Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

mardi 12 février 2013

Jésus-Christ Glorifié et les Fêtes de l'Ancien Testament

LE SEIGNEUR JESUS-CHRIST GLORIFIE

ET LES FETES DE L’ANCIEN TESTAMENT



INTRODUCTION :

Le calendrier de l’Ancien Testament a une double origine : les fêtes et le cycle agricole. Les fêtes étaient très importantes et rythmaient l’année avec leurs convocations solennelles.
Ces fêtes étaient des « répétitions » avant la grande « générale », la VERITABLE fête.
Ces fêtes, types, ombres, figures, nous cependant des indications précieuses quant à la volonté du Père.
Un seul objectif se profile : LA RENCONTRE personnelle, intime entre le Créateur et la créature, l’époux et la future mariée.
Toutes les fêtes sont plus ou moins liées au chiffre 7, le chiffre de la perfection spirituelle.
Le Lévitique et ses lois sont comme un code qui définit le virtuel, le culte et de nombreux aspects de la vie, en vue d’une relation POSSIBLE avec Dieu. Le Seigneur est SAINT et le péché constitue l’obstacle majeur à cette relation.
Le sang des sacrifices, symbolique, imparfait, temporel et répétitif n’était pas à la hauteur des exigences divines. Cependant, l’Eternel se manifestait. A combien plus forte raison devrions-nous profiter du sang parfait versé une fois pour toutes pour nous.

Nous allons évoquer les 7 principales fêtes de l’Ancien Testament regroupées en trois catégories :

                            -  Pâque
1. Pâque :             -  Pains sans levain
      -  Prémices
   
              
2. Pentecôte :        ou Fête des Semaines ou de la Moisson


                              - Trompettes
3. Tabernacles :       -  Jour des Expiations ou Grand Pardon ou Yom Kippour
                                          -  Tabernacles ou Fête des Huttes ou Soukkoth.



Pâques
1er mois : NISAN (avril)
Printemps

Pentecôte
3ème mois : SIVAN (juin)
Eté

Tabernacles
7ème mois :TISHRI (octobre)
Automne

14ème jour

15ème jour – 21ème jour

15ème jour

6ème jour

1er jour

10ème jour

15ème jour – 21ème jour

Pâques Lév. 23 : 5

Pains sans levain
Lév. 23 : 6

Prémices Lév. 23 : 10

Pentecôte
Lév. 23 : 16

Trompettes
Lév. 23 :24

Expiations
Lév. 23 : 27-32

Tabernacles
Lév. 23 :34-39

Ex. 12 : 1-23
Dt 16 : 1-3
Lév. 23 : 4,5
Nbres 9 : 1-15
Jean 1 :29
1Pi 1 : 18,19

Ex. 12 : 18
23 : 6-8
Dt 16 : 3,4
1 Cor. 5 : 6-8

Lév. 23 : 10-14
1 Cor. 15 : 4,23


Nbres 10 : 2-10






PÂQUES :  Exode 12 : 1-28


Célébrée le 14ème jour du 1er mois NISAN (ou Abib) pour commémorer la sortie d’Egypte.


ü       du 10ème – 14ème jour : mettre à part 1 agneau mâle de 1 an SANS DEFAUT qui sera immolé le soir.
ü       1 agneau par famille
ü       manger la chair rôtie au feu + pains sans levains et herbes amères
ü       ne pas laisser de restes
ü       manger à la hâte, prêts à partir
ü       mettre son sang sur le linteau et les poteaux de la porte avec l’hysope trempée dans le sang.
ü       ne briser aucun os.
ü       aucun étranger ne doit en  manger sauf s’il a été circoncis
ü       manger la Pâque dans le lieu choisi par l’Eternel (Dt 16 : 5-6)
ü       ce jour est un souvenir à célébrer comme une prescription PERPETUELLE et qui marque la fin de 430 ans de séjour en Egypte.


Les parallèles et explications coulent de source :
Jésus est cet AGNEAU :  Jean 1 : 29
                                      Apoc. 5 :12
                                      1 Pi 1 : 18-19

Vous êtes-vous posé des questions quant à d’autres détails tels que : rôti au feu et pas bouilli ?
Le feu moyen de purification par excellence pointe vers le baptême de feu.
Christ, l’Agneau immolé nous demande aussi d’être des sacrifices vivants et saints Ro 12 : 1 (rôtis au feu).
Il fallait MANGER la chair de l’agneau et ne pas laisser de restes (Jean 6 : 32-58).
LA CHAIR du corps glorifié de l’Agneau parfait EST la nourriture véritable, la nourriture de l’Arbre de Vie dont l’accès avait été barré à Adam et Eve. A présent la voie est libre.
Le sang sur les linteaux et poteaux de la porte permettait d’échapper au bras de l’ange de la mort qui frappa les premiers nés des Egyptiens.
Le sang de Golgotha nous parle de PARDON des péchés, rachat, rançon de la main de l’Ennemi, réconciliation avec le Père, expiation : échappée de la 2ème mort !
Le sang du corps glorifié de Jésus parle d’Immortalité, de métamorphose, d’Union (Un avec le Père, le Fils et le St Esprit), de Victoire sur tous les ennemis dont le dernier : la mort : passage de la vie à la VIE sans passer par la mort.
Vous l’avez compris, nous parlons de 2 sangs, 2 corps, 2 buts différents.

1.       Le corps de Jésus semblable à notre chair et notre sang.
S’Il n’avait pas revêtu ce corps en se dépouillant de Son corps GLORIEUX au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer (cf. Colossiens 1 : 16).
Il n’aurait pas pu nous racheter en donnant Sa vie. D’autre part, le rachat s’est fait chair pour chair (humaine), sang pour sang (humain).
Le sang qui a coulé à la croix a accompli sa mission : c’est la fin de ce chapitre du plan du Père.
2.       Le corps glorifié de Jésus avec du Sang glorifié : lumière et feu (Apocalypse 1:12-17).
Ce Sang sert à nous faire rentrer dans la généalogie divine : si le sang du Père coule dans nos veines, VERITABLEMENT et TANGIBLEMENT et non pas par des formules fumeuses du genre « par la foi » etc. alors nous sommes fils et fille du Très Haut, ceux-là même attendus par toute la création. C’est le Sang, ce feu, cette lumière qui baptisent notre être tout entier en vue de la métamorphose pour aboutir à 2 Corinthiens 5 : 17 ; car nous savons que notre sang actuel et notre chair actuelle ne peuvent pas hériter le royaume de Dieu.
D’après Jean 3 : 3-7, la véritable nouvelle naissance consiste à être véritablement engendré par l’Esprit de gloire avec un corps glorieux (métamorphosé) véritable, visible, tangible, capable d’aller auprès du Père, recevoir les instructions et ensuite revenir et « faire le job » : monter et descendre.
Jésus est descendu pour que nous puissions monter.
Une fois de plus pas de place pour nos formules évangéliques (…. !) : on est ou on est pas, on fait ou on ne fait pas et la célèbre phrase « être ou ne pas être » trouve toute sa place dans ce contexte !
Le sang de l’agneau devait être badigeonné sur les portes des maisons des Israélites. Nous avons de multiples portes au niveau de notre être. Je ne citerai que les 5 portes de nos sens au niveau de notre corps : œil, oreille, bouche, nez et toute notre peau pour le toucher. Toutes ces portes et bien d’autres, doivent être baptisées pour VOIR le Roi de Gloire, entendre Sa voix et mener une discussion avec Lui, sentir les odeurs glorieuses qui émanent de Son corps, goûter Sa chair et Son sang etc. : c’est çà la FETE !!!
Cette fête est à célébrer de façon PERPETUELLE : ordre suprême du Seigneur. 

Tu peux célébrer la Pâque chaque jour de ta vie, dans un cycle qui aboutira à la parfaite volonté du Père pour toi. Chaque jour tu peux être pardonné, racheté, réconcilié, baptisé, métamorphosé de GLOIRE en GLOIRE et de Victoire en Victoire jusqu’à la naissance de l’homme NOUVEAU et glorieux.
Est-ce que tu dis AMEN à cela ?


Enfin pour conclure ces quelques réflexions sur la Pâque, cette fête commémorait la sortie d’Egypte. Notre Egypte, c’est notre CORPS et la prison ESPACE – MATIERE – TEMPS.
Avec Paul nous disons : « Malheureux que je suis ! Qui me délivrera de ce corps de mort ? » (Ro 7 : 18-23).
Grâces soient rendues au Roi de Gloire qui a une porte de sortie de cette situation et une porte d’entrée dans le Saint des Saints. Jésus est la PORTE !

A suivre…

Danielle ANTHONY