Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

lundi 21 octobre 2013

11 Identité

IDENTITE




« Il n’y aura plus d’anathème. Le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la cité et ses serviteurs lui rendront un culte et verront son visage et son nom sera sur leur front. » (Apocalypse 22 : 3-4).

1.    LE NOM SUR LE FRONT

Les aspects du « nom sur le front » ou de l’identité dans le cadre espace-matière-temps sont d’ordre psychologique, sociologique, religieux, géographique, familial, historique, linguistique, culturel, artistique, politique, juridique, physique etc. Ils recouvrent en fait l’ensemble de ce que nous sommes et de notre environnement terrestre, le tout étant lié et interdépendant.

Les aspects de l’identité d’Adam et d’Eve avant la chute, de l’Eglise des Vainqueurs métamorphosée puis de l’Eglise complète après la fin des temps (ici concerne notre texte d’Apocalypse 22) sont spirituellement (esprit), psychiquement (âme) et corporellement ou visiblement (corps métamorphosé) en osmose avec Dieu, avec ce qu’Il est. Cette réalité est rendue possible par le sacrifice parfait de Jésus-Christ sur la croix.
Ils sont porteurs de la parfaite image de Dieu (Genèse 1 :26-27 ; Romains 8 :29 ; 1 Corinthiens 15 : 49 ; 2 Corinthiens 3 :18) ce qui signifie qu’ils sont « identiques » et ont par conséquent une relation « identitaire » (Romains 8 :19 – révélation des fils, filles de Dieu) avec Dieu. C’est ainsi qu’ils portent le « nom », l’identité de Dieu.
L’ Eglise des Vainqueurs reçoit le caillou blanc avec un nom nouveau qui est personnel et qui identifie chacun dans la gloire (Apocalypse 2 :17). Ce nom nouveau correspond aussi au nom éternel et invariable de Dieu qui est en même temps aussi « nouveau ». La « nouveauté » implique qu’il comporte des facettes à l’infini pouvant par là s’appliquer à chaque membre de l’Eglise individuellement qui gardera par là son identité propre, qui pourra parfaitement être « lui-même » tout en étant un avec et en Dieu et par là un avec ses frères et soeurs (Jean 17 :22 ; Apocalypse  3 :12 ; 7 : 1-17 ; 14 :1) !
Nous n’allons pas nous attacher à décrire les aspects de l’identité dans le cadre espace-matière-temps. De nombreux spécialistes dans leurs domaines respectifs ont déjà abordé ces aspects et particulièrement leurs problèmes. Ils continuent et continueront de le faire car l’horloge de l’Histoire tourne de plus en plus vite engendrant des changements de plus en plus rapidement.
Nous allons aborder les aspects proposés par Apocalypse 22 qui peuvent concerner indifféremment Adam et Eve avant la chute, l’Eglise des Vainqueurs et l’Eglise complète après la fin des temps puisqu’ils ne sont plus soumis à l’espace-matière-temps. Aujourd’hui nous sommes prioritairement concernés  par l’Eglise des Vainqueurs qui reçoit d’emblée cette identité nouvelle selon les promesses de Jésus Glorifié (Apocalypse 2 :17 ; 3 :12).


2.    FINI L’ANATHEME

Jeter l’anathème signifie excommunier, condamner, maudire, exécrer (grec : anathèma, katathèma). Paul écrit en 1 Corinthiens 12 :3 : « …personne parlant par l’Esprit de Dieu ne peut dire Jésus est anathème… », autrement dit « ne peut exclure, couper Jésus ».
En Jésus, dans les lieux célestes, pour l’Eglise des Vainqueurs, il n’y a pas de condamnation, de malédiction, d’exclusion, de séparation, de rejet, d’exécration bref, d’anathème ! Rien ni personne n’est « rejeté », « exclu », « hors du thème », « hors sujet », « à côté du vrai». L’anathème dans ses multiples aspects est analysé et considéré à juste titre aux niveaux spirituels et psychiques. Mais c’est incomplet.
Il est donc nécessaire d’aborder l’aspect existentiel ou de l’être dans son intégralité. Le corps est oublié dans l’enseignement chrétien du salut et de la rédemption parce qu’on constate tout simplement la déchéance progressive du corps dans notre condition humaine. Dans ce discours apparemment réaliste, le corps est d’emblée voué à la maladie, au vieillissement et à la mort même si des guérisons miraculeuses interviennent pour ne retarder que ce qui paraît inexorable. Le corps est « séparé » « anathémisé » de l’être intérieur. Cela implique qu’il y a tout simplement « anathème » : par la déchirure, la division du salut total offert par Jésus. On est donc « hors du thème », « hors sujet », « à côté du vrai» !!! La valeur du salut total offert en Jésus est donc scandaleusement réduite !!!
« Il n’y aura plus d’anathème » : Dieu veut nous faire bénéficier du salut, de la rédemption  et de la glorification ou métamorphose du corps en Jésus (Romains 8 : 23b+30c ; 2 Corinthiens 3 :18)  et, cela va de soi, de l’esprit et de l’âme.
L’être humain est déchiré pour ne pas dire déchiqueté par l’anathème tant au niveau spirituel que psychique que physique y compris par le discours soit-disant chrétien !!! La suppression de l’anathème existentiel effacera tous les anathèmes « périphériques » que nous subissons en tant que prisonniers de l’espace-matière-temps à travers le corps physique en l’état, non transfiguré. Tout est global et total dans l’offre de salut de Dieu en Jésus-Christ qui remplit « le tout » (plèrosè ta panta – Ephésiens 4 : 10c).   

3.    ENVIRONNEMENT PARFAIT

Comme l’Apôtre Jean, l’Eglise des Vainqueurs se trouve en adoration devant le merveilleux Trône (Apocalypse 4 :1) qui est dans la Cité céleste si belle.
L’environnement parfait céleste est absolument indispensable pour l’Eglise des Vainqueurs car elle est appelée à être témoin. Le témoin, pour qu’il puisse témoigner, doit avoir réellement vécu et vu la réalité dont il témoigne.
Même Jésus « dit ce qu’Il a vu chez Son Père » (Jean 8 : 38). Il ne fait « rien de Lui-même, mais Il parle selon ce que Son Père lui a enseigné » (Jean 8 :28). Jésus, pour être parfait, devait parler et faire selon le Père et donc non seulement être imprégné de l’environnement céleste mais « être » de l’environnement céleste, être un avec Son Père.
L’Eglise des Vainqueurs n’a pas besoin de moins pour accomplir ses missions. Jésus a fait « captive la captivité » (Ephésiens 4 :8 trad. littérale) pour nous libérer de l’espace-matière-temps (Ephésiens 4 :9-10) et faire de nous une église « à la mesure de la taille de Sa Plénitude » (Ephésiens 4 :13 trad. littérale). Ce n’est pas dans l’environnement terrestre que nous pourrons atteindre cet état là d’autant qu’Il est « monté plus haut que tous les cieux, afin de remplir le tout » (Ephésiens 4 :10). Jésus est au-dessus du ciel naturel (univers), du 2ème ciel (enfer, séjour des morts, Hadès dont Il tient les clés –  Apocalypse 1 :18b) et du 3ème ciel (Il est assis sur le Trône et l’Eglise des Vainqueurs avec Lui ; Apocalypse 3 :21).
L’Eglise des Vainqueurs reçoit son identité en Christ, elle est vraiment, dans ces réalités-là et uniquement dans ces réalités et/ou cet environnement !

4.    LE CULTE OU LE SERVICE CELESTE

Le culte (latreusousin fut. de latreuo : servir) ou le service dont il est question ici, relève de la louange, de l’adoration, du chant selon d’autres textes de l’Apocalypse (4 : 8ss ; 7 :9ss ; 11 : 15ss ;14 :3). En même temps les serviteurs et/ou les adorateurs sont en général « prosternés » devant Dieu. Ici il est question de plus, à savoir « voir, regarder le visage, la face de Dieu ». Ils ont en effet l’identité pleine de Dieu dont le Nom est inscrit sur leur front. En fait, il s’agit ici du summum de tout : voir le visage de Dieu, ce face à face parfait qui couronnera le vrai culte à Dieu et notre identité parfaite dans Sa plénitude d’amour.
Voilà ce dont nous avons besoin maintenant et comme l’Agneau est véritablement le Chemin, nous y avons donc réellement accès à présent en vue de devenir l’Eglise des Vainqueurs !
Quel amour de la part de notre Seigneur !
En Lui,


                                                                      Martin BUSCH

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire