Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

dimanche 29 janvier 2012

Discerner le temps



Pasteur David TRAORE
 Fada N'gourma
BURKINA FASO



Ce que nous allons partager concerne le temps. Pour cela, nous lisons dans 1 Pierre 2 : 9 : Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière.
C’est une parole très forte inspirée par le Saint-Esprit qui parle de nous et qui nous compare à une autre génération, une autre catégorie de personnes. Nous devons savoir que ce que nous allons entendre maintenant est très spécifique et ne concerne que ceux que Dieu reconnaît parce que ces personnes portent sa marque. Une race élue est une race qui a été choisie, où Dieu se retrouve. Il y a une certaine complicité de sentiments qui s’établit entre deux êtres, alors l’un devient l’élu de l’autre. C’est ainsi entre nous et Dieu, il a voulu établir cette élection volontairement entre lui et nous. C’est ce que vous êtes : une race élue.
Un sacerdoce royal. Un sacerdoce qui n’est pas n’importe lequel, un sacerdoce de roi. Un roi est fait pour régner. Le roi a une manière d’agir qui diffère de ce que des administrés pourraient accomplir, car le roi pose toujours des actes de qualités,  tient toujours un discours distingué, et a des gestes qui inspirent la déférence. Je suis très heureux de vous annoncer ce que vous êtes : un sacerdoce royal.
Vous êtes aussi une nation sainte, sanctifiée pour accomplir les bonnes œuvres préparées à l’avance pour que nous les pratiquions.
Vous êtes un peuple que Dieu s’est acquis pour lui-même. J’acquiers quelque chose parce que je paie un prix et cela devient ma propriété, je peux y mettre mon nom et je peux établir un titre de propriété. Nous sommes un peuple acquis, un peuple que Dieu s’est acquis en sacrifiant son Fils unique. Dieu nous aime de l’amour d’un fils unique. Cet amour n’est pas partagé comme un mari et sa femme ou leurs enfants. C’est de tout l’amour concentré sur un fils unique que Dieu nous a aimés. Cet amour est grand et puissant. C’est ce prix que Dieu a payé de l’amour d’un fils unique pour nous acquérir chacun personnellement et c’est pour que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. Nous sommes élus, une nation sainte, un sacerdoce royal pour un but précis pour aller à l’assaut des hordes de démons.
Dans Apocalypse 5 : 10, il est écrit : Tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. Le Seigneur Jésus l’a fait de chacun de nous. Non seulement, nous sommes des rois, mais aussi des sacrificateurs pour notre Dieu afin de régner sur la terre. Un règne ne se passe pas dans le vide, mais consiste à quelque chose : celui d’être établi et de dominer sur tout.
Qu’est-ce qui fait donc piétiner les chrétiens aujourd’hui ?
Dans un groupe de 100 chrétiens, combien en réalité font fonction de rois ?
Pourquoi ce piétinement, cette dégression dans l’annonce des vertus de Dieu ?
Pourquoi un tel refroidissement dans le palais royal ?
Tout simplement, les chrétiens n’arrivent pas à se situer exactement, à discerner le temps pour lequel ils sont parvenus à cette royauté. Nous allons tenter de répondre un peu à ce qui nous empêche d’aller de l’avant pour pouvoir jouer ce rôle de rois et les conditions dans lesquelles nous pouvons évoluer avec l’entourage que nous avons afin de parvenir vraiment à gérer, à discerner correctement les temps dans lesquels nous sommes pour pouvoir remplir notre fonction de roi.
La Bible nous dit dans Romains 8 : 15 que nous sommes des fils d’adoption pour Dieu. Étant donc adoptés, Dieu nous investit de son amour, de sa force et de sa puissance pour que nous puissions aller dans le champ de la moisson.
Pour mieux illustrer ce fait, prenons le livre d’Esther 2 : 5 à 7 : Il y avait dans Suse, la capitale, un Juif nommé Mardochée, fils de Jaïr, fils de Schimeï, fils de Kis, homme de Benjamin, qui avait été emmené de Jérusalem parmi les captifs déportés avec Jeconia, roi de Juda, par Nebucadnetsar, roi de Babylone. Il élevait Hadassa, qui est Esther, fille de son oncle ; car elle n’avait ni père ni mère. La jeune fille était belle de taille et belle de figure. A la mort de son père et de sa mère, Mardochée l’avait adoptée pour fille.
Le nom « Esther » veut dire « étoile ». Un jeune personnage vient de prendre la vie. On peut être jeune physiquement comme on peut être jeune dans la foi. Même si à 60 ans, on vient de connaître le Seigneur, on est encore jeune dans la foi. Par rapport à cette jeunesse, la Bible dit qu’elle a été adoptée comme nous avons été adoptés par Dieu pour pratiquer les œuvres de notre Père. Esther est une fille dans l’innocence de la jeunesse, qui ne savait pas qu’en réalité, Dieu l’avait investie de certaines vertus, de certaines prédispositions en vue d’accomplir une œuvre très grande un jour. Les versets 8 et 9 nous montrent que partout où elle passait, elle trouvait grâce, mais cela ne s’expliquait pas pour elle. Beaucoup de chrétiens passent par ce temps. Ils ne réalisent pas  qu’être déjà en Dieu, en Jésus, c’est déjà être qualifié pour pratiquer les bonnes œuvres de Dieu. Ils ne se soucient pas de creuser et de rechercher les choses à accomplir, mais se satisfont de leur identité d’enfants de Dieu. On vient donc pour chauffer un peu les bancs, pour battre des mains ; le reste regarde le pasteur. Or, Dieu a appelé toutes sortes de personnes à différents ministères. Si on ne se soucie pas de rentrer dans ce plan, on risque de perdre ou de passer à côté de l’essentiel, du but de notre vie.
Des évènements se produiront et pousseront Esther à se retrouver dans une certaine situation ; une situation où elle n’a pas toujours très conscience de ce qui lui arrive, mais quand même ces évènements vont commencer à dessiner, à décrire quelque chose qui va l’amener un jour à prendre position.
La Bible nous dit au verset 20, qu’Esther n’avait fait connaître ni sa naissance ni son peuple, car Mardochée le lui avait défendu, et elle suivait les ordres de Mardochée aussi fidèlement qu’à l’époque où elle était sous sa tutelle.
Le roi de Suse avait eu un problème avec sa femme qui avait refusé de l’honorer devant ses invités, et le roi avait cru bon avec ses conseillers de mettre fin au mandat de la reine et de se chercher une autre reine. On ira dans tout le pays amener des jeunes filles pour les préparer pendant un temps afin que le roi puisse prendre son plaisir au milieu d’elles et se trouver une femme qui remplacera la reine de Suse. Esther se retrouve dans cette situation (comme bon nombre de filles) qui allait être déterminante un jour pour la défense de l’intérêt de son peuple auquel elle appartient.
Les chrétiens doivent se faire une intelligence en cela, à savoir que quand Dieu nous a élus et nous a établis rois pour que nous régnions sur la terre, tous les évènements de notre vie ne sont plus le fait du hasard. Quand on est en Christ, le hasard n’existe plus parce que Dieu a un plan pour notre vie et tient à exécuter ce plan point par point parce que nous sommes qualifiés à accomplir quelque chose que nous seuls devons accomplir. Dieu, en nous créant et en nous rachetant plus tard, (ce n’est pas après le salut que Dieu a cherché à savoir ce que nous allions faire).
Le fabricant de la voiture, est-ce après avoir fini de la fabriquer qu’il s’est demandé à quoi elle servirait ?
Il a pensé, a cherché, a donné une fonction à chaque pièce avant de la créer. Même si nous passons souvent par des moments comme Esther, qui s’émerveille d’être dans le palais du roi, pour des choses de second plan, mais Dieu ne l’a pas envoyée pour cela. Elle n’a même pas cherché à savoir comment ou pourquoi elle, une fille orpheline, adoptée par son oncle, paysanne et pauvre, ce qui s’est passé pour qu’elle se retrouve dans un palais royal et parmi un groupe où elle a la possibilité d’être choisie comme reine. C’est ce qui est très difficile dans la marche des chrétiens quand on ne se soucie pas de savoir pourquoi Dieu nous a fait parvenir à telle ou telle position.
Dans les églises, vous trouverez des gens qui ont 2, 5, 20 ans de conversion, ils s’asseyent toujours à la même place, connaissent tous les cantiques par cœur, savent que quand le pasteur vient, il fait deux pas puis tourne à droite pour prendre le micro, mais ils ne se sont jamais souciés de savoir ce qu’eux-mêmes doivent faire.
Si Christ revenait et disait :
Qu’as-tu fait du talent que Dieu a mis en toi ?
Dieu nous a qualifiés.
A partir du moment où le Saint-Esprit intervient sur nous, il nous a qualifiés pour que nous pratiquions les œuvres qu’il a prévues d’avance. Il faut que les chrétiens arrivent à discerner pourquoi ils sont là, ce qu’ils ont à faire et ne pas être là à s’émerveiller des bonnes choses  qui se font. Il faut arriver à faire cet exercice. C’est là que le rôle des leaders est très déterminant. Les leaders doivent aussi aider, canaliser les gens comme un entraîneur de football le fait. Il arrive à rendre les joueurs les plus timides, actifs et créateurs, il arrive  à éveiller quelque chose en eux, à avoir confiance en eux-mêmes, ce qui les pousse à de meilleurs résultats. Le rôle des leaders est très déterminant dans ce sens que ce sont eux qui poussent les gens et leur donnent des indices dans leur marche, ils leur donnent des conseils et essaient de les diriger par rapport à ce qu’ils sont parce que le berger connaît ses brebis.
Après avoir reçu ces pensées, il est très important que nous nous donnions le devoir de les considérer dans tous leurs aspects et d’appliquer leurs conseils car ils (les leaders) ne nous conseillent pas en réalité pour dominer sur nous, mais pour que nous puissions désormais par nous-mêmes nous prendre en charge.
Proverbe 13 : 3 dit : Celui qui veille sur sa bouche garde son âme ; celui qui ouvre de grandes lèvres court à sa perte.
On nous conseille de savoir garder sa bouche. Ce n’est pas l’occasion d’interpréter à tort et à travers ce que les leaders nous donnent comme conseils. Ils  investissent en nous des Paroles que Dieu a mis en eux pour que nous puissions parvenir à une stature parfaite. Mais si nous interprétons mal ces paroles en ouvrant de grandes lèvres pour changer le sens des choses, cela ne nous arrangera pas. Esther a appliqué à la lettre ce que son oncle lui a donné comme conseils et instructions.
Esther 2 : 12 : Chaque jeune fille allait à son tour vers le roi Assuérus, après avoir employé douze mois à s’acquitter de ce qui était prescrit aux femmes ; pendant ce temps, elles prenaient soin de leur toilette, six mois avec de l’huile de myrrhe et six mois avec des aromates et des parfums en usage parmi les femmes.
Pour qu’un chrétien puisse entrer dans son temps, il faut qu’il sache prendre soin de lui-même : savoir se nourrir de la Parole de Dieu, attendre que cette parole accomplisse son effet, s’assurer qu’effectivement on ne fait pas une mauvaise digestion de la Parole de Dieu, mais qu’on peut faire un avec cette Parole. Cette fille qui s’est retrouvée dans cette situation inattendue, a pris soin d’elle-même pendant douze mois parce qu’un événement très important l’attendait. Le fait qu’elle se trouve dans cette situation et qu’elle soit obligée de prendre soin d’elle-même, donc de s’assumer,  lui conférera un droit de regard particulier de la part du roi qui la nommera reine à la place de l’autre ; cette position,  plus tard,  va contribuer à déjouer un complot contre son peuple.
Dans le chapitre 3 d’Esther, il y a un complot que des ennemis du peuple de Dieu auront formé pour le détruire et c’est là encore que le rôle des leaders va s’imposer avec une certaine acuité.
Esther 4 : 7 et 8 : Et Mardochée lui raconta tout ce qui lui était arrivé et lui indiqua la somme d’argent qu’Haman avait promis de livrer au trésor du roi en retour du massacre des Juifs. Il lui donna aussi une copie de l’édit publié dans Suse en vue de leur destruction, afin qu’il le montrât à Esther et lui fit tout connaître ; et il ordonna qu’Esther se rendit chez le roi pour lui demander grâce et l’implorer en faveur de son peuple.
L’oncle d’Esther, après avoir eu connaissance du complot contre le peuple de Dieu, va se présenter devant le palais. Pourtant, Esther était dans le palais en tant que reine, mais ne savait pas ce qui se tramait contre son peuple et contre elle-même, tout simplement parce qu’elle ne s’est pas souciée de savoir pourquoi elle était là. Elle n’a pas cherché à discerner le temps pour lequel elle est parvenue à la royauté. C’est de dehors que l’information est venue. Celui qui était chargé de veiller sur elle va encore l’approcher pour essayer de la pousser à l’action. Il va lui donner tous les documents et toutes les informations et la laisser prendre une décision.
Esther 4 : 13 et 14 : Mardochée fit répondre à Esther : Ne t’imagines pas que tu échapperas seule d’entre tous les Juifs parce que tu es dans la maison du roi ;  car, si tu te tais maintenant, le secours et la délivrance surgiront d’autre part pour les Juifs, et toi et la maison de ton père périrez. Et qui sait si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenue à la royauté ?
Esther était dans la cour du roi. L’insouciance a fait que son peuple était sur le point de périr et elle ne s’en était pas rendu compte. Quand son oncle lui a fait parvenir l’information, il lui a dit de ne pas croire qu’elle seule échapperait.

Frères et sœurs, qui sait si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci que vous êtes parvenus à la royauté ?
Il faut arriver à discerner le temps dans lequel nous sommes. Nous avons un rôle très déterminant. Nous ne sommes pas des piles qui ne s’usent que si l’on s’en sert. Nous sommes faits pour vivre éternellement. Dieu nous a donnés sa vie, nous a qualifiés, équipés pour que nous puissions faire fonction d’ambassadeurs pour Christ.
Un ambassadeur assure une administration dans une autre contrée. L’ambassadeur des États-Unis au Burkina Faso est américain, donc avec la culture des Américains et même s’il comprend notre langue, il parle Anglais et est interprété car il est venu pour promouvoir quelque chose dans un autre pays.
Nous sommes élus ambassadeurs pour Christ sur la terre, nous sommes là pour promouvoir le ciel sur la terre. Il faut que nous arrivions à discerner les temps pour lesquels nous sommes parvenus à la royauté. Qu’on ne dise pas qu’on est trop jeune ; c’est vrai Esther aussi était très jeune, mais conduite par les conseils du leader que Dieu a mis à ses côtés, elle va faire un sursaut sur elle-même, se ressaisir et prendre sa place dans le plan de Dieu. Qu’on ne dise pas : « je suis âgé, je n’ai que trois ans dans la foi, je ne sais que faire ». Dieu délivre au moyen d’une petite armée comme au moyen d’une grande armée. Que nous ayons deux ou trois ans dans la foi, c’est bien suffisant pour déplacer les montagnes, pour bouleverser l’ordre ancien que le diable a établi sur cette terre. Si nous restons assis, le temps pour lequel nous sommes parvenus à la royauté va passer et nous serons là à nous mordre les doigts. Le monde est malade. Mais si c’est pour ce temps que nous sommes parvenus à la royauté ? Ce ne sont pas les chrétiens de 1960 qui vont mener le combat pour les chrétiens de 2006. C’est notre temps. Il faut arriver à nous tenir devant le Seigneur, à discerner, à saisir, à entrer dans le plan, à nous mettre à notre place pour mener le bon combat.

Esther 4 : 15 et 16 : Esther envoya dire à Mardochée : Va, rassemble tous les Juifs qui se trouvent à Suse, et jeûnez pour moi, sans manger ni boire pendant trois jours, ni la nuit ni le jour. Moi aussi, je jeûnerai de même avec mes servantes, puis j’entrerai chez le roi, malgré la loi ; et si je dois périr, je périrai.
Voici l’acte d’une personne qui vient de se réveiller. Il a fallu que le leader que Dieu a mis à son côté lui donne un coup de coude pour qu’elle se réveille. Il n’est jamais trop tard pour se réveiller, pour rentrer dans le plan. Dieu vous a suscités pour un temps. Ce n’est pas à 120 ans que vous allez encore vous lever pour parcourir les rues et évangéliser ; ce n’est pas quand vous aurez à vous occuper de sept petits-enfants que vous aurez suffisamment de temps pour faire certaines choses, mais il y a un temps pour lequel vous êtes là. Il faut mettre ce temps à profit au maximum pour accomplir les œuvres auxquelles Dieu vous a prédestinées. Quand Esther a compris cela, que son oncle lui a fait parvenir la nouvelle, et qu’elle a entendu le message de son oncle, elle s’est levée et a pris position et s’est dit que même si c’était au prix de sa vie et si elle devait périr, elle périrait. Elle va rentrer chez le roi, plaider la cause de son peuple, proclamer l’innocence de son peuple, dire la vérité sur le peuple. Elle a pris sa destinée en main. Elle venait de discerner qu’effectivement, ce n’était pas pour rien qu’elle était arrivée à ce point dans la royauté. Votre génération, votre voisinage, toute votre parenté attendent beaucoup de vous parce que vous êtes parvenus à la connaissance de la vérité et de la justice de Dieu qui est le seul remède pour guérir l’esprit, l’âme et le corps.
Discernez et rachetez le temps. Il faut que chacun de vous puisse entreprendre un engagement inconditionnel, même au prix de sa vie. S’il faut périr, je périrai. Je mettrai tout à profit pour que le nom de mon peuple soit lavé proprement, pour préserver les intérêts du peuple de Dieu, de la maison de Dieu, mes intérêts parce que les intérêts de Dieu sont mes intérêts.
Et tout cela qui sait  si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci que vous êtes appelés à un ministère et qui sait si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci que vous occupez la fonction que vous occupez présentement ? Saisissez cela à pleines mains. Même s’il faut périr, je ne suis pas en train de prêcher un suicide collectif, Christ n’a pas tenu compte de sa vie, mais il a donné la vie pour ceux qui l’aiment et il est un exemple pour nous.
S’il est notre exemple, nous devons marcher dans sa voie au prix de notre vie.
Quels sont ceux qui sont prêts à rentrer dans le plan, à saisir le plan que Dieu a tracé pour eux, ne serait-ce qu’au prix de leur vie ?
Les choses vont vite, le monde évolue à grands pas. On peut s’asseoir dans notre salle de séjour et voir quelqu’un qui se trouve à des milliers de kilomètres par le truchement de la technologie.
C’est un défi de notre temps et c’est pour ce temps que nous sommes parvenus à la royauté ?
S’il faut périr, nous devons le faire parce que c’est notre temps et personne d’autre ne va relever notre défi.
C’est à nous de relever le défi de notre temps. Esther l’a fait et elle n’est pas morte. Dieu attend que nous puissions nous engager jusqu’à la dernière énergie. Avant que Christ ne monte au ciel, il mit le comble à son amour pour les siens.
Nous aussi devons mettre le comble pour nos contemporains, c’est  notre temps.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire