme très spirituel » cachant en réalité une incrédulité notoire. En effet il est toujours plus facile de croire et de faire croire dans des réalités invisibles non vérifiables ! Cela implique que le corps, étant ainsi séparé du processus du salut, peut s’adonner à l’immoralité, puisqu’il prend une importance tout à fait négligeable d’un point de vue religieux exactement comme ce fut le cas chez Grecs (Cf. Corinthiens dépravés) et les Romains (Cf. orgies). En même temps pour donner du piment aux pulsions et aux plaisirs immoraux, on en prendra soin, on l’embellira, on le transcendera par la sculpture, l’image, les nus, les vêtements, les bijoux etc...
Seul l’environnement de la Terre promise glorieuse permettrait l’unité d’esprit totale et de l’Esprit (Jean 17 : 20-26) avec le corps métamorphosé et glorifié pour une bonne compréhension et mise en application effective de la Lettre-Bible-Loi.

e)  La restauration par l’Esprit pour la récupération de la Terre promise

La prise en considération de la Lettre-Bible-Loi inspirée de l’Esprit permit malgré tout un retour progressif à l’Eglise charismatique des 20ème et 21ème siècle en passant par les réveils successifs depuis la Réforme. L’Eglise charismatique répandue à travers toutes les dénominations marqua le retour plus visible et puissant du Saint Esprit sur terre et permit de prendre le chemin vers un peu plus d’unité sans l’atteindre toutefois.
La foi pour la guérison du corps représente une première étape vers la foi en la rédemption totale de celui-ci par la métamorphose (2 Corinthiens 3 :18) en vue d’une unité plus nette esprit-âme-corps.
L’Eglise charismatique se répand aussi parmi les Juifs en Terre d’Israël où se forment les églises messianiques. Elle ressemble donc à l’Eglise primitive avec sa partie juive à Jérusalem. Ainsi l’Eglise est à nouveau au pied du mur face à l’exhortation pour la montée dans le but de récupérer la Terre promise céleste par le Saint Esprit.


3.   « Jusqu'à ce que tout soit arrivé »

a)  La Lettre et l’Esprit selon l’identité de Jésus-Christ

« Et la parole a été faite chair » (Jean 1 :14).
La « Lettre - Parole » est devenue homme de par l’incarnation. Jésus-Christ vrai Dieu et vrai Homme est l’harmonie et l’unité par excellence de l’Esprit (Dieu) et de la Lettre (Homme : Parole, Lettre faites chair, corps) dans un vécu parfait. C’est pourquoi Il a parfaitement pu accomplir la Loi et les prophètes : « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes (Lettre) ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir (Esprit, puissance, vécu). » (Matthieu 5 :17).

b)  L’exigence de Jésus-Christ

« Celui donc qui supprimera l'un de ces plus petits commandements (Lettre), et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux. » (Matthieu 5 :19-20).
Dans les versets suivants Il prône carrément la perfection pour conclure sur ceci : « Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait. » (Matthieu 5 :48). Oups !
Problème : si Jésus l’exige alors cela devrait être faisable mais nous constatons avec les apôtres que personne n’y arrive : « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Romains 3 :23)
« Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes et la vérité n'est point en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner » (1Jean 1 :8).
Quelle est la solution à cette apparente impossibilité pour ne pas dire contradiction ?
« Il nous a aussi rendus capables d'être ministres d'une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l'Esprit ; car la lettre tue, mais l'Esprit vivifie. » (2 Corinthiens 3 :6).
Passons d’abord à la justification et à la grâce en Jésus-Christ comme Paul le décrit si bien pour ensuite pouvoir passer à l’Esprit. L’Esprit permit le retour à l’Eglise charismatique (primitive et actuelle) mais ce n’est pas suffisant car force est de constater que la perfection du Père céleste exigée par Jésus pour les chrétiens n’est absolument pas au rendez-vous et elle ne l’était pas davantage au sein de l’Eglise primitive charismatique.
Ainsi la Lettre tue, c’est vrai, parce que les chrétiens sur terre ne peuvent répondre positivement à l’exigence de perfection de Jésus et/ou de la Lettre. Ils n’en sont pas capables, donc ils sont donc obligatoirement exposés à la Mort, salaire du péché qui persiste indiscutablement. La preuve : ils n’expérimentent pas l’immortalité mais bien plus le cercueil… !
Mais l’Esprit vivifie (Dzoopoeio : faire vivant, vivifier, donner la vie, produire la vie, revêtir de vie, transformer en vie) comme Paul le dit tout autant. Autrement dit l’Esprit qui nous a rendu les aspects charismatiques d’Eglise doit encore nous vivifier c’est-à-dire nous métamorphoser le corps, le revêtir de la Vie pour que nous puissions naître En-Haut dans un environnement glorieux parfait d’immortalité qui ne peut être que la Salle du Trône : la Terre promise glorieuse de l’Eglise.
C’est la seule solution pour pouvoir répondre parfaitement à l’exigence de Jésus-Christ !
Ainsi l’Esprit, l’interprétation, la compréhension, le cœur, l’âme, l’intérieur, le vécu, la puissance harmoniseront parfaitement avec la Lettre, la Loi, les textes bibliques, le tangible, le corps glorifié, l’extérieur glorieux !!! C’est la situation de l’Eglise des Vainqueurs montée ! L’exigence de Jésus-Christ est donc faisable mais uniquement à cette condition-là ! 

c)  La Lettre – Loi et l’Esprit dans l’Apocalypse-Révélation

Nous commencerons par la fin pour revenir au but de l’Apocalypse avec la constitution de l’Eglise des Vainqueurs. Il est en effet quelquefois préférable de connaître la finalité ultime pour trouver la motivation et les indicateurs qui permettrons de mieux emprunter la voie qui y mène.

-     L’aboutissement de la Révélation : Dieu TOUT en tous

« Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé. » (Matthieu 5 :18).
Quand le ciel et la terre passeront-ils ? Réponse : « Puis je vis un grand trône blanc et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s'enfuirent devant sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux. » (Apocalypse 20 :11).
De toute évidence la Lettre-Bible-Loi ne peut qu’apparaître toujours et encore dans l’Apocalypse car elle ne disparaîtra en tant que telle qu’au moment du jugement dernier où le ciel et la terre actuels auront passé. Dans l’éternité, la communication et la compréhension seront parfaites de par l’Esprit qui est sur le Trône et Dieu sera TOUT en tous (Apocalypse 4 :5 ; 5 :6). La Lettre-Bible n’aura plus de ce fait le même rôle et il n’y aura plus de problème d’interprétation car il n’y aura plus de distance entre Dieu et les hommes. Elle se « transfigurera » dans l’environnement céleste glorieux de l’éternité. L’Apôtre Paul nous offre une description de la fin qui aboutira au fameux « Dieu TOUT en tous », ce qui est le nec plus ultra de tout et du tout
« Ensuite viendra la fin quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance. Car il faut qu'il règne (Millénium Apocalypse 19 et 20) jusqu'à ce qu'il ait mis tous les ennemis sous ses pieds. Le dernier ennemi qui sera détruit, c'est la mort (Cf. Apocalypse 20 :14). Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu'il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté. Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous. » (1 Corinthiens 15 :24-28).

-     La Révélation mène vers l’aboutissement

Le but de la Révélation à terme est d’aboutir à l’éternité où le nouveau ciel et la nouvelle terre ne feront plus qu’UN et où Dieu sera tout en tous. Le support de la Lettre comme moyen de communication caractéristique de l’espace-matière-temps (voile) sera différent. Comme dit, toute « Lettre » demande actuellement une interprétation introduisant une certaine incertitude et relativité et comme la communication sera parfaite sans « distance », elle ne pourra plus exister en tant que telle. Elle sera métamorphosée et « fondue » dans l’environnement merveilleux céleste et glorieux en ce sens que ledit environnement sera la réalisation de ce qu’elle avait prophétiquement annoncé. Puisque Jésus EST Parole, elle sera partout tout en tous EN Lui.
Les dernières « Lettres » à « interpréter » qui existeront seront contenues dans le Livre de Vie avec les noms des sauvés : « Quiconque ne fut pas trouvé écrit (Lettre) dans le livre de vie fut jeté (Esprit, puissance de jugement) dans l'étang de feu. » (Apocalypse 20 :15). « …il n'entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l'agneau ». (Apocalypse 21 :27).
D’autres livres auront été préalablement ouverts, ce seront les avant derniers : « Et les morts furent jugés selon leurs œuvres (Esprit, vécu), d'après ce qui était écrit dans ces livres (Lettre). » (Apocalypse 20 :12c).
Le seul interprète en sera le Souverain Juge ! Ainsi tout sera parfaitement interprété et révélé, tout sera Lumière et Gloire dans tous les sens du terme (Apocalypse 21 :23) !

-     sus-Christ LA Révélation : la Parole-Lettre ET l’Esprit
  
Le Livre de l’Apocalypse est la Révélation de la personne de Jésus Christ et de la part de Jésus-Christ par l’Esprit (vécu, puissance) et la prophétie (Lettre issue du vécu).
« Car le témoignage de Jésus EST l'Esprit de la prophétie ». (Apocalypse 19 :10).
« Révélation de Jésus Christ que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt et qu'il a fait connaître par l'envoi de son ange à son serviteur Jean, lequel a attesté la parole de Dieu (Lettre) et le témoignage de Jésus Christ, tout ce qu'il a vu (Esprit, vécu). » (Apocalypse 1 :1-2).
            Il est Parole et elle émane de Lui telle une épée qui sort de Sa bouche : « …il était revêtu d'un vêtement teint de sang (Esprit, vécu). Son nom est la Parole de Dieu (Lettre). » (Apocalypse 19 :13). « De sa bouche sortait une épée aiguë (A la fois Esprit et Lettre) » (Apocalypse 19 :15 ; cf. Apocalypse 1 :15 ; Ephésiens 6 :17).
« Et je vis au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé. Il avait sept (sept = plénitude) cornes (=puissance) et sept yeux (= vision, discernement ; 1 Corinthiens 2 :10) qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre. » (Apocalypse 5 :6).
« Du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres. Devant le trône brûlent sept lampes ardentes (Esprit, Lumière parfaite), qui sont les sept esprits de Dieu. » (Apocalypse 4 :5).
Voici deux passages de Paul qui vont dans le même sens :
« …et l'épée de l'Esprit qui est la Parole de Dieu (A la fois Esprit et Lettre) » (Ephésiens 6 :17).
« Car la parole de Dieu (Lettre) est vivante et efficace (Esprit, puissance), plus tranchante qu'une épée (Esprit-puissance et Lettre-Parole) quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. » (Hébreux 4 :12).
Jésus-Christ, dont le Nom est Parole de Dieu et dont l’épée de l’Esprit qui est la Parole de Dieu sort de Sa bouche, est les prémices de l’aboutissement de la Révélation dont nous avons parlé dans le paragraphe précédent car Il est la synthèse du Tout dans le Père et notamment l’unité identitaire de l’Esprit et de la Lettre-Parole dans « l’épée ».

-     Le prophétisme de l’Apôtre Jean

Le prophétisme vécu par l’Apôtre Jean comporte constamment un va et vient entre d’une part la Lettre et d’autre part l’Esprit. L’expérience typiquement prophétique fut marquée par l’audition claire, le visuel direct et même le « digestif » dans un environnement de Gloire céleste. Tout cela représente la perfection prophétique présentant constamment cette présence constante simultanée et unité de l’Esprit et de la Lettre-Parole. Cela est souligné par le passage d’Apocalypse 22 : 18 qui coupe telle une épée (Combinaison prophétique entre l’Esprit et la Lettre-Parole) à la fin du livre avertissant de jugements radicaux ceux qui retrancheraient ou ajouteraient quoi que ce soit aux paroles prophétiques de ce livre et au témoignage rendu à Jésus… !
L’insistance pour souligner la véracité et l’authenticité de ce livre voulait que soit probablement évité son passage aux oubliettes (retrancher) et dans l’incompréhension (ajouter) par l’Eglise pour environ 2000 longues années avec tous les jugements et malheurs y afférant ! Nous espérons que ce ne sera pas davantage !
La relecture des passages suivants repris avec des parenthèses indiquant s’il s’agit de la Lettre et/ou de l’Esprit, nous démontre la réalité prophétique puissante du livre de l’Apocalypse conjuguant constamment tour à tour les deux réalités :
« …à son serviteur Jean, lequel a attesté la parole de Dieu (Lettre) et le témoignage de Jésus Christ, tout ce qu'il a vu (Esprit, vécu). Heureux celui qui lit (Lettre) et ceux qui entendent les paroles de la prophétie (Lettre), et qui gardent (Esprit, vécu) les choses qui y sont écrites (Lettre) ! » (Apocalypse 1 :1-3).
 « Ce que tu vois (Esprit, vécu), écris-le dans un livre (Lettre), et envoie-le aux sept Églises, à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie et à Laodicée. » (Apocalypse 1 :11).
« Écris (Lettre) donc les choses que tu as vues (Esprit, vécu), celles qui sont et celles qui doivent arriver après elles » (Apocalypse 1 :19).
« Repens-toi (Esprit, vécu) donc ; sinon, je viendrai à toi bientôt, et je les combattrai avec l’épée de ma bouche (A la fois Esprit et Lettre). Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit (Esprit) dit (Parole, Lettre, Loi) aux Églises. » (Apocalypse 2 :16-17).
« Et la voix, que j'avais entendue (Esprit, vécu) du ciel, me parla de nouveau et dit : Va, prends le petit livre ouvert (« Lettre ouverte ») dans la main de l'ange qui se tient debout sur la mer et sur la terre. Et j'allai (Esprit, vécu) vers l'ange en lui disant de me donner le petit livre (Lettre). Et il me dit : Prends-le, et avale-le (Esprit, vécu) ; il sera amer à tes entrailles, mais dans ta bouche il sera doux comme du miel (Combinaison prophétique entre l’Esprit le vécu et la Lettre « ingérée »). Je pris le petit livre (Lettre) de la main de l'ange et je l'avalai (Esprit, vécu) ; il fut dans ma bouche doux comme du miel, mais quand je l'eus avalé, mes entrailles furent remplies d'amertume (Combinaison prophétique entre l’Esprit le vécu et la Lettre « ingérée »). Puis on me dit : Il faut que tu prophétises (Lettre) de nouveau sur beaucoup de peuples, de nations, de langues, et de rois. » (Apocalypse 10 :8-11).
« Et il me dit : Ces paroles (Lettre) sont certaines et véritables ; et le Seigneur, le Dieu des esprits des prophètes (Esprit), a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt. Et voici, je viens bientôt. Heureux celui qui garde (Esprit, vécu) les paroles de la prophétie de ce livre (Lettre) ! C'est moi Jean, qui ai entendu et vu (Esprit, vécu) ces choses » (Apocalypse 22 :6-8).
« Et il me dit : Ne scelle point les paroles de la prophétie de ce livre (Lettre)…Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre (Lettre) : Si quelqu'un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre (Lettre) ; et si quelqu'un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie (Lettre), Dieu retranchera (Esprit, puissance de jugement) sa part de l'arbre de la vie (Esprit, puissance) et de la ville sainte (Lettre environnement), décrits dans ce livre (Lettre). » (Apocalypse 22 : 10+18).

-     Martyrs, témoins à la fois de l’Esprit et de la Lettre

L’Apôtre Jean fut déporté sur l’île de Patmos déserte et sans ressources alimentaires à l’époque et fut donc condamné à y mourir de faim après qu’on eut essayé en vain de le faire bouillir dans de l’huile brûlante. Mais l’Ennemi et ses acolytes n’eurent aucune prise sur son corps qui est resté intact. Il put par conséquent diffuser le livre de l’Apocalypse (Lettre) par la suite et expérimenter l’immortalité de par la métamorphose de son corps et sa montée (Esprit, vécu) :
 « Moi Jean, votre frère qui ai part avec vous à la tribulation (martyr) et au royaume et à la persévérance EN Jésus (Esprit, vécu, immortalité), j'étais dans l'île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu (Lettre) et du témoignage de Jésus (Esprit, vécu). » (Apocalypse 1 :9).
Les martyrs de la Grande Tribulation seront eux aussi témoins tant de la Lettre que de l’Esprit :
« Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés (martyrs) à cause de la parole de Dieu (Lettre) et à cause du témoignage (Esprit, vécu) qu'ils avaient rendu. » (Apocalypse 6 :9).
L’Eglise des Deux Témoins sont des exemples frappants par rapport à la combinaison de l’Esprit et de la Lettre :
« Je donnerai à mes deux témoins (Esprit, vécu) le pouvoir (Esprit, puissance) de prophétiser (Lettre)…Si quelqu'un veut leur faire du mal, du feu (Esprit, puissance) sort de leur bouche et dévore leurs ennemis…Quand ils auront achevé leur témoignage (Esprit, vécu) , la bête qui monte de l'abîme leur fera la guerre, les vaincra, et les tuera (martyrs)…Après les trois jours et demi, un esprit de vie (Esprit, puissance), venant de Dieu, entra en eux, et ils se tinrent sur leurs pieds (Esprit, puissance)… Et ils entendirent du ciel une voix qui leur disait : Montez ici (Lettre) ! Et ils montèrent au ciel dans la nuée ici (Esprit, puissance) » (Apocalypse 11 : 3-12).
Ceux qui ne seront pas « montés » et qui ne seront pas « enlevés » durent subir la guerre que leur livrera le Dragon et leur marque de fabrique sera l’Esprit et la Lettre :
« Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s'en alla faire la guerre au reste de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu (Lettre - Loi) et qui ont le témoignage de Jésus (Esprit, vécu). » (Apocalypse 12 :17).
Il en sera de même des martyrs qui règneront durant le Millénium :
« Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités (martyrs) à cause du témoignage de Jésus (Esprit, vécu) et à cause de la parole de Dieu (Lettre) et de ceux qui n'avaient pas adoré la bête ni son image et qui n'avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main (Esprit, vécu). Ils revinrent à la vie (Esprit, puissance) et ils régnèrent (Esprit, puissance) avec Christ pendant mille ans. » (Apocalypse 20 :4).

-     Eglise des Vainqueurs porteurs de l’Esprit et de la Lettre

Les marques de l’identité de l’Eglise des Vainqueurs relèveront aussi de l’Esprit et de Lettre :
« …sur ce caillou est écrit un nom nouveau (Lettre, nom, identité), que personne ne connaît, si ce n'est celui qui le reçoit (Esprit, vécu). » (Apocalypse 2 :17).
« Celui qui vaincra (Esprit, puissance), je ferai de lui une colonne (Esprit, puissance) dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai (Lettre) sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem (Lettre) qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu (Esprit, puissance), et mon nom nouveau (Lettre). Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit (Esprit, puissance) dit (Lettre - Parole) aux Églises ! » (Apocalypse 3 :12-13).
« Je connais tes œuvres (Lettre). Voici, parce que tu as peu de puissance (Esprit), et que tu as gardé ma parole (Lettre – Parole) et que tu n'as pas renié mon nom (Lettre – Parole), j'ai mis devant toi une porte ouverte (Esprit, puissance), que personne ne peut fermer. Parce que tu as gardé la parole de la persévérance (Lettre) en moi, je te garderai (Esprit) aussi durant la Grande Tribulation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver (Esprit, puissance de jugement) les habitants de la terre. » (Apocalypse 3 :8-10).
La nouvelle génération enlevée de l’Eglise des Vainqueurs née de l’Epoux et de l’Epouse, de par la combinaison parfaite entre l’Esprit et la Lettre-Parole put éjecter avec les anges le Dragon et ses acolytes des lieux célestes, première victoire fondamentale :
« Ils l'ont vaincu (Esprit, puissance) à cause du sang (Esprit, puissance) de l'agneau et à cause de la parole (Lettre – Parole) de leur témoignage (Esprit, vécu) et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort (Esprit, puissance). » (Apocalypse 12 :11).

      Conclusion

Le légalisme qui ne jure que par la Lettre en soi (Juifs traditionalistes, chrétiens judaïsants, intégristes catholiques et dénominationalistes sectaires protestants) et le spiritualisme (Kabbalistes, gnostiques, adeptes du New Age et toutes ses ramifications, spiritisme, occultisme) qui ne jure que par le spirituel en soi, ont conduit à des déviations de toutes sortes dès le 2ème siècle jusqu’à nos jours.
Une mauvaise interprétation spiritualiste gréco-romaine des épîtres de Paul a notamment conduit au début au Marcionisme et d’une façon plus modérée dans le christianisme en général à un enseignement qui n’inclut pas le salut-rédemption du corps au même titre que celui de l’esprit et de l’âme.
Le légalisme dans l’Eglise a conduit aux Corpus théologiques et éthiques-règlementaires traditionnels et ensuite au dénominationalisme sous-tendu par une kyrielle de confessions de foi limitatives et exclusivistes. Ainsi les églises sont devenues des prisons confessionnelles. En fait c’est totalement inévitable dans la prison espace-matière-temps.
La Bible prône l’Esprit (ROUaH qui planait au-dessus des eaux) et la Lettre-Parole (Elohim dit et [cela] fut) de bout en bout dès la création (Genèse 1 :1ss) jusqu’à l’Apocalypse comme nous l’avons démontré dans notre propos.
L’Esprit et la Lettre ne trouvent leur harmonie parfaite que dans les lieux célestes, exception faite au niveau de Jésus Homme parfait et Dieu qui nous a par-là ouvert le Chemin, c’est pourquoi nous sommes invités à y aller dès à présent.
Quand il y a correspondance des deux sur terre, cela aboutit au martyr. Le Seigneur Jésus-Christ en est l’exemple parfait. Son accomplissement parfait de la Lettre-Loi sur terre avec la plénitude de l’Esprit sur Lui n’a pu qu’aboutir à la croix, car c’est en quelque sorte insupportable pour les religieux et les idolâtres qui sont toujours dans le déséquilibre. De même les chrétiens restés sur terre qui tendront à rester fidèles à l’Esprit comme à la Lettre durant la Grande Tribulation et le règne de l’Anti[é]-Christ soit monteront, soit mourront martyrs soit les deux comme l’Eglise des Deux Témoins.
Mais la Lettre-Parole dit que l’Esprit vivifie c’est-à-dire qu’Il a ressuscité Jésus en un corps glorieux, qu’Il métamorphosa Jean et qu’Il veut métamorphoser celles et ceux qui veulent monter à la Salle du Trône, la Terre promise céleste dans le but de faire partie de l’Eglise des Vainqueurs ! Soyons donc bibliques (Lettre, travail, lecture, transpiration) et remplis, revêtus du Saint Esprit (Esprit, puissance, bonne interprétation, inspiration) !
 


                                                                                       En Lui, Martin BUSCH