Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

mercredi 22 avril 2015

70 EGLISE EPOUSE - MERE

RUBRIQUE DE L’EGLISE DES VAINQUEURS : 

70
EGLISE EPOUSE - MERE


INTRODUCTION
« Ne t’allie avec aucun d’eux (non juifs). Ta fille, ne la donne pas à son fils et sa fille, n’en fais pas l’épouse du tien ! » (Deutéronome 7 :3)
«Oui, dès maintenant, contractons avec notre Dieu l’engagement de renvoyer toutes ces femmes et les enfants nés d’elles, conformément au conseil de mon seigneur et de ceux qui sont zélés pour le commandement de notre Dieu. Que tout se passe selon la loi. » (Esdras 10 :3) 
« Et Adam connut Eve (mère)  son épouse (ischa : épouse, femme). Elle conçut et enfanta Caïn en disant : « J’ai fait naître un homme conjointement avec Yahvé. » (Genèse 4 :1).
« Je ferai régner la haine entre toi et la femme, entre ta postérité et la sienne : celle-ci t’écrasera la tête et toi tu la blesseras au talon. » (Genèse 3 :15)

Il se trouve que l’identité juive se transmet par la femme ou l’épouse devenue mère. Le passage du Deutéronome laisse entendre que la lignée ou la postérité juive passe par la femme. Cela semble se confirmer dans ce passage très dur du livre d’Esdras, où pour restaurer le Peuple Juif dans la lignée selon la Loi après l’exil à Babylone, les femmes « étrangères et leurs enfants » furent renvoyés !!! Il faut savoir en outre que par confort la grande majorité des juifs dont les femmes évidemment, n’avaient pas fait le voyage de l’Aliyah ou du retour au Pays à ce moment-là !
Il fallait donc que la judaïté soit sauvée et restaurée à tout prix et qu’il fallait des mères juives que cela puisse se faire ! 
Au passage où il est écrit qu’Eve connut Adam, elle dit qu’elle avait accouché conjointement, avec l’aide de Yahvé ! Cela prouve qu’au moment où l’épouse, ischa, devint mère, Ève, le processus de la postérité qui pouvait écraser la tête du Serpent avait tenté une « première sortie ». Avec Caïn ce sera certes un échec mais ce n’était que partie remise
Quoi qu’il en soit, cette aide conjointe de Yahvé dans le processus qui fit de l’épouse – femme une Eve - mère va aussi dans le même sens.
C’est probablement dans une perspective semblable que nous pouvons comprendre le passage souvent considéré comme « macho » de Paul à la première à Timothée 2 :15 : elle sera sauvée cependant par la maternité… » !!! C’est tout de même étonnant dans le Nouveau Testament vu que Jésus-Christ était né et avait accompli Sa mission terrestre ! Le salut par la maternité ? Et la foi dans le sacrifice expiatoire de Jésus ?

La femme épouse et/ou mère chez les descendants d’Ismaël ?

  Nous savons que dans la mentalité des descendants d’Ismaël, la femme n’est pas considérée comme une épouse mais avant tout comme une mère écrasée voire un « simple utérus… ! » Il ne lui est laissé aucune dignité en tant qu’épouse et femme car elle est rejetée en tant que telle !
Il s’agit d’un héritage de l’histoire d’Agar qui n’était considérée que comme une espèce de mère porteuse pour Saraï et sans plus !!! Dès qu’elle voulut aussi devenir « épouse » d’Abram par le fait qu’elle était la mère du fils du patriarche, elle trouva « l’épouse » Saraï sur son chemin… ! Ismaël a gardé et porté cette vision de la « première femme de sa vie », sa mère, à savoir Agar, qui n’était que « mère porteuse » écrasée et rejetée.
La femme épouse et/ou mère chez les descendants d’Esaü ?

Nous avons démontré dans des écrits précédents que les occidentaux étaient les descendants d’Esaü, d’Edom, des Nabatéens (cf. civilisation de Pétra) des Grecs, plus tard absorbés par les Romains à l’origine de la civilisation occidentale. 
Il se trouve que Rébecca, la mère d’Esaü, était une épouse « émancipée » qui n’a pas hésité à vouloir influer sur le cours de l’Histoire en voulant « aider » Dieu dans la réalisation de Ses promesses concernant Jacob, son petit préféré. Quelle que soit le jugement moral que l’on peut porter sur l’attitude de la belle Rebecca, nous voyons qu’elle prenait des initiatives et « gérait » à la fois Jacob mais aussi Isaac ! Bref, elle était passablement indépendante !
Elle était certes mère des deux jumeaux Esaü et Jacob, mais avant tout elle était « épouse » ! Bref, elle prenait ses responsabilités même si c’était de façon critiquable ! La réalisation du plan de Dieu en fut malgré tout issue !
Esaü a gardé cette vision de la « première femme de sa vie », sa mère, à savoir Rebecca qui était avant tout « épouse émancipée » qui gérait.
C’est très exactement ce qu’est devenu la femme - épouse dans la civilisation occidentale. Elle est émancipée, elle gère et prend ses responsabilités de plus en plus peut-être, au point qu’elle « oublie » de devenir mère ! Elle est avant tout femme, éventuellement épouse, quelquefois seulement copine, concubine mais surtout indépendante …. Le ratio de natalité occidental n’assure plus le maintien de la population, ne parlons même pas de l’augmentation ou de la multiplication de ladite population !

La femme épouse et/ou mère chez les descendants de Jacob ?

Jacob du s’éloigner de Rébecca et d’Isaac pendant des années. Malgré les années difficiles d’exil auprès de Laban, cela lui fut probablement nécessaire notamment pour couper sa relation avec sa mère.
Il eut malgré lui deux sœurs Léa et Rachel. Il aimait Rachel, l’émancipée qui gérait même ses idoles (Genèse 31 :19+30-35) et sa soif de prééminence (Genèse 30 :1-8). Elle ne put devenir mère au début. 
Il avait Léa qu’il n’aimait pas mais qui était à un  moment donné « l’utérus de service » de Jacob. Elle espérait en vain se faire aimer (Genèse 30 :20) par ce dernier en lui donnant de nombreux fils ! En effet Jacob n’habitait pas avec elle sous la même tente, mais habitait avec celle qu’il aimait : Rachel. 
Rachel devint finalement mère par la suite avec Joseph et Benjamin. Elle mourut à l’accouchement de Benjamin (Genèse 35 :16-18)
Chez les descendants de Jacob, il y a effectivement partiellement cet équilibre entre les deux sans vouloir idéaliser certes. Le rôle public de certaines épouses - femmes juives fut éminent dans l’Histoire mais elles tenaient aussi à devenir des mères !
Cet équilibre devrait tout autant se retrouver chez les chrétiennes authentiques. 

Marie épouse et/ou mère ?

Marie, la juive, descendante de Jacob savait qu’elle risquait la lapidation en acceptant de tomber enceinte sans avoir été préalablement mariée à un homme. Elle assuma sa responsabilité, elle accepta de gérer cette situation plus qu’inconfortable voire très risquée dans la société d’alors. Elle accepta de devenir l’épouse du Père céleste puis par-là de devenir mère de Jésus vrai Dieu et vrai Homme, le Messie, le Christ, Seigneur et Sauveur du monde !!! 
Elle a vécu l’équilibre d’épouse – femme avec celui de mère dans cette situation. Le cantique de Marie est d’ailleurs exceptionnel suite à sa rencontre avec Elisabeth. (Luc 1 :46ss).
Toutefois elle fut remise en place par la suite par Jésus lorsqu’elle voulut « gérer » en tant qu’épouse – femme du Père d’une certaine façon le début du ministère de son Fils aux noces de Cana et finalement par déduction aussi la suite des opérations (Jean 2 :4ss). Jésus dit clairement : « Qu’il y-a-t-il entre toi et moi femme (gunè= épouse, femme) ». Mais il est intéressant de noter la suite : « Sa mère (mèter = mère) dit aux serviteurs : quoi qu’il vous dise, faites-le »
En fait elle voulait jouer le rôle de la femme épouse du Père, la « bienheureuse » et gérer les choses en tant que telles notamment auprès de son Fils à elle. Comme cela ne lui fut pas accordé parce qu’elle n’était ni Dieu, ni médiatrice entre Dieu et les hommes, elle essaya de rejouer la partie avec son statut de mère de Jésus. Elle était certes bien intentionnée mais il fallait qu’elle comprenne qu’elle devait rester dans le rôle prévu pour elle par Dieu à savoir une « humble servante » consciente de ses imperfections et limitations. Il n’y a en effet qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes, c’est Jésus-Christ ! (1 Timothée 2 :5).
Elle a dû tenter d’en remettre une couche quand elle voulut avec ses autres fils, les frères de Jésus, lui « parler » pendant qu’il était dans l’exercice du ministère. Mais la réponse de Jésus fut cinglante : « Qui est ma mère et qui sont mes frères. Puis étendant la main sur ses disciples, il dit : Voici ma mère et mes frères. Car quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, ma sœur et ma mère. » (Matthieu 12 46-50 ; cf. aussi Marc 3 :32 ; Luc 8 :20).
 Les choses ne furent totalement rétablies qu’au pied de la croix où c’est Jean qui devint le fils de Marie et Marie la mère de Jean selon la parole de Jésus (Jean 19 :26-27).

L’Eglise épouse et/ou mère ?

L’Eglise est l’épouse de l’Agneau ou du Christ. L’acte de mariage fut signé avec le sang de l’Agneau sur la croix. Nous avons déjà évoqué la problématique dans notre écrit de la Rubrique de l’Eglise des Vainqueurs intitulé « Epoux Epouse ».
L’Epouse – Eglise ne vit pas avec son époux. Elle est restée sur terre dans l’imperfection intermédiaire de l’espace-matière-temps. Son corps n’a pas été sauvé mais évolue vers le vieillissement et la mort. 
Toutefois, elle a le statut d’Epouse du divin Epoux. Elle est la femme - épouse de Jésus-Christ d’un point de vue juridique donc effectif. 
Par conséquent, tout naturellement elle gère, prend ses responsabilités, est émancipée mais dans les limitations. Cela fait 2000 ans qu’elle gère en tant qu’Epouse mais elle gère mal,  même très mal. A l’époque des Actes des Apôtres elle avait bien commencé mais elle n’a pas considéré qu’une épouse est destinée à devenir mère. Elle est restée « copine » avec Jésus. Elle en est restée aux mails, sms, webcams avec Jésus. Elle est toujours encore en train de lire le « mode d’emploi » (Bible) pour devenir mère mais dans les limitations alors qu’en réalité la fécondation par l’Epoux n’y est tout simplement pas prévue en vue de la maternité.   
Marie n’était pas restée dans le rôle et la position que Dieu avait prévus pour elle, l’Eglise n’est pas rentrée dans le rôle et la position que Dieu avait prévus pour elle. Pour les deux tout avait bien commencé mais elles avaient peine à comprendre la suite des événements.
Jésus a parfaitement accompli Sa mission. Nous voyons clairement qu’il fallait une fécondation de la part de Dieu le Père pour que les choses avancent réellement et de façon déterminante et irréversible. Il fallait que Marie en tant qu’épouse choisie par Dieu, accepte de se laisser féconder en vue de devenir mère. Le côté juridique du salut a ainsi pu être réglé. 
A ce titre, Jésus a ouvert la porte du ciel pour que nous puissions avoir le droit d’y entrer. En tant qu’Epouse, légalement mariée à l’Epoux, l’Eglise a parfaitement le droit d’intégrer la « maison familiale » par le salut de l’esprit, de l’âme et du corps. Elle y est même fortement invitée pour qu’elle puisse y être fécondée en vue de devenir mère !!! 
Rien que la fécondation rendue possible par la métamorphose ou le salut du corps des chrétiens formant l’Eglise des Vainqueurs provoquera le réveil d’Apocalypse 7 !
Mais seule la maternité de l’Eglise des Vainqueurs d’Apocalypse 12 :1ss rendra possible une seconde victoire (la première étant celle de Jésus sur la croix et par Sa résurrection) déterminante sur le Dragon et ses acolytes jetés hors des lieux célestes ! Ceux-ci n’avaient plus accès aux lieux spirituels ce qui est capital et énorme !  
  Nous voyons clairement qu’il fallait une fécondation de la part de Dieu le Fils, l’Epoux pour que les choses avancent réellement et de façon déterminante et irréversible. Il fallait que l’Eglise en tant qu’épouse choisie par Dieu, accepte de se laisser féconder par Jésus en vue de devenir mère.
 Souvent la femme (gunè) d’Apocalypse 12 fut confondue avec Marie et l’enfant mâle avec Jésus !  En fait, il s’agit de l’Eglise des Vainqueurs qui donne naissance à une nouvelle génération de Vainqueurs encore plus puissants qui arriveront à mener paître les nations avec une verge de fer. La victoire d’Apocalypse 12 porte en elle celles d’Apocalypse 19 – 20 avec la victoire définitive sur le Dragon et ses acolytes sur terre.
La confusion dont nous venons de parler est gravissime car elle bloque tout le  processus victorieux qui aurait déjà dû s’enclencher depuis longtemps. Tout est arrêté parce que l’Epouse refuse ou pire, ne sait pas comment devenir mère. 
Tellement souvent les « pourquoi » face à la souffrance, aux malheurs, à la maladie, aux guerres, aux meurtres se heurtent à un mur infranchissable d’incompréhensions voire de révoltes. Les voies sans issue se multiplient. 
A quoi sert la libération juridique acquise par Jésus sur la croix s’il n’y a pas d’application ?
A quoi sert une décision de justice si elle n’est  pas appliquée ? A rien !
A quoi cela sert-il d’être Epouse si la maternité n’est pas au rendez-vous ?    
En fait, si l’homme est initialiseur, celui qui met la semence. La réalisation et la finalisation est du domaine de la femme – épouse par la maternité. 
L’homme est bloqué, inefficace pour la transmission d’une nouvelle vie si la femme reste uniquement épouse et ne devient pas mère. 
C’est le choix souverain du Créateur, de Yahvé qui a créé l’être humain à Son image, mâle et femelle. Il a d’emblée voulu que la réalisation et la finalisation de la vie passe par la femme. 
Ce choix souverain initialiseur L’a rendu dépendant de Sa femme pour la finalisation et la réalisation. Le Père l’initialiseur avait besoin de Marie devenue mère et Jésus l’Epoux l’initialiseur a désespérément besoin de Son Epouse, l’Eglise, qui doit encore devenir enceinte puis mère. Cette dépendance est une incroyable preuve d’amour dans la réciprocité de la part du Dieu Créateur des cieux et de l’univers ! C’est énorme !
Ce ne peut être saisi que dans la compréhension de la métamorphose qui est une caractéristique constante dans les lieux célestes à opposer aux notions idolâtres du symbolique et de l’image ces derniers ne pouvant être la réalité mais seulement une soi-disant représentation toujours plus ou moins fausse de ladite réalité. 
Par la métamorphose, la fécondation de l’Eglise des Vainqueurs par Jésus l’Epoux et l’accouchement de l’enfant mâle sont réels et effectifs ! Il en est d’ailleurs de même de l’enlèvement qui concerne l’enfant mâle en Apocalypse 12 :5c où la métamorphose est décrite comme en 1 Corinthiens 15 :51ss.
   
Conclusion

L’Eglise femme – épouse légale de Christ doit impérativement prendre ses responsabilités, s’émanciper, vaincre, se laisser libérer de l’esclavage de l’espace-matière-temps, de la chair de son corps par le Saint Esprit (2 Corinthiens 3 :18) pour devenir Sa femme – épouse dans les faits et la réalité sur le Trône dans un contexte de métamorphose constante. Là elle est appelée à se laisser féconder par son Epoux pour ensuite devenir mère, accoucher d’un enfant, d’une génération nouvelle de l’Eglise des Vainqueurs enlevée au Trône et victorieuse à ce moment-là du Dragon et de ses acolytes dans les lieux célestes. 
Il faut bien comprendre que chez les Juifs la judaïté pour les enfants se transmet par les femmes mères. L’initialisation vient certes du Père, de l’Epoux mais la réalisation, la finalisation vient de la femme – épouse en devenant mère, qui a porté l’enfant en son sein et l’a mis au monde ! Dieu en a souverainement décidé ainsi ! 
L’équilibre épouse – mère mène vers la perfection, tire vers le haut car l’un  ne va pas sans l’autre !  Il allie prise de responsabilité, état adulte, liberté, amour au niveau de l’Epouse pour son Epoux et don de soi quasi-total, amour maternel quasiment sans limite au niveau de la mère pour son enfant.



En Jésus, 

         Martin BUSCH

jeudi 16 avril 2015

Ezéchiel 37 Ministères - 35 - Esaïe 4.9

Esaïe 41.9 : Tu es mon serviteur, je t'ai choisi

Qui suis-je ?

   Ne vous est-il jamais arrivé de vous poser cette question ?

   J'aimerais aujourd'hui m'arrêter sur un point essentiel dans notre vie et notre épanouissement. Nous pouvons rencontrer sur notre chemin des personnes qui, dans un but de nous manipuler et de nous dominer, nous amènerons à douter de qui nous sommes, douter de nos capacités, de ce que nous portons dans notre cœur et cela nous amène à craindre l'échec et  l'avenir. Souvent, cela sera fait de manière sournoise et par des paroles mensongères mais au bout du compte, nous allons commencer à douter de nous-mêmes, à croire ces paroles, et nous nous poserons la question mais qui suis-je, suis-je capable de ...?

   Ce ne sont pas ces hommes et ces femmes que nous devons écouter. Ce ne sont pas à leur propos que nous devons nous arrêter. NON ! Nous devons nous arrêter à ce que Dieu pense de nous, à ce qu'Il dit de nous, tendre l'oreille et le laisser nous parler, nous rassurer.

   Aussi, toi qui lis ces lignes, peut-être es-tu en ces jours victimes d'une telle personne et tu ne sais plus qui tu es, ce que tu dois faire ou pas. Tend l'oreille et écoute ton Dieu. Il te dit : Ne crains rien, car je suis avec toi ; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu ; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante (Esaïe 41.10).




-- 
Claudy et Corinne d'Ezéchiel 37 Ministères


http://www.mfpg.be

Ezéchiel 37 Ministères - 34 - Psaume 74.21

Psaume 74.21 - Que l'opprimé ne soit plus déshonoré, que le pauvre et le malheureux louent ton nom. (TOB)
   Il y a des façons de fonctionner dans lesquelles le Seigneur désire faire une œuvre de transformation et de vie. Une de ces choses (parmi d'autres) s'appelle la victimisation. Il va sans dire que nous avons tous des raisons de nous plaindre et de nous victimiser. 

   Je vais prendre un exemple qui depuis des années est pour moi un cheval de bataille. Des personnes pour x raisons ont été abandonnés par leurs parents et ont ainsi été placé à la DDASS. Beaucoup en grandissant ont compris consciemment ou inconsciemment que c'était un atout pour eux de dire :"Je suis de la DDASS" parce que cela leur ouvrait des portes, parfois la pitié des gens, ou tout simplement des aides. Pendant plusieurs années, je me suis insurgée fasse à cela car cette façon de faire était pour moi comme porter sur notre dos un panneau avec écrit DDASS et c'est comme si ce panneau allait nous suivre toute notre vie et en tous lieux. D'ailleurs, dans les tribunaux, combien de circonstances atténuantes ont été reconnues pour des faits souvent très graves et ce, en raison d'un passé douloureux.

   Je suis la première à dire que les personnes ayant subi des choses difficiles ont besoin de guérison et d'une pleine et entière restauration mais je crois que pour entrer pleinement dans cette restauration, il faut accepter d'arrêter de nous victimiser. Certes, il y a des blessures, du rejet, mais allons-nous continuellement vivre dans cet état. Stagner dans ces eaux amères empêchera l'œuvre de Dieu de se faire en nous pleinement. D'autre part, se cacher derrière une enfance douloureuse, une blessure pour justifier nos fautes ne fait pas du bien à notre âme. Non, le Saint-Esprit désire nous amener à être conscients de nos fautes et de nos faiblesses, non pas pour les amoindrir par toutes sortes d'excuses mais pour les amener au Seigneur afin qu'Il nous libère. 

   Arrêtons de nous cacher derrière des expériences douloureuses pour marcher à notre guise mais acceptons de marcher en nouveauté de vie car c'est bien de cela qu'il s'agit. Les choses anciennes sont passées, voici je vais en faire de nouvelles. Pour vivre ces choses nouvelles, il est important de sortir de notre passé, de nos anciennes réactions et de les laisser aux pieds du Seigneur. Arrêtons de nous poser en victime pour justifier de nos mauvais choix ou mauvaise attitude et acceptons de nous voir avec les yeux de Dieu et de Le laisser nous faire vivre la vie qu'Il nous a destinés dès la fondation du monde.

   Avec toute ma compassion. Bonne réflexion !


-- 
Claudy et Corinne d'Ezéchiel 37 Ministères


http://www.mfpg.be

Ezéchiel 37 Ministères - 33 - Genèse 4.9

Genèse 4.9 - L’Eternel dit à Caïn : Où est ton frère Abel ? Il répondit : Je ne sais pas ; suis-je le gardien de mon frère ?

   Caïn venait de tuer son frère Abel par "jalousie". L'Eternel Dieu était parfaitement au courant de ce qui s'était passé ! Alors pourquoi pose-t-Il cette question à Caïn ? Vous avez déjà médité sur cela ?

   Je n'y vois qu'une seule réponse : Dieu désirait entendre de la bouche de Caïn qu'il regrettait son geste ! Mais celui-ci, comme ses parents Adam et Eve l'avaient fait, s'est retranché derrière des excuses. Eve trouva l'excuse que c'était le serpent, Adam rejeta la faute sur Eve et Dieu, c'est la femme que Tu m'as donné Dieu... Caïn, n'ayant trouvé personne à accuser à sa place, mentit honteusement en se déchargeant de toute responsabilité.

   Si je parle de ceci aujourd'hui c'est parce que la nature humaine est comme cela. Nous avons un mal terrible à demander pardon de la bonne manière. Déjà de dire : "Je m'excuse pour ce qui arrive mais c'est à cause de..." nous coûte un effort extrême, alors de dire : "Je te demande pardon, j'ai fait le mal, je n'ai aucune excuse et je suis indigne..." devient mission impossible. Pourtant si vous relisez l'histoire du fils prodigue dans Luc 15, c'est ce qu'il a dit !

   Mes bien-aimés, si nous voulons être au bénéfice de la puissance extraordinaire du pardon, nous devons parler et agir de la sorte, envers Dieu, mais aussi envers notre prochain. C'est un leurre et une tromperie gigantesque de croire que nous vivrons la puissance libératrice du pardon si nous nous cherchons des "circonstances atténuantes", si nous minimisons la faute, ou pire, si nous voulons faire endosser à un autre la responsabilité de notre mauvaise action ou parole !

   La liberté est dans la vérité ! Reconnaître honnêtement notre faute sans fioriture, voilà la clé de la liberté !


-- 
Claudy et Corinne d'Ezéchiel 37 Ministères


http://www.mfpg.be

28 Quoi 2 - 9 sur le Net ? N°28

28 Quoi 2 - 9 sur le Net ?

           
Gérard et Priscille VESSIERE                                 Bulletin N° 28

Réflexions ……

"Demandez, et l’on vous donnera." {#Mt 7:7} 

Il existe un village en Angleterre où encore de nos jours, un morceau de pain est donné à chaque passant qui le demande. Qui que soit le voyageur, il doit seulement frapper à la porte de l’Hôpital de la Sainte Croix, et il y a là un morceau de pain pour lui.
Jésus-Christ aime tellement les pécheurs qu’il a bâti un Hôpital de la Sainte Croix, afin que toutes les fois qu’un pécheur a faim, il n’ait qu’à frapper pour qu’il soit pourvu à ses besoins.


Mais il a fait bien mieux; il a annexé à cet Hôpital de la Croix un bain; et chaque fois qu’une âme est noire et sale, elle a seulement à aller là, et elle y est lavée. 


La fontaine est toujours pleine, toujours efficace. Aucun pécheur qui soit allé s’y plonger n’a trouvé que cette fontaine ne puisse faire disparaître ses taches. Les péchés qui étaient écarlates et cramoisis ont tous disparu, et le pécheur est devenu plus blanc que neige. 
Comme si ceci n’était pas suffisant, à cet Hôpital de la Croix se trouve aussi une armoire, et le pécheur qui en fait simplement la demande, comme un pécheur, peut être vêtu de la tête aux pieds; et s’il souhaite être un soldat, il peut ne pas recevoir un simple vêtement pour se vêtir, mais il aura une armure qui le couvrira de la plante des pieds jusqu’au sommet de la tête. S’il demande une épée, elle lui sera donnée, avec également un bouclier.


Rien de ce qui est bon pour lui ne lui sera refusé. Il aura ce qui lui est nécessaire aussi longtemps qu’il vivra, et il aura l’héritage éternel d’un trésor glorieux quand il entrera dans la joie de son Seigneur. Si toutes ces choses sont reçues en frappant simplement à la porte de la miséricorde, mon âme, frappe fort ce matin, et demande de grandes choses à ton Seigneur généreux.
 Ne quitte pas le trône de la grâce jusqu’à ce que tous tes besoins aient été déployés devant le Seigneur, et jusqu’à ce que par la foi tu aies la confortable assurance qu’ils seront tous satisfaits. Aucune modestie n’accepte le moindre retard lorsque Jésus appelle. Nulle incrédulité ne doit entraver lorsque Jésus promet. Aucune tiédeur de coeur ne doit retenir lorsque de telles bénédictions vont être obtenues.


Que Dieu vous bénisse

Pour tous ceux qui possèdent Internet, quelques sites à visiter :

Rendez-vous sur le site : http://www.jesustheme.com


27 Quoi 2 - 9 sur le Net? N°27

27 Quoi 2 - 9 sur le Net?
           

Gérard et Priscille VESSIERE                                 Bulletin N° 27

Une petite méditation trouvée sur le net…

LES SEPT MERVEILLES DU MONDE

On demanda à un groupe d’étudiants de faire une liste de ce qu’étaient, à leurs yeux, les  "Sept Merveilles du Monde." Malgré certains désaccords, voici ce qui reçut le plus de votes:
                             

1. Les Pyramides d’Egypte
2. Le Taj Mahal
3. Le Grand Canyon
4. Le Canal de Panama
5. L’Empire State Building 
6. La Basilique St. Pierre 
7. La Grande Muraille de Chine

Tandis qu’il récoltait les votes, le professeur remarqua que l’une des étudiantes n’avait pas encore terminé sa liste.

Il demanda donc à la jeune fille si c’était difficile. 
Celle-ci lui répondit:  " Oui, un peu. Je n’arrive pas à trancher, car il y en a tant."
Le professeur lui dit:
"Dis-nous déjà ce que tu as trouvé, et nous pourrons peut-être t’aider".
                                  

Après un moment d’hésitation, la jeune fille lit ce qui suit: "Je pense que les Sept Merveilles du Monde sont:

                                 
1. Voir...
                                
2. Entendre...
                                
3. Toucher...
                         
4. Goûter …

                                

5. Sentir...
                                
6. Rire...
                                
7. Et aimer."

Un tel silence se fit dans la salle qu’on aurait pu entendre une mouche voler.

Les choses auxquelles nous ne prêtons plus attention parce qu’elles sont simples et ordinaires, et que nous prenons pour acquises, sont véritablement merveilleuses!

Un petit rappel :

                                
Les choses les plus précieuses de la vie ne peuvent être ni bâties ni achetées par l’homme. 

Que Dieu vous bénisse

Pour tous ceux qui possèdent Internet, quelques sites à visiter :

Rendez-vous sur le site : http://www.jesustheme.com


26 Quoi 2 - 9 sur le Net? N°26

26 Quoi 2 - 9 sur le Net?


           
Gérard et Priscille VESSIERE                                 Bulletin N° 26


Une petite pensée à méditer …


Suis-je malade


Je suis allé à la Clinique du Grand Architecte de l’Univers pour des contrôles de routine et j’ai constaté que j’étais malade:

Quand le Grand Architecte a mesuré ma tension. J’ai vu que ma Tendresse était “basse”.

A la vérification de la température, le thermomètre a enregistré 40º d’Anxiété.

J’ai passé un électrocardiogramme et le diagnostic fut que j’avais besoin de diverses transfusions d’Amour, car mes artères étaient bouchées par la Solitude et l’Amertume.
Elles n’irriguaient plus mon cœur vide

Je suis allé en orthopédie, étant donné que je ne pouvais  plus marcher à côté de mon Frère et ne pouvais pas lui donner une accolade fraternelle, parce que je m’étais fait une fracture en trébuchant sur ma Jalousie.

On m’a relevé aussi une Myopie, due au fait que je ne pouvais pas voir au-delà des  choses négatives de mon Frère.

Quand je lui ai dit être sourd,  le Grand Architecte a constaté 
que  j’avais négligé  d’écouter quotidiennement sa Voix. 

Dans sa grande miséricorde, Le Grand Architecte m’a offert une consultation gratuite.
Aussi je m’engage, en quittant cette Clinique, de ne plus prendre que les remèdes naturels qu’il m’a prescrits à l’occasion de  cette heure de Vérité:

Au saut du lit, boire un verre de Reconnaissance.

Avant d’aller au travail,  prendre une cuillère de Paix.

Chaque heure, appliquer une compresse de Patience et avaler un bol d’humilité.

De retour à la maison, faire une injection d’une dose d’Amour.

Et, avant d’aller au lit, prendre deux capsules de Conscience pacifiée.

Je vous souhaite une bonne méditation.

Que le Grand Architecte veille sur vous, et vous aide dans les moments de faiblesse. 

Que Dieu vous bénisse

Pour tous ceux qui possèdent Internet, quelques sites à visiter :

Rendez-vous sur le site : http://www.jesustheme.com


248 NE CRAINS PAS, TON SAUVEUR EST LA !

248 NE CRAINS PAS, TON SAUVEUR EST LA !

Luc 2:10-11
10 Mais l'ange leur dit: Ne craignez point , car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie. 11 C'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur  qui est le Christ, le Seigneur.


Mon ami, si tout n'est que ténèbres et silence dans votre vie aujourd'hui, et que vous avez l'impression d'avoir été abandonné dans le froid, sachez simplement que Jésus est venu pour être votre Sauveur, dans des temps comme celui-là.
Il n'est pas né dans le confort d'une chambre chaude et confortable, mais dans une mangeoire froide. Il n'y avait pas de place pour Lui à l'auberge. (Luc 2:7), afin qu'il y ait toujours de la place à la croix pour votre guérison, votre délivrance, votre bien-être et votre prospérité, et une demeure qui vous attend dans le ciel!
Jésus est né très discrètement, si discrètement que la Bible dit que seul un groupe de bergers est venu le voir, pendant que le reste des habitants de Bethléhem dormaient. (Luc 2:8-9) Comme la manne tombait doucement du ciel dans l'ancien testament, le vrai pain venu du ciel est venu tranquillement. C'était pendant une nuit silencieuse, mais ce n'est  pas tout!
Jésus est né aussi pendant la période la plus sombre dans l'histoire d'Israël. Israël se trouvait sous le joug tyrannique des  lois romaines. C'est pendant cette période, alors que tout était si sombre, que Jésus est né. Bien-aimé, Il va venir à vous, dans la période la plus sombre de votre vie.
En cette nuit froide et silencieuse, les bergers ont été effrayés, quand l'ange de l'Eternel s'est trouvé devant eux. Mais l'ange a dit: "Ne craignez point, car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie: c'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur."
Bien-aimé, ce n'est ni un juge, ni un législateur qui est né. C'est un Sauveur puissant. Il est venu pour sauver Son peuple. Il est venu pour nous sauver, vous et moi. Alors, même si vous vous trouvez dans une période sombre de votre vie, n'ayez pas peur. Le Sauveur est venu, et Il va vous sauver au plus haut degré!

Pasteur Joseph Prince

247 LA GLOIRE DE DIEU A ETE RESTAUREE SUR VOUS.

247 LA GLOIRE DE DIEU A ETE RESTAUREE SUR VOUS.



Jean 17 :22

22 Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un
     comme nous sommes un ;


Quand Dieu a fait l’homme, la Bible dit que Dieu l’a couronné de gloire et d’honneur (Psaumes 8 :5). Le mot « couronné » ici signifie englober ou entourer comme un cercle de gloire. La gloire de Dieu était par conséquent le vêtement de l’homme. En d’autres termes, l’être entier d’Adam était glorieusement rayonnant.

Quand l’homme a péché contre Dieu, il a perdu la gloire de Dieu (Romains 3 :23). Mais quand Jésus-Christ est né, la gloire de Dieu est descendue (Luc 2 :9). Et plusieurs années plus tard, Jésus, avant qu’Il ne meurt  a dit à Son Père ; « La gloire que tu m’as donnée, je leur ai donnée, afin qu’ils soient un, comme nous sommes un. »

Mais qu’est-ce que la gloire de Dieu exactement ? Doxa, le mot grec pour « gloire » ici, signifie avoir une bonne opinion concernant quelqu’un, qui a pour  résultat la louange, l’honneur et  la gloire. Ce qui signifie qu’en nous restaurant Sa gloire, Dieu veut que nous soyons conscients  que nous sommes dignes d’éloges, honorables et glorieux, à cause de la bonne opinion constante qu’Il a de nous !

Bien aimé, à cause de la gloire de Dieu sur vous, il y a chez vous quelque chose de particulier. Les gens ne savent pas pourquoi, mais leurs esprits sont élevés  quand ils se trouvent en votre présence. Il y a quelque chose chez vous qui les touche, même s’ils ne sont avec vous que pendant un court instant. Quand vous parlez, ils écoutent parce que  ce que vous dites a du poids.

Egalement, parce que la gloire de Dieu est sur vous, vous pouvez vous attendre à ce qu’elle touche tous les domaines de votre vie, vos finances, vos relations, votre travail, votre santé. Votre corps, par exemple, va resplendir de la santé divine.

Alors mon ami, parce que Jésus est venu et qu’Il a restauré la gloire de Dieu sur vous, soyez conscient de la bonne opinion constante que Dieu a de vous. Soyez conscient de cette gloire, et levez-vous et brillez !





Pasteur Joseph Prince

246 RICHE A TRAVERS LA PAUVRETE DE JESUS

246 RICHE A TRAVERS LA PAUVRETE DE JESUS



2 Corinthiens 8 :9

9 Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, qui pour vous s’est fait
   pauvre, de riche qu’il était, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis.


Quand nous pensons à Dieu, nous pensons à l’être le plus puissant et le plus riche de tout l’univers. Mais est-ce que vous savez qu’en fait, notre Seigneur Jésus est né dans une famille pauvre ? Nous savons cela par l’offrande que Marie, sa mère, a apporté au temple, après la naissance de Jésus, selon la loi pour la purification (Luc 2 :22-34). Elle a apporté deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, ce qui était la seule sorte d’offrande que les pauvres pouvaient se permettre. (Lévitique 12 :2,8).

Mais avec Jésus dans leurs vies, Marie et son mari Joseph ne sont pas restés pauvres. Les rois mages sont venus voir Jésus avec des trésors: « Ils entrèrent dans la maison, virent le petit
Enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l’adorèrent, ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. »

Les cadeaux de Jésus ont amené de l’or, de l’encens et de la myrrhe, deux des épices les plus chères,  à sa famille. Les rois mages ont dû venir en grande pompe, car la Bible rapporte combien tout Jérusalem était troublé, quand les rois mages sont arrivés dans la ville.
(Matthieu 2 :3). Pouvez-vous imaginer la quantité d’or, d’encens et de myrrhe qui  les accompagnait, et qui a été donnée aux parents de Jésus ?

Mon ami, dès que vous êtes né de nouveau, vous avez Jésus dans votre vie. Et quand vous L’avez dans votre vie, soyez prêt à prospérer, car l’or va venir à vous : Mais ne cherchez pas l’or, cherchez Jésus ; Il est la puissance pour devenir riche. (Deutéronome 8 :18). La présence du Fils du Dieu vivant dans votre vie attire la prospérité. A cause de Sa grâce envers nous, Jésus bien qu’il ait été riche, a été fait pauvre à la croix pour vous, afin que « par Sa pauvreté vous fussiez enrichis ».

Bien aimé, quand vous avez Jésus dans votre vie, et que vous savez qu’Il a payé le prix pour votre prospérité, vous pouvez déclarer avec assurance: « Jésus a été fait pauvre à la croix pour moi, afin qu’au travers de sa pauvreté, je sois riche en toutes choses. »






Pasteur Joseph Prince

69 REVEIL

RUBRIQUE DE L’EGLISE DES VAINQUEURS : 

69
REVEIL


INTRODUCTION
En général quand les chrétiens parlent du réveil, ils pensent à certains puissants  mouvements du présent et aux événements du passé qui ont marqué des avancées de l’Eglise en nombre et en ferveur.
Ils pensent particulièrement à l’église primitive ou encore aux manifestations miraculeuses et glorieuses du Seigneur lorsque leur dénomination s’est formée avec les foules rassemblées autour de ministères, d’orateurs exposant des découvertes ou redécouvertes bibliques aux dimensions nouvelles rétablissant la pureté et la vérité bibliques quasi absolues… !? Ils pensent aussi aux martyrs qui ont donné leur vie pour ces causes louables. Ils espèrent que ces événements du passé se renouvelleront, car il est vrai qu’ils représentent un idéal à atteindre. Mais l’idéalisme n’est ni la vérité, ni la réalité. Même le Dieu parfait n’a rien à voir avec l’idéalisme, car s’Il n’était qu’un idéal (cf. idée) Il ne serait ni réel, ni vrai. Or « Il est » - Yahvé, la Réalité et Il est par conséquent la Vérité.
Le réveil n’est pas davantage un idéal mais relève de la Réalité et de la Vérité !
Le réveil : une définition biblique

  « …voici déjà l’heure d’être réveillé (egeiro : réveiller, lever, ressusciter, susciter)  de votre sommeil (upnos : sommeil, mort ; cf. hypnose) ; maintenant en effet, le salut est plus proche de nous que lorsque nous avons cru…revêtons les armes de la lumière….mais revêtez le Seigneur Jésus-Christ et ne réalisez pas les préoccupations de la chair par rapport à ses convoitises » (Romains 13 :11-14).
D’après ce passage les chrétiens de l’église presque primitive sont considérés étonnamment comme endormis, hypnotisés, morts. Ils doivent encore attendre un salut qui est plus proche qu’au moment où ils ont cru. 
Mais un chrétien qui croit, n’est-il pas sauvé, doit-il encore attendre un salut ? Il est certes sauvé c’est-à-dire justifié, mais il n’est pas sauvé de son état de prisonnier de l’espace-matière-temps ou de la chair qui étouffe son corps jusqu’à le faire mourir. Son corps n’est pas sauvé. C’est aussi avec le corps revêtu de chair et pour une « sorte de fausse jouissance corporelle » qu’apparemment les chrétiens de Rome ont fait les « œuvres des ténèbres telles les ripailles, beuveries, coucheries, débauches » citées dans ce passage et qui semblent avoir effectivement été pratiquées puisqu’elles y sont dénoncées !
Ces chrétiens sont sous hypnose c’est-à-dire manipulés et trompés par l’Ennemi, car ils croient qu’il n’y a qu’un salut intérieur et non pas de salut du corps, ce qui peut éventuellement mener à faire n’importe quoi de son corps. 
Se réveiller signifie encore d’après ce texte, revêtir le Seigneur Jésus-Christ et les armes de la lumière. Il faut remplacer la chair ou le revêtement de la peau des animaux morts de la chute avec les armes de la lumière et le revêtement du Seigneur Jésus-Christ, car l’Hypnotiseur doit être combattu et il faut s’en protéger !
Le matin, au lever du jour, quand on se réveille, on enlève le pyjama, le [re]vêtement du sommeil et de la nuit pour mettre les habits de la journée, le [re]vêtement de la lumière. Il se trouve que le matin, on ne revêt ni l’âme, ni l’esprit mais le corps
Il y avait donc un salut « proche » donc à venir au moment de l’église du début ! Il s’agissait du salut du corps revêtu, métamorphosé, glorieux. 
Ce salut était proche puisqu’à la fin du 1er siècle Jésus Glorifié instituait une nouvelle forme d’Alliance et exhortait vivement les chrétiens des sept églises à profiter de ce salut proche qui est la métamorphose du corps suivie de la montée à la Salle du Trône ! Il est d’ailleurs toujours proche car à portée de main puisque promis par la Parole de Dieu il y a déjà 2000 ans !
« …tout ce qui est manifesté est lumière (fotos : lumière, image, claire et nette). C’est pourquoi on dit : réveille-toi le dormeur et lève-toi d’entre les morts et sur toi Christ resplendira (epiphausko : éclairer, briller, resplendir, inonder, entourer, imprégner de lumière). » (Ephésiens 5 :14).
Comme les chrétiens de Rome, ceux d’Ephèse sont aussi des dormeurs. Ici ils font déjà partie des morts c’est-à-dire ils se trouvent dans un corps en train d’être exterminés par la chair dans un contexte espace-matière-temps mortifère ! 
Se réveiller signifie baigner et être imprégné de la lumière de Christ ou en être revêtu ou avoir le corps métamorphosé. Cela est manifesté, cela se voit, cela apparaît car « tout ce qui est manifesté est lumière » ! Il s’agit de la révélation des filles et des fils de Dieu avec le salut ou l’adoption ou la rédemption du corps ! (Romains 8 :19-23).
Cela a comme conséquence de faire de l’Eglise une épouse glorieuse, sans tache ou ride celles-ci se voyant sur le corps et non au niveau de l’âme et de l’esprit (Ephésiens 5 :27).Elle est composée de filles et de fils de Dieu, unis dans la foi, connaissant le Fils de Dieu, à l’état adulte, à la taille de Christ dans Sa plénitude (Ephésiens 4 :12), ayant revêtu l’armure et étant capables de combattre dans les lieux célestes (Ephésiens 6 :11-17)
Ce n’est pas pour rien que Jésus Glorifié promet dans Sa lettre adressée aux Ephésiens à celui ou celle qui se repend et entend ce que l’Esprit dit aux Eglises, l’immortalité ou de manger de l’Arbre de Vie ou la métamorphose du corps (Apocalypse 2 :7) qui est la première étape de ce salut proche ! Par conséquent il est clair qu’il ne faut pas uniquement prêcher l’immortalité de l’âme et de l’esprit mais aussi l’immortalité du corps ! Pour ne l’avoir pas prêché et par conséquent pas vécu, il était impossible d’atteindre la taille du Christ dans Sa plénitude !
L’Evangile qui ne proclame pas le salut et l’immortalité du corps est un évangile au rabais ! Qu’on se le dise !
Ainsi, connaissant l’Eglise et son histoire, il n’est pas nécessaire de chercher de midi à quatorze heures pour constater que ça roupille sec et que la lumière de Christ n’a pas imprégné le corps des chrétiens ! Un des signes révélateurs de cet état de « sommeil » est le fait de fermer les yeux quand on prie alors que les psaumes 121 et 123 parlent de « lever les yeux » vers le Seigneur. 
1 Corinthiens 12,13 et 14 démontrent que l’Eglise charismatique remplie d’amour doit obligatoirement déboucher sur la perfection avec l’abolition du partiel, du limité (1 Corinthiens 13 :10), du passage de l’état d’enfant à celui d’adulte (1 Corinthiens 13 :11), d’une vision confuse au face à face et de la connaissance limitée à celle qui est totale (1 Corinthiens 13 :12). Tout cela avec la taille de Christ dans Sa plénitude n’est pas possible ici-bas mais ne devient  possible qu’à partir du moment où l’on passe en tant qu’être entier, esprit, âme et corps métamorphosé dans le ciel. 
C’est cela le réveil ou le salut proche et à venir dont il est question en Romains 13 :11 et en Apocalypse 1 à 6 :2 et qui n’est pas à confondre avec le salut justificateur de la conversion, ni avec l’enlèvement qui n’aura lieu qu’en Apocalypse 12 (cf. Ecrit « L’importance de la métamorphose » pour l’argumentaire) ou le retour en gloire final du Christ qui n’aura lieu qu’en Apocalypse 19 :11ss juste avant le Millénium ou encore avec la fin du monde en Apocalypse 20 :11b. 
Tout devient tellement plus évident quand on suit simplement les textes de l’Apocalypse dans leur chronologie. 

Nous remarquons ô combien les paroles de Jésus sont prophétiques à la fin de l’Evangile de Jean où la destinée de Pierre est comparée à celle de Jean : Jésus parla de la crucifixion de Pierre et l’histoire nous relate qu’il fut crucifié la tête en bas. (Jean 21 : 18-19 ; 2 Pierre 1 :14)
Jésus fait par ailleurs clairement allusion à son [premier] retour, moment où Jean sera encore vivant sur terre. L’Apocalypse nous relate ce fait (Apocalypse 1 :10ss). Mais en plus les disciples pensaient que Jean ne mourrait pas. Jean reste prudent à ce moment-là par rapport à sa propre immortalité (Jean 21 :23b) mais le texte de l’Apocalypse est tout aussi clair quant à son immortalité, car il monte devant le Trône de Dieu (Apocalypse 4 :1ss) et pour monter devant le Trône, le corps doit obligatoirement être métamorphosé, car la chair et le sang ne peuvent hériter du royaume de Dieu (1 Corinthiens 15 :50). Certaines sources historiques démontrent que Jean n’est effectivement pas mort et que le tombeau considéré comme le sien n’est évidemment pas son tombeau.
Pierre devait instaurer l’Eglise charismatique avec Paul. Ce dernier a en plus clairement posé les jalons de ce que devait être l’Eglise des Vainqueurs, car il a écrit de nombreux passages y afférant et aurait dû en faire partie. 
Jean, en diffusant le livre de l’Apocalypse suite aux exhortations de Jésus Glorifié, transmit tous les éléments nécessaires pour la constitution de l’Eglise des Vainqueurs, de son rôle à jouer, bref il décrit le « salut proche » qui est le réveil du revêtement de la Lumière du Christ. 
Nous en avons une description dans la lettre à l’Eglise de Laodicée représentant l’Eglise charismatique « suffisante » vivement exhortée à passer à l’Eglise des Vainqueurs, de la chambre à coucher avec la « douce » tiédeur du sommeil au revêtement de jour brûlant de feu et de lumière glorieux avec Christ en face à face et même en étant assis avec Lui sur le Trône ! (Apocalypse 3 :14-22).
 Cette réalité du réveil ne peut en aucun cas avoir lieu dans le dortoir - mouroir espace-matière-temps, ni dans le pyjama de la chair. Il est nécessaire de dire la vérité et refuser de continuer de se voiler la face sous le drap qui ne peut que finir par devenir un linceul si on continue à dormir ! 
Passons de Pierre à Jean : de l’Eglise charismatique à l’Eglise des Vainqueurs, selon la volonté de Jésus Lui-même !
La métamorphose du corps suivie de la montée à la Salle du Trône ou de l’Aliyah (montée) céleste n’est que le début de ce que nos textes appellent un réveil 
Apocalypse 7 : le réveil (suite)

La formation de l’Eglise initiale des Vainqueurs n’est que le début du processus du réveil. Réveillée, car le corps imprégné de la Gloire et de la Lumière du Seigneur et de Son Trône, l’Epouse fécondée par son Epoux sur le Trône passe à la suite des opérations. 
Armée, porteuse de la semence du Christ son Epoux, revêtue de gloire et couronnée, elle devient ce cavalier sur le cheval blanc parti en vainqueur et pour vaincre (Apocalypse 6 :2).
Ses victoires ne sont évidemment pas les affres de la Grande Tribulation décrits dans la suite du chapitre 6 de l’Apocalypse. La Grande Tribulation ne peut être considérée comme une suite de victoires ! Ce serait un non-sens que de penser cela ! Il ne reste par conséquent que le réveil d’Apocalypse 7 !
Il correspond au parallélisme Israël – Eglise que nous avons déjà abondamment décrit précédemment. Il correspond aussi à ce que doit être tout réveil authentique à savoir l’implication spécifique au titre de l’élection du Peuple d’Israël. 
En tête sont nommés les 144 000 juifs des différentes tribus qui seront marqués du sceau de Dieu (v.3-6). Le chiffre n’est pas limitatif. Ils seront à nouveau évoqués en Apocalypse 14 :1ss.
Ensuite viendra la foule qui ne peut être comptée issue de toutes les nations, peuples, tribus et langues (v.9). L’universalité de l’Evangile et l’impossibilité du dénombrement à savoir l’étendue inimaginable de la victoire fait partie de ce que Dieu fait avec Son Eglise et est une marque d’authenticité de ce qu’est un réveil selon la Bible.
Le passage de la terre (v.1-3 et 14) au Trône (v.9b) se confirme comme pour l’Eglise des Vainqueurs initiale. Ils se joindront à l’Eglise des Vainqueurs pour devenir cette femme absolument glorieuse d’Apocalypse 12 :1 vivant à la fois dans les lieux célestes et la terre et qui accouchera d’un enfant mâle « enlevé » ou nouvelle génération de l’Eglise des Vainqueurs.
Nous n’oublions pas la base juridique indispensable : ils auront lavé leur vêtement dans sang de l’Agneau (justification). La vie d’amour réelle, le face à face, la félicité, la sécurité et l’abondance (v.14-17) seront au rendez-vous.
Nous n’oublions pas davantage les missions et les combats ultérieurs (Apocalypse 17 :14) visant notamment à déloger le Dragon et ses acolytes des lieux célestes (Apocalypse 12) et de la terre (Apocalypse 19 et 20).

Apocalypse 11 : le réveil (suite)

La suite de la Grande Tribulation (Apocalypse 8 :5ss à 9 :21) est telle que l’on peut se demander à juste titre : que peut-il encore rester en vie après les catastrophes décrites ?
Les hommes refusèrent de se repentir malgré les horreurs relatées ! (Apocalypse 9 :20-21).
Le chapitre 10 marque une étape nouvelle dans la suite des événements. Il introduit le processus d’accomplissement du mystère de Dieu (Apocalypse 10 :7) avec la septième trompette qui sonnera après un laps de temps relativement court (Apocalypse 11 :15). Elle annoncera l’enlèvement qui aura lieu en Apocalypse 12 :5c. Cette trompette est aussi citée en 1 Corinthiens 15 :51 et 1 Thessaloniciens 5 :16.
La septième trompette annonçant certes l’enlèvement mais aussi l’expulsion du Dragon et de ses acolytes des lieux célestes marquera le début des 3 ans et demi durant lesquels ces derniers règneront uniquement sur terre. 
Mais entre-temps il est question d’un autre réveil. Il reste encore des chrétiens sur terre notamment durant le règne de l’Anti-Christ de 3 ans et demi ou de 42 mois ou de 1260 jours (Apocalypse 11 : 3-12 ; 12 :6+13-17 ; 13 :7+10)
Les deux témoins, une partie de l’église issue des nations représentées par une typologie relative à Elie le Tischbite, l’étranger et une partie de l’église issue d’Israël représentée par une typologie relative à Moïse l’Hébreu seront sur terre dans un combat sans merci de feu et de jugements contre l’Ennemi. Ils seront les puissants témoins de Dieu dans un monde littéralement possédé par l’Ennemi.  Cette période sera très difficile pour l’église restée sur terre.
Ils seront en effet détestés par le monde (Apocalypse 11 : 10) Ils ne sont pas à confondre avec les chrétiens de l’Eglise des Vainqueurs qui bénéficieront de l’immortalité. Ils seront restés sur terre avec une puissance de feu et de jugements très puissants, mais dans l’espace-matière-temps. C’est pourquoi ils seront vaincus et tués par l’Ennemi, le Prince de ce monde (Apocalypse 11 :7-8 ; cf. aussi 13 :7+9-10). Mais ils seront ressuscités et monteront  (Apocalypse 11 :11-12) aux yeux de tous ! Le résultat sera que les survivants du tremblement de terre dans la cité suite à cette montée rendront malgré tout gloire au Dieu du ciel (Apocalypse 11 :13)
Il s’agit là d’un réveil des « témoins ou martyrs du feu » qui expérimenteront aussi la montée mais seulement après leur assassinat par la Bête et leur résurrection trois jours et demi après. Ce sera un réveil moins puissant que celui d’Apocalypse 7 puisque le travail s’accomplira à partir de la terre. L’efficacité est beaucoup plus grande quand le travail est accompli à partir du ciel car les limitations espace-matière-temps n’existent plus.
Nonobstant, ce réveil est clairement toujours encore en relation avec le feu et la lumière suivis par la montée.

Conclusion

Il y a deux discours face au réveil biblique :
Le premier, suffisant et aveugle voire arrogant, consiste à dire « Je suis riche, je me suis enrichi, je n’ai besoin de rien » (Apocalypse 3 :17).
 Le second reconnaît humblement qu’on est « misérable, pitoyable, pauvre, aveugle et nu » et demande le réveil au Seigneur dont les caractéristiques sont « l’or purifié au feu pour s’enrichir, les vêtements blancs de la métamorphose du corps pour couvrir la honte de la nudité charnelle et le collyre pour oindre les yeux et recouvrer la  vue » (Apocalypse 3 :18)
Cela aboutit à ouvrir notre porte à Jésus-Christ Glorifié qui y frappe et appelle pour qu’on se réveille et qu’on prenne la Cène de Gloire avec Lui (Apocalypse 3 :20)
Cela aboutit aussi à la victoire du Vainqueur glorieux invité à venir réellement siéger avec Jésus Glorifié sur le Trône !!! (Apocalypse 3 :21).
Ce second discours ne pourra faire l’économie de la correction d’amour préalable du Seigneur suivie de la repentance (Apocalypse 3 :19)

Voilà le réveil biblique véritable, voilà le salut proche à venir !!!

  L’humble prière de David au Psaume 13 illustre notre propos :  
Jusqu’à quand ô Seigneur, m’oublieras-tu avec persistance ? 
Jusqu’à quand me déroberas-tu ta face ?  
Jusqu’à quand agiterai-je des projets en mon âme? La douleur étreindra-t-elle mon cœur chaque jour ? 
Jusqu’à quand mon ennemi triomphera-t-il de moi ?  
Regarde de grâce, exauce-moi, Eternel, mon Dieu. 
Eclaire mes yeux, pour que je ne m’endorme pas dans la mort, [là on est vraiment dans le sujet] 
Pour que mon ennemi ne puisse dire: "J’en suis venu à bout !" 
Et que mes adversaires ne se réjouissent en me voyant tomber !  
Or moi, j’ai confiance en ta bonté, mon cœur est joyeux de ton secours : je veux chanter l’Eternel, car il me comble de bienfaits.  

En Jésus, 

         Martin BUSCH