Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

vendredi 28 octobre 2016

94 Néhémie 1.4

Néhémie 1.4 : Lorsque j’entendis ces nouvelles, je m’assis pour pleurer; durant plusieurs jours je restai dans l’affliction, en jeûnant. Je me mis à prier le Dieu du ciel

      Dans cet article, j'aimerais aborder comment il est possible de se laisser interpeller par une vision venant de Dieu et comment entrer dans l'accomplissement de celle-ci. Il est remarquable que pour faire sa volonté, Dieu cherche toujours un être humain qui se laisse saisir par son cœur pour mener à bien une mission qui sera une victoire éclatante de Dieu. Dans notre verset plus haut, nous voyons un homme de condition relativement humble puisqu'il était échanson, c'est à dire qu'il était serviteur à la Cour du roi, être saisi de douleur en apprenant la désolation de Jérusalem, ville de son cœur mais aussi du cœur de Dieu.

   Le premier point à retirer si nous voulons devenir un homme de vision c'est qu'il faut rejoindre les sentiments de Dieu sur une situation, se laisser interpeller par eux et entrer dans une démarche de chercher sa face. Dans l'histoire de Néhémie, bien qu'il soit saisi de cette manière, reconstruire les murailles de Jérusalem était de l'ordre de l'impossible. La seule chose qu'il pouvait faire et qui est la meilleure d'ailleurs, c'est s'en remettre à Dieu pour le laisser nous conduire et qu'Il agisse dans toute sa gloire. Au chapitre 2 du livre de Néhémie, vous pourrez lire comment Dieu a pu fléchir le cœur d'un roi relativement dur à la requête de Néhémie et rendre possible un voyage sur place, ce qui était la première étape de l'accomplissement de la vision.

   Si Dieu met sur ton cœur une vision, même si elle semble impossible, entre directement dans la prière et compte sur Dieu pour ouvrir la première des portes. N'attend pas que tout le chemin s'ouvre mais entre dans cette première porte. Le chemin jusqu'à l'accomplissement final de la vision peut prendre toutes sortes de formes et les étapes vont se succéder, Dieu ouvrant de nouvelles portes au temps opportun après chaque pas d'obéissance. Par la suite, nous verrons quelques uns des pièges de l'ennemi pour que cette vision n'aboutisse pas. Sois en certain, entrer dans une vision et arriver au bout ne se fait pas sans mal et sans piège, c'est pour cela qu'il est important de rester constamment dans la recherche de la face de Dieu et de sa volonté pour déjouer ces pièges et arriver à bon port.  

   Le deuxième point c'est que Dieu va mettre à tes côtés des compagnons d'œuvre qui vont embrasser la vision. En effet, le visionnaire a très rarement le potentiel pour mener à bien la vision seul. Oui, tu es le porteur de la vision et Dieu t'a choisi, mais tout comme pour la reconstruction de la muraille de Jérusalem, tu as besoin des autres. Chacun de ces compagnons que Dieu mettra à tes côtés posera sa pierre car il est le seul apte à le faire car lui aussi fait partie du choix de Dieu pour l'accomplissement de cette vision. Ceci dit le visionnaire doit rester au centre de l'œuvre et en garder le leadership (voir ce que nous entendons par leader dans l'article : Devenir un bon leader). S'il la délègue à d'autres, tôt ou tard ceux-ci vont dévier par rapport à la vision. Le visionnaire ne peut être qu'un rassembleur et doit avoir la notion de l'unité.

  

Néhémie 4.7 et 8 : (Ils) apprirent que la reconstruction des murailles de Jérusalem progressait, et que les brèches étaient en voie d’être refermées, ils laissèrent éclater leur colère et s’entendirent pour venir tous ensemble attaquer Jérusalem et y semer le désordre.

   Il suffit que Dieu décide de faire quelque chose et d'appeler un homme pour accomplir cette volonté pour que le diable se lève avec tous les moyens à sa disposition pour faire échouer ce plan. Néhémie n'a pas échappé à la règle et vous verrez que comme Ecclésiaste le dit, il n'y a pas grand chose de nouveau sous le soleil, car les moyens qu'il utilise aujourd'hui pour décourager et réduire à néant les projets de Dieu sont les mêmes qu'à l'époque.

   La première des choses à laquelle nous sommes confrontés, c'est la moquerie d'une partie de ceux qui vont entendre parler de notre vision (cf. Néhémie 4.1 à 6). Les "rêveurs" ont toujours été critiqués et méprisés. Pourtant, il faut être "rêveur" pour faire bouger le monde et accomplir des choses invraisemblables. Si il n'y avait pas eu de "rêveurs", probablement que la roue n'existerait pas encore. Ce qui est plus douloureux, c'est que ces critiques peuvent venir de chrétiens aveuglés sur Dieu et son œuvre. L'homme de vision doit apprendre à déposer ce rejet et cette souffrance aux pieds du Seigneur et compter sur son secours et sa défense. N'oublions pas que derrière ces personnes, le véritable ennemi, c'est le diable et non ces êtres humains.

   La deuxième des grosses armes du diable c'est la peur et la menace (cf. Néhémie 4). Néhémie avait déjà réussi une partie de l'œuvre que Dieu lui avait confiée, et lui et ses compagnons prenaient à cœur ce travail. Quand la moquerie et la dérision n'arrivent pas à décourager, le diable va essayer de nous enfermer dans la peur. C'est une véritable prison qui peut enrayer les plus bouillants d'entre nous. La peur est un sentiment humain normal mais ce qui n'est pas juste c'est qu'elle nous paralyse. Un jour ou l'autre, il faut pouvoir l'affronter avec là aussi l'aide de Dieu. Nous ne craignons rien si nous veillons et prions car Dieu trouvera toujours le moyen de nous prévenir des dangers qui nous guettent et nous en délivrer. Néhémie a rassemblé les forces vives pour ne faire qu'un face à l'adversité et tout en travaillant, ils étaient prêts au combat. Nous avons ici une belle image de l'intercession qui soutient le travail sur le terrain. Bien que ce temps de veille et de travail simultané soit très éprouvant, il ne dure qu'un temps.

   Quand la moquerie et la peur ne marchent pas, le diable va adopter une attitude plus subtile pour nous entraîner dans la distraction (cf. Néhémie 6.2 et 3) Il est malheureux de constater que beaucoup d'enfants de Dieu zélés n'ont pu arriver au bout de la vision qu'il avait reçue parce qu'à un moment donné, ils se sont laissés distraire et ont dévié du chemin initial. Cette stratégie peut prendre toute sorte de forme telle que réunions préparatoires interminables, discussions vaines sur des futilités, ect ... Ce qui m'a toujours marqué c'est cette Parole de Dieu à Moïse :" Fais ... comme tu as vu sur la montagne" (Exode 25.40). Les visions de Dieu sont toujours très précises et Dieu a de bonnes raisons pour cela. Même si nous ne savons pas le pourquoi, il est indispensable de coller le plus possible à la vision reçue sans s'en laisser détourner au risque de se fourvoyer et de perdre beaucoup de temps.

   Autre tactique très commune du diable c'est la médisance (cf. Néhémie 6.6 à 8). Nous ne sommes pas sans ignorer que le diable est le père du mensonge et qu'il prend un malin plaisir à répandre de faux bruits. Si nous craignons pour notre réputation, nous serons bien vite stoppés dans l'œuvre de Dieu. Jésus en est l'exemple suprême, toute son œuvre n'a été que bénédictions et grâces et pourtant, il a essuyé les pires insultes. Je voudrais faire une parenthèse et m'adresser aux victimes de ces médisances, tu es peut-être brisé(e) et complètement dégouté(e) par ce flot de médisances qui a déferlé sur toi, ne reste pas sur un sentiment d'amertume ou de rancune, mais tourne toi vers ton Seigneur qui te consolera et te redonnera le courage nécessaire pour reprendre la route.

   Le diable est prêt à tout pour enrayer l'œuvre de Dieu (cf. Néhémie 6.12 et 13). Et oui ! si vous lisez ces versets, vous verrez que même un prophète se laisse soudoyer pour essayer d'entraîner Néhémie dans un péché. Je suis le premier à dire que la voix prophétique est une bénédiction dans nos vies pour connaître la volonté de Dieu à notre égard mais je vous exhorte à faire ce que la Parole nous invite à faire : examiner toute chose (1 Thessaloniciens 5.20 et 21) et j'ajouterai  : avec grand soin. Même des gens bien intentionnés à notre égard peuvent se laisser entraîner par leurs sentiments humains et nous dire des choses sous le couvert prophétique qui vont à l'encontre de la mission que Dieu nous a donnée.

   Enfin, et cette liste n'est pas exhaustive, quand vous êtes porteur d'une vision, des gens vont adhérer à votre vision. Prenez grand soin aussi que ces personnes sont de véritables collaborateurs suscités par Dieu. Si vous lisez Néhémie 6.19, vous verrez que celui-ci était entouré de "traitres" qui pactisaient avec l'ennemi. C'est un énorme frein aussi que d'être entouré de personnes qui sabotent systématiquement ce que vous êtes en train de faire pour Dieu. Il y a toutes sortes de mauvaises motivations qui peuvent animer ces gens, que cela soit la jalousie, l'envie, le désir de pouvoir, ect ... et soyez en certain, ils vous feront une guerre interne qui peut ruiner à tout jamais la vision.



Néhémie 7.1 : Lorsque la muraille fut achevée ...

    Néhémie est arrivé au bout de sa mission et la muraille de Jérusalem a été reconstruite. Cela a permis aux Juifs qui étaient revenus de captivité de pouvoir pleinement vivre leur culte à Dieu. Une profonde restauration du peuple dans son respect pour Dieu et la Loi va suivre cette reconstruction et nous pouvons associer cela à un réveil religieux.

   Tu peux devenir un homme de vision, un revivaliste, une personne qui amène le réveil de Dieu et la restauration de son peuple. Que nous soyons de condition humble ou en vue, cela ne fait aucune différence. D'ailleurs, n'est-ce pas quelques pêcheurs de Galilée qui ont bouleversé le monde avec le message de l'Evangile. Toi qui viens de lire ces lignes, je t'encourage vraiment à te laisser saisir par le cœur de Dieu sur les besoins de notre monde actuel qui est une vraie désolation, à entrer dans son intimité par la prière et à recevoir de lui un ordre de mission pour vivre cette palpitante aventure de voir une vision de Dieu se réaliser et amener une bénédiction exceptionnelle.

Ezéchiel 37 Ministères © Mai 2012


Claudy et Corinne d'Ezéchiel 37 Ministères


http://www.mfpg.be

105 PROPHETISE !

INTRODUCTION

Le prophète Ezéchiel ressemble à l’Apôtre Jean de l’Apocalypse. Il bénéficia de plusieurs théophanies ou apparitions glorieuses de YHWH Elohim (Ezéchiel 1 ;8 ; 10 ; 43 etc…). Il fut transporté surnaturellement (Ezéchiel 8 :3) et fut dans la Salle du Trône et entre ciel et terre.
Il exerça son ministère à partir du début du 6ème siècle (-597 à -586 prise de Jérusalem et destruction du Temple par Nabuchodonosor) avant Jésus-Christ où Juda et particulièrement les habitants de Jérusalem étaient dans une souffrance inouïe à cause des Babyloniens. Il suffit de lire le livre des « Lamentations de Jérémie » à propos des événements en question pour s’en rendre compte d’où l’expression « jérémiades ».
Ezéchiel était un prêtre ayant exercé au Temple et fut déporté avec sa femme en -597 lors de la première déportation des Juifs en Babylonie. Il n’assista donc pas à la destruction du Temple en -586 comme Jérémie par exemple.
Il prophétisa là-bas et fut auprès des exilés (Ezéchiel 1 :1-3). Le bien nommé Ezéchiel, « Elohim fortifie » (YeTZeKEL : verbe YaTZaK : fortifier, soutenir, encourager + El : Dieu) prophétisa non seulement pour expliquer la situation catastrophique de l’exil à cause des péchés du Peuple d’Israël qu’il dénonce mais aussi pour encourager, fortifier, soutenir par l’annonce de temps meilleurs avec le retour au Pays, sa restauration ainsi que la reconstruction du 2ème Temple et, nous le verrons, bien au-delà. 
Le chapitre 37 que l’on pourrait considérer comme étant un des textes majeurs de son livre où ADoNaÏ (Seigneur) YHWH (tel qu’Il nommé dans ce chapitre) lui dit avec force et autorité : « Prophétise ! », nous paraît tenir une place importante dans ce contexte et aussi par rapport à l’Eglise des Vainqueurs.

1. Comparaison entre Israël déporté et l’Eglise déportée 

a) Le parallélisme

Dans plusieurs écrits précédents nous avons établi le parallélisme entre le Peuple d’Israël hors de son Pays promis soit au désert, soit en exil d’une part et d’autre part l’Eglise hors de son Pays promis en exil-désert dans l’espace-matière-temps, sachant que la Salle du Trône, le Paradis sont évidemment le Pays promis. 
Aujourd’hui l’Eglise ne sait même pas qu’elle est en exil, déportée dans l’espace-matière-temps et qu’elle est appelée, comme Israël à retourner dans son Pays, à revenir au « Pays céleste » dès maintenant, ceci depuis le message de Jésus-Christ Glorifié aux sept églises. En effet ce que le premier Adam a perdu le second Adam, Jésus-Christ, nous l’a entièrement récupéré et restitué.
Comme elle ne se rend pas compte de cette situation catastrophique d’exil-désert, il ne lui vient même pas à l’idée qu’il faudrait peut-être monter dès aujourd’hui au Pays promis à savoir le Paradis connecté à la Salle du Trône ! Elle s’est installée dans l’exil-désert non pas seulement physiquement mais aussi mentalement et spirituellement et y vit tant bien que mal au fil des aléas de l’Histoire.
De même les Israélites exilés à l’époque s’étaient résignés. Ils finirent par s’intégrer à la vie à Babylone, peut-être davantage encore lorsque les Perses prirent le pouvoir. Ils n’avaient plus aucun espoir de pouvoir un jour revoir le Pays promis à leurs ancêtres par le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Cet avenir-là semblait totalement bouché et ils avaient refoulé toute perspective de retour en terre d’Israël.
Certes l’histoire d’Esther face à Hamann à l’époque perse démontra qu’ils risquaient encore le génocide, mais l’issue heureuse avec le Juif Mardochée, devenu ensuite « premier ministre » du roi Assuérus, conforta encore davantage leur bien-être et leur position en Babylone – Perse ! (Esther 10 :2-3) 
Incroyable mais vrai : en -538 Cyrus, le roi des Perses, encouragea le retour et la reconstruction du Temple par un édit (Esdras 1 ; 6 :3ss). Plus tard le roi Artaxerxès confirma tout cela par un courrier notamment pour la reconstruction de la muraille de Jérusalem (Esdras 7 :11ss ; Néhémie 2 :7ss). Il faut bien comprendre que dans le contexte politique de l’époque, il était inconcevable de faire revenir des déportés dans leur terre d’origine sous peine de risquer à terme des velléités nationalistes et indépendantistes de révolte des intéressés contre la puissance dominante. 
La déportation était en effet une méthode fréquemment employée par l’envahisseur vainqueur pour finir d’anéantir définitivement un peuple. Il fallait d’abord le réduire en esclavage loin de sa terre et l’humilier au maximum pour qu’il ait honte de sa religion, de son identité, de sa culture et de sa position de vaincu et de perdant. Ensuite, sur des générations, le mélange aux populations autochtones pour l’assimiler au peuple dominant représentait logiquement une ascension sociale mais avec à la fin une disparition par immersion dans le milieu ambiant.
Cette politique commença rapidement à porter ses fruits à Babylone. En effet pour un juif, relativement bien installé en Babylonie puis en Perse, prendre le risque de voyager dangereusement pour essayer de se reconstruire un avenir et du bien-être aléatoires dans ce qui était devenu un pays sinistré et largement occupé par une population étrangère de surcroît mélangée aux Juifs généralement pauvres restés là-bas, n’était pas une perspective de sinécure. Le niveau de vie en Perse était beaucoup plus élevé. Bref il fallait envisager de gros sacrifices ! 
Les prophètes Esdras et Néhémie en firent en quelque sorte les frais face à de multiples résistances de toutes sortes ! 
De nos jours, les Juifs de la diaspora, notamment aux USA et surtout ceux qui y ont fait fortune, n’ont pas l’absolue envie de faire leur Aliyah en Eretz Israël. Il s’agit pourtant d’une démarche indispensable car le parallélisme identitaire Israël – Eglise va jusque dans l’éternité ! Plus les Juifs rentreront au bercail pour s’installer au Pays promis dans les frontières déterminées par YHWH Elohim et reconstruire le 3ème Temple, plus l’Eglise est proche du passage à la Salle du Trône ! Israël est « un indicateur prophétique » de plus en plus visible et évident pour l’Eglise.

b) Projections prophétiques d’avenir !

Le prophétisme vétérotestamentaire majeur (Esaïe, Jérémie, Ezéchiel) s’adressait certes aux Juifs de l’époque de l’exil babylonien mais au regard des textes, nous remarquons sur la base de notre parallélisme de merveilleuses projections prophétiques éclairant un avenir beaucoup plus éloigné qui nous concerne au premier chef, notamment par rapport à l’Eglise des Vainqueurs. 
Ce prophétisme se projette certes d’abord sur l’époque du retour de Babylone, de la reconstruction du 2ème Temple et des murailles de Jérusalem devant effectivement intervenir quelques dizaines d’années plus tard. 
Mais il est clair qu’il se projette aussi sur l’époque des Evangiles (Esaïe 53 par ex.) et des Epîtres puis sur celle de la fin décrite par l’Apocalypse qui dépend à la fois du retour des Juifs dans leur Pays promis actuellement et à la fois du retour et/ou de la montée des chrétiens qui écouteront ce que l’Esprit Saint et Jésus Glorifié disent aux églises depuis presque 2000 ans à travers le texte de l’Apocalypse !  
Depuis bien longtemps des commentateurs ont procédé plus ou moins à ce type de démarche pour justifier à bon escient le Millénium par exemple sur la base d’Esaïe 11 parlant du Messie juste Juge régnant et du loup couchant avec l’agneau. 
Nous verrons que bien des textes de ces prophètes se projettent sur l’ensemble du texte de l’Apocalypse, tel qu’il est tout simplement, et nous permettront d’avoir des éclairages identiques et complémentaires.
Ezéchiel avec ses collègues prophètes de cette époque nous ont donc laissé des textes saisissants dont des éléments majeurs ne se sont pas réalisés ni à l’époque, ni jusqu’à nos jours et qui de ce fait font obligatoirement une projection qui porte des éclairages intéressants sur notre avenir.

2. Perspectives d’interprétation d’Ezéchiel 37

a) Résurrection ? 

Il est vrai qu’au premier abord la description des os remis en place, de la chair qui repousse dessus, de l’esprit donné à ces corps et la question d’ADoNaÏ YHWH : « Ces os pourront-ils revivre ? » (Ezéchiel 37 :3 ; verbe CHaYa : vivifier, transformer, ranimer, réparer – pas ressusciter) pourrait nous mener à l’interprétation allant dans le sens de la résurrection du corps, de l’âme et de l’esprit. Il y est en plus question de tombeaux dans les versets 12-13.  
Mais il se trouve qu’ADoNaÏ YHWH donne Lui-même la vraie interprétation en disant au prophète : « Fils de l'homme, ces ossements, c'est toute la maison d'Israël. Ceux-ci disent : « Nos os sont desséchés, notre espoir est perdu, c'est fait de nous ! » (Ezéchiel 37 :14).
C’est tout de même bizarre de faire parler des ossements voire éventuellement des os enfouis dans des tombeaux !!! En fait, ils ne sont pas morts au sens commun et habituel du terme puisqu’ils vivent en exil et peuvent parler, même s’ils expriment leur désespoir et pour cause ! Donc s’ils ne sont pas réellement morts et enterrés, ils ne peuvent donc pas davantage ressusciter au sens commun et habituel du terme ! 
Toutefois cet événement prophétique provoque un choc dû à ce paysage mortuaire d’ossements qui seront malgré tout vivifiés (pas ressuscités CHaYa : vivre, vivifier, transformer, ranimer, réparer), contre toute attente raisonnable. Il pointe une situation humainement totalement impossible de retour et de restauration au Pays vu la situation politique du moment, mais l’action miraculeuse d’ADoNaÏ YHWH à travers Son prophète met en route le processus de vivification qui ressemble évidemment à une résurrection tout en n’étant pas vraiment une par rapport à la réalité mise en évidence ici.

b) Déportation, exil, désintégration du Peuple élu

Cette désolation « mortuaire » reflète ce qui semblerait être ancré au plus profond des exilés à Babylone : « Nous n’existons plus, nous sommes morts en tant que Peuple élu, la Terre promise est irrécupérable, le Temple détruit ne peut plus être reconstruit et la dynastie davidique messianique est définitivement éteinte ! Bref, il n’y plus d’espoir, on a finalement mérité ce qu’on a, on va disparaître comme les tribus d’Israël du Nord suite à leur déportation et dispersion par les Assyriens en -722 par Salmanasar V. » 
Voilà ce qu’est la vallée des ossements : la déportation, l’exil et au bout du compte la désintégration du Peuple élu à la fois par génocide partiel surtout au moment de la prise de Jérusalem voire plus tard en déportation et par le mélange avec d’autres nations et cultures. Les repères identitaires et de foi juifs étaient en passe de disparaître progressivement et définitivement. 
Bien plus tard au 20ème siècle, l’horreur des charniers et des fosses communes découverts dans les camps de concentration nazis, faisant évidemment penser à cette vallée des ossements et aux tombeaux, aurait aussi pu se continuer dans l’anéantissement total du Peuple Juif par assimilation progressive et immersion dans les populations et la civilisation occidentales, d’autant plus que l’Eglise dans son ensemble se considérait bien plus qu’aujourd’hui comme étant le nouveau Peuple élu à la place du Peuple Juif ! La terrible « théologie du remplacement » était encore très répandue à cette époque. 
Mais les promesses de restauration d’ADoNaÏ YHWH contenues dans Ezéchiel 37 :12-28 sont l’antidote à toutes les raisons du désespoir des déportés et exilés juifs de toutes les époques et confirment aussi la bonne compréhension de la signification de cette vallée d’ossements. Nous verrons que ces promesses vont même bien au-delà !

c) Le projet

« Je placerai (NaTaN : donner, mettre, placer, établir, accorder) mon Esprit (RWcH : Esprit, Souffle, Vent, Energie, Vie) en vous et vous serez vivifiés, (CHaYa : vivre, vivifier, transformer, ranimer, réparer – pas ressusciter) et je vous placerai (YaNaCH : placer, poser, établir, mettre en repos) sur votre sol (ADaMaH : terre, sol ; vient d’Adam, tiré de la terre glaise rouge, fertile) » (Ezéchiel 37 :14).
Si nous procédons à la projection de ce verset dans le Nouveau Testament, nous obtenons logiquement l’éclairage suivant :
-  la réception du Saint Esprit (don du Saint Esprit : Eglise charismatique), 
-  la métamorphose du corps (vivification, transformation des os : métamorphose)
-  l’accession à la Salle du Trône (placer, mettre au repos sur le sol de la Terre promise : Eglise des Vainqueurs dans la Salle du Trône).
Revenons à l’époque d’Ezéchiel. Le projet d’ADoNaÏ YHWH est la restauration du Peuple entier à savoir Juda et Joseph (Ephraïm fils de Joseph - Tribus du Nord - Israël) dans sa terre, le Temple reconstruit avec le règne messianique éternel. 
Le geste prophétique qui consistait à maintenir ensemble deux bouts de bois représentant Juda et les tribus du Nord devait signifier le retour de l’ensemble des tribus d’Israël (Ezéchiel 37 :15-22). Les deux bouts de bois mis ensemble peuvent aussi faire penser à la fois au sceptre royal et au bâton du berger puisqu’il sera question, quelques versets plus loin, de ces deux fonctions du Messie annoncé. Il est aussi important que l’identité des deux parties du Peuple d’Israël soit gravée respectivement sur les deux parties du bâton. Le côté indélébile et immuable des promesses et de leur réalisation effective se devait d’être souligné devant les exilés. 
Les deux bouts de bois gravés maintenus ensemble par Ezéchiel, passeront dans la main d’ADoNaÏ YHWH qui finalisera au moment voulu. Certaines traductions (Rabbinat) proposent le terme « arbre » quand le bois se retrouve entre les mains d’ADoNaÏ YHWH. Le bois « mort » brisé en deux dans la main d’Ezéchiel serait métamorphosé en un arbre vivant, bref, un retour aux sources, aux origines et surtout à la vie ! Le terme hébreu HeTZ peut en effet se traduire par bois et arbre. Le terme SHeBeT Israël du verset 19 que l’on traduit par tribus peut aussi se traduire par « branches » qui sont associées, ce qui pourrait encore davantage justifier cette interprétation. 
Pourtant les tribus du Nord ne sont pas revenues à l’époque d’Esdras et de Néhémie puisqu’elles avaient été désintégrées par assimilation. 
En effet l’Assyrie avait après -722 réussi la dissolution des tribus du Nord suite à cette déportation. 
Seule la tribu de Juda exilée à Babylone avait encore une existence, une identité et était la seule à être susceptible de rentrer au Pays à cette époque. C’est toujours encore le cas pour l’Israël actuel. Seuls les descendants du Royaume de Juda, peuvent être identifiés aujourd’hui par les généalogies, la transmission religieuse juive d’une génération à l’autre à travers les millénaires depuis cette époque ! 
Il est humainement totalement impossible d’arriver objectivement à une quelconque identification exacte des descendants des tribus du Nord. Mais la prophétie d’Ezéchiel est pourtant claire, nette et précise : le retour au Pays de toutes les tribus !
Aujourd’hui nous savons que la réalisation de ce qui est devenu un vieux rêve, à savoir le rassemblement de l’ensemble des tribus d’Israël ne s’effectuera qu’au retour au Pays promis céleste lors de la deuxième montée dans la constitution de l’Eglise des Vainqueurs en Apocalypse 7 : 4-8, où elles sont toutes énumérées. Il se trouve que cela ne pourra être qu’une opération divine miraculeuse exécutée par les anges qui marqueront du sceau les serviteurs de Dieu issus de toutes les tribus d’Israël qui se trouveront sur toute la terre, disséminées dans toutes les nations ! (Apocalypse 7 :1-3 ; Ezéchiel 37 : 21). 
C’est évidemment la preuve par neuf de la véracité de cette projection prophétique concernant l’ensemble du Peuple d’Israël et de la terre promise à identifier de ce fait, une fois de plus, à la Salle du Trône !!! (Ezéchiel 37 :20-22 ; Apocalypse 7 :4-9). 
Le projet ne concerne pas seulement le retour de l’ensemble des tribus juives au Pays mais encore le règne messianique exercé à partir du Sanctuaire.
« … un seul roi sera le roi d'eux tous : ils ne formeront plus une nation double et ils ne seront plus, plus jamais, fractionnés en deux royaumes. » (Ezéchiel 37 :22).
« Mon serviteur David régnera sur eux, il n'y aura qu'un berger pour eux tous ; ils suivront mes lois, ils garderont mes statuts et s'y conformeront. ...ils y demeureront, eux et leurs enfants et leurs petits-enfants pour toujours et David, mon serviteur, sera leur prince pour toujours. …Et les nations sauront que moi, l'Eternel, je sanctifie Israël, puisque mon Sanctuaire sera au milieu d'eux pour toujours. » (Ezéchiel 37 :24-28).
Ce règne messianique sera dirigé pour toujours par « un seul roi » descendant de David, ce qui signifie qu’il n’y aura plus de successeur. Il ne peut que s’agir de Jésus-Christ Glorifié, ressuscité, monté au ciel, immortel et éternel siégeant sur le Trône du Sanctuaire.
Ce sera pour l’éternité, pour toujours. Le Sanctuaire (MiQeDaSH : Lieu mis à part, sacré, Lieu Saint, très Saint), c’est-à-dire le lieu du Trône, sera toujours au milieu d’eux et aura le rôle de les mettre à part ou de les sanctifier (verbe QaDaSH : mettre à part, consacrer, sanctifier). Enfin ils seront parfaits puisqu’ils seront capables de suivre la Torah et c’est confirmé en Apocalypse 14 :5 où il est écrit qu’ils seront irréprochables (amomos[oi] : irréprochable[s], sans tache[s]).
Cette prophétie se projette à la fois sur la composante juive de l’Eglise des Vainqueurs montée (Apocalypse 3 :12 ; 7 :4-8 ; 11 :1-4+12 ; 14 :1-5), sur le Millénium (Apocalypse 20 :9 où il est question de la « cité bien aimée, Jérusalem capitale du Millénium où règnera Christ dans le Temple) et sur l’éternité (Apocalypse 21 :12). 
Souvent on interprète ces textes prophétiques de l’Ancien Testament comme étant des paroles un peu symboliques, romantiques, idéalisées, irréelles. En fait, il s’agit de paroles qui se réaliseront effectivement mais pas dans les conditions actuelles où elles sont totalement impossibles mais bien dans les conditions annoncées par l’Apocalypse dans lesquelles évoluera l’Eglise des Vainqueurs et aussi un peu comme a évolué Ezéchiel, nous le verrons dans le paragraphe suivant.

3. Prophétise !

a) La mise en condition prophétique indispensable

« La main (yad : main, pouvoir) de YHWH fut sur moi et je fus sorti (YaTZa : faire sortir, emmener, délivrer) en RWcH YHWH (BeRWcH YHWH) et Il me déposa (NOUaH : déposer, poser, placer) au milieu d’une vallée remplie d’ossements. Il me fit circuler (HaDaR : passer, circuler, traverser, parcourir atteindre) à côté autour, tout autour… » (Ezéchiel 37 :1-2).
Quand la main de YHWH est sur quelqu’un, ce n’est pas seulement une question de puissance mais aussi de pouvoir et d’autorité.  
Ensuite, il y a un passage, une sortie, une délivrance DANS l’Esprit de YHWH, c’est-à-dire que les limitations espace-matière-temps sont annihilées, notamment pour le corps. Il n’est pas sorti de son corps mais c’est dans YHWH le Saint Esprit (« BeRWcH YHWH ») qu’il fut emmené esprit, âme et corps puis déposé en un lieu bien précis et concret, à savoir cet immense ossuaire à ciel ouvert.  
Nous pensons évidemment à l’Eglise des Vainqueurs libérée de ces limitations. 
Finalement il y a une destination réelle, tangible, ici en l’occurrence la vallée des ossements dans laquelle il dut circuler vraiment à côté, près de, autour des os pour ensuite accomplir une mission. Nous ne sommes ni dans un rêve, ni dans une vision de type psychique ou spirituel mais dans une réalité réelle tangible dans laquelle Ezéchiel dut circuler concrètement, corporellement à côté, au milieu, tout autour de ces ossements macabres quitte à les frôler ou marcher dessus ! Ce n’était pas très agréable d’autant plus que les os humains étaient considérés comme impurs et rendaient impurs (cf. 2Rois 23 :14-16).
Le lieu n’était pas rassurant et la réponse du prophète à la question d’ADoNaÏ YHWH lui demandant si ces os pourront être vivifiés est « parlante » : « ADoNaÏ YHWH, tu le sais » (Ezéchiel 37 :3). Autrement dit, il est possible qu’il ait pensé : « Là je suis perdu, choqué, pas rassuré, je suis bloqué par ce terrible spectacle de désolation irrémédiable, bref, je ne sais plus rien parce que je ne suis même plus capable de réfléchir, de me concentrer, de me projeter dans autre chose face à cette réalité horrible dont je fais aussi pleinement partie en tant juif exilé, mais toi ADoNaÏ YHWH, Tu le sais, je Te fais confiance face à cette impossibilité ». 

b) La solution : prophétise, c’est-à-dire produit, transforme ! 

Prophétise ! 
En grec profero qui signifie porter en avant, au-devant, est à mettre en relation avec prophetès, le prophète qui portait en avant, au-devant des gens la Parole de YHWH. Ezéchiel était certes un prophète dans ce sens du terme.
Mais la signification hébraïque de producteur, réalisateur, transformateur de NaBiY (HiNaBeY, impératif du verbe NaBaY : produire, réaliser, transformer, prophétiser ; NaBiY : producteur, réalisateur, transformateur, prophète) est bouleversante puis enthousiasmante pour la compréhension de notre texte. 
Ezéchiel doit non seulement dire la Parole d’ADoNaÏ YHWH, la porter en avant, au-devant de ces ossements et de l’Esprit mais il doit aussi en répétant les Paroles du Seigneur PRODUIRE la vivification, c’est-à-dire TRANSFORMER ces ossements par l’Esprit (RWcH) au vu du sens de NaBiY et de NaBaY énoncé plus haut !!! 
Le NaBiY est avant tout un producteur et un transformateur ! Si sa Parole ne produit, ne réalise ou ne transforme rien alors il n’est pas un vrai NaBiY ou prophète ! 
ADoNaÏ YHWH lui a dit en fait : « Produit, transforme la situation en parlant aux ossements et à l’Esprit, l’acteur du processus ! » Quel défi !
C’est là que nous sommes tout d’abord « projetés » en arrière vers Genèse 1 :2ss où ADoNaÏ RWcH métamorphosa, transforma par la Parole le tohubohu ayant gâché la création initiale et par là produisit par la Parole la Lumière et le magnifique Paradis où les animaux et Adam purent alors seulement être créés et placés ! En effet la chute de Lucifer se situa entre le verset 1 et le verset 2 de Genèse 1. Elohim avait créé les cieux et la terre parfaitement et Lucifer dans sa chute a provoqué le tohubohu sinistre. La restauration de la terre est une métamorphose opérée par ADoNaÏ RWcH et pas une création, exceptés les animaux et l’homme qui étaient une nouveauté par rapport à Genèse 1 :1 (cf. Ecrit n° 91 : Esprit et espace-matière-temps pour la démonstration sur la base du texte original). 
Ainsi Ezéchiel 37, vu les termes employés, est en réalité une prophétie, au-delà du retour de Babylone et des nations des Juifs en Israël, concernant la métamorphose DES CORPS en êtres de gloire à partir d’ossements qui sont notre mortalité actuelle dans l’espace-matière-temps et non pas notre mort pour les raisons énoncées plus haut ! 
Cela rejoint bien entendu clairement la « projection » de cette prophétie dans l’Apocalypse concernant entre autres toutes les tribus d’Israël, leur perfection, le Sanctuaire - Trône et le règne messianique éternel dont nous avons parlé plus haut. Cette armée très nombreuse, transformée par la NePHeCH de RWcH, c’est à dire le souffle de Feu et de Lumière célestes émanant de l’Esprit Saint, n’apparaîtra dans les faits qu’en Apocalypse 7 et 14 à travers le marquage du sceau identificateur et métamorphosant portant le Nom du Père et de l’Agneau. 
L’autre argument pour la métamorphose est qu’elle se produit à partir de ces « ossements qui parlent et se lamentent », peut-être un peu comme nous les mortels encore emprisonnés, et non pas à partir de rien ! Il est d’ailleurs impressionnant de « voir » à la lecture de ce texte le processus de production, de transformation, de réalisation, de métamorphose de ces ossements suite à la prophétie productrice, transformatrice, réalisatrice, métamorphosante d’Ezéchiel ! Il s’agit d’une vivification (Romains 8 :11c : dzoopoio : vivifier, faire la vie ; Ezéchiel 37 : chayah : vivifier, transformer, ranimer, réparer, faire vivre) à ne pas confondre avec la résurrection. 
Cette vivification est la métamorphose accordant l’immortalité et la montée au Trône qui est aussi, comme dit, le marquage du sceau portant le nom du Père et de l’Agneau que nous retrouvons en Apocalypse 7 :4ss et 14 :1.  

4. L’Eglise des Vainqueurs : une armée

« …dis à l'Esprit : Ainsi parle le Seigneur Dieu : Des quatre coins, viens, ô Esprit, souffle sur ces morts et qu'ils soient vivifiés. Et je prophétisai, comme il me l'avait ordonné et l'Esprit les pénétra (BOH : entrer, pénétrer, imprégner), ils furent vivifiés et ils se dressèrent sur leurs pieds, en une armée (HaYiL : armée, force, puissance, capacité) très, très nombreuse. » (Ezéchiel 37 :9-10). 

a) Préparation de l’armée par l’Esprit Saint

En Ezéchiel 37 :9 l’Esprit (RWcH) souffle (verbe NaPHaCH ; cf. NePHeCH : souffle de Feu, de gloire, puis après la chute : uniquement souffle de l’âme) dans cette immense armée de corps exactement comme YHWH Elohim le fit en Genèse 2 :7 pour Adam, devenu de cette manière un être glorieux à l’image du Créateur. L’Esprit pénétra, imprégna ces corps sans vie pour les vivifier et les rendre glorieux.
 Par conséquent nous nous retrouvons en présence d’une armée énorme chaque soldat ayant à lui seul l’aspect et les capacités inimaginables d’Adam au Paradis ! Nous nous trouvons donc en présence d’une foule énorme d’Adams glorieux !
Il ne peut que s’agir de celles et ceux qui auront récupéré par Jésus et l’Esprit ce qu’Adam avait perdu à savoir cette gloire inimaginable, c’est-à-dire l’Eglise des Vainqueurs, une armée très très nombreuse ! (Ezéchiel 37 :10 ; Apocalypse 7 : 9). 

b) L’Eglise des Vainqueurs : une armée

Cette armée, l’Eglise des Vainqueurs, apparaît dans l’Apocalypse sous diverses formes en tant que cavalier sur un cheval blanc couronné et parti en vainqueur pour vaincre (Apocalypse 6 :2), adorateurs, deux témoins (Apocalypse 11 :3-6), femme victorieuse ayant la lune (mal) sous ses pieds (Apocalypse 12 :1), vainqueurs dans les lieux célestes du Dragon précipité sur terre avec ses acolytes (Apocalypse 12 : 11), vainqueurs de la bête et des rois iniques durant le règne de l’Anti-Christ sur terre (Apocalypse 17 :14), armée du ciel sur des chevaux blancs qui vaincront le Dragon et ses acolytes et l’expulseront de la terre (Apocalypse 19 :14). 
Cette armée combat à la suite et sous l’autorité du Roi des rois, Jésus-Christ Glorifié avec l’autre armée, celle des anges, et elle sera vivifiée, métamorphosée, montée au Pays céleste, préparée par l’Esprit Saint. Elle sera parfaite (Ezéchiel 37 :23-24). 

5. Savoir et reconnaître que YHWH est Seigneur et Dieu

Savoir et reconnaître que YHWH est Seigneur et Dieu revient comme un leitmotiv dans ce texte. C’est ce qui est le plus important et la finalité ultime : donner la gloire, l’honneur, la louange et l’adoration à YHWH en sachant et en reconnaissant qu’Il est Seigneur et Dieu. Ici différentes actions de Sa part font savoir et reconnaître qu’Il est Seigneur et Dieu.

a) Le don du Saint Esprit

« Je vous donnerai des nerfs, je ferai pousser sur vous de la chair, je vous recouvrirai de peau, je vous donnerai l’Esprit (ici RWcH qui n’est pas l’esprit humain plutôt désigné par nephech) et vous vivrez. Vous reconnaîtrez alors que je suis l'Eternel. Et vous saurez que je suis l’Éternel. » (Ezéchiel 37 :6)

Que le Peuple d’Israël dans son ensemble ait reçu l’Esprit est à notre connaissance inexistant dans l’Ancienne Alliance. Par contre, les juges, prophètes, rois ou autres particuliers furent saisis, remplis par l’Esprit Saint ici et là. On pourrait dire qu’Israël dans son ensemble, avec la Torah, la Loi, a simplement continué d’exister physiquement à travers les générations au titre de l’élection, mais on ne peut pas dire que le Peuple dans son ensemble ait reçu l’Esprit.  
Par conséquent la généralisation du don de l’Esprit à tous dans ce passage, nous « projette » obligatoirement à la Pentecôte où l’Eglise dans son ensemble reçut l’Esprit Saint, ce qui eut comme conséquence une bonne percée fondatrice de reconnaissance que YHWH était Dieu notamment en Jéshouah (YHWH sauve). Nous sommes là dans la dispensation de l’Eglise charismatique.

b) La métamorphose et la montée

« Vous reconnaîtrez que je suis l'Eternel, lorsque j'ouvrirai vos tombes et vous en ferai sortir, vous qui êtes mon peuple. Je mettrai mon Esprit en vous, vous serez vivifiés et je vous donnerai du repos sur votre sol. Vous reconnaîtrez alors que moi, l'Eternel, j'ai parlé et agi, déclare l'Eternel. » (Ezéchiel 37 :13-14).

Sortir des tombes de la mortalité et être vivifié, comme nous l’avons vu plus haut c’est la métamorphose glorieuse du corps et donc l’immortalité qui est la conséquence ultime du Saint Esprit en nous qui alors nous immerge dans Son Feu, c’est alors le Saint Esprit pleinement sur nous. Là encore, Israël a continué d’exister, mais la mort a continué à faire son œuvre et les corps sont allés et restés dans les tombes comme c’est le cas des chrétiens qui ont pourtant reçu le Saint Esprit en eux.
Par contre la vivification d’Ezéchiel 37 nous projette vers le salut, la métamorphose, la rédemption du corps. 
Mais ce n’est pas tout : la promesse dit qu’Israël aurait du repos sur son sol, sa terre. Certes ils y sont retournés et y retournent actuellement mais n’ont malheureusement pas la globalité promise de leur terre et n’ont pas davantage le repos, bien au contraire ! 
Par contre la montée au Pays promis céleste nous ouvre la voie à la globalité en étant justement invités à nous asseoir avec Jésus sur le Trône. Nous aurons sur le Trône l’autorité et la puissance sur l’ensemble du Pays promis et comme nous serons inatteignables par l’Ennemi par cette position, nous y aurons le repos parfait.
Là se constituera l’Eglise des Vainqueurs et seulement à ce moment-là le défi de l’évangélisation mondiale sera relevé (Apocalypse 7), ce qui veut dire que des milliards de personnes reconnaîtront que YHWH est Dieu. La partie de la prière sacerdotale de Jésus sera exaucée seulement à ce moment-là : « … moi en eux et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père je veux que là où je suis, ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire, la gloire que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. » (Jean 17 :22-24). 
c) Le Millénium et l’Eternité

« Ils habiteront le pays que j'ai donné à mon serviteur Jacob, et qu'ont habité vos pères ; ils y habiteront, eux, leurs enfants, et les enfants de leurs enfants, à perpétuité ; et mon serviteur David sera leur prince pour toujours. Je traiterai avec eux une alliance de paix et il y aura une alliance éternelle avec eux ; je les établirai, je les multiplierai, et je placerai mon sanctuaire au milieu d'eux pour toujours. Ma demeure sera parmi eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Et les nations sauront que je suis l'Éternel, qui sanctifie Israël, lorsque mon sanctuaire sera pour toujours au milieu d'eux. Ma demeure sera parmi eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Et les nations sauront que je suis l'Éternel. » (Ezéchiel 37 :26-28).
Quelle projection prophétique ! 
Nous voyons là des éléments du Millénium où le Peuple d’Israël se multipliera et sera dirigé de façon céleste dans sa terre par Jésus et l’Eglise des Vainqueurs. Le Temple à Jérusalem sera le lieu d’où Jésus règnera sur terre et sur l’ensemble des nations. Nous sommes en plein règne messianique millénariste sur terre qui se perpétuera et se projettera dans l’éternité avec le nouveau ciel et la nouvelle terre (Apocalypse 21 :1).
Nous constatons en effet des allusions à l’éternité avec les expressions « pour toujours, à perpétuité » mais où le Temple sera le « Seigneur Tout Puissant ainsi que l’Agneau » (Apocalypse 21 :22). De plus l’expression « Ma demeure sera parmi eux ; je serai leur Dieu et ils seront mon peuple » se retrouve clairement en Apocalypse 21 :3 où l’Eternité sera déjà pleinement établie. Il sera évident que toutes les nations sauront que YHWH est Elohim, que Celui qui parle ici à Ezéchiel est ADoNaÏ YHWH pour l’éternité !

Conclusion

Ezéchiel a prophétisé, il a produit, transformé, réalisé jusque dans l’éternité comme nous l’avons vu ici. Il était non seulement un prophetès mais un vrai NaBiY.
Prophétiser, parler, dire la métamorphose du corps, la montée et tout ce qui suit, c’est les produire, les réaliser pour provoquer la métamorphose ! Sa prophétie, sa production, sa réalisation, sa transformation nous permettent de lui emboîter le pas en obéissant à l’injonction d’ADoNaÏ YHWH : « Prophétise ! » ADoNaÏ YHWH en effet à travers Sa Parole écrite nous ordonne comme Il l’a ordonné au NaBiY Ezéchiel : « Prophétise, produit, réalise, transforme, dit à l’Esprit de pénétrer et de vivifier ! »
Ouvrons les yeux, car si nous considérons l’espace-matière-temps, l’Histoire et l’actualité, nous ne pouvons que constater et voir très concrètement la « vallée des ossements ». Nous sommes à côté, autour, dedans ! 
Autant revenir de l’exil babylonien comme des autres exils semblait totalement impossible donc impensable pour le Peuple d’Israël, autant, pour ne pas dire davantage, revenir de l’exil fondamental d’Adam et d’Eve dans l’espace-matière-temps de la chute semble totalement impossible donc impensable ! 
Peut-être donnons-nous devant le désastre de « notre » vallée des ossements à la question de YHWH : « Tout cela peut-il être vivifié ? », la réponse : « ADoNaÏ YHWH, tu le sais ». Pire, nous disons ce n’est simplement pas possible, cela n’a jamais eu lieu, ce n’est pas prévu dans Ta Parole etc… ! 
Et pourtant Il nous, [te] dit : « Prophétise, parle, produit, réalise, transforme car c’est Moi qui te parle, promet et J’exécute ! »
Pourquoi au final ? Pour qu’Il soit reconnu, honoré, glorifié, loué, adoré comme il se doit devant et par toutes les nations ! Ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui, depuis le début et pour cause ! 
En Lui, Martin BUSCH 

vendredi 14 octobre 2016

104 UNE FOIS POUR TOUTES


INTRODUCTION

La seule mort qui ait jamais été fondamentalement utile, c’est celle de Jésus-Christ sur la croix « une fois pour toutes » ! Que ce soit pour Israël ou pour l’Eglise en tant qu’entités collectives la volonté de YHWH Elohim a toujours été leurmaintien en vie. L’histoire nous a prouvé qu’Israël comme l’Eglise, même s’ils ont souffert l’agonie à cause de leurs infidélités, n’ont jamais disparu et ne disparaîtront jamais (Genèse 28 :13-15 ; Matthieu 16 :18 ; Apocalypse 21 : 12+14). De plus, la mort sacrificielle de substitution de Jésus, vise très exactement la même chose à savoir le maintien en vie et plus précisément l’immortalité du croyant à titre individuel. Il faut savoir que l’immortalité nous accorde non seulement la puissance décuplée mais aussi le pouvoir c’est-à-dire l’application et la manifestation de la puissance de façon constante et reconnue dans l’amour, la justice, la sagesse et selon la perfection deYHWH Elohim. Cela n’est évidemment possible qu’à partir des lieux célestes, du Trône où l’on reçoit et apprend pour servir correctement sur terre.
L’Eglise charismatique a de la puissance et c’est absolument merveilleux là où elle se manifeste mais elle n’a pas le pouvoir. La preuve en est les périodes fluctuantes des manifestations de puissance ici ou là mais sans pérennité réelle tant au niveau géographique qu’au niveau temporel et des ministères. Ce fut aussi vrai même pour l’Eglise primitive charismatique qui devint l’Eglise Catholique Romaine !L’Eglise des Vainqueurs, parce qu’elle est justement vainqueur en pouvant travaillerà partir du ciel a en plus le pouvoir, c’est-à-dire cette constance dans la manifestation de la puissance à cause de la connaissance et du savoir-faire parfaitdans le service découlant du Trône de la Grâce

1. Une fois pour toutes

a) Fin du péché une fois pour toutes : y croire

« Car il est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes ; il est revenu à la vie et c'est pour Dieu qu'il vit. » (Romains 6 :10)
Le péché est liquidé une fois pour toutes par la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Si le péché n’existe plus alors nous devrions « automatiquement » retrouver la position d’avant la chute d’Adam et d’Eve au paradis parfaitementconnecté aux lieux célestesMais ce n’est concrètement malheureusement pas lcas. Nous sommes pourtant invités à y croire pour que cela devienne le cas. 
Pourquoi ne sommes-nous pas à nouveau dans la situation du premier couple d’avant la chute ? Cela vient du fait que ceux qui nous ont précédés, particulièrement ceux qui ont pris connaissance du message de Jésus-Christ Glorifié à travers les 7 lettres du début de l’Apocalypse, n’y ont pas cru.  
Alors qu’est-ce qu’on attend pour y croire pour commencer, le proclamer, le rechercher et le vivre au bout du compte ? « Car la foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ. » (Romains 10 :17)
Par ailleurs la foi pour qu’elle puisse rester la foi doit toujours porter sur quelque chose d’impossible humainement parlant et évidemment correspondant à la Parole et à la Volonté de Dieu (1Jean 5 :14-15) : c’est ce que nous essayons de démontrersans cesse par nos écrits sur la base du texte biblique original par rapport à la métamorphose, la montée et la suite des opérations à partir du Trône.
Notre foi doit toujours porter sur les impossibilités humaines, sinon ce n’est pas la foi mais une mise en œuvre des possibilités et capacités extraordinaires de certains humains même athées arrivant à réaliser des choses exceptionnelles, ce qui n’a rien à voir avec la foi biblique
La foi rend tout possible donc l’humainement impossible relevant de la gloire, de l’honneur et de l’immortalité à la Salle du Trône.
« Tout est possible à celui qui croit » a dit Jésus (Marc 9 :23). Il a aussi dit : « Tout est possible à Dieu » (Marc 10 :27)
Si avec cette convergence de possibilités par la foi en la toute-puissance de YHWH Elohim, nous restons dans les impossibilités imposées par la prison espace-matière-temps, alors nous y resterons toujours et encore enfermés à la suite des générations de chrétiens qui nous ont précédés.
En tous cas c’est une fois pour toutes que Jésus a enlevé le péché, l’obstacle à notre métamorphose et notre montée ! Y croire c’est finir par l’expérimenter !

b) Plus de religion ni de rites : une fois pour toutes !

« …qui n'a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d'offrir chaque jourdes sacrifices, d'abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, car ceci, il l'a fait une fois pour toutes en s'offrant lui-même. (Hébreux 7 :27)
« et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle » (Hébreux 9 :12)
« C'est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés par l'offrande du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes. » (Hébreux 10 :10).
Les prêtres catholiques romains « offrent » régulièrement de façon répétitive et cyclique le « sacrifice de la messe » de leur Eglise en vue de la rédemption. En fait cela ressemble étrangement aux sacrifices constamment renouvelés de la première Alliance. A cela nous pourrions ajouter une infinité de rites et d’obligations religieuses dans toutes les dénominations chrétiennes pour au final obtenir la rédemption. C’est totalement inévitable dans l’espace-matière-temps car son aspect constitutif en spirale à la fois temporellement linéaire d’une part et cyclique répétitifd’autre part ne peut qu’engendrer la religion avec ses rites mémoriels, traditionnels d’une part et cycliques répétitifs d’autre part. Même s’ils évoluent plus ou moins avec le temps, ils subsisteront toujours sous différentes formes tout en gardant des similitudes cycliques et répétitives dans le temps. Quoique nous y fassions, si nousrestons dans cette spirale espace-matière-temps, nous ne pourrons y échapper.
Mais la rédemption et notamment celle du corps (Romains 8 :23) nous rend obligatoirement la place d’Adam et d’Eve dans le paradis perdu sinon il n’y a pas vraiment rédemptionDe plus cette rédemption est éternelle et non pas temporelleC’est pourquoi elle nous permet d’échapper à la fois à la prison espace-matière-temps et au ritualisme religieux en découlant en passant concrètement du temporel à l’éternel. Jésus nous obtenu la rédemption, y compris celle du corps, une fois pour toutes pour l’éternité !
Comme dans notre contexte actuel nous continuons malheureusement toujours à pécher de façon répétitive par nos actes, pensées et peut-être surtout omissions, de même la religion croit devoir répéter de soi-disant actes d’expiation de façon régulière alors que nous sommes totalement sanctifiés par l’offrande du corps de Jésus une fois pour toutes ! La sanctification n’est pas dans la répétitiond’actes et d’attitudes légalistes auto-justificateurs mais bien dans le « une fois pour toutes » dl’offrande du corps de Jésus-Christ ! Ainsi il ne sert à rien d’attendre d’être parfaits dans la sanctification ici-bas pour être dignes de recevoir la rédemption éternelle qui est censée nous replacer d’emblée dans le paradisparfaitement connecté au ciel.  
Enfin l’expression adverbiale « une fois pour toutes » (epaphax) de l’instant flash unique se veut de réduire l’enfermement cyclique répétitif et linéaire religieux à néant pour nous projeter d’emblée réellement dans l’intemporalité du Lieu très Saint ou de la Salle du Trône avec et en Jésus, ceci encore une fois : « une fois pour toutes ». L’œuvre expiatoire de Jésus avec la résurrection est une intrusion magistrale de l’éternité décisive dans l’espace-matière-temps pour nous en fairesortir « une fois pour toutes » et ainsi pouvoir Le suivre là où Il est !

2. Suivre Jésus

« Jésus leur répondit : L'heure est venue où le Fils de l'homme doit être glorifié. En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera (phulasso : sauver, protéger, garder, surveiller, défendre, préserver, accomplir) jusque dans (eis : jusque dans, en vue de, dans, pour, vers, jusqu’à, en ce qui concerne) la vie éternelle. Si quelqu'un me sertqu'il me suive et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, le Père l'honorera. »(Jean 12 :23 :26).   

a) Le grain de blé 

Seul Jésus peut être le grain de blé qui meurt en terre, c’est-à-dire la croix, et qui de ce fait est le seul à pouvoir porter beaucoup de fruit, c’est-à-dire Sa résurrection et Son ascension glorieuses suivies de la rédemption éternelle des croyantsC’est le grain de blé - Jésus « une fois pour toutes » qui est le Chemin vers le ciel !
Si nous pensons que nous devons devenir des grains de blé pour mourir en terre et par là être authentiquement à la suite de Jésus, nous sommes à côté de l’Evangile car cela signifierait que nous participerions fondamentalement à la justification par notre propre mort voire « notre sacrifice » qui deviendrait de facto expiatoire. Nous serions loin de « l’une fois pour toutes » puisqu’il y aurait répétitions de sacrifices expiatoires de chrétiens tout au long de l’Histoire ! Cela voudrait aussi dire que nous devrions même à vrai dire courir après le martyre pour être davantage en conformité avec l’Evangile ! Jésus ne nous a jamais ordonné le martyre pour ne pas dire une espèce de suicide sacrificiel religieux ! Le martyre, même s’il arrive malheureusement pour ceux qui se font égorger actuellement par exemple, ne doit en aucun cas être « recherché ». L’Evangile, la Bonne Nouvelle c’est la Vie et la Vie en abondance offerte « une fois pour toutes » !

b) Préserver sa vie jusque dans la vie éternelle

Aimer sa vie dans et selon le monde conduit inexorablement à la perte, c’est-à-dire à la première et le cas échéant à la seconde mort. 
Par contre celui qui hait sa vie dans ce monde conservera, préserveraladite vie jusque dans la vie éternelle
En général ce texte est utilisé pour dire qu’il faut faire comme Jésus ou le grain de blé. Non, car Jésus a tout accompli à notre place pour que nous puissions sortir de ce monde en préservant notre vie jusque dans la vie éternelle
Mais pour sortir de ce monde, il faut de la motivation, c’est-à-dire vraiment haïr (miséo : détester, haïr ; cf. mysogine) la vie dans ce monde ou détester y vivre. C’est un terme très fort et une exhortation relativement choquante par rapport à notre manière habituelle de penser
En effet comme on ne connaissait pas ou plus vraiment la possibilité de la métamorphose du corps pour passer direct à l’immortalité dans les lieux célestes, on ne pouvait que chercher, au niveau de l’interprétation du texte, « le secours de la Mort, l’ennemie » pour être délivré de notre corps de mort et passer de l’autre côté dans la vie éternelle ! 
Au contraire Jésus dit quen détestant la vie dans ce monde, nous laconservons, la gardons, la défendons, l’accomplissons, la protégeons jusque dans la vie éternelle autrement dit il s’agit de passer de l’autre côté, monter sans mourir !  Donc il ne peut pas être question de suicide collectif ou individuel du style« Temple solaire ou l’E.I. », bien au contraire !
D’ailleurs le commandement du Père est la vie éternelle ! (Jean 12 : 50). Ce n’est pas une option car c’est un ordre du Père, nous dirions : « une fois pour toutes » !
Cela se confirme encore dans la suite du propos de Jésus : Le suivre là où Il est par la préservation de notre vie ! Où est-Il ? A la droite du Père, sur le Trône ! C’est là et uniquement à partir de là qu’il est possible de Le servircorrectement ! Pour cela nous avons été rachetés, déliés, délivrés par le rachatgratuit (lutrosis, apolutrosis : rédemption, rachat) « une fois pour toutes » !

3. Recevoir l’honneur du Père

« …afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m'as envoyé. » (Jean 17 :21).
« C'est pourquoi les choses que je dis, je les dis comme le Père me les a dites. » (Jean 12 :50b).
« Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu'il fait. » (Jean 5 :20)
« …mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j'ai appris (akouo : apprendre, écouter, comprendre, savoir fairede mon Père »(Jean 15 :15b).

a) L’apprentissage

Il faut obligatoirement que nous soyons un dans le Père et le Fils pour que l’apprentissage puisse se faire. Pour cela la seule solution est de se retrouver sur le Trône, il n’y a pas d’autre possibilité. C’est justement le rôle du Saint Esprit, le Consolateur, de nous y amener (2 Corinthiens 3 :18 ; Apocalypse 3 :21 ; 4 :2). Là Il joue vraiment son rôle de Consolateur car Il nous mène auprès de Celui qui nous manque le plus.Le Trône est le lieu idéal pour un apprentissage parfait pour le règne parce qu’on y a la « vue d’ensemble » ! 
La conception de l’apprentissage selon le vécu des souffrances de Job et plus généralement la vie de « champions » de la foi est prônée jusqu’à présent par la majorité des croyants. Loin de nous de dénigrer ces héros de la foi et de tous ces témoins ! (Cf. Hébreux 11). C’est pourquoi on pense d’ailleurs que la vie sur terre est le lieu d’apprentissage du juif comme du chrétienDe plus on ne peut pas dire que l’on apprend rien durant la vie sur terre mais ce n’est pas le type d’apprentissage requis ici et par lequel Jésus est Lui-même passé auprès du Père
Nous sommes en effet invités à passer en apprentissage en étant là où est Jésus à savoir à la droite du Père sur le Trône ! Jésus a appelé Ses disciples « amis » et Il leur a fait « connaître » dans le sens de l’information (ici epignoridzo : connaître, informer, révéler à différencier d’epiginosko : apprendre, savoir-faire, comprendre, connaître) ce qu’Il a entendu, appris et compris auprès du Père. Informer, même révéler théoriquement (ici épignoridzo)ne signifie pas comprendre le fonctionnement et posséder le savoir-faire(épiginosko) dans une dimension de connaissance beaucoup plus concrète, globale et effective !
C’est pourquoi inous faut dire et faire comme le Père, exactement comme Jésus l’a parfaitement fait sur terre pour accomplir Sa mission spécifique après qu’Il ait été préalablement en « apprentissage » auprès de Lui au ciel
Pour confirmer notre propos le Père lui a d’abord montré (deiknumi : montrer, démontrer, faire voir, indiquer, prouver) tout ce qu’Il fait. Et pour que le Père ait pu montrer, faire voir, tout ce qu’Il fait à Jésus, il fallait qu’Il le fasse au moment où ce dernier était au ciel auprès de Lui avant Son incarnation.
Quand un maître artisan montre quelque chose à son apprenti, il lui montre son savoir-faire et l’apprenti doit regarder, écouter puis faire comme le maître et surtout le faire auprès du maître. Il se trouve que le regard, les gestes, le travail se fonaussi avec le corps et pas seulement avec l’être intérieur ! Jésus était en apprentissage auprès du Père en contact direct.
Serions-nous plus grand que Jésus pour n’avoir pas besoin de cet apprentissage en contact direct tangible et visible ? Si ce n’est pas le cas, nousavons donc urgemment besoin de passer par lapprentissage de façon effectiveauprès du Père et aussi de Jésus.
Les fluctuations de puissance de l’Eglise charismatique sur terre correspondent à un travail inconstant d’enfant (cf. 1 Corinthiens 13 :9-12)
En ce qui concerne l’Eglise des Vainqueurs, la constance de la puissance appliquée avec persévérance, sagesse et efficacité est une caractéristique d’un travail d’adulte qui a non seulement les moyens de la puissance mais encore ceux du savoir-faire acquis par l’apprentissage auprès du Père et de Jésus qui permet qu’on lui confie concrètement le pouvoir. L’apprentissage pour dire et faire dans la perfection afin que le monde croie (efficacité) ne peut donc que se faire à partir du Trône. Si le type terrestre d’apprentissage avait fonctionné, cela se saurait et pas qu’un petit peu ! Mais les résultats malheureusement globalement catastrophiques après 2000 années de recul ne font que confirmer notre propos. Toutefois, vu que l’apprentissage céleste se fera, cela se verra et se saura parce que c’est promis par YHWH Elohim Lui-même « une fois pour toutes » !

b) Etre honoré du Père

Une fois que l’apprentissage dans cette proximité réelle sur le Trône est considéré par le Père et Jésus comme satisfaisant, nous devenons effectivement opérationnels pour aller à la conquête en vue de régner sur terre afin que le monde croie ! C’est seulement au niveau du stade opérationnel que YHWH Elohim pourranous honorer.
Ainsi recevoir l’honneur du Père, n’est pas tellement recevoir une médaille mais c’est surtout être passé par un apprentissage parfait sur le Trône (Apocalypse 3 :21)et par là recevoir les habilitations et les moyens concrets pour conquérir puis exercer le pouvoir dans la constance de la puissance sans lequel il n’est pas possible de Le servir correctement et parfaitement
Si nous considérons les deux descriptions de l’Eglise initiale des Vainqueurs, nous constatons qu’elle règnera sur terre (Apocalypse 5 :10) et qu’elle partira du ciel sur son cheval blanc en vainqueur pour vaincre avec la couronne (Apocalypse 6 :2 ; cf. aussi 12 :1) ! Avant de régner, il faut d’abord vaincre par la conquête. C’est l’objet d’unebonne partie des textes de l’Apocalypse.
La couronne et la royauté par le fait de siéger sur le Trône sont les marques du pouvoir, moyen indispensable du service correct. Elles honorentcelui qui en est doté ainsi que Celui qui honore parce qu’Il obtient alors la satisfaction d’un service parfait.
L’honneur de la royauté donnent le pouvoir et par là la gloire. C’est ainsi et seulement ainsi que le service rendu à Jésus et au Père devient responsable, parfait, efficace et surtout glorieux car totalement empreint et imprégné de la présence et de l’action du Saint Esprit.

4. Rechercher est le commencement de la foi

a) Rechercher la gloire des hommes ou celle de Dieu ?

Aujourd’hui l’Eglise enseigne comment mieux vivre dans ce monde, comment mieux s’y adapter, s’y sentir plus à l’aise en essayant par les moyens du bord de le rendre meilleur, de le « réparer » le cas échéant, avec des principes très louables concernant la vie de famille, en société, au travail, par rapport à l’argent etc… Mais nous savons et constatons que nous sommes dans le bricolage à ce niveau, nous manquons le but.
En réalité, le but serait presque de rechercher une certaine gloire, au moins une bonne réputation auprès des hommes pour paraître être « des témoignages », des réparateurs de brèches par nos actions à leurs yeux et par là soi-disant être de meilleurs témoins pour que notre parole évangélique passe mieux. C’est vrai qu’il vaut mieux ne pas être des contre-témoignages ... 
Très souvent il s’agit d’une recherche non avouée de la gloire des hommes et pas vraiment de celle de Dieu. D’ailleurs certains chefs, toutefois auditeurs de Jésus, « aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu. » (Jean 12 :43) à cause des pharisiens…et du « qu’en dira-t-on » ! Il ne faut surtout pas être trop bizarre, sectaire, voire dangereux etc… : surtout pas de vagues ! On veut rester « chefs » !
Si nous nous s’installons dans le confort, particulièrement de nos conceptions et idées malgré tout conformes au monde, même avec des couleurs évangéliques et charismatiques, on ne hait pas vraiment la vie dans ce monde. Ça fait déséquilibré pour ne pas schizophrénique ! On finit toujours par s’adapter, « en règle », relativement bien avec soi-même ce qui est d’ailleurs le but de toute psychothérapie même chrétienne, bien installé dans ce monde fut-il dans le contexte d’une bonne église ou œuvre charismatique évangélique. Souvent on appelle cela la « paix de Dieu », le bonheur sur terre en attendant « la délivrance ultime de la Mort » passage obligé pour la vie éternelle mais qui est en réalité de ce fait une fausse paix et un faux bonheur. En effet combien de misères, de divisions, de maladies, d’infirmités, de deuils, de péchés, de persécutions et de souffrances constatons-nous malheureusement même au sein du Peuple de Dieu ! Il suffit de constater la charge de travail écrasante des pasteurs et responsables d’églises en général qui s’occupent sincèrement et de leur mieux des « brebis perdues » dans tous les sens du termeA vrai dire nous avons affaire à une situation scandaleuse : la Bonne Nouvelle dans sa concrétisation ne serait-elle pas pour tout de suite ?  

b) La priorité de la recherche

La priorité de nos aspirations pour pouvoir suivre Jésus doit s’investir avant tout dans la recherche du royaume et de la justice de Dieu que l’on ne peut obtenir que par la montée par le Saint Esprit auprès du Père et de Jésus Glorifié
« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu et tout le reste vous sera donné par-dessus » (Matthieu 6 :33). 
Avoir trouvé le royaume et la justice de Dieu suite à la recherche, signifie notre présence sur le Trône avec Jésus avec notre action sur terre à partir d’En-Haut. Tout le reste, à savoir ce qui est décrit dans les versets du contexte concernant les besoins matériels, nous est donné par-dessus. Quand nous agissons sur terre,même si c’est à partir du Trône, nous et nos proches avons malgré tout encore besoin des biens matériels mais on n’y passera plus le plus clair de notre temps à lesrechercher par notre travail vu que cela nous sera donné par-dessus.
La preuve de l’exactitude de notre interprétation c’est la réalité de notre vieactuelle : nous sommes obligés de travailler « à temps plein » exactement comme les non-croyants et comme tout le monde pour payer nos factures, obtenir le vêtement, la nourriture, le logement etc… Reconnaissons que cela ne nous est pas donné et que nous l’obtenons à la « sueur de notre front » comme ce fut le cas d’Adam et d’Eve après la chute. Certes on rétorquera que Dieu nous donne le travail et la force de travailler nos 35 heures et bien plus et c’est vrai, mais ce n’est pas ce que dit le texte ici ! Là cela nous sera donné directement, cash ! Ceci sera le signe indiscutable que nous agissons à partir du Trône autrement ce n’est simplement pas possibleMême celles et ceux qui « vivent par la foi » et travaillent « à plein temps pour le Seigneur », sont obligés de travailler en courant après les finances par divers moyens ! Ensuite, il faut gérer l’argent et les projets.
Jésus dit qu’il faut haïr la vie dans ce monde. C’est la seule motivation profonde et efficace pour se mettre prioritairement en recherche persévérantede la justice de Dieu, à savoir Son Royaume. 
« … réservant la vie éternelle à ceux qui, par la persévérance à bien fairecherchent l'honneur, la gloire et l'immortalité » (Romains 2 :7).
La « persévérance à bien faire » ou la « persistance pour le travail bien fait » (upomonè ergou agatou) nous conduit obligatoirement à la recherche de l’immortalité que nous obtenons par la métamorphose et la montée et de l’honneurde la gloire qui s’obtiendront après l’apprentissage sur le Trône. Pourquoi ? Parce que ce n’est que là et uniquement dans ces conditions célestes que nous serons rendus capables de faire du bon travail ! La vie éternelle nous est alors réservée puisque nous ne passons pas de la sorte par la première mort ! Voilà la vraie persévérance pour le travail bien fait !

c) « L’intranquillité » pour se bouger dans la recherche

Jésus nous encourage par cette « haine de la vie du monde » vers une espèce « d’intranquillité et d’insatisfaction constantes et dérangeantes » qui ne peuvent que finir par faire exploser notre petit monde où nous nous sentions peut-être malgré tout pas trop mal, sécurisés, même si ceci ou cela… C’est le passage obligé de l’enfance à l’état adulte.
Pour y réussir, il faut donc chercher prioritairement dans un ailleurs… La recherche est un voyage qui nous mène obligatoirement ailleurs. Chercher implique qu’on se bouge pour changer d’endroit, qu’on l’on fouille, explore jusqu’à ce que l’on trouve ou mieux, jusqu’à ce qu’on s’y trouve ! 
Il est évident que la recherche est une démarche qui consiste à se bougerpour essayer de trouver quelque chose de caché voire de perdu (cf. « paradis perdu ») 
Comme c’est stressant de chercher la clé de la voiture alors qu’on doit être à l’heure pour un rendez-vous important ! Là on se bouge, la poussière vole, on fouille les poches des pantalons et des vestes, on tourne en rond dans la maison, on crie peut-être, on transpire, on invite les autres à chercher avec vous ! On hait cette situation, on hait ce « monde » où tout le monde est nul etc parce qu’il faut partir urgemment, au plus vite et on est ridiculement coincé à cause d’une misérable petite clé introuvable ! C’est insupportable, panique à bord ! Il est sûr que cette panique se manifestera quand nous serons personnellement touchés par la Grande Tribulation si nous ne sommes pas montés avant pour suivre Jésus là où Il est.
Il existe évidemment aussi une recherche plus sereine qui consiste à creuser,à commencer dans les textes bibliques, pour trouver ce que l’Eglise et nous-mêmes avons perdu et qui nous est peut-être encore caché. Le texte de l’Apocalypse, qui signifie révélation, dévoilement de ce qui est caché, est justement censé dévoiler ce qui est caché et voilé ! 
Sachons-le : la clé de la métamorphose du corps pour monter à la Salle du Trône jusque dans la vie éternelle où nous avons un rendez-vous très important se cherche mais en se bougeant très sérieusement ! 
La recherche est souvent stressante et fatigante surtout quand nous n’avançons pas, quand nous bloquons et aussi quand les « pharisiens de service » nous contrent avec des arguments souvent bien affutés et provoquent le rejet 
Jésus a subi le même rejet par rapport à Son identité de Messie : « Malgré tant de miracles qu'il avait faits en leur présence, ils ne croyaient pas en lui afin que s'accomplît la parole qu'Ésaïe, le prophète, a prononcée : Seigneur, qui a cru à notre prédication ? A qui le bras du Seigneur a-t-il été révélé ? Aussi ne pouvaient-ils croire, parce qu'Ésaïe a dit encore : Il a aveuglé leurs yeux et il a endurci leur cœur, de peur qu'ils ne voient des yeux, qu'ils ne comprennent du cœur, qu'ils ne se convertissent et que je ne les guérisse. Ésaïe dit ces choses, lorsqu'il vit sa gloire et qu'il parla de lui. » (Jean 12 :37-41).
Ouvrir un chemin au coupe-coupe dans une jungle pour trouver un trésor caché est un travail pénible surtout quand on ne sait pas où aller et qu’il faut affronter toutes sortes d’obstacles et plein de bestioles. 
Cette recherche peut nécessiter des prises de risque par des investissements préalables quelquefois un peu fous mais qui nous permettent de nous approprier au final l’objet de notre recherche : 
« Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand qui cherchede belles perles. Il a trouvé une perle de grand prix et il est allé vendre tout ce qu'il avait et l'a achetée. » (Matthieu 13 :45-46). 
Suivre Jésus pour le servir correctement c’est rechercher et trouver le royaume des cieux d’abord, car Jésus Glorifié se trouve justement dans les cieux assis sur le Trône à la droite du Père ! Il y est « une fois pour toutes » c’est-à-dire pour l’éternité et pour Le servir, il faut obligatoirement être là où Il est !
Allons-nous trouver ?
La promesse de grâce de Jésus est claire dans Son exhortation :
« Demandez, et l'on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez et l'on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve et l'on ouvre à celui qui frappe. » (Matthieu 7 :7-8).

Conclusion

Le leitmotiv « une fois pour toutes » à travers nos paragraphes veut signifiercette intrusion d’éternité, cet espèce de « big bang » dans l’espace-matière-temps il y a presque 2000 ans par l’œuvre libératrice de Jésus-Christ confirmée par Sa résurrection et Son ascension
Epaphax adverbe grec employé dans nos versets qui signifie d’un seul coup, d’un seul trait, tout à la fois, une fois pour toutes, désigne clairement cette « explosion » intrusive intemporelle d’éternité céleste dans le but de nous « atomiser » non pas pour l’anéantissement mais pour la métamorphose, la transfiguration, la transformation en Feu et Lumière divins de notre corps jusque dans la vie éternelle ordonnée par le Père !
Que la compression de notre prison espace-matière-temps qui est notre haine de la vie de ce monde alors nécessairement suivie de son explosion, nous libère « une fois pour toutes » !
ELui, Martin BUSCH
8  
Une fois pour toutes - Martin BUSCH