Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

mardi 1 décembre 2015

84 LE LOUP BLANC



INTRODUCTION

L’expression « être connu comme le loup blanc » vient de l’époque où les loups étaient encore beaucoup plus nombreux dans nos contrées et on les craignait à juste titre. Mais quand apparaissait un loup blanc animal très rare, la nouvelle se répandait comme une trainée de poudre d’où cette expression. 
Une personne connue comme un loup blanc est effectivement très connue, fréquente les publics, la société en vue, apparaît dans les médias pour se faire bien voir à tout prix notamment pour rassurer l’opinion. Toutefois elle est aussi quelqu’un dont il faut se méfier, car sous la belle blancheur du pelage semblable à celle de la brebis ou de l’agneau signifiant l’innocence, la pureté, se cache un loup avec de belles et grandes dents, elles aussi blanches, prêt à faire un carnage dans le troupeau (cf. Jean 10 :12 ; Matthieu 10 :16 ; Luc 10 :3 ; Actes 20 :29).   
« Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au-dedans, ce sont des loups ravisseurs » (Matthieu 7 :15).
Il se trouve qu’un personnage de la Bible correspond assez bien à ce genre de personnage. Il s’appelle Laban qui se traduit par blanc à partir de l’hébreu ! (LaBaN = blanc).  

  1. Laban le loup blanc à proximité de sa proie

  • La proximité du sang. 
Laban descend de Térah comme Abraham. Il est surtout le frère de Rebecca, mère de Jacob. Il deviendra le beau-père de Jacob qui se mariera avec ses filles Léa et Rachel. 
  • La proximité de la foi.
Laban croit en Yahvé Elohim et parle de Lui quasiment comme Abraham,
Eliezer ou encore Jacob.
  • La proximité par le service rendu. 
Il laisse partir Rebecca sa sœur pour qu’elle devienne la femme d’Isaac. 
Il accueille Jacob en détresse et en danger de mort dans sa fuite devant Esaü.
Bref sans ces proximités le Peuple d’Israël n’aurait même pas pu se constituer : 
  • Sans Rebecca, sœur de Laban, pas de descendance légitime pour Isaac.
  • Sans Léa et Rachel pas de descendance légitime pour Jacob 
  • Sans accueil préalable de la part de Laban et sans travail donné par lui à Jacob pas de survie du tout !
Et pourtant Laban, personnage indispensable, sans qui rien n’aurait pu se faire, est bien un loup blanc, nous le verrons par la suite ! 

  1. Laban le loup blanc aime l’argent et les richesses

« Rebecca avait un frère, nommé Laban. Et Laban courut dehors vers l'homme (Eliézer), près de la source. Il avait vu l'anneau et les bracelets aux mains de sa sœur, et il avait entendu les paroles de Rebecca, sa sœur, disant : Ainsi m'a parlé l'homme. Il vint donc à cet homme qui se tenait auprès des chameaux, vers la source et il dit : Viens, béni de l'Éternel ! Pourquoi resterais-tu dehors ? J'ai préparé la maison, et une place pour les chameaux. L'homme arriva à la maison. Laban fit décharger les chameaux, et il donna de la paille et du fourrage aux chameaux, et de l'eau pour laver les pieds de l'homme et les pieds des gens qui étaient avec lui. Puis, il lui servit à manger… il (Eliézer) fit aussi de riches présents à son frère (Laban) et à sa mère » (Genèse 24 :29-33+52c).
Laban était en fait un vrai loup blanc. Il se mit tout de suite en avant pour évidemment se faire connaître d’Eliézer qui avait offert l’anneau et les bracelets qu’il avait préalablement vus sur Rebecca sa sœur. Il se rendit vite compte qu’il y avait là quelque chose à « tirer ».
Il courut vers Eliézer. L’accueil fut « royal » pour celui qu’il appelait « béni de Yahvé » ! L’entretien des montures comme le soin porté à tous les arrivants fut de 1ère classe : lavement des pieds et repas avec une bonne dose de religion pour couronner le tout ! Le résultat fut très concluant vu qu’Eliézer lui fit de riches présents. Le but était atteint ! Le business fut très concluant…
Le loup blanc par une attitude mielleuse d’apparence chaleureuse ou encore très « fraternelle » base sa relation avec autrui et notamment avec les « frères et sœurs » sur l’argent et les richesses ! Quand il y a possibilité de recevoir quelque chose en espèces sonnantes et trébuchantes, on soigne la relation donateurs ou partenaires même dans « l’œuvre de Dieu » ! La qualité de la relation dépend des montants reçus ou potentiellement à recevoir !
Le vrai visage de Laban à ce niveau se dévoilera plus tard avec Jacob. 

« Dès que Laban eut entendu parler de Jacob, fils de sa sœur, il courut au-devant de lui, il l'embrassa et le baisa, et il le fit venir dans sa maison. Jacob raconta à Laban toutes ces choses. Et Laban lui dit : Certainement, tu es mon os et ma chair. Jacob demeura un mois chez Laban. » (Genèse 29 :13-14).

Là encore Laban a piqué un petit sprint vers le neveu et le fils des très riches Rebecca et Isaac. Mais malheureusement pour lui et contrairement à Eliézer, Jacob n’avait rien avec lui ni sur lui. Certains commentateurs pensent que le fait que Laban prenne Jacob dans ses bras, c’est pour « palper » s’il ne porte pas des bijoux précieux ou un sac remplit d’or sur lui sous le manteau… ! 
Mais là il n’y avait pas de profit à faire, à moins que…. Jacob était jeune beau et fort, peut-être un peu naïf de par sa jeunesse, de par le lien du sang sûrement digne de confiance ! Peut-être que son travail, probablement connu comme assidu chez les « cousins », pourrait tout de même rapporter quelque chose voire beaucoup ?
Après un mois d’essai, Laban voyant probablement que les choses réussissaient à Jacob et qu’il ne s’était pas trompé, voulut le garder et lui demanda même de fixer son propre salaire !!! (Genèse 29 :15). Bref le rêve ! Jacob propose alors de travailler 7 ans pour celle qu’il aimait, Rachel la fille de Laban. C’est ce qui fut conclu. Laban a probablement vu ses troupeaux se multiplier (cf. Genèse 30 : 29-30) durant ces 7 premières années et il réfléchit comment le garder le plus longtemps possible. Alors au moment venu, Il fit le festin du mariage et par ruse, au lieu de lui donner Rachel, il lui donna Léa, l’aînée, les lumières électriques n’existant pas et l’intimité n’étant pas éclairée à la torche, Jacob, peut-être un peu éméché lors de la fête, n’a de ce fait rien remarqué ! A la lumière du matin : désastre, Jacob découvrit le subterfuge, Laban respectant d’après ses dires une coutume locale l’obligeant à d’abord donner l’aînée avant la cadette (Genèse 29 :23-27). Mais pourquoi Laban n’avait-il pas préalablement averti Jacob de cette coutume ? Tout simplement parce que son but était de le garder par ruse encore sept ans et il savait que Jacob travaillerait encore pour lui avec succès durant cette période pour obtenir celle qu’il aimait ! 
Et voilà le but était atteint : Jacob dut encore servir Laban sept années supplémentaires pour Rachel. Lorsque cette dernière accoucha de Joseph, Jacob décida de partir. Il avait probablement décidé au fond de lui-même de faire en sorte que Joseph, fils de sa bien-aimée Rachel, aie l’ascendant sur la famille et joue en quelque sorte le rôle de futur patriarche ou chef de la prochaine génération. Il fallait en effet que Rachel soit la mère du prochain chef de clan ou patriarche et puisse ainsi garder sa prépondérance sur sa sœur Léa ayant donné naissance à l’aîné auquel cette fonction future revenait par le droit d’aînesse. Léa, la mal aimée (Genèse 29 :30), aurait éventuellement bénéficié d’une position prépondérante toujours refusée par Jacob. Celui-ci voulait en quelque sorte « corriger » la tromperie de Laban. 
Il y parvint par la suite mais non sans peines et douleurs ! Mais il s’agit là d’une autre histoire, sachant que la lignée « choisie » passa finalement tout de même par Léa à savoir par Juda et sa descendance jusqu’à Jésus-Christ.
Laban voulut encore garder Jacob, et pour cause ! Il réussit encore à le retenir pour six ans suite à des négociations relatives à l’obtention d’un salaire pour son gendre qui avait au final tout de même bien servi et enrichi la famille d’accueil. Cela se joua au partage du troupeau entre les deux « partenaires » selon la couleur et les marques du pelage des bêtes à naître. Comme Dieu bénissait Jacob, ce dernier vit les bêtes qui lui étaient destinées augmenter plus vite que celles destinées à Laban. Ce dernier changea les termes du contrat plusieurs fois (Genèse 31 :7-12), mais malgré cela, Jacob devint de plus en plus riche et béni du Créateur (Genèse 30 :43 ; 31 :9+15-16).
Laban finit par ne plus tellement montrer son gentil pelage de loup blanc, mais commença à montrer ses crocs (Genèse 31 :2+13). Dieu décida de faire partir Jacob (Genèse 31 :3+13). Et c’est par la suite que nous apprenons comment Laban a maltraité Jacob malgré ses bons et loyaux services : Laban avait changé dix fois son salaire, il fallait qu’il rembourse Laban pour toutes les brebis volées ou tuées, les conditions de travail étaient plus que difficiles : bref le « patron » ne faisait pas de cadeaux (Genèse 31 : 6-12+38-42). Jacob avait aussi compris que Laban l’aurait renvoyé à vide (Genèse 31 :42). Le loup blanc Laban était prêt à dévorer sa proie pour récupérer l’ensemble de sa richesse (Genèse 31 :29). Jacob, pour en réalité sauver sa propre peau, sa famille (Genèse 31 :31) et ses biens, s’enfuit donc de la présence de ce loup blanc qui alors logiquement, le poursuivit avec l’intention de l’exterminer et ensuite récupérer ses richesses et sa famille. Toutefois Dieu apparut en songe à Laban pour qu’il ne fasse pas de mal à Jacob (Genèse 31 :24)
Laban ne fit donc rien à Jacob, mais toujours de mauvaise foi en affirmant contrairement à ses engagements que tous les biens, représentant le salaire convenu, étaient à lui y compris Léa et Rachel et les enfants, chercha encore à culpabiliser Jacob : il l’aurait laissé partir avec un festin et des réjouissances et cette fuite était une tromperie injuste etc… (Genèse 31 :25-29).
Finalement ils finirent par conclure une alliance de séparation territoriale suivie d’un festin. Laban partit en embrassant ses petits-fils et ses filles et même il les bénit ! (Genèse 31 :43-55).
Jacob, l’élu de la lignée de Dieu, pouvait à présent, libéré du loup blanc, continuer le chemin de Yahvé Elohim dont la prochaine embûche plus que sérieuse se profilait sous la forme d’Esaü… !

  1. Le loup blanc et l’Israël actuel

Si la question de la création de l’Etat d’Israël était posée aujourd’hui (2015) à l’ONU, il serait évident que la réponse serait non vu l’antisémitisme croissant dans le monde lié aux intérêts financiers et économiques que représente Ismaël ou plutôt ses descendants pour l’Occident ! L’émotion de l’horreur liée à la Shoah permit ce vote positif en faveur de cette création en 1948.
Il est vrai que la Shoah est à mettre en parallèle avec la situation difficile de Jacob menacé de mort par Esaü. 
Dans les deux époques l’existence du Peuple élu a été mise en cause. Par conséquent comme Laban, les Alliés et particulièrement les Etats Unis, représentèrent une issue et un refuge de survie pour Israël. Mieux, ils permirent par leur vote en faveur de la création de l’Etat d’Israël, l’Aliyah ou le retour au Pays promis des Juifs. Ce fut à nos yeux une véritable intervention miraculeuse comparable au songe où Dieu apparut à Laban pour qu’il ne fasse pas de mal à Jacob au moment où il l’a rattrapé dans sa fuite et son retour au Pays promis. Laban et Jacob firent une alliance et c’est exactement ce qui se passa entre l’Occident et Israël, tout particulièrement avec les Etats-Unis dont le siège du gouvernement s’appelle comme « par hasard » la Maison blanche (cf. Laban = blanc)
Il est vrai qu’au fil des ans l’Europe occidentale et orientale se tourna assez rapidement et clairement contre Israël. Elle poussa franchement à la création d’un Etat Palestinien politiquement et financièrement. La résolution européenne de « sanctionner » les produits agricoles issus des territoires soi-disant occupés n’est qu’un aspect parmi bien d’autres.
Actuellement les Etats-Unis furent et sont encore parmi les seuls alliés des Israéliens notamment lors de votes à l’ONU relatifs à la situation israélo-palestinienne et par des fournitures en armement, en liquidités et autres biens indispensables. Mais il se trouve que, contrairement à ce qui se passait auparavant, les Etats-Unis particulièrement lors de crises fortes israélo-palestiniennes renvoient de plus en plus les deux partis dos à dos, voire culpabilisent Israël alors qu’il ne fait que se défendre face à des attaques aveugles et meurtrières. Les alliances des Etats-Unis et de l’Europe avec l’Arabie Saoudite entre autres, donc avec Ismaël sont de plus en plus étroites à cause du pétrole entre autres, sachant que les « dessous » et les intérêts particuliers de chaque état compliquent largement cette analyse, particulièrement dans la crise terrible due à l’Etat Islamique. 
Quoi qu’il en soit nous reconnaissons ici Laban – Etats-Unis – loup blanc qui ont effectivement permis à Jacob-Israël de survivre, de trouver femmes, donc descendance et en même temps de s’enrichir. C’était un rôle indispensable à la survie d’Israël ! 
Comme pour Laban et Jacob, la proximité du sang, celle de la foi et celle du sens des affaires liées à la présence de nombreux juifs et chrétiens influencent de façon non négligeable les Etats-Unis, nonobstant le loup blanc par rapport à Israël. 
Laban – Etats Unis – loup blanc ont d’ailleurs pu s’enrichir grâce aux Juifs et la bénédiction de Yahvé y étant liée, mais cela ne leur suffit pas et ne leur suffira jamais. Plus on en a, plus on en veut. 
C’est d’ailleurs un peu le rôle qu’ont joué les Juifs disséminés à travers les siècles. Ils se sont enrichis tout en enrichissant leurs « hôtes » qui, toujours à un moment ou à un autre, ont essayé de les dépouiller en changeant les règles pour mieux les exploiter ou, selon les périodes et les peuples, pour carrément essayer de les exterminer en vue de récupérer le magot. 
Aujourd’hui nous assistons à l’ambivalence et l’opportunisme de Laban – Etats Unis – loup blanc qui par tous les moyens avoués ou non essayent de tirer la couverture à eux pour en profiter au maximum quitte à sacrifier ou dévorer tout ou partie du troupeau de brebis Israël sur son pâturage, sa Terre. La création de Daech avec entre autres une amputation supplémentaire de la Terre d’Israël secrètement prévue par l’administration américaine évoquée par Hillary Clinton dans un de ses ouvrages, ne fait que démasquer davantage la véritable identité du loup blanc qui à terme se transformera en « Esaü-Edom » avec toutes les autres nations du monde occidental et oriental. Celles-ci s’allieront par nécessité et Realpolitik à Ismaël très largement installé dans leur territoire. Les autres descendants de Laban s’allièrent d’ailleurs avec les descendants d’Ismaël et d’Esaü contre ceux de Jacob à l’époque biblique des rois jusqu’à l’exil provoqué par Titus en 70.

  1. Le loup blanc et l’Eglise des Vainqueurs

Dans notre écrit précédent « Les Patriarches » nous avons démontré que Rebecca représentait l’Eglise initiale des Vainqueurs qui « montera », l’Epouse que Christ fécondera sur le Trône et qui deviendra donc la femme glorieuse en travail décrite en Apocalypse 12 :1 accouchant de l’enfant mâle. Puis nous avons démontré que Jacob - Israël était l’enfant mâle, la nouvelle génération « enlevée » de cette Eglise des Vainqueurs capable dans un premier temps avec les anges de vaincre et de déloger le Dragon des lieux célestes. Rebecca et Jacob - Israël représentent par conséquent une entité : l’Eglise des Vainqueurs dans sa globalité au Pays promis, sachant que le Pays promis de ladite Eglise est la Salle du Trône et le ciel en général.
 L’Israël actuel, seulement partiellement installé dans son Pays promis, est à mettre en parallèle avec l’Eglise initiale des Vainqueurs, Rebecca, qui ne tardera donc pas de ce fait à se mettre en place dans la Salle du Trône, sachant que les lieux célestes ne sont pas comme la Terre d’Israël totalement dégagés de l’Ennemi.
Les lieux célestes (Pays promis), en effet, sont aussi encore partiellement occupés par le Dragon et ses acolytes. La preuve : l’Ennemi peut encore jouer au procureur devant le Trône de Dieu (cf. Mont du Temple occupé par Ismaël) pour accuser les frères et il ne sera éjecté des lieux célestes ou Pays promis par l’archange Michel, ses anges et la nouvelle génération de l’Eglise des Vainqueurs, Jacob, qu’en Apocalypse 12, à savoir dans le futur. 
De même, parallèlement, il arrivera comme promis dans les Ecritures par Yahvé Elohim Lui-même à maintes reprises, qu’Israël récupèrera l’intégralité du territoire promis à commencer à Abraham, puis Isaac et Jacob.

Qui est le loup blanc ? Si nous reprenons les caractéristiques du loup blanc à savoir les proximités familiales, du Sang grâce à celui versé du Seigneur, de la foi en Yahvé Elohim, Père, Fils et Saint Esprit, de la Bible Parole de Dieu et du « berceau ecclésial » de départ indispensable au niveau des sœur et filles de Laban, ainsi que de l’accueil pour la survie, nous retrouvons l’Eglise charismatique du début de l’ère chrétienne et aussi celle de notre époque qui a resurgit par la grâce de Dieu après presque deux millénaires d’histoire chaotique.
L’Eglise charismatique des débuts comme celle d’aujourd’hui n’est pas passée de la connaissance partielle à la totale, de l’enfant à l’adulte, de la vision partielle comme à travers un voile au face à face direct de la Salle du Trône. En effet elle n’a pas encore compris « Rebecca » ou la montée avec la formation de l’Eglise initiale des Vainqueurs absolument indispensable pour que puisse avoir lieu la naissance de « Jacob – Israël » nouvelle génération de l’Eglise des Vainqueurs enlevée.
De ce fait elle confond de la façon la plus logique montée et enlèvement, prêche et exige la perfection demandée dans la Parole de Dieu alors qu’elle n’y arrive jamais, prêche le salut total et la grâce totale en Jésus-Christ alors qu’elle ne prêche pas le salut du corps c’est-à-dire l’immortalité et la métamorphose du corps qui fait aussi partie de la globalité de l’être humain, prêche uniquement la glorification de l’âme et de l’esprit pour maintenant et ne prêche pas la glorification du corps pour maintenant, prêche à la fois les épreuves soit disant nécessaires notamment la maladie, le vieillissement et la mort et à la fois son contraire à savoir la délivrance de ces horreurs, notamment les guérisons par le Dieu des miracles qui libère et change les circonstances, d’un Bon Berger qui garde parfaitement Ses brebis et son contraire à savoir des loups qui les blessent et les tuent, d’une évangélisation mondiale possible malgré le fait que le pourcentage de chrétiens authentiques reste atrocement faible bien que les possibilités médiatiques soient énormes, alors que la réussite de l’évangélisation mondiale n’aura lieu qu’après l’action de l’Eglise initiale des Vainqueurs montée, partie en vainqueur et pour vaincre… nous pourrions prolonger cette liste à vrai dire de caractère vraiment schizophrénique ! 
L’Eglise Charismatique correspond structurellement et fondamentalement à l’Eglise de Laodicée. Jésus-Christ Glorifié la qualifie de pauvre, aveugle et nue. Elle croit qu’elle est riche et qu’elle n’a besoin de rien.
La solution pour cette église prônée par Jésus-Christ Glorifié est justement le revêtement de gloire pour la montée devant aboutir au Trône ! La solution, c’est par la montée, de sortir de l’espace-matière-temps, de la réalité ici-bas pour passer réellement corps, âme et esprit à la réalité d’En-Haut et par là pour être transformés effectivement et entièrement. 
Nous serons ainsi rendus capables d’entrer dans la perfection nécessaire et indispensable pour :
  • Penser juste, avoir le bon enseignement, la bonne connaissance selon Dieu (doctrine)
  • Nous comporter réellement comme le désire le Seigneur (morale, éthique),
  • Accomplir puissamment avec succès et efficacité le travail dans la révélation parfaite et les miracles demandés par Lui (puissance).
Quand le message de la métamorphose du corps, de la montée et de la constitution de l’Eglise des Vainqueurs sera davantage connu et de surcroît vécu par le Saint Esprit, l’Eglise Charismatique emploiera exactement les mêmes méthodes que Laban, le loup blanc, exceptés celles et ceux qui entendront ce que l’Esprit dit aux églises, qui se repentiront, accepteront et vivront clairement le message de Jésus-Christ Glorifié. N’oublions jamais que l’église charismatique du début de notre ère ayant refusé le message de Jésus-Christ Glorifié, est devenue l’église catholique romaine, ce qui est loin d’être une référence avec le recul de l’histoire !!! Elle fut et resta quelque part un gros loup blanc qui a non seulement montré ses dents mais croqué bien des agneaux et des brebis !
 Mélanges d’enseignements, confusion des genres, théologie schizophrénique, culpabilisation, reproches, manque de liberté face à l’argent puisque nerf de la guerre indispensable pour l’œuvre de Dieu qui doit vivre dans l’espace-matière-temps, surexploitation des « brebis » qui se saignent au profit de certains qui « s’engraissent » sur leur dos, arguments fondés sur les proximités « de sang, de chair et d’os » en Christ, services rendus par l’accueil et le soutien pour la survie toutefois sous des conditions très dures, fondements communs de la foi dans le même Dieu, la même Bible pour argumenter contre la montée ou en noyant le poisson, prises de pouvoir et oppressions « spirituelles » au nom du « ministère » forment un ensemble qui représente le frein à main empêchant le départ 
Pourtant il fallait que Jacob parte de chez Laban, le loup blanc, pour rester dans le plan de Dieu et passe obligatoirement au « face à face » avec Yahvé Elohim le Saint Esprit pour être rendu capable de vaincre Esaü !!!
Le loup blanc est rassurant de par son pelage blanc semblable à celui des brebis et aussi longtemps qu’il ne montre pas ses dents. Sous condition de contrôle et de domination par l’exploitation devant l’enrichir, pour notre propos l’œuvre de Dieu selon les lois et le cadre de l’espace-matière-temps, le loup blanc « protège », permet la survie tant alimentaire qu’au niveau de la descendance. Mais dès qu’il sent qu’il y a des « fugitifs » en puissance, il essaye de mettre des barrières d’abord d’apparence sympathique voire d’ordre hautement spirituel, puis montre les dents et si cela ne s’avère pas efficace, se mettra à leur poursuite pour les éliminer pour l’exemple afin d’éviter l’hémorragie ! Le loup blanc aurait été largement capable de renvoyer Jacob à vide malgré son travail acharné de 20 longues années et ce dernier se serait retrouvé comme à son arrivée sans rien mais probablement un peu plus « fatigué » voire démotivé…
Il faut toutefois bien noter que Dieu S’est révélé à Laban par un songe et qu’il bénit ses filles et ses « fils » ou petits-fils au moment de la séparation d’avec Jacob et de sa famille. Laban est un bon charismatique qui a permis la descendance pour Isaac avec Rebecca, sauvé la vie de Jacob et encore permis la descendance de ce dernier avec Léa et Rachel. De plus cela se termina par une alliance certes de séparation territoriale et de non-agression réciproque entre lui et Jacob mais alliance tout de même où Laban demande même que Yahvé veille sur Jacob et lui-même (Genèse 31 :49) ! Laban est l’Eglise qui restera sur terre parce qu’elle l’a voulu ainsi, subira la Grande Tribulation et le cas échéant plus tard le règne de l’Anti-Christ, histoire, vu les événements terribles à venir, de lui limer les dents et finalement le transformer en brebis condition sine qua non pour passer dans l’éternité glorieuse après le jugement dernier.
Rebecca et Jacob sont l’Eglise des Vainqueurs respectivement montée puis enlevée, rendue capable avec et par l’Epoux, le Roi des rois, d’achever le projet de Dieu dans l’Histoire à partir du Trône.

CONCLUSION

Nous avons tous en tant que chrétien même charismatique, un peu du « loup blanc - Laban » aussi longtemps que nous sommes dans l’espace-matière-temps de caractère intermédiaire. C’est totalement inévitable, encore faut-il le reconnaître. Le but de cet écrit n’est pas de blesser qui que ce soit mais d’encourager à devenir « Eglise des Vainqueurs – Rebecca – Jacob ». 
Rébecca décida de partir avec Eliézer pour monter au Pays promis et aller se marier avec Isaac, type de l’Epoux au ciel. 
Jacob, sur l’injonction de Dieu décida aussi de partir. Mais sans l’intervention miraculeuse de Dieu, il était « mort » avec toute sa famille autant face à Laban que face à Esaü. Après s’être « bagarré » avec Dieu toute une nuit, il a été enlevé miraculeusement loin du danger de mort c’est-à-dire loin de la gueule du Dragon.
Sa « victoire » sur Yahvé Elohim le Saint Esprit dans sa lutte de coaching face à face lui permit automatiquement et par là même d’être plus fort que le Dragon et ses acolytes.
Pour nous, la décision de partir, de déménager de notre pays d’origine, de notre environnement, de nos racines notamment dites ecclésiales, doctrinales et spirituelles est très difficile à prendre car elle nous engage, nous plonge totalement dans une nouvelle réalité et finalement dans l’inconnu même s’il s’agit de rejoindre réellement notre Epoux sur le Trône sans mourir et d’entrer dans les combats réellement décisifs et efficaces.
Pourtant il s’agit du désir de Dieu Lui-même qui nous encourage à fuir le loup blanc, sauver notre peau, celle de notre famille et nos biens en étant préservé de toutes les épreuves et tribulations à venir pour aller nous jeter dès à présent dans les bras divins dans l’environnement éternel de gloire !   

En Lui, 

         Martin BUSCH

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire